En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Toulouse
  3. // Interview Pascal Dupraz

« Dans le foot, on brûle vite ce qu'on a aimé »

Il y a la face A. Celle qui raconte un homme brut, grande gueule et colérique éternel. Il y a un peu plus d'un mois, Pascal Dupraz débarquait sur le banc de Toulouse avec un objectif : relever la voiture Téfécé et la conduire au bout d'une longue route devant mener au maintien du club en Ligue 1. Depuis, le Haut-Savoyard n'a perdu qu'une rencontre et a rattrapé le haut de la zone rouge. Et si, finalement, il n'était qu'un sentimental ? Une-deux sur le divan.

Modififié
Vous êtes avant tout l’homme d’un club, l’ETG. Avez-vous eu peur, à un moment, de ne pas réussir à vous exporter ?
Je suis très amoureux de mon pays d’origine, de mes montagnes, mais je n’ai pas eu de craintes à m’exporter. Ni en matière de compétences, ni en matière d’intégration.

Mais vous n’avez jamais ressenti une forme de frilosité de la part des présidents de clubs français à vous engager ?
En fait, j’aurais pu travailler très vite, mais j’ai décidé de ne pas le faire. Tout simplement parce qu’il me semblait que les challenges proposés ne me correspondaient pas. Après, la frilosité des présidents est peut-être due au fait qu’on m’avait enfermé dans des cases, ce qu’on fait encore aujourd’hui. On parle de moi comme d'un garçon qui est uniquement une grande gueule, meneur d’hommes, mais je suis aussi un bon technicien. Mais bon, c’est vrai que, par moments, il m’est arrivé de m’exprimer et certains se sont peut-être effrayés. Je pense que pour être un bon entraîneur, il faut avoir de la personnalité. Là-dessus, je suis sûrement un peu plus visible par rapport à d’autres.


Ces cases, c’est quelque chose qui vous dérange ?
Ce qui compte pour moi, c’est ce que je ressens, ce n’est pas tant ce que les autres pensent de moi. Même si c’est certain que si je veux m’exprimer dans ce métier-là, j’ai besoin des autres. Que voulez-vous que j’y fasse ? Si on m’enferme dans des cases, eh bien, qu’on m’enferme. Ce que je sais, définitivement, c’est que je suis libre comme tout un chacun.

Justement, vous évoquez la notion de liberté. Il y a quelques années, vous aviez expliqué qu’une fois l’aventure avec Évian Thonon terminée, vous seriez prêt à retourner dans la vie active.
Je pensais sincèrement, très honnêtement, que je déciderais de mon arrêt dans ce club-là parce que j’y ai tout fait. Je pensais aussi que je choisirais mon successeur. Mais malheureusement, ça ne s’est pas passé comme je le voulais. C’est de l’histoire ancienne, c’est comme ça. L’avenir démontrera qui était dans le vrai et qui était dans l’imposture.

« J’ai lu dernièrement une déclaration de l’entraîneur actuel de l’ETG, Romain Revelli, l’ancien adjoint de Galtier. Il n’a rien trouvé de mieux à dire, alors que c’est sa première expérience d’entraîneur général, qu’il fallait gommer le passé. Mais pourquoi il ne l’a pas dit quand il était à Saint-Étienne il y a quelque temps ? » Pascal Dupraz

Arsène Wenger est comme ça aussi. Il refuse toujours de parler du passé. Est-ce que c’est aussi quelque chose à quoi vous accordez de l’importance ?
Il m’arrive de lire, et j’ai lu dernièrement une déclaration de l’entraîneur actuel de l’ETG, Romain Revelli, l’ancien adjoint de Galtier. Il n’a rien trouvé de mieux à dire, alors que c’est sa première expérience d’entraîneur général, qu’il fallait gommer le passé. Mais pourquoi il ne l’a pas dit quand il était à Saint-Étienne il y a quelque temps ?

