1. //
  2. // Alemannia Aix-la-Chapelle

Daniel Gómez : « Je préférais jouer les premiers rôles en D2 que d'être un anonyme en D1 »

La nouvelle est tombée comme un coup de tonnerre. L'Alemannia Aix-la-Chapelle est de nouveau en faillite, quatre ans après une première demande de mise sous tutelle, sanctionnée par une rétrogradation administrative en D4. Si la direction a garanti que la saison sera menée à son terme et les salaires payés sans faute, l'avenir est, quant à lui, inconnu. Difficile d'imaginer qu'il y a douze ans, le club recordman de saisons passées en 2. Bundesliga jouait la C3 avec un certain succès. Dans l'équipe, un Français : Daniel Gómez, témoin du dernier âge d'or du club rhénan.

Modififié
Vous avez passé deux saisons à Aix-la-Chapelle, entre 2003 et 2005, après avoir commencé votre carrière à Virton, en D2 belge. Comment s'est faite la transition ?
C'était une énorme inconnue, car à l'époque, la Bundesliga était peu médiatisée à l'étranger, alors imaginez la D2. Les dirigeants de l'Alemannia me voulaient en renfort de leur attaquant vedette Erik Meijer (une sélection avec les Pays-Bas, passé entre autres par Leverkusen, Liverpool et Hambourg, ndlr) et m'ont invité à voir un match pour en discuter. J'ai vu le public et ça a été le coup de foudre immédiat. Là-bas, la 2. Bundesliga est aussi populaire que la première et l'engouement du public est à peu près similaire. Sportivement, j'ai retrouvé les exigences de ma formation au FC Metz que j'avais un peu perdues à Virton, où le niveau est plutôt semi-professionnel.

En deuxième division allemande, l'Alemannia est connue comme le loup blanc. Quelle place au classement visiez-vous en début de saison ?
Comme chaque année, la direction voulait au minimum le haut de tableau. Lors de la saison 2003-2004, les choses se sont mieux passées que prévu puisque nous avons terminé champions d'automne avant de réaliser un parcours exceptionnel en Coupe d'Allemagne (victoires entre autres contre le Bayern Munich et le Borussia Mönchengladbach, ndlr). Malheureusement, c'est cette performance qui a gâché notre saison, puisque nous sortons de la course à la montée à seulement trois journées de la fin.

En Pokal, vous perdez 3-2 en finale face au Werder Brême. Forcément déçu ?
Pas tant que ça, j'ai quand même pu jouer une vingtaine de minutes, c'était sympa. Il faut savoir qu'en Allemagne, il n'y a pas la même culture de la coupe qu'en France. Il est très rare que des petits poucets fassent un gros parcours, donc notre finale était déjà un exploit. Et puis le règlement était différent à l'époque : Brême ayant réalisé le doublé coupe-championnat, c'est nous qui avons empoché le ticket européen.

À l'intersaison, un certain Dieter Hecking débarque au club en tant que nouvel entraîneur. Si tout le monde connaît son nom aujourd'hui, il était encore à l'époque un jeune coach débutant. C'est quelqu'un qui vous a marqué ?
Oh oui, bien plus que son prédécesseur (Jörg Berger, ndlr). Il arrivait de Lubeck, un autre club de D2 (aujourd'hui en D4, ndlr) et on ne le connaissait que de nom. C'était un entraîneur avec de très bonnes idées, qui voulait vraiment apporter un jeu offensif, moderne, moins basé sur le physique que sur la technique. Cela m'a servi personnellement, car je ne suis pas un bagarreur qui va courir quinze kilomètres pendant le match. Je préfère accélérer, faire des appels ponctuellement et me donner pour l'équipe, ce qui collait bien avec son schéma de jeu qu'il voulait basé sur le plaisir et le spectacle.

« Ce sont les coupes qui nous ont fait rater la montée à chaque fois. La Coupe d'Allemagne en 2004, la Coupe d'Europe en 2005. La preuve, quand ils sont montés en 2006, ils n'étaient concentrés que sur le championnat. »

Venons-en à l'aventure européenne de la saison 2004-2005, le point culminant de votre carrière sportive. Quelles étaient vos ambitions en tant qu'équipe de deuxième division ?
Une fois que nous avons réussi à passer le tour préliminaire contre les Islandais du FH Hafnarfjördur, nous voulions avant tout être avec de belles équipes dans notre groupe pour faire plaisir au public. On ne s'en est pas trop mal tiré puisque nous avons hérité du Zénith Saint-Pétersbourg, du FC Séville, de l'AEK Athènes et du LOSC. On a commencé par battre Lille (victoire 1-0, ndlr) avant de perdre 2-0 contre Séville, mais sans être ridicules. Alors on s'est dit qu'il y avait peut-être moyen de croire à la qualification.

