En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 37 Résultats Classements Options
  1. // Interview Michel Bastos
  2. // Partie 1

« Daniel, mon ange gardien, est toujours là avec moi »

De lui, on se souvient surtout de ses passages à Lille et à Lyon, de ses coups de canon du pied gauche et de son inlassable sourire. Mais l’histoire de Michel Bastos est bien plus riche que cela. Aujourd’hui à São Paulo, le milieu auriverde s’est livré dans la langue de Molière en profondeur sur son parcours. Entre blessures intimes, peur de l’échec à ses débuts et attachement viscéral à la France. Première partie, son enfance et ses débuts pros.

Modififié
Tu as grandi à Pelotas, ville située au Sud du Brésil et non loin de la frontière uruguayenne, dans un quartier très modeste baptisé par ses habitants « Zona » . Quels souvenirs gardes-tu de ton enfance là-bas ?
C’était effectivement le surnom de la ville où j’ai grandi. Je garde de bons souvenirs de mon enfance, ça se passait bien. Presque toute ma famille habitait dans le même quartier. Je n’ai pas une enfance riche on va dire, mais je n’ai gardé que des bons souvenirs de cette période. Aujourd’hui, les enfants jouent beaucoup aux jeux vidéo et sur internet, mais nous, on s’amusait d’une autre façon. J’en ai bien profité. J’ai eu la chance d’avoir des parents qui m’ont bien éduqué, même s’ils n’avaient pas beaucoup d’argent. Ils ont tout fait afin que je puisse vivre une belle enfance.

Là-bas, dans l’État du Rio Grande do Sul, pays de gauchos reconnu, on dit que c’est l’antithèse de la carte postale carioca classique. Il pleut toute l’année, fait froid en hiver, et les habitants affectionnent plus le vin que la caïpirinha glacée…
Oui, c’est vrai, c’est le Sud. C’est une partie du Brésil où il fait plus froid, plus humide. L’hiver, il ne fait pas très beau. Mais l’été, il fait chaud et il y a la plage. Après, c’est vrai que ce n’est pas l’endroit où on va envoyer un touriste français la première fois s’il arrive au Brésil et qu’il souhaite visiter (rires). C’est mon quartier, c’est ma ville. J’aime beaucoup. Mais comme je t’ai dit, il faut éviter à certaines périodes de l’année… (rires) C’est vrai aussi que les gens là-bas boivent beaucoup de vin. Ça fait partie de la culture, c’est très propre au Sud du Brésil en fait. Ce n’est pas aussi bon qu’en France, mais ils font des bons vins.


Ton père Argeu, qui a mené une carrière en tant que latéral gauche dans la région entre 1977 et 1987, a dit de toi un jour : « Michel est aujourd’hui ce que j’ai toujours voulu être. » On la prend comment, une phrase comme ça de la part de son père ?
C’est une très grande fierté parce qu’ici, au Brésil, 95% des garçons veulent être footballeurs. Mais seulement 4-5%, un pourcentage vraiment faible, y parviennent. Mon père a eu l’opportunité de jouer comme professionnel, mais des problèmes dans la famille l’ont contraint à arrêter à l’âge de vingt-sept ans. Il n’a donc pas pu réussir. Il a ensuite vu que j’avais l’opportunité de réussir. Si je suis vraiment tout ce qu’il a voulu être, c’est un rêve. Pour moi, pour lui. C’est une fierté de voir mon père heureux, ma mère et ma sœur également. Puis quand je vois que ma femme est fière de moi, tout comme mes enfants… J’ai un fils qui a neuf ans et j’espère qu’il sera un homme bien, comme je crois l’être. Quand je suis bien dans mon travail, que je réussis, que je vais bien dans ma vie personnelle, je sais que mon père est heureux.

Il se murmure que ton prénom aurait été choisi par ton père en hommage à Michel Platini
En fait, plus jeune, mon père était très fan de Michel Platini et aussi de Daniel Passarella, un joueur argentin. Comme j’ai un frère jumeau, il a donc choisi de nous donner leurs deux prénoms, Daniel et Michel. Mon père a bien choisi parce que ce n’est pas n’importe qui, Michel Platini (rires).