Vous prenez ça comme un manque de respect ?
C’est un manque de respect. C’est comme si moi, aujourd’hui, en arrivant à Toulouse, je disais : « On raye le passé. » Non, si le Téfécé est là où il est, c’est parce que beaucoup y ont travaillé. Il ne s’agit pas d’être passéiste. C’est aussi de s’appuyer sur les bonnes choses qui ont été réalisées avant. C’est comme tous les entraîneurs qui remplacent un coach et qui disent : « Physiquement, ils étaient morts, tactiquement, c’était nul. » Ça veut dire qu’en quelque sorte, on se dédouane, on prépare le terrain et on raconte que tout ce qui était avant, c’était de la merde, quoi. Mais ce n’est jamais ça. J’ai pris la succession d’Arribagé, qui avait lui-même pris la succession de Casanova, et il y avait aussi d’autres personnes avant qui ont fait que le Téfécé est au niveau où il est aujourd’hui. Je n’ai aucune raison de m’en prendre à Arribagé parce que la situation qu’il a connue, je pourrais peut-être un jour la connaître.


Vous parlez souvent de l’identité d’un club. C’est quelque chose qui existe encore selon vous ?
Il ne tient qu’à nous de faire en sorte que ça existe. Je pense aussi que, dans ce milieu-là, il faut arrêter d’être défaitiste. À Lyon, par exemple, le club a un fort caractère identitaire. Les joueurs de l’OL, les jeunes du sérail, ils revendiquent leur appartenance à Lyon et ils en sont fiers.


On en revient au manque de respect avec le maillot. C’est quelque chose que vous avez noté récemment en conférence de presse.
J’ai la chance d’avoir fait, dans ma vie, autre chose que du foot même si ce métier a pris une part importante de ma vie. C’est ce que j’ai fait le plus, mais j’ai aussi fait d’autres choses. Dans le monde de l’entreprise, on voit aussi cet irrespect, mais on voit aussi des gens respecter l’institution. Je pense que c’est fondamental, c’est une question d’éducation.

« J’ai trouvé un groupe meurtri, mais c’est là aussi que mon prédécesseur avait bien fait son travail, car, pour en avoir discuté avec les adjoints qui sont restés, les joueurs n’ont jamais lâché, ils ont toujours eu une mentalité de travail. » Pascal Dupraz

Qu’est-ce que ces différentes expériences vous ont apporté au niveau de l’approche humaine ?
Beaucoup. Côtoyer les gens, s’apercevoir qu’il n’y a pas que le foot dans la vie. J’ai aussi compris que, bien souvent, on ne peut pas réussir dans un domaine si on n’est pas passionné. Avec les fonctionnaires internationaux, dans un milieu à caractère humanitaire, au HCR, j’ai aussi vu des gens passionnés. Ils sont complètement voués à la cause des réfugiés avec ce principe propre au commissariat : porter assistance aux personnes démunies sans les déplacer, sans déplacement de population, chez eux ou près de chez eux.

Est-ce que c’est dur de motiver un groupe pour se maintenir ?
C’est compliqué. Après, c’est la première fois pour moi que j’arrive dans un club en cours de saison. À l’ETG, j’avais repris la succession de Pablo Correa, mais je ne découvrais pas un nouveau groupe, vu que la plupart des joueurs présents étaient des mecs que j’avais recrutés. La difficulté pour moi, à Toulouse, c’était d’arriver seul, sans adjoint, sans personne, sans repère et de me retrouver au milieu de joueurs qui n’avaient pas le moral. Ils venaient de perdre contre Rennes, dans les arrêts de jeu, et se retrouvaient à dix points du premier non-relégable à dix journées de la fin. J’ai trouvé un groupe meurtri, mais c’est là aussi que mon prédécesseur avait bien fait son travail, car l’effectif avait une mentalité de travail. Pour en discuter avec les adjoints qui sont restés, les joueurs n’ont jamais lâché, ils ont toujours eu envie de bosser.


