1. // Retraite d'Ousmane Dabo

Dabo : "Ronaldo, c'est un extraterrestre"

A 34 ans, à cause de pépins physiques à répétition, Ousmane Dabo a décidé de mettre un terme à sa carrière. Les titres avec la Lazio, la triste période mancunienne, l'Equipe de France : le joueur fait le bilan d'une carrière au cours de laquelle il aura tout de même côtoyé Ronaldo, Baggio, Crespo ou Claudio Lopez. Classe.

Modififié
0 21
Ousmane, vous avez donc annoncé votre retraite hier. Pourquoi cette décision ?

C'est physique. J'ai trop souvent des pépins physiques. Depuis mon arrivée aux Etats-Unis, je n'ai joué que quelques matches. Il y a quelques jours, on a fait un match amical contre Manchester United, j'ai joué et j'ai encore senti une douleur. J'aurais du, encore, m'arrêter plusieurs semaines pour récupérer. Sincèrement, j'en ai un peu assez, et puis surtout, je me sentais mal de bloquer un salaire alors que je ne joue pas. Si j'étais resté, le club n'aurait pas pu engager quelqu'un d'autre. Du coup, j'ai demandé au club de rompre mon contrat.

Et alors, comment se sent-on ?

Bien. J'ai déjà des projets pour l'avenir. Plusieurs choses même. Des projets en rapport avec le football, mais aussi des choses qui n'ont rien à voir. Mais pour le moment, je ne préfère pas en parler, car c'est en développement.

Ca marche. Revenons à l'an dernier. Vous quittez la Lazio Rome pour les Etats-Unis...

(Il coupe) Oui d'ailleurs, cela me fait plaisir qu'avec l'arrivée de Djibril Cissé, on parle enfin de la Lazio en France. Je ne sais pas pourquoi, en France, la Lazio a une mauvaise réputation, ça m'énerve. Moi, j'ai joué cinq ans là-bas, je n'ai jamais eu aucun problème avec les tifosi. Au contraire, on avait un rapport incroyable, un lien très fort. Idem pour Diakité. Il est noir, il n'a jamais eu de problèmes. Là-bas, si tu es bon, tu es bon, peu importe si tu es noir ou jaune ou blanc. Cela m'énerve cette stigmatisation autour de la Lazio. Dans ces cas-là, quoi ? Il faudrait qu'aucun joueur noir ne signe au PSG parce que quelques supporters sont racistes ? C'est n'importe quoi, sérieux.

Et l'arrivée de Cissé peut faire changer les mentalités ?

Je l'espère. Déjà, j'ai vu que lorsqu'il est arrivé à l'aéroport, il a été accueilli par 300 supporters à l'aéroport, c'est génial ! Mais bon, ils sont tous racistes, non ?

En plus de Cissé, la Lazio a recruté du lourd cet été...

Oui, je suis super content. Ils ont fait un recrutement très intelligent, avec des joueurs comme Klose, Cana, Marchetti. Maintenant, l'inconnue, c'est l'Europa League. Il y a deux ans, on l'a jouée, et c'était très difficile d'enchaîner l'Europa League le jeudi et le championnat le dimanche, nous n'avions pas l'effectif adéquat. Cette année, les dirigeants n'ont pas fait la même erreur et ont renforcé l'équipe à tous les postes.

Donc Rome, ce sont de bons souvenirs ?

Evidemment, ce sont mes meilleurs souvenirs sur le plan professionnel. Déjà, parce que j'y suis resté cinq ans, mais aussi parce que c'est là-bas que je me suis accompli en tant que footballeur. J'y ai gagné trois titres, ce n'est pas rien dans une carrière.

D'ailleurs, c'est vous qui inscrivez le tir au but décisif, lors de la finale de la Coppa Italia contre la Sampdoria, en 2009.

Oui, mais je savais que j'allais marquer avant même de tirer. C'était le destin. J'ai joué à la Lazio de 2003 à 2006, ensuite je suis parti en Angleterre. Début 2008, je reviens à Rome alors que l'équipe ne va pas forcément très bien. Un an plus tard, comme par hasard, c'est moi qui tire le dernier pénalty. C'était écrit, je ne pouvais pas rater. Le stade était comble, c'était fou.

Vous avez connu d'autres clubs en Italie, à commencer, dès votre arrivée, par l'Inter de Ronaldo.

Oui, d'ailleurs, Ronaldo, c'est sans aucun doute le joueur le plus fort avec lequel il m'ait été donné de jouer. Ce mec est un extra-terrestre, je n'ai jamais vu ça. Dans cette équipe, il y avait aussi Roberto Baggio. Lui, c'est la classe. Quel joueur. Mais dans l'ensemble, toutes mes expériences en Italie ont été positives. Parfois, il s'agissait de périodes très courtes, des prêts de six mois. En Italie, lorsqu'un joueur est jeune, on aime bien l'envoyer quelques mois en prêt pour qu'il grandisse. Parfois, j'ai fait six mois par ci, un an par là, mais cela s'est toujours bien passé. C'est comme cela qu'on s'enrichit en tant que joueur.

[page]

Après l'Italie, vous partez en Angleterre, à Manchester City. Pas forcément un très bon souvenir ?

Non, ça c'est sûr. Déjà, sur le plan footballistique, ce n'était pas bon. Le jeu ne me convenait pas. La stratégie, c'était des longues balles en avant, pas du tout le jeu que j'aime. Je passais mon temps à voir des balles passer au-dessus de ma tête. Ce n'est pas terrible. Et puis il y a eu un enchaînement de mauvaises choses. J'ai été suspendu plusieurs matches, et enfin, il y a eu cette histoire avec Barton. Cela ne m'était jamais arrivé dans ma carrière, et forcément, cela tombe sur moi. Ce type m'a attaqué lâchement, il y a eu un procès et il a plaidé coupable, c'est réglé. Bref, on ne va pas encore revenir dessus car c'est de l'histoire ancienne, mais tu penses bien qu'après ça, j'ai dû partir du club. Ils l'ont vendu (à Newcastle) et ils m'ont vendu aussi.

Un vrai tableau noir.

(Il rit) Oui, dit comme ça, oui. Mais attention, en Angleterre, j'ai tout de même appris des choses. C'est un championnat très relevé, avec un super niveau. Et surtout, dans les stades, il y a une véritable communion avec le public. Ca, c'est incroyable.

Après, c'est le retour en Italie, donc.

Retour à Rome, oui. J'avais d'autres possibilités. Mais le dernier jour du mercato de janvier 2008, grâce à des contacts que je m'étais fait lorsque j'étais là-bas, j'ai eu la possibilité de revenir. J'ai plaqué toutes les autres transactions et j'ai signé. Pour moi, c'était comme un retour à la maison.

Petite parenthèse Ligue 1. Hormis vos débuts à Rennes, et un bref passage à Monaco, vous n'avez jamais souhaité tenter une grande expérience en France ?

J'aurais aimé, mais l'occasion ne s'est jamais vraiment présentée. Il y a parfois eu des contacts, mais passé un certain âge, passé 30 ans disons, lorsque tu joues à l'étranger, tu n'es plus la priorité d'un club de Ligue 1. Et cela se comprend.

En parlant de Ligue 1, l'arrivée de Leonardo et des Qataris au PSG, cela vous inspire quoi ?

Moi je trouve ça super. Leonardo, c'est quelqu'un de super, il a une immense expérience. Paris mérite d'avoir un grand club. Il faut vraiment des grands joueurs dans cette ville.

Et l'Equipe de France, vous