C’est vrai que, plus jeune, on te surnommait « Pérola negra » (perle noire en français, ndlr) ?
Quand j’étais petit, à l’âge de neuf ans, je jouais avec des garçons de quinze-seize ans, voire plus parfois. C’est pourquoi mon père m’appelait comme ça. Puis je me souviens qu’après la Coupe du monde 2010, un mec du Sud du Brésil, de Pelotas je crois, a fait une musique où il parle de moi. Le nom de la musique, c’est « Perle noire » . C’est un morceau qui raconte mon histoire.

Vidéo

Dans ta jeunesse, ta famille et toi avez été confrontés à une tragédie indicible. Le 1er août 1987, la veille de ton cinquième anniversaire, ton frère jumeau décède sous tes yeux lors d’un accident de voiture. « Michel tire sa force de son ange gardien, Daniel. Il l’accompagne partout et tout le temps » , s’épanchait, il y a cinq ans, ton père. Tout ce que tu as fait dans ta vie, c’était aussi pour ton frère ?
Je suis catholique et je crois qu’on a tous un ange gardien qui nous aide. La perte de mon frère n’a pas été facile. Il y a des gens qui y croient et d’autres qui n’y croient pas, mais pendant un très long moment, je sentais mon frère à côté de moi. Je sentais qu’il était toujours là avec moi. Même aujourd’hui encore, d’ailleurs. Je ne l’ai pas oublié, même si j’ai dû aller de l’avant. Dans ma carrière, si j’ai connu cette réussite, c’est grâce à mon frère. Parce que je savais qu’il était avec moi. Je lui rends toujours hommage, je cite son nom quand j’en ai la possibilité. J’ai aussi des tatouages sur mon corps qui font référence à lui (son prénom est tatoué sur son bras droit, ndlr). Il est parti très tôt, mais comme je l’ai dit, son esprit est toujours là. Plus jeunes, on était inséparables. On faisait tout ensemble. On jouait ensemble. Jamais tu n’avais un moment où il était de son côté et moi du mien. C’était ça jusqu’à cinq ans, l’âge où j’ai perdu mon frère. J’ai toujours des images de lui, je n’ai jamais oublié. Ce ne sont que des bons souvenirs. Parfois, je vois des frères jumeaux ensemble, et moi, je m’imagine si je l’avais à mes côtés. Je me dis que lui aussi aurait peut-être pu connaître une réussite comme la mienne. Peut-être qu’il aurait eu cette possibilité, on ne sait jamais… Mais la vie a fait qu’il n’est plus là.

À treize ans, tu quittes l’école pour te consacrer au foot. Mais que ce soit à Porto Alegre ou São Paulo, tu n’es pas gardé après de nombreux tests effectués. Est-ce que tu as douté du fait de réussir à devenir professionnel ?
Bien sûr qu’on doute dans ces moments-là. Il y a eu des moments où je me disais que j’allais réaliser mon rêve, que j’allais réussir. Puis, du jour au lendemain, ça changeait. Tu te dis alors que tu vas être comme plein d’autres garçons et que tu ne vas pas réussir. Depuis tout petit, je savais que ça n’allait pas être facile. Mon père voyait que je voulais être footballeur, mais il me préparait aussi à ce que je n’y arrive pas. Il a donc toujours travaillé ma tête, on va dire, avec toujours cette possibilité de ne pas réussir à être footballeur. Je savais qu’il y avait cette possibilité. Mais je n’ai pas lâché, j’ai toujours travaillé. Pourtant, j’ai passé des moments à me dire : « Voilà, c’est fini. Je ne vais pas réussir. Je vais rentrer chez moi et retourner à mes études. » J’ai fini par y parvenir et je suis fier de moi, car c’est ce que je souhaitais depuis que je suis tout petit. Je ne savais pas faire autre chose. Depuis, j’ai fait de beaux enfants, c’est vrai (rires). Mais hormis ça, je ne sais que jouer au foot.