Depuis que vous êtes arrivé, Toulouse n’a perdu qu’une fois. Comment avez-vous réussi à toucher moralement votre groupe ?
Ça, c’est ma méthode. Ma seule sanction, qui est presque un devoir, c’est de coucher 18 noms sur une feuille de match donc, déjà, exclure du groupe dix joueurs pour le match à venir. Et, après, c’est de choisir onze joueurs parmi ces 18 et donc, d’en laisser sept sur le banc. C’est la seule sanction que je m’autorise à prononcer contre mon groupe. Mon devoir, ensuite, c’est d’entraîner tout le monde de la même manière. C’est ce que j’ai toujours fait. Je ne laisse personne sur le bord. Je parle aussi, à tout le monde. Si je décide une semaine d’organiser des entretiens individuels, je recevrai tout le monde. Si je décide que ces entretiens individuels doivent durer au minimum quinze minutes, je m’efforce de parler quinze minutes avec tous. Pas 40 minutes avec l’un, douze avec l’autre. Personne ne pourra me prendre à défaut. Il ne faut pas se voiler la face. Il y a des joueurs avec qui, humainement, vous pourriez vous entendre, mais il y a cette distance entre coach et joueur, donc avec d’autres, vous ne pourrez pas. Mais il ne faut pas que ça se ressente. Il faut adopter une attitude juste et équitable, ça se matérialise dès le matin quand tu sers la main à tes joueurs, droit dans les yeux, et que tu les appelles par leur prénom.


Vous avez pourtant parlé il y a quelques semaines de joueurs qui s’écartaient du groupe.
Oui, c’est quelque chose que j’ai senti. Je l’ai dit, mais je leur avais dit avant. Après, j’utilise, de temps à autre, les moyens de communication pour faire passer mes messages. Je ne cite personne, mais je sensibilise quand certains joueurs manquent à leur devoir.

« Je pense qu’à défaut de crainte, j’ai inspiré le respect. Et ça, on l’obtient par le travail que l’on fournit et qu’on propose. » Pascal Dupraz

Dans cette gestion humaine, est-ce que vous vous inspirez d’influences extérieures ?
Il y a quelque chose que je répète à l’envi à mes collaborateurs et à tous ceux qui m’entourent. Ma compétence n’est pas altérée, car je m’entoure de personnes compétentes. Je m’explique : plus il y a de gens compétents autour de moi, plus ça renforce ma compétence, surtout, et c’est souvent le cas, si dans un domaine précis, ils sont meilleurs que moi. C’est quelque chose qui me renforce et ça éveille, aussi, ma curiosité. Prenons l’exemple d’un préparateur athlétique. Pour moi, je dois comprendre son cheminement, sa logique. C’est important pour moi de comprendre tout ça avant de faire complètement confiance.

C’est ce qu’on retrouve aussi dans la proximité que vous avez avec vos joueurs, notamment dans la communication.
Si un jour, j’ai choisi de devenir footballeur, avant même de parler d’être footballeur professionnel, c’est parce que je voulais partager, que le collectif me plaisait. Je ne savais même pas que ça existait le professionnalisme. Je suis dans l’échange, je ne supporte pas la solitude. J’aime bien être entouré et bien entouré. Je suis curieux de nature, c’est une qualité pour moi. J’aime bien comprendre. Je suis arrivé à Toulouse, cette ville a une histoire, je veux la connaître.


Est-ce qu’à un moment donné vous vous êtes dit que vous pourriez échouer à Toulouse ?
L’échec, la réussite, ce genre de sentiments, ça fait partie du métier. Il faut le moins échouer possible, c’est certain, si on veut durer. Je l’avais dit à mon conseiller. Le rendez-vous avec le président Sadran est le premier qu’on a accepté. On ne l’a pas fait avant. Mais je lui avais expliqué que la première entrevue acceptée serait celle où je signerais ensuite. J’étais sûr de moi.


Mais est-ce que vous avez ressenti au départ une certaine crainte chez les joueurs en vous voyant débarquer ?
Je pense qu’à défaut de crainte, j’ai inspiré le respect. Et ça, on l’obtient par le travail que l’on fournit et qu’on propose. Il faut aussi que votre management soit juste. On est crédible qu’à partir du moment où on ne fait pas de cas particulier. Quand je dis qu’on a deux supers attaquants, et on en a d’autres, je ne fais pas de cas particulier. En revanche, j’explique aux autres que si j’étais à leur place, à jouer avec des garçons qui sont capables de marquer à tout moment, je mettrais tout ce qui est en mon pouvoir pour bien défendre ou délivrer de merveilleuses passes à ces deux joueurs. Si chacun fait bien son travail, c’est bénéfique pour tout le monde. Quel que soit le joueur, pour son avenir proche, je pense qu’il est plus important que Toulouse reste en Ligue 1, plutôt qu’il descende en Ligue 2.

