1. //
  2. // Musique

Dancing Years : « Leeds United déteste tout le monde »

Leeds United se résume en deux périodes : sa gloire d'antan, sa lose actuelle. Jeune groupe du cru, les Dancing Years ont accepté d'évoquer leur passion pour le club phare du Yorkshire. Ou d'ailleurs. Une interview dans laquelle on apprend que Mark Viduka est un mec super sympa, que Paul Gascoigne n'en avait rien à foutre des sanctions arbitrales et qu'on peut se faire insulter par les bourgeois de Fulham.

Modififié
46 4
Chez les Dancing Years, on supporte majoritairement Leeds, c'est ça ?
David : Ouais, moi, je supporte Leeds United. J'ai grandi avec ce club, en regardant les matchs avec mon père quand j'étais gamin. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle on a décidé de faire un clip avec plein de pères de famille qui jouent au foot. Pas mon père, bien sûr, mais plein de mecs qui pourraient être pères de famille. Il m'a longuement parlé du grand Leeds des années 70. Je m'en rappelle plus trop mais j'ai regardé The Damned United avec Michael Sheen pour me mettre à jour. Pour ma part, je me rappelle vraiment des années 90. J'étais allé à Elland Road à plusieurs reprises, d'ailleurs. Je me rappelle des derbys Leeds-Manchester United, où les supporters étaient complètement tarés. Bon, tous les supporters sont plus ou moins fous mais ceux de Leeds sont gratinés. Je me rappelle aussi de Lucas Radebe. C'était une légende à l'époque, à Leeds. Tu savais que le groupe Kaiser Chiefs, qui est aussi de Leeds, s'appelle comme ça parce que c'était le premier club pro de Radebe ?
Dan : Pour moi, c'est aussi une histoire de famille. Mon grand-père était fan des Saints de Southampton mais quand il a déménagé sur Leeds, il est devenu fan de Leeds United. La période glorieuse des années 90-2000, j'étais assez jeune. Je me rappelle surtout de cette demi-finale contre Valence, qu'elle était complètement folle.
David : En même temps, à l'époque, si t'étais pas fan de Leeds, je peux te dire qu'à l'école, tu te faisais bien emmerder. Il y avait un gamin qui portait le maillot de Manchester United, il s'était carrément fait dégager du bus ! (rires)

Pourquoi Manchester United, d'ailleurs ?
Dom : Disons que c'est plus une rivalité Lancashire-Yorkshire, un truc plus historique et plus général.
Dan : En fait, je crois que Leeds déteste tout le monde. Et en retour, personne n'en a rien à foutre de Leeds.
Joe : C'est la même chose pour l'équipe que je supporte, MK Dons. Nous, on est juste contents lorsque les gens font attention à nous. On a quand même volé Wimbledon à Wimbledon.
Dom : Même les joueurs ?
Joe : Ouais. Tout. Donc pendant un petit moment, j'ai supporté les Spurs, aussi.
Tous les autres : Mais t'as pas le droit de supporter n'importe qui !

Et toi, Dom, tu supportes qui ?
Dom : Aston Villa. Même depuis Leeds et même si j'y suis pas retourné depuis longtemps. Quand j'avais 4 ou 5 ans, je suivais les matchs avec mon père et il m'a transmis le truc. Puis on a commencé à aller voir les matchs au stade. À l'extérieur, même. Je me rappelle être allé à The Valley (stade du Charlton Athletic), aux Hawthrons (stade de WBA). Chaque fois, on perdait à la dernière minute. Je me suis même fait traiter de « sauvage » à Craven Cottage par une maman bourgeoise dans les tribunes. J'étais dans les travées, côté Villans, elle côté Fulham. On s'est croisés du regard et là, elle me sort «  Au moins, nous, on n'est pas des sauvages ! » Un grand moment de solitude. Pour moi.
Dan : Tu m'avais pas dit que quand t'étais gamin, t'avais peur du gardien d'Aston Villa qui criait sur ses défenseurs ?
Dom : Ouais, parce que je croyais que les gens dans la télévision pouvaient me voir. Je crois que c'était Mark Bosnich dans les cages, à l'époque. Donc tu comprends mieux ! (rires) C'était la bonne époque d'Aston Villa, les années 90. On avait une position d'outsider pour le championnat, on avait David Ginola, Paul Merson. Et puis cet ailier irlandais, Andy Townsend. Il était incroyable. Sans parler de Paul McGrath, qui est une légende du club. Il avait l'habitude de jouer bourré. Je crois qu'il l'a dit dans son autobiographie. Un bouc émissaire. Maintenant, je suis juste content qu'Aston Ville parvienne à se maintenir en Premier League.

