Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demies
  3. // Juventus-AS Monaco

Dani Brillant

Alors que les projecteurs ont successivement été pointés sur la défense bianconera et sur le duo Higuaín-Dybala, c'est bien Daniel Alves qui a illuminé de son talent cette double confrontation en demi-finale de C1 face à Monaco. La marque d'un très grand.

Modififié
Up, up and away. Daniel Subašić vient de boxer le cuir haut, très haut dans le ciel du Juventus Stadium après un corner de Miralem Pjanić, et Daniel Alves attend que la balle retombe à la portée de son pied droit. En attendant que la sphère redescende, Dani est calme comme un moine. Ou un exécuteur. Et expédie une pure merveille dans le but monégasque. Une douceur en forme de consécration d'une saison où le Brésilien est radicalement monté en puissance. Pour réaffirmer une bonne fois pour toutes qu'il reste l'un des, si ce n'est le meilleur latéral droit du monde. À 34 ans passés.

Dani tout-terrain


Face à Monaco, à l'aller comme au retour, le Brésilien a tout simplement survolé les débats. Son apport offensif, d'abord, a frôlé la perfection de ce qu'on peut attendre d'un latéral moderne. À Louis-II, il avait délivré deux passes décisives fabuleuses à Gonzalo Higuaín. La première d'une talonnade, où il a fait démonstration d'un sens et d'une vision du jeu que peu de joueurs évoluant à son poste peuvent se targuer d'avoir, la seconde d'un centre téléguidé, plus conventionnel, mais tout aussi efficace. Rebelote ce mardi soir, où outre son but, Alves a encore fait démonstration de sa qualité de passe, en servant sur un plateau Mario Mandžukić, qui a conclu en deux temps. Mais l'ancien blaugrana n'aurait pas la confiance d'Allegri s'il n'était pas aussi capable de faire les efforts nécessaires au maintien de l'équilibre défensif de la formation bianconera. Ce mardi, il a joué le rôle de troisième poumon de Barzagli pour veiller à stériliser le danger monégasque numéro 1, Kylian Mbappé, qui à l'exception d'un but finalement anecdotique, est resté relativement impuissant face au mur juventino. Entre prises à deux avec son pote Barzagli et tacles de patron, à l'image de celui qu'il a asséné au prodige monégasque pour mettre fin à une action dangereuse à la 16e minute, Dani a aussi prouvé qu'il savait faire le sale boulot.

Dani l'indiscutable


L'avènement logique d'une saison où le Brésilien aura su balayer tous les doutes qui pouvaient exister concernant sa capacité à s'adapter au football italien et au style Juventus. Abreuvé pendant 8 saisons du football de possession barcelonais, où il ne passait pas franchement la majeure partie de son temps à défendre, Alves débarquait en terre inconnue dans la Botte. Un nouveau championnat où l'ex-Sévillan affiche d'emblée ses ambitions en déclarant texto qu'il est là « pour aider la Juve à réaliser son rêve : remporter une nouvelle fois la Ligue des champions » . Un projet d'abord contrarié quand le Brésilien se fracture le péroné fin novembre face au Genoa, ce qui l'éloigne deux mois des terrains.



Un vulgaire contretemps pour un joueur au mental en acier trempé. Le 22 février, alors que la Juve bafouille encore un peu son football en huitième de finale aller de C1, c'est lui qui inscrit le but du break face au FC Porto, alors qu'il vient à peine d'entrer en jeu. Et permet à la Vieille Dame de repartir du Dragão avec deux buts d'avance. Depuis, Alves n'a plus lâché sa place dans le onze type sur le côté droit, sauf quand Allegri veillait à mettre au repos certains de ses titulaires. Dernièrement, il s'est même payé le luxe de reléguer Juan Cuadrado sur le banc lors de la double confrontation de la Juve face à Monaco. Et Massimiliano Allegri n'a plus qu'à savourer l'adaptation éclair de son nouveau protégé : « Dani Alves a suivi la même voie qu'Évra lors de sa première saison. Lorsqu'il est arrivé, il a beaucoup lutté car il était habitué à un championnat complètement différent... Mais parce que c'est un champion, il comprend le football rapidement et il a réussi à s'adapter... Un champion accomplit normalement cela plus rapidement. À la Juve, c'est comme ça. » Daniel Alves, lui, va disputer sa troisième finale de Ligue des champions depuis le début de sa carrière. Les tifosi de la Juve ne manqueront pas de souligner qu'il a remporté les deux premières. Et que les monstres sacrés ne se lassent jamais de prendre la lumière.

Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 3 heures Une amende de 2250 euros pour Lampard 8 il y a 10 heures GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
il y a 10 heures Pochettino compare l'expérience à des vaches devant un train 27 il y a 10 heures Infantino contre les matchs de Liga aux USA 28