« On ne peut pas dire qu’à l’ETG, mon père a beaucoup été respecté. Il a mis son argent simplement pour permettre à un club de rester en vie. La seule récompense qu’il a pu avoir, ce sont des personnes, soi-disant ses amis, qui l’ont complètement ignoré pendant cette période. » Pascal Dupraz

Qu’est-ce que vous avez trouvé à Toulouse que vous n’aviez pas trouvé avant ?
Un club qui est dirigé par des gens qui connaissent le métier. C’est comme si, par exemple, vous allez dans un restaurant et que vous apprenez qu’une semaine avant, le cuistot était carrossier. On ne peut pas apprendre en une semaine à faire à bouffer. C’est pareil pour le foot, on ne peut pas s’improviser du jour au lendemain connaisseur de foot. Ici, il y a des gens qui sont aux bonnes places. Les conseillers du président Sadran sont de vrais conseillers et pas de faux conseillers. Aujourd’hui, les personnes qui sont chargées du recrutement voient des matchs. C’est différent par rapport à ce qu’il se passe à Évian aujourd’hui. Avant, ce qu’on faisait, c’était tout autre. Ce qu’est devenu l’ETG est une suite logique d’une non-maîtrise d’un secteur très particulier qu’est le football.

On vous sent amer, notamment par le fait que votre papa avait donné beaucoup d’argent pour sauver le club.
Il faut savoir que mon père était fatigué parce qu’il a eu un grave souci en février dernier. On ne peut pas dire qu’à l’ETG, il a beaucoup été respecté. C’est comme ça. Il a mis son argent et ce n'était pas pour capitaliser, simplement pour permettre à un club de rester en vie. La seule récompense qu’il a pu avoir, ce sont des personnes qui étaient soi-disant ses amis et qui l’ont complètement ignoré pendant cette période. Heureusement qu’il avait sa famille. J’ai accompagné mon père et je suis fier de l’avoir fait jusqu’à son dernier souffle. Je sais qu’il était très peiné par ce qui était en train de se passer à l’ETG dans son ensemble, plus encore que par le licenciement de son fils et de son petit-fils par le club. Il savait que c’était une suite logique, qu’on ne pouvait pas faire autrement que de nous licencier. Ça tombait sous le sens, même si c’était insensé, mais ça devait mal finir parce que je m’opposais à mes dirigeants.


Est-ce que vous vivez avec la peur du licenciement ?
Non. C’est jamais agréable, surtout quand vous avez l’impression d’avoir permis à des hommes de vivre une aventure incroyable, des choses auxquelles ils n’auraient pas pensé et c’est eux qui vous coupent la tête. C’est comme ça. Évian, c’était un cas particulier parce que c’est mon club de cœur. Aujourd’hui, je suis dans un autre club, je suis à fond pour Toulouse, mais j’ai pas le même affect. Le licenciement fait partie de notre job. Un entraîneur est toujours en sursis, vous n’êtes jamais satisfait, car une fois un match terminé, vous devez vous projeter sur le suivant. Vous avez terminé une saison bien classé, tout est remis en cause la saison suivante. C’est spécial, mais c’est ce qui nous fait avancer, cette perpétuelle remise en question. C’est peut-être, aussi, la seule corporation où n’importe qui peut vous juger, où des gens parlent de vous comme s'ils vous connaissaient depuis toujours alors qu’ils ne savent rien de vous, de vos méthodes.