La phase de groupes est assez houleuse et la qualification pour les seizièmes de finale intervient in extremis à la dernière journée... grâce à vous.
C'était un but à Athènes qui nous a permis d'atteindre la troisième et dernière place qualificative. Pour autant, cela ne reste pas mon meilleur souvenir, car le stade était relativement vide, puisque l'AEK était déjà éliminé. Je préférais largement les matchs à domicile que nous jouions à Cologne, étant donné que notre stade n'était pas aux normes européennes. Contre le Zénith, c'était devant quarante mille personnes !

Vidéo

Malheureusement, l'aventure prend fin dès les seizièmes de finale face à l'AZ Alkmaar.
(Il soupire) C'est vraiment ma plus grande déception parce qu'on aurait dû gagner. Au match aller, on était ultra-dominé chez nous, mais on est quand même parvenu à faire 0-0. Et au match retour, on mène très vite 0-1 avant qu'ils n'égalisent à l'heure de jeu et que Thomas Stehle ne se fasse expulser avant le dernier quart d'heure. Ils en ont profité pour en marquer un de plus. Je suis certain qu'à onze contre onze, on passait. En plus, cela nous a miné le reste de la saison en championnat, comme la Coupe d'Allemagne l'année précédente. On a terminé sixièmes, et mon histoire à Aix-la-Chapelle s'est arrêtée là.

Vidéo

Finalement, qu'est-ce qui manquait à l'Alemannia pour avoir le profil d'une équipe de première division ?
Vraiment pas grand-chose, si ce n'est un peu de réussite contre les équipes plus faibles, car contre les gros, on répondait toujours présent. Comme je le disais, ce sont les coupes qui nous ont fait rater la montée à chaque fois. La Coupe d'Allemagne en 2004, la Coupe d'Europe en 2005. La preuve, quand ils sont montés en 2006, ils n'étaient concentrés que sur le championnat.

« À Aix-la-Chapelle, on est dans une région qui vit, à Cottbus, dans une région qui survit. Les gens là-bas ont une autre approche de la vie, en partie à cause du fort taux de chômage. »

Vous aviez signé trois ans, mais partez au bout de deux. Que s'est-il passé ?
L'Energie Cottbus est venu me trouver pour me proposer un challenge intéressant : celui de la promotion en Bundesliga. C'est aussi ce que voulait Aix-la-Chapelle, mais Cottbus était plus ambitieux. Ils avaient l'équipe pour monter, alors je me suis dit, pourquoi pas. Et j'ai eu du flair puisque cette saison, on finit troisièmes... derrière l'Alemannia.

Quelles différences y avait-il entre la Rhénanie et l'ex-Allemagne de l'Est ?
Je dois avouer que je ne m'attendais pas à trouver ce que j'ai trouvé. La RDA, c'est un pays que je ne connaissais qu'à travers les livres d'histoire, et la région n'a pas tellement évolué. À Aix-la-Chapelle, on est dans une région qui vit, à Cottbus, dans une région qui survit. Les gens là-bas ont une autre approche de la vie, en partie à cause du fort taux de chômage. En dehors du centre-ville qui est plutôt sympa, il n'y a rien. À Aix-la-Chapelle, vous avez la cathédrale, les rues pavées, les vieilles bâtisses de l'époque gothique, plein d'endroits pour sortir, c'est un super endroit pour habiter. On me reconnaissait dans la rue, je n'ai jamais vécu ça ailleurs. Les gens vivent pour le club, pas pour les résultats, mais pour ce qu'il représente. Qu'on gagne ou qu'on perde, on ne s'est jamais fait siffler, les gens revenaient toujours.

Les choses ont bien changé depuis votre passage. Après une première banqueroute en 2012, le club évolue depuis en D4 et s'est annoncé de nouveau en faillite il y a quelques jours. Vous l'aviez vu venir ?
Non, parce qu'à l'époque, le club avait des bases stables. Les installations étaient super, tout le monde était payé en temps et en heure, le stade était toujours plein, à l'époque où je jouais, on avait douze ou treize mille abonnés, rien ne pouvait laisser présager ça. Après, de que j'ai compris, c'est leur nouveau stade qui a plombé les comptes (32 000 places, construit en 2008 pour quarante-six millions d'euros et racheté par la ville pour un euro symbolique lors de la première faillite, ndlr). Je l'ai vu, il est pas mal, mais ça ne vaudra jamais l'ancien.

Qu'est-ce qui peut sauver l'Alemannia aujourd'hui ?
Repartir de zéro. Depuis quatre ans, ils luttent juste pour s'en sortir et ils n'y arrivent pas, malgré le fait qu'ils arrivent encore à attirer pas mal de monde pour un club de quatrième division. À ce niveau-là, peu peuvent prétendre faire aussi bien.