Pour revenir à Leeds, l'un des joueurs emblématiques, c'était Lee Bowyer.
Dan : Lee Bowyer, c'est quelque chose, hein ? Après, il est parti à West Ham, c'est ça ?
Dom : Newcastle, aussi. Je me rappelle de ce match génial contre Aston Villa où lui et Kieron Dyer ont commencé à se battre sur le terrain. Ils étaient dans la même équipe, hein. Étonnamment, Villa a gagné 3-0. Un bon jour, quoi !

Youtube

Dom : Sinon, quand même, cette équipe de Leeds, elle avait de la gueule : Nigel Martyn, Ian Harte, Harry Kewell, Rio Ferdinand. Alan Smith.
David : Alan Smith, il a été formé à Leeds, il a dit qu'il quitterait jamais le club, etc. Le club est dans la merde et là, il signe à Manchester United. Notre arch enemy. Trop jeune, trop riche.
Dom : Et la tête pas assez froide. À la pointe de l'attaque, il y avait Mark Viduka. Un très grand attaquant.
David : Je l'ai croisé dans un restaurant de bagels, une fois ! Il emmenait ses gamins bouffer après le cinéma. Très cool, le mec. Il m'a même signé un autographe. C'était le joueur ultime de Leeds United, t'imagines ?

En parlant de ça, le truc le plus fou dont vous vous rappelez en matière de football ?
Dan : Je sais pas... Leeds, c'est pas la joie depuis un certain temps.
Joe : Tu peux choisir l'Angleterre.
Dan : Il n'y a jamais de bons souvenirs avec l'équipe d'Angleterre. Toujours une défaite aux penaltys. Peut-être le superbe coup franc de David Beckham contre la Grèce en qualifs de la Coupe du monde 2002. Je l'ai vu en direct mais dans une ambiance un peu bizarre : j'étais chez une copine de ma mère. Entouré de femmes de 40 ans, quoi. (rires)
Joe : Le grand-père de ma fiancée a longtemps été le Président de la Ligue anglaise des arbitres donc c'était lui qui établissait les sanctions sur les cartons donnés en match. Tu t'assieds devant lui et il te met l'amende, en gros. Il m'a dit qu'il avait vu défiler pas mal de fois Paul « Gazza » Gascoigne. Et le mec lui répondait à chaque fois, une fois qu'il avait pris l'amende : «  De toute façon, ma femme me prend déjà la moitié de mon argent donc j'en ai rien à foutre !  »

Quel serait le joueur qui représenterait le mieux votre musique ?
David : Les mecs du groupe vont se foutre de moi mais je dirais Luciano Becchio. Un ancien joueur de Leeds, maintenant à Norwich. Il est bon mais tellement petit ! Et personne n'a jamais entendu parler de lui ! Quand on joue à FIFA 12 en tournée, on le prend toujours.
Dom : Ouais, avec Robert Snodgrass. D'ailleurs, c'est assez surprenant la façon dont Leeds se fait piller ses joueurs par Norwich.
Dan : Attends, j'ai fait mes études à Norwich...
Dom : Tu vois, Norwich a tous les mecs de Leeds. Même toi !

Youtube

Le premier EP de Dancing Years, Here's To My Old Friends, est sorti en octobre dernier chez ZRP
Le Facebook de Dancing Years
Le site de Dancing Years


Retrouvez le Hors Série "Best of Culture" de So Foot, en kiosque dès le 20 décembre.

Propos recueillis par Matthieu Rostac
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Toujours intéressant ce genre d'article parallèle
n empeche on sent que les groupes anglais s y connaissent vraiment plus que les artistes francais et ca sans paraitre plus beauf
C'est quand même là qu'on voit l'énorme fossé entre la culture foot en Angleterre et chez nous... Les mecs sont fans des clubs de leurs pères qui sont eux-mêmes fans du club de leur région, même s'il est pas forcément en PL ! Le pire c'est celui qui avoue avoir "choisi" un autre club et que tout le monde l'engueule ahah !
Lil beethoven Niveau : District
Merci à So-foot de nous faire découvrir ces groupes ;-)
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Monaco paye pour voir
46 4