On a surtout l’impression qu’hier, un entraîneur avait le temps pour construire son projet. Aujourd’hui, le temps est plutôt à l’aventure, au court terme.
Moi, je ne serai jamais un homme d’aventures. J’ai les pieds sur terre, je ne suis pas un aventurier. J’ai besoin de m’inscrire sur du long terme même si, peut-être que ce que je vous dit là sera contrarié dès la fin de saison. On ne sait pas ce qui peut arriver. Aujourd’hui, on semble satisfait de mon travail, mais peut-être que, demain, on sera complètement insatisfait. La difficulté de notre métier est là. On brûle vite ce qu’on a aimé et ce qu’on brûle le plus vite, c’est les entraîneurs. Aujourd’hui, ce qui est important pour moi, c’est d’être confiant, de témoigner de la confiance aux joueurs, d’inspirer la confiance. C’est aussi l’une des faces méconnues de ma personnalité. C’est difficile de parler de soi, mais je pense être davantage qu’un père fouettard. Je suis loin de tout ça. Je suis aussi quelqu’un qui aime rire, sourire, être complice avec mes joueurs.

« Aujourd’hui, je suis à Toulouse et je n’ai qu’une envie : c’est d’aller visiter les Pyrénées. » Pascal Dupraz

Finalement, comment il est Pascal Dupraz en dehors de son banc ?
Tous ceux qui me connaissent savent que je suis marrant. Après, j’ai un tantinet de mauvaise foi chez moi. Je n’ai pas un caractère très simple, je ne suis pas quelqu’un de lisse et je n’engendre pas la mélancolie. Comme je suis entraîneur, je suis aussi entraînant. C’est moi, c’est mon éducation, et je suis généreux, même trop par moment.

On vous sent aussi très ouvert.
Oui, j’aime lire. Aujourd’hui, je suis à Toulouse et je n’ai qu’une envie, c’est d’aller visiter les Pyrénées. La politique m’intéresse aussi, mais on ne peut pas en faire. J’ai le droit d’avoir des amis, mais je n’ai pas le droit d’en parler. Ce qui se passe dans le monde me consterne. À mon avis, on ne va pas assez à l’essentiel. Pour moi, l’essentiel c’est l’amour. Si les gens s’aimaient un peu plus, on se taperait un peu moins dessus.


Est-ce qu’aujourd’hui, vous êtes un homme heureux ou simplement un éternel insatisfait ?
Un entraîneur insatisfait parce que je ne connais pas, à part peut-être un ou deux, un coach satisfait. Il n’y a qu’à regarder ce qui arrive actuellement à Laurent Blanc. On pourrait considérer que c’était un entraîneur heureux. Malheureusement, le PSG s’est cassé la gueule contre Manchester City. Pour ce qui est de ma personne, je suis un coach perpétuellement insatisfait, mais je suis un homme heureux parce que j’ai des personnes autour de moi qui m’aiment, une compagne qui me comble, des enfants incroyables, instruits, brillants. Ils forcent mon admiration. Je sais que quelque part, dans ce monde, je suis quelqu’un de nanti. Je ne l’oublie pas, non plus. La première fois de ma vie où je me suis retrouvé au chômage, je le disais déjà. Parce que quand j’ai été à Pôle emploi, j’ai été reçu par le directeur de l’antenne de mon département, je n'ai pas fait la queue, je percevais des allocations chômage au plafond, donc je touchais toujours beaucoup plus que certaines personnes qui travaillent. Il faut le prendre en considération. Je suis travailleur, mais il y a beaucoup de personnes travailleuses qui n’ont pas eu la chance que j’ai eue.


D’avoir connu le monde de l’entreprise, ce n’est pas finalement ça qui fait votre différence ?
D’aussi loin que je me souvienne, j’ai connu ce monde depuis tout petit. Mon père avait une PME, donc je suis conscient qu’il y a des ouvriers, des gens dans les bureaux, des patrons, et je me suis toujours accommodé de tout ça. Ma chance, aussi, c’est d’avoir pu choisir quand j’allais m’arrêter. Quand je me suis retiré en 1991, je voulais rentrer chez moi et j’ai pu me construire.

Est-ce que vous avez encore des limites ?
Moi, non, les autres s’en chargeront pour moi. J’ai une action ténue : les résultats que j’obtiens dans les clubs où je travaille. Je ne suis pas carriériste, ce qui m’importe est de bien faire mon travail là où je suis. Mon travail est immédiat et je voudrais conduire les joueurs du Téfécé au maintien. Ce seront toujours les joueurs qui se maintiendront, jamais personne d’autre. Si j’arrive à mes fins, ça fera déjà un bel exploit.


