Dani Alves, la tête, les pieds et les micros

Revenu à son meilleur niveau depuis une saison et demie, Dani Alves n’a jamais déçu par son bagou. Une nouvelle preuve en a été donnée la semaine passée lorsque le latéral barcelonais s’en est pris frontalement à la presse espagnole. À raison, n’en déplaisent à certains.

Modififié
25 21
« Ni As, ni Marca. Je ne vais pas répondre à vos questions. Moi, je suis comme Mourinho, je ne parle qu’avec les chefs. » Friand de punchlines et phobique de la langue de bois, Dani Alves se veut une mine d’or pour journalistes. Sauf pour ceux des principaux quotidiens merengues, et plus gros tirages du pays, donc. Cette brouille, vieille de novembre dernier en conférence de presse, n’est pas la première entre le Brésilien et les gratte-papier, ni la dernière. Au lendemain du second derby barcelonais de 2016, le latéral droit du FCB s’est fendu d’un message peu propice aux doutes quant à son attachement pour la presse : « Chaque jour qui passe me donne encore plus honte de faire partie de ce sport (…). Aujourd’hui, nous sommes des objets utilisés par la presse pour son propre bénéfice. On parle toujours moins de football, de stratégie, des actions, des dribbles, des buts, des parades, du spectacle… "Quelle saloperie". » En cause, la couverture médiatique du derby houleux de Copa disputé au Camp Nou, que Dani Alves juge complaisante envers une supposée violence des Pericos. Et s’il n’avait pas tort ?


Une rectification salvatrice


Assez fleuris, les termes du Brésilien résonnent encore dans toutes les rédactions sportives d’Espagne. De Madrid à Barcelone, de Valence à Séville, tout bon journaliste s’est senti offusqué par une telle charge. Dans la foulée, l’Association espagnole de presse sportive, la bien nommée AEPD, souhaite « une rectification » . « Nous ne savons pas quelle pourra être sa prochaine connerie » , insiste Julian Redondo, président de ladite organisation. La correction intervient sitôt le coup de sifflet final du match de Liga remporté face à Grenade : « Il y a un mot que j’ai utilisé et que je retire, mais je maintiens tout le reste. » Dani Alves détaille ainsi dans les coursives du Camp Nou que « certains médias et informations sont de la merde. » Comme preuve, il pointe du doigt la suspension de deux matchs infligée à Luis Suárez pour une brouille supposée à la fin de la manche aller des huitièmes de finale de Copa del Rey. Une punition qui fait jaser, d’autant plus que certains témoins présents dans le tunnel du Camp Nou affirment que Javier Mascherano aurait proféré cette menace à l’encontre des joueurs pericos.


Dans l’esprit de Dani Alves, cette suspension est le fruit des pressions de certains médias pro-Madridistas. Plus que les canards Marca ou As, les talk-shows à forte audience pour décérébrés sont visés : pêle-mêle, les émissions Punto Pelota, El Chiringuito ou celles de Deportes Cuatro. Elles jouent les vierges effarouchées et répètent leur devise passe-partout : « Nous sommes là pour informer. » Un leitmotiv des plus dignes s’il n’était basé sur un autre sport national en Espagne : la polémique. Plutôt qu'analyser l’apport de Luis Suárez, la vista de Neymar ou l’utilité de Rakitić, ces émissions préfèrent s’attarder sur des faits de match, ou de zone mixte, en leur offrant une importance démesurée. Par là même, ces émissions sont les premières à s’attrister des débordements violents. Ce qui fout hors de lui Dani Alves : « Certains médias et informations sont de la merde parce qu’ils n’apportent rien au football. Ensuite, les gens se plaignent de la violence, des insultes (…). Mais il ne faut pas se plaindre de cette violence sur les terrains ou dans les tribunes si les informations sont gonflées. »

Piqué, « merveilleuse minorité » et menace de mort


Entre rivalité et haine, certains médias ne font guère de différence. Un autre protagoniste blaugrana en fait d’ailleurs les frais depuis cet été. Gerard Piqué, grande gueule affirmée et Culé rempli de fierté, aime à se rappeler aux bons souvenirs de ces rivaux héréditaires que sont Real Madrid et Espanyol. Sans méchanceté, sans insulte, ses sorties médiatiques offrent un humour de bon goût, en atteste sa dernière : « Ils forment une merveilleuse minorité. J’espère qu’ils arriveront au moins à remplir leur stade. » La commission de discipline de la LFP, bien aidée par un tapage médiatique de tous les instants, s’est saisie de l’affaire. Ce, alors même que des chants évoquant la mort de son fils Milan et de sa femme Shakira ont été proférés quelques jours plus tôt dans le Cornellà-El Prat… Une certaine vision de la liberté d’expression. Dans un univers du ballon rond toujours plus policé, Dani Alves et Gerard Piqué peuvent certes exaspérer. Ils n’en demeurent pas moins de « bons clients » adeptes du franc-parler. Autant de caractéristiques qui devraient réjouir les rédactions du pays. Ou pas.