Puis tu t’imposes finalement à l’EC Pelotas, en Serie C brésilienne, et files ensuite découvrir le Vieux Continent au sein du club néerlandais de Feyenoord Rotterdam. Mais ça ne se passe pas comme tu le souhaites…
Déjà, je pense que c’est parce que j’étais très jeune. Et seul aussi. C’est la première fois que je quittais mon pays pour aller en Europe… Ce n’était pas évident. Je ne parlais pas la langue et ce n’était pas facile à apprendre. J’ai tout fait, j’ai tout essayé, mais ça n’a pas fonctionné. Il fallait que j’attende encore un petit peu. Je venais d’être professionnel, je ne pense pas que j’avais encore le bagage émotionnel pour partir. Encore plus seul. J’aurais dû être plus patient. Mais c’est la vie, ça s’est passé comme ça. J’ai eu ensuite la possibilité de rentrer dans mon pays et tout est rentré dans l’ordre.

Justement, après un retour salvateur de trois années au Brésil, tu retentes le pari de l’Europe et atterris à Lille, en 2006. Et là, tu exploses tout sur ton passage…
Oui, parce que c’était différent. Il y avait une autre structure, différente. J’étais venu avec ma femme et j’avais mûri dans ma tête. C’était totalement différent de mon passage à Feyenoord. J’ai passé de bons moments, de très bons moments dans un club qui m’a superbement accueilli. Après, c’est vrai que j’ai eu six mois d’adaptation un peu difficiles, ce qui est normal. Il fait froid à Lille, il faut supporter ça, hein (rires). Là-bas, je me suis dit que si je ne réussissais pas maintenant en Europe… C’était ma dernière chance. Pour nous, les Brésiliens, ce n’est jamais évident de quitter le pays. Encore plus quand tu rejoins un club comme Lille et le championnat de France. J’ai tout fait pour m’imposer. J’ai supporté le mauvais temps, le froid. Et dès que j’ai mis un pied en France, je me suis dit que j’allais apprendre la langue. C’était la première chose à faire selon moi. Car je déteste entendre les gens parler et ne pas comprendre. Je ne supporte pas ça. Six mois après, je parvenais à comprendre la langue. Je crois que ma réussite a commencé par là. Je dois beaucoup à Lille, beaucoup à ce club parce qu’ils ont tout fait pour que je réussisse. J’ai pris cette expérience à Lille en exemple afin de réussir ailleurs, comme à Lyon ou à Schalke.

Au Brésil et aux Pays-Bas, tu évoluais comme latéral gauche. Au LOSC, Claude Puel t’a fait monter d’un cran en raison de tes qualités offensives. Est-ce que c’est le tournant de ta carrière selon toi ?
Je n’ai jamais commencé comme latéral gauche à Lille. Le premier jour où j’ai serré la main de Claude Puel, il a regardé le président et lui a dit : « Ici, un joueur qui a marqué autant de buts au Brésil comme il l’a fait et qui a autant de qualités ne peut pas jouer arrière gauche. Ici, il va jouer milieu gauche. » Je n’ai donc jamais joué en tant que latéral gauche avec Claude Puel. Jamais. Même pas lors de mon premier entraînement. Je crois qu’il a eu raison. La façon dont je jouais arrière gauche au Brésil faisait que j’avais plus de qualités pour jouer à un poste plus offensif que défensif. Je pense que même moi, à un moment donné, j’aurais demandé un changement de poste si ça n’avait pas changé. Je n’aurais pas passé que de bons moments au poste de latéral gauche. Comme Claude est un entraîneur qui s’y connaît et sait beaucoup de choses, il a perçu cela tout de suite...