Propos recueillis par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 18:09 Pronostic Juve Barça : 365€ à gagner sur l'affiche de C1 ! lundi 20 novembre 280€ à gagner avec Naples & Dortmund - Tottenham
Hier à 16:42 Le capitaine de l'Atalanta reçoit un disque d’or 15 Hier à 13:30 Vincent Labrune veut lancer une nuit du football 33 Hier à 12:03 Tavecchio accusé de harcèlement sexuel 45
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 08:15 Mexique : un assassinat lié au procès FIFA 17 lundi 20 novembre Galway United : vingt matchs en vingt-quatre heures 4 lundi 20 novembre Des associations d'ultras français s'unissent pour leur liberté 21 lundi 20 novembre Une pancarte « Wenger Out » lors d'une manifestation au Zimbabwe 26 lundi 20 novembre Il marque et adresse un doigt d'honneur à son coéquipier 15 lundi 20 novembre Ce but marqué en D8 anglaise va vous émouvoir 29 lundi 20 novembre Le merveilleux csc de Fankaty Dabo 15 dimanche 19 novembre Un supporter s'installe en tribune avec son scooter à Crotone 14 dimanche 19 novembre Le carton rouge complètement idiot de German Lux 17 dimanche 19 novembre Italie : « Ancelotti, Conte, Allegri, Ranieri et Mancini » ciblés par Tavecchio 29 dimanche 19 novembre Tapie : « C'est la plus belle cure de chimiothérapie » 9 dimanche 19 novembre Le raté de l'année signé Neal Maupay 13 samedi 18 novembre Orlando City donne 280 000 euros pour les victimes de l’ouragan Maria samedi 18 novembre Chris Coleman, du pays de Galles à Sunderland 3 vendredi 17 novembre 320€ à gagner avec Caen-Nice & Espanyol-Valence vendredi 17 novembre Une enquête du fisc espagnol menace le poste de Tebas 51 vendredi 17 novembre Le classement FIFA réformé après le mondial 39 vendredi 17 novembre Bebeto rejoint le parti politique de Romário au Brésil 8 vendredi 17 novembre Chapecoense assure son maintien 3 vendredi 17 novembre Deux éducateurs d'un club amateur écartés pour radicalisation 131 vendredi 17 novembre L’effigie d’un serial killer sur le drapeau d’un supporter 24 jeudi 16 novembre Parme passe sous pavillon chinois 41 jeudi 16 novembre Mondial 2022 : Le Qatar fixe un salaire minimum pour les travailleurs immigrés 24 jeudi 16 novembre Des spectateurs payés pour remplir les stades du Qatar 91 jeudi 16 novembre Corinthians sacré champion du Brésil 23 mercredi 15 novembre La boulette de Carragher lors d'un match amical 8 mercredi 15 novembre Les Danois arrosent un plateau TV avec de la bière 11 mercredi 15 novembre Valderrama fait de la prévention contre le cancer des testicules 14 mercredi 15 novembre Poursuivi pour corruption, un ancien dirigeant argentin se suicide 15 mardi 14 novembre Un jeune joueur suspendu par son club après un salut fasciste 46 mardi 14 novembre Des drapeaux LGBT sur les poteaux de corner anglais 33 mardi 14 novembre Tony Chapron va prendre sa retraite 48 mardi 14 novembre Les Suédois ont cassé le plateau d'une chaîne de TV après la qualif' 30 lundi 13 novembre Évra tracte une Jeep à Dubaï et promet de revenir plus fort 103 lundi 13 novembre Ryan Giggs futur directeur d'une académie au Vietnam 13 lundi 13 novembre Le GRAND TOURNOI de la #SOFOOTLIGUE 40 lundi 13 novembre Benzema : « Il ne faut pas être bête... » 189 lundi 13 novembre OM : la photo souvenir d'Évra 43 dimanche 12 novembre Le geste de grande classe de la réserve du Rayo Vallecano 14 dimanche 12 novembre Un penalty d'une dimension parallèle marqué en D4 roumaine 21 dimanche 12 novembre Le golazo de Ronaldinho 23 dimanche 12 novembre Un chien tacle un joueur en plein match de D3 argentine 20 dimanche 12 novembre Un gardien explose le record de matchs de Peter Shilton 14 dimanche 12 novembre Real Madrid : 450 millions d'euros pour Neymar ? 