Par Robin Delorme
Modifié

Dans cet article

Note : 1
Mais combien sont payés tous ces branleurs membres de comission de disciplines et autres associations inutiles pour décider de ce qui est politiquement correct ?

C'est à gerber. Laissez nous au moins la violence et le spectacle comme au bon vieux temps.

Du pain et des jeux qu'ils disaient.
Non mais t'as vu la gueule du jeu ? et le prix de la baguette sur Paris on en parle ?!
Ne pas commenter pour ne pas insulter.
Pas l'envie qui manque pourtant.

Ce qui me scie quand même, c'est de voir un article pointer les dérives des média espagnols, issu d'un media Français qui, à l'image de TOUS les média français, suit exactement la même voie...

Vous balayez devant votre porte des fois? On compte ensemble le nombre de brève et articles dédiés au jeu vs ceux people, polémiques, faits divers hors du terrain? On suit ensemble l'évolution de ce ratio sur Sofoot au cours des 5 dernières années?
Blatter m'a tuer Niveau : Ligue 2
"Dans un univers du ballon rond toujours plus policé, Dani Alves et Gerard Piqué peuvent certes exaspérer"

Ils m'exasperent moins que sur le terrain pour le coup.

C'est vrai qu'en France on se plaint souvent de n'avoir qu'un quotidien sportif compare a l'Espagne ou a l'Italie. Mais a l'arrivee si c'est pour se taper des journaux de merde comme ca autant en avoir qu'un.
Enfin un article qui pointe les anomalies de ce pays et comment le Barça est attaqué.
Merci Mr Delorme.

Vu sur un tweet qui résume assez bien l'article :
L'Espagne est un pays où l'on peut proférer des insultes racistes à l'encontre de Neymar, mais si Neymar tente un Sombrero il incite à la violence.

L'Espagne est un pays où les médias nationaux peuvent mentir et manipuler chaque jour, mais où l'on s'offusque si Alvès traite ces médias de "poubelle".

L'Espagne est un pays où l'on peut tenter de casser la jambe de Messi impunément, mais si Mascherano nargue (trash-talks) un adversaire après le match, Suarez prend 2 matchs de suspension.

L'Espagne est un pays où l'on peut peut traiter la compagne de Piqué de pute et souhaiter la mort de son fils, mais si Piqué décide de troller, il incite à la violence.
Il n'a pas tort au fond.

Mais il était bien content de faire ses sketchs en conférence de presse l'an dernier en disant qu'il allait partir pour enfin obtenir ce qu'il voulait.
Article intéressant, il devrait être développer par rapport à la thématique des médias football en Espagne, leurs agissements, leurs manières de faire, leur importance, leurs cibles, la vision qu'en ont les acteurs du foot. D'autant que ça ne doit pas exaspérer les seuls Gerard Piqué et Daniel Alves.
SavingPrivateSuarez Niveau : DHR
Message posté par La Leyenda
Enfin un article qui pointe les anomalies de ce pays et comment le Barça est attaqué.
Merci Mr Delorme.

Vu sur un tweet qui résume assez bien l'article :
L'Espagne est un pays où l'on peut proférer des insultes racistes à l'encontre de Neymar, mais si Neymar tente un Sombrero il incite à la violence.

L'Espagne est un pays où les médias nationaux peuvent mentir et manipuler chaque jour, mais où l'on s'offusque si Alvès traite ces médias de "poubelle".

L'Espagne est un pays où l'on peut tenter de casser la jambe de Messi impunément, mais si Mascherano nargue (trash-talks) un adversaire après le match, Suarez prend 2 matchs de suspension.

L'Espagne est un pays où l'on peut peut traiter la compagne de Piqué de pute et souhaiter la mort de son fils, mais si Piqué décide de troller, il incite à la violence.


magnifique citation
C'est sérieux les insultes visant le
gamin de Piqué?

Wow on touche le fond là
Message posté par Two-Face
C'est sérieux les insultes visant le
gamin de Piqué?

Wow on touche le fond là


Yep. Sans doute pas assez raciste pour être répréhensible, je suppose.
FourThreeThree Niveau : CFA
Message posté par La Leyenda
Enfin un article qui pointe les anomalies de ce pays et comment le Barça est attaqué.
Merci Mr Delorme.