Propos recueillis par Romain Duchâteau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 4 heures 408€ à gagner avec PSG, Lazio & Fiorentina Hier à 12:05 OFFRE SPÉCIALE : 10€ offerts sans dépôt pour parier chez Winamax !!!
il y a 4 heures Golden Boy : Mbappé et Dembélé finalistes 33 Hier à 18:30 Le Récap "Ligue des champions" de la #SOFOOTLIGUE Hier à 14:50 Un U17 suspendu trente ans pour avoir frappé un arbitre 46
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 12:16 Bastian Schweinsteiger : « Je suis ouvert à toutes propositions » 25 Hier à 11:47 Ils ont joué à Marseille ET au PSG (via Brut Sport) Hier à 09:50 Luiz Felipe Scolari va quitter Guangzhou Evergrande 20 jeudi 19 octobre Le très joli but d'Olivier Giroud 36 jeudi 19 octobre Une sauce barbecue géante se frite avec les supporters adverses 27 jeudi 19 octobre Il parcourt 6 000 km pour son club sur Football Manager 30 mercredi 18 octobre Lyon-Duchère : Enzo Reale suspendu 7 matchs 11 mercredi 18 octobre Un club de D3 va construire une tribune debout grâce à un crowdfunding 8 mercredi 18 octobre La roulette insolente de JK Augustin 34 mercredi 18 octobre À Coventry, un fan descend sur la pelouse pour engueuler les joueurs 12 mardi 17 octobre 345€ à gagner avec PSG, Bayern & Juventus mardi 17 octobre 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! mardi 17 octobre Zebina condamné à deux ans de prison avec sursis 13 mardi 17 octobre Le fils de Giovinco ambiance les fans de Toronto 3 mardi 17 octobre Troisième commotion cérébrale en six mois pour Birnbaum 10 mardi 17 octobre Une chèvre s'invite sur un terrain de foot en Grèce 12 mardi 17 octobre Arbitre agressé et baston générale dans un match de U19 32 mardi 17 octobre Un maillot pour Halloween créé à Hawaï 6 lundi 16 octobre 216€ à gagner avec Dortmund, Man City - Naples & Real - Tottenham lundi 16 octobre Taarabt met fin à trois ans de disette 16 lundi 16 octobre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 16 octobre Un joueur de Xanthi (Grèce) sanctionné à cause de la mousse 6 lundi 16 octobre Kaká a joué son dernier match à Orlando 12 lundi 16 octobre Un match retardé à cause des confettis 3 lundi 16 octobre Une équipe de D3 argentine déguisée en Lionel Messi 6 lundi 16 octobre Le missile de Guedes avec Valence 21 dimanche 15 octobre Alessandrini nommé pour le trophée du meilleur nouveau venu en MLS 14 dimanche 15 octobre Un match de foot suivi d'un match de rugby sur le même terrain 11 dimanche 15 octobre Pronostic Inter - Milan AC : 431€ à gagner sur le derby ! samedi 14 octobre L'incroyable raté de Mateta 5 samedi 14 octobre Martin Palermo est champion du monde ! (via Brut Sport) samedi 14 octobre Un club de migrants en Andalousie 4 vendredi 13 octobre Découvrez le mini-foot ! (via Brut Sport) vendredi 13 octobre Derby County clashe Nottingham avec un freestyle de rap 4 vendredi 13 octobre Billericay Town FC (D7 Anglaise) recrute deux SDF 4 vendredi 13 octobre À Brescia, les joueurs interrompent l'entraînement pour éviter un PV 1 jeudi 12 octobre Éric Cantona va chanter du Disney 28 jeudi 12 octobre Le Récap "Semaine Internationale" de la #SOFOOTLIGUE 1 jeudi 12 octobre Villarreal s’attaque aux pigeons 20 jeudi 12 octobre Une équipe éliminée sur tapis vert à cause de ses numéros de maillots 16 jeudi 12 octobre Une séance de tirs au but jouée trois semaines après la prolongation 5 mercredi 11 octobre Le Dynamo Dresde ressort son maillot anti-raciste 22 mercredi 11 octobre La voisine avait planqué 186 ballons 47 mercredi 11 