59 samedi 11 novembre Privé d'arbitrage à cause de son nom 22 samedi 11 novembre Van Basten teste des nouvelles règles en D4 néerlandaise 28 vendredi 10 novembre Mondial 2018 : un ancien responsable russe reconnaît avoir détourné 735 000 euros 5 vendredi 10 novembre Bernard Ross toujours porté disparu 28 vendredi 10 novembre Un joueur de NBA lâche un « Matuidi Charo » en plein match 49 vendredi 10 novembre Le but classieux de Lys Mousset lors de France-Bulgarie 6 jeudi 9 novembre Coupe du monde : Un rapport inquiétant du Conseil des droits de l'homme de la FIFA 9 jeudi 9 novembre Ben Arfa piégé comme un bleu par Hanouna 50 jeudi 9 novembre Le but de furieux signé Keisuke Honda en Coupe du Mexique 16 jeudi 9 novembre Rémi Garde reprend du service à l'Impact de Montréal 18 jeudi 9 novembre Guangzhou : Cannavaro remplace Scolari 3 mercredi 8 novembre 735€ à gagner avec France, Brésil & Allemagne 2 mercredi 8 novembre So Foot Club 100% Neymar 7 mardi 7 novembre Le coach de Vélez Sársfield démissionne, car on lui a craché dessus 10 mardi 7 novembre Modène fait faillite 12 mardi 7 novembre Manfredonia perd un match sur tapis vert en Serie D 5 mardi 7 novembre Il entre sur le terrain en glissant sur les escaliers 14 mardi 7 novembre Ronaldo de retour au Corinthians ? 54 mardi 7 novembre Polémique autour des secouristes d'un match de D4 allemande 19 mardi 7 novembre Un match de Gambardella interrompu à cause d'un sabre 24 mardi 7 novembre Un fan anglais mate Chorley-Fleetwood depuis sa fenêtre 17 mardi 7 novembre Allemagne : le chef de la VAR limogé pour favoritisme 17 mardi 7 novembre Maradona va jouer avec le président Maduro 39 lundi 6 novembre Al Ahly veut déposer un recours contre l'arbitrage 22 lundi 6 novembre Makelele nouvel entraîneur d'Eupen 24 lundi 6 novembre L'attentat d'Ignacio Fernández pendant River-Boca 25 lundi 6 novembre Cannavaro du Tianjin Quanjian au Guangzhou Evergrande 6 dimanche 5 novembre Le tacle assassin d'un U17 de Fenerbahçe face à Galatasaray 22 dimanche 5 novembre Le but magnifique de Meijers face au Feyenoord 1 dimanche 5 novembre Yoann Barbet humilie un adversaire pendant Brentford-Leeds 8 dimanche 5 novembre Al-Quwa Al-Jawiya remporte l'AFC Cup 5 dimanche 5 novembre Le Wydad remporte la Ligue des champions africaine 12 samedi 4 novembre 259€ à gagner avec Man City & Inter Milan samedi 4 novembre Chengtou, premier club tibétain dans une ligue professionnelle chinoise 15 samedi 4 novembre Marco Simone viré par le Club africain 23 samedi 4 novembre La pelouse du club d'Hyde United prend feu face à MK Dons 5 samedi 4 novembre EXCLU : 120€ offerts pour parier chez Unibet ! vendredi 3 novembre Patrice Évra mis à pied par l'OM 54 vendredi 3 novembre LE RÉCAP DE LA #SOFOOTLIGUE: BILAN DU MOIS D'OCTOBRE 8 vendredi 3 novembre L'Albirex Niigata Singapore champion du Singapour 4 vendredi 3 novembre Un club de D4 roumaine a payé ses supporters pour jouer 6 vendredi 3 novembre MHD présente le nouveau maillot du Cameroun 9 jeudi 2 novembre 