Vu sur un tweet qui résume assez bien l'article :
L'Espagne est un pays où l'on peut proférer des insultes racistes à l'encontre de Neymar, mais si Neymar tente un Sombrero il incite à la violence.

L'Espagne est un pays où les médias nationaux peuvent mentir et manipuler chaque jour, mais où l'on s'offusque si Alvès traite ces médias de "poubelle".

L'Espagne est un pays où l'on peut tenter de casser la jambe de Messi impunément, mais si Mascherano nargue (trash-talks) un adversaire après le match, Suarez prend 2 matchs de suspension.

L'Espagne est un pays où l'on peut peut traiter la compagne de Piqué de pute et souhaiter la mort de son fils, mais si Piqué décide de troller, il incite à la violence.


Et les Joueurs du barça sont des bisounours, qui nous couvrent de chocolat, le soleil brille, les oiseaux chantent et je m'en vais de ce pas au stade à dos de licorne voir un match de football avec des supporters en sucre d'orge et chocolat

sérieusement le côté Unicef du barça, on est les gentils, on les victimes, nous seuls comprenons le football

ca va un moment
Message posté par FourThreeThree
Et les Joueurs du barça sont des bisounours, qui nous couvrent de chocolat, le soleil brille, les oiseaux chantent et je m'en vais de ce pas au stade à dos de licorne voir un match de football avec des supporters en sucre d'orge et chocolat

sérieusement le côté Unicef du barça, on est les gentils, on les victimes, nous seuls comprenons le football

ca va un moment


Là n'est pas la question, si on tolère ce genre de chants on ne mène pas d'enquête sur les propos de Piqué, qui incitent sacrément moins à la violence que les chants.

On dirait le début de la décennie, où les chants de supporters de la Juve étaient toujours attaqués, mais on souhaitait la mort des joueurs et des gosses et on en rajoutait une couche sur les morts du Heysel, personne bougeait son cul à la FIGC. Finalement après une ou deux années d'intense réflexion, ils ont décidé de tout condamner.

Ce serait bien que l'équité sur les propos tenus dans et en dehors des stades soit faite et appliquée en Espagne. Je serais pour ne rien sanctionner moi, comme ç'aurait dû être le cas en Italie, sauf si on tape sur les morts.
FourThreeThree Niveau : CFA
Message posté par Charrua
Là n'est pas la question, si on tolère ce genre de chants on ne mène pas d'enquête sur les propos de Piqué, qui incitent sacrément moins à la violence que les chants.

On dirait le début de la décennie, où les chants de supporters de la Juve étaient toujours attaqués, mais on souhaitait la mort des joueurs et des gosses et on en rajoutait une couche sur les morts du Heysel, personne bougeait son cul à la FIGC. Finalement après une ou deux années d'intense réflexion, ils ont décidé de tout condamner.

Ce serait bien que l'équité sur les propos tenus dans et en dehors des stades soit faite et appliquée en Espagne. Je serais pour ne rien sanctionner moi, comme ç'aurait dû être le cas en Italie, sauf si on tape sur les morts.


je suis totalement d'accord
Ronahldoignon Niveau : CFA
Message posté par Phil...
Ne pas commenter pour ne pas insulter.
Pas l'envie qui manque pourtant.

Ce qui me scie quand même, c'est de voir un article pointer les dérives des média espagnols, issu d'un media Français qui, à l'image de TOUS les média français, suit exactement la même voie...

Vous balayez devant votre porte des fois? On compte ensemble le nombre de brève et articles dédiés au jeu vs ceux people, polémiques, faits divers hors du terrain? On suit ensemble l'évolution de ce ratio sur Sofoot au cours des 5 dernières années?


Sans les mettre sur le même plan, il est vrai cependant que le site sofoot a quand même bien baissé en qualité depuis quelques temps. Et j'ai l'impression de voir de moins en moins souvent les noms de Kaufmann, Borsallino ou encore Leplat (pardon pour les possibles fautes).
Les gars ils seraient peut être temps de remettre la main à la pâte, sinon dans pas longtemps, les commentaires deviendront plus justes et fournis que les articles.
Ah moins que ce soit un bon moyen pour avoir des journalistes gratuits ?
Cette pipe ne pouvait être taillé par personne d'autre que " Robin Delorme a Madrid "...
Le Barça c'est pas le club qui a des supps qui chantaient à Ronaldo " es portugues hijo des putas es " ?
Le Barça c'est le club qui a le moins de vertu au monde ...

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
25 21