octobre L'improbable dégagement en touche d'un remplaçant du Panama 12 mercredi 11 octobre Le feu d'artifice des supporters bosniens 3 mardi 10 octobre George Weah, président du Liberia ? (via Brut Sport) lundi 9 octobre Mondial 2018 : La folie dans les rues du Caire (via Brut Sport) lundi 9 octobre Ballon d'or : la liste des 30 nommés 84 lundi 9 octobre 245€ à gagner avec France-Bélarus & Lettonie-Andorre lundi 9 octobre Quand le pays de Galles foire sa photo d’avant-match 13 lundi 9 octobre Le caramel de quarante mètres d'une joueuse de l'OL 19 lundi 9 octobre Raté incroyable en D4 néerlandaise 6 lundi 9 octobre Ballon d’or : Kane et Lewandowski sont bien là 15 lundi 9 octobre Pronostic France Bélarus : 670€ à gagner sur le match des Bleus ! 1 lundi 9 octobre Ballon d’or : Suárez, Coutinho et Mertens y sont aussi 24 lundi 9 octobre Paraguay : match interrompu pour violences après huit minutes 3 lundi 9 octobre 12 matchs de suspension pour avoir critiqué le district de Moselle 8 dimanche 8 octobre 35 Hollandais font le déplacement pour voir un match de D6 anglaise 6 dimanche 8 octobre La FIFA veut reformer les trêves internationales 20 samedi 7 octobre Une blessure affreuse en Argentine 9 samedi 7 octobre U17 : des IRM pour contrôler l'âge des joueurs 13 samedi 7 octobre QPR a créé un groupe de supporters LGBT 117 vendredi 6 octobre Un nouveau rapport accable l'organisation du mondial au Qatar 42 vendredi 6 octobre Quand des supporters anglais marquent avec un avion en papier 8 jeudi 5 octobre 267€ à gagner avec Bulgarie-France, la Suisse & Iles Féroé-Lettonie jeudi 5 octobre 545€ à gagner sur Bulgarie France ! jeudi 5 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions !!! jeudi 5 octobre Mondial 2018 : la mise en place de la VAR remise en cause 6 mercredi 4 octobre Ivre, Alex Morgan se fait virer de Disney World 39 mercredi 4 octobre Le gardien prend un but gag, les supporters envahissent le terrain 6 mercredi 4 octobre Une équipe espagnole intégralement formée de Sud-Coréens 15 mardi 3 octobre Un triplé dont deux ciseaux en D2 Suisse 3 mardi 3 octobre Emmanuel Eboué fait taire la rumeur VIH 9 mardi 3 octobre Victime d’un malaise cardiaque, il prolonge son contrat 3 mardi 3 octobre Ribéry a payé le salaire de son frère à Bayonne 29 mardi 3 octobre Des fans en colère parce que leur équipe gagne 10 mardi 3 octobre La terrible faute sur Renato Civelli 2 lundi 2 octobre Rocket League dans la vraie vie (via Brut Sport) lundi 2 octobre Emmanuel Eboué atteint de graves problèmes sanguins 21 lundi 2 octobre Les funérailles du club de Modène organisées par ses supporters 12 lundi 2 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !!! 1 lundi 2 octobre Gignac collecte 241 000 euros pour une fillette atteinte d'une tumeur 4 dimanche 1er octobre Le tifo « Dikkenek » des ultras d'Anderlecht 32 dimanche 1er octobre Il envoie un coup de boule à son coéquipier en plein match 2 dimanche 1er octobre Le ciseau d'Haller 1 samedi 30 septembre Villas-Boas suspendu huit matchs 1 samedi 30 septembre Un club de D6 allemande sponsorisé par une actrice porno 26 samedi 30 septembre Scolari veut envoyer Ancelotti en Chine 4 samedi 30 septembre Le plan machiavélique de Lucas Digne (via Brut Sport) vendredi 29 septembre Le licenciement d’Ancelotti provoqué par cinq joueurs 70 vendredi 29 septembre L'Ukip accusé d'avoir plagié le logo de la Premier League 19 vendredi 29 septembre Griezmann va publier des romans 50 vendredi 29 septembre Le mode "foot en salle" à FIFA... (via Brut Sport)