« En 2010, j'ai signé un an à Chypre parce que je voulais absolument passer ma dernière saison pro au soleil. Le championnat n'était pas terrible, que ce soit au niveau sportif ou de la corruption. Mais niveau vacances, c'était génial. »

Votre carrière professionnelle (1997-2011) s'est effectuée dans sa grande majorité au sein d'équipes de D2. C'est à Aix-la-Chapelle que vous gardez les meilleurs souvenirs ?
Sportivement, oui. Mais humainement, je me suis plus éclaté dans des clubs comme Virton ou Maastricht. Après, j'avoue que je n'ai jamais attaché trop d'importance au fait de jouer en deuxième division. Le plus important, c'était de jouer. Et je préférais jouer les premiers rôles en D2 que d'être un anonyme en D1.

Vous n'avez aucun regret aujourd'hui ?
Non, j'ai trente-huit ans, je travaille désormais dans l'immobilier au Luxembourg et je joue dans un club amateur en Belgique pour garder la forme car je suis devenu un habitué de la troisième mi-temps (rires) ! Globalement, j'ai eu une belle carrière, même si elle ne m'a pas rapporté beaucoup d'argent. En 2010, j'ai signé un an à Chypre parce que je voulais absolument passer ma dernière saison pro au soleil. Le championnat n'était pas terrible, que ce soit au niveau sportif ou de la corruption. Mais niveau vacances, c'était génial.

Une dernière chose : après votre saison avec Cottbus, vous finissez troisième, une place synonyme de montée en Bundesliga. Pourquoi être parti ?
(Il soupire.) Ah... c'est le cœur qui a parlé. Metz, mon club formateur, m'a rappelé pour me proposer le pari de la montée en D2. C'était Francis De Taddeo, mon coach chez les jeunes, qui avait pris les rênes de l'équipe, alors j'ai dit oui... avant de me blesser six mois. C'est peut-être mon seul vrai regret au fond. J'aurai dû tenter l'expérience en Bundesliga, au moins pour voir, et puis j'aurais plus d'argent sur mon compte en banque !



Propos recueillis par Julien Duez
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Entretien intéressant, il a l'air sympa le Daniel.

J'avais lu quelque part que la 2. Bundesliga était le 5e championnat européen en terme d'affluence, quelqu'un pour confirmer?
Même si l'article que j'avais vu date, il me semble bien que tu as raison.
GrunWeiss Niveau : DHR
Je ne connais pas les affluences des autres championnats, mais pour la saison en Court Saison la 2. BuLi tient une moyenne de 20.858 spectateurs par match, Avec Stuttgart qui tient un solide 47.229 de moyenne (plus fort), et Sandhausen qui plafonne a 6.243 (plus Faible).
Source: http://www.fupa.net/liga/zweite-bundesliga/zuschauer

Et oui, les allemands aiment les stats. Et encore oui, cette moyenne est énorme.
GrunWeiss Niveau : DHR
Ah ben en fait c'est un tout Petit peu plus que la Ligue 1!
20 570 spectateurs.
Source: http://www.lfp.fr/ligue1/affluences/journee

C'est pas Grand Chose de plus, mais le Symbole est fort.
Merci pour l'info, c'est impressionnant en effet. A voir si la L1 remonte un peu avec les rachats de Lille, de l'OM et avec les projets de Lyon, Nice qui s'inscrivent bien dans la durée. C'est dommage parce qu'on ne manque pas de stades neufs ou rénovés récemment (dont ces quatre clubs justement).
4 réponses à ce commentaire.
il y a 2 heures Ménez accusé d'avoir dissimulé sa pubalgie 11
il y a 6 heures Le fils de Pelé retourne en prison 4 il y a 7 heures La mine de Batshuayi qui assomme Arsenal 17 il y a 7 heures Le beau geste de Boateng pour Nouri 8
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
il y a 12 heures Lama répond aux critiques sur la sélection guyanaise 11 Hier à 17:07 Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 9
Hier à 13:36 Manchester City passe au foot US 12 Hier à 10:27 La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 75 jeudi 20 juillet Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 jeudi 20 juillet La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 20 juillet Une remontée historique des Seattle Sounders 19 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 10 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 8 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43 mardi 4 juillet Le prochain SO FOOT en kiosque le 12 juillet 1 mardi 4 juillet Chine : un arbitre tabassé lors d'un match supposé truqué 12 mardi 4 juillet John Terry s'invite sur la fesse d'un supporter d'Aston Villa 15 mardi 4 juillet Un Géorgien se fait tatouer son onze de rêve des Pays-Bas 48 mardi 4 juillet Maradona au match pour Infantino 3 mardi 4 juillet Podolski et la culture japonaise 23 mardi 4 juillet La superbe vidéo de campagne d'abonnement de la Sampdoria 24 lundi 3 juillet Maradona accusé d'agression par une journaliste russe 45 lundi 3 juillet Djibril Cissé signe en D3 suisse 26 lundi 3 juillet Le portrait mural d'Hamšík dévoilé 13 lundi 3 juillet Maradona joue au hockey en Russie 4 lundi 3 juillet Un joueur nord-irlandais fait croire qu'il signe au Barça 13 lundi 3 juillet Éric Besson devient président du Blanc-Mesnil 15 dimanche 2 juillet Le solo de Pato 14
À lire ensuite
L'île de Julian