326€ à gagner avec Valence & Porto jeudi 2 novembre Un jeune espoir belge décède d'une crise cardiaque 10 jeudi 2 novembre La blessure impressionnante d’Ustari 9 jeudi 2 novembre Un joueur de MLS suspendu pour violences conjugales 13 jeudi 2 novembre Un joueur argentin prend deux cartons jaunes en dix secondes 10 mercredi 1er novembre Ballon d'or africain : la liste des 30 nommés 28 mercredi 1er novembre L'ancien international ghanéen Abubakari Yakubu est décédé 13 mercredi 1er novembre Envahissement de terrain pendant l'entraînement d'Al Ahly 4 mercredi 1er novembre Les joueurs du Club africain refusent de s'entraîner 3 mercredi 1er novembre Le superbe but d'une joueuse de Nancy face à Grenoble 3 mercredi 1er novembre Boca Juniors interdit les cheerleaders à la Bombonera 16 mercredi 1er novembre Éric Abidal cartonne la prolongation de Deschamps 51 mardi 31 octobre 350€ à gagner avec Séville & Naples - Man City mardi 31 octobre Pronostic Besiktas Monaco : 500€ à gagner sur le match de C1 ! mardi 31 octobre Un entraîneur de D4 anglaise contraint de rejouer 1 mardi 31 octobre Le but « messiesque » d'un jeune de 14 ans du Benfica 11 mardi 31 octobre L’entraîneur d’Ipswich pète un câble en conférence de presse 21 mardi 31 octobre Pour Diego Maradona, Sampaoli est « un charlatan » 19 mardi 31 octobre Il se coince dans un mur pour assister à un match de Boca 11 mardi 31 octobre Le but insolent de Marcus Maddison avec Petersborough 11 lundi 30 octobre La Pro League belge envisage d'impliquer les entraîneurs pour la VAR 13 lundi 30 octobre Un promu en D2 chinoise offre 3,5 millions d’euros à ses joueurs 8 lundi 30 octobre 225€ à gagner avec Man U, Bayern & Atlético 3 lundi 30 octobre Des joueurs feront leur coming out dans le jeu Football Manager 2018 82 lundi 30 octobre La minute la plus folle en Angleterre 23 lundi 30 octobre Colombius Crew pourrait changer de ville 7 dimanche 29 octobre Malbranque rebondit à Chasselay ! 8 dimanche 29 octobre Deux Dunkerquois en viennent aux mains pour tirer un penalty 17 dimanche 29 octobre L'hommage des fans de Willem II à Fran Sol dimanche 29 octobre Thuram : « Je me demande s'il y a une réelle volonté d'en finir avec la haine » 62 dimanche 29 octobre Bittolo se fait poser dix points de suture sur le pénis à cause d'un coéquipier 17 dimanche 29 octobre Expulsé pour avoir uriné en plein match 9 vendredi 27 octobre Le Récap "Coupe de la Ligue" de la #SOFOOTLIGUE 7 vendredi 27 octobre Pronostic Lille OM : 380€ à gagner sur le Bielsasico ! vendredi 27 octobre La Coupe des confédérations remplacée par un Mondial des clubs ? 31 vendredi 27 octobre Olimpia vainqueur de la première CONCACAF League 1 vendredi 27 octobre Youssef Rabeh (WAC) attaqué avant la finale de LDC africaine 4 vendredi 27 octobre Un ultra d’Independiente recherché par Interpol 3 vendredi 27 octobre Shaw « espère rejouer pour Pochettino » 10 vendredi 27 octobre Participez à la Coupe du monde de Football Manager ! 16 vendredi 27 octobre David Trezeguet candidat pour devenir directeur sportif à River 12 vendredi 27 octobre À Tahiti, un arbitre se bat avec un supporter pendant un match 9 jeudi 26 octobre Le ballon du Mondial russe a fuité 47 jeudi 26 octobre Charlotte Lorgeré impressionne au chant pour son bizutage 23 jeudi 26 octobre Un footballeur roumain fait ses débuts avec une prothèse du bras 30