1. //
  2. // 29e journée
  3. // FC Nantes/Évian TG

Daniel, Wass the fuck ?

Meilleur joueur d'Évian depuis plusieurs saisons, réponse danoise à Juninho Pernambucano, serpent de mer récurrent des mercatos d'été, Daniel Wass a tout du joueur bankable. Mais depuis début 2015, le Viking a pris un gros coup de froid, ce qui énerve passablement son entraîneur Pascal Dupraz.

5 3
La Saint-Valentin 2015 gardera un goût amer pour Daniel Wass. Homme fort de la première partie de saison d'Évian, le Danois laisse un peu trop traîner ses crampons sur la cheville de Wylan Cyprien et se prend un rouge direct, quelques minutes à peine après son entrée en jeu au Stade de la Licorne d'Amiens. Les hommes de Pascal Dupraz assurent - victoire 2-0 contre Lens -, à l'exception du Viking qui s'apprête à voir de loin ses collègues empocher des points précieux contre Metz et Lorient. Pour son retour contre Monaco le week-end passé, il ne fait qu'une mi-temps, son remplacement au retour des vestiaires sonnant comme une sanction : « Daniel Wass est comme tous les autres joueurs. Si je l'estime moins bon, mon devoir c'est de le sortir pour laisser la place à un jeune qui se bouge. Je n'ai pas commis un crime de lèse-majesté en sortant Daniel Wass et je pense que j'aurais dû le sortir avant » expliquait Pascal Dupraz, furibond, au micro de RMC après la défaite contre Monaco. Volonté de remobiliser son joueur ? Vrai début de divorce ? Le technicien savoyard n'en était pas à son coup d'essai sur son meilleur joueur, dont il disait, après la défaite à domicile contre Bordeaux le 7 février, qu'à Évian, « il n'y a pas de cador, il n'y a pas de joueur qui, sous le prétexte qu'il est dans le viseur de certains clubs, doit faire l'économie d'une course, d'un replacement ou d'un pressing » . Depuis le 10 janvier, et une passe décisive contre Rennes (1-1), le Danois n'a plus été décisif pour son équipe. Ce qui explique peut-être le courroux d'un Pascal Dupraz habitué à beaucoup mieux depuis que Daniel Wass est sous ses ordres.

MVP d'Évian depuis 2013


Depuis le début de saison, le milieu offensif ou latéral droit enchaînait les prestations de haute volée : 8 buts - dont trois coups francs directs, 4 passes décisives, et une influence cruciale dans le jeu de l'ETG. Des statistiques qui suffiraient à pas mal de joueurs sur une année complète et qui expliquent l'intérêt de nombreux clubs comme Lyon, Marseille, Saint-Étienne ou encore la Fiorentina. Interviewé dans So Foot Junior, le joueur semblait vivre cette mise en lumière avec sérénité et affichait un penchant pour le championnat allemand. Après une saison 2013-2014 convaincante (30 matchs, 8 buts), l'international danois avait déjà suscité l'intérêt de plusieurs clubs à l'été 2014, avec notamment une offre ferme de l'AS Saint-Étienne jugée à l'époque « largement insuffisante » selon une source du club savoyard. Alors que son contrat prend fin en 2016, l'ETG s'est fait à l'idée de perdre son joyau, ce que Dupraz avait clairement déclaré dans la presse. Sauf qu'aujourd'hui, l'entraîneur n'en est plus à souhaiter le meilleur à son soldat, mais plutôt à solliciter un dernier effort : « Apparemment, tous les gagnants du Loto perdent la boule. Il pense avoir gagné au Loto, mais moi ce que j'espère, c'est que notre club gagne au Loto avec lui, avant que lui se goinfre » .

Et si Daniel Wass ne partait pas cet été ?


Dans l'encadrement d'Évian, on se refuse à commenter la situation du Danois et à parler de son état d'esprit actuel, même si les propos de Dupraz laisse évoquer une baisse de motivation assez claire. Reste à savoir si la technique du coach de l'ETG est la bonne pour un joueur qui, à bientôt 26 ans, arrive à un tournant de sa carrière. Et donc à un choix difficile. L'an passé déjà, son transfert semblait acquis, mais les exigences financières du club avait refroidi les poursuivants, ce que le joueur avait accepté de bonne grâce. Pour le prochain mercato, il se dit qu'Évian espère recevoir 5 millions d'euros, mais pourrait céder à 3. À moins que les nombreux clubs intéressés ne soient de nouveaux refroidis, cette fois-ci par la méforme prolongée du joueur. Selon The Bild, des émissaires d'Hambourg sont venus l'observer cet hiver et sont repartis perplexes quant à son niveau réel... À force de se voir déjà ailleurs, Daniel Wass va peut-être récolter une année de plus à tirer dans la région de Thonon-les-Bains. Pascal Dupraz a bien dit de lui qu'il est « chuchoté un peu partout, comme l'année dernière, mais rien n'est arrivé sur le bureau du président » . Ou plutôt pas assez...

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Il est déjà parti dans sa tête, et le club a besoin de thunes pour boucler le budget et finir le centre d'entraînement. De plus, Gilles Sunu est arrivé pour le remplacer à droite.
Je l'aime bien ce joueur. Seul bémol selon moi, on l'a tellement trimbalé un peu partout sur le terrain qu'il a pas spécialement de poste prédéfini à mes yeux. Et ca, ca peut jouer en sa défaveur.

En revanche, c'est clair qu'il mérite autre chose que l'ETG, malgré tout le respect que j'ai pour eux. Faire un an de plus en L1 serait pas forcément le choix le plus bénéfique. Un départ en Allemagne serait le plus judicieux, après a voir selon le club qui le recrute.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Les maux de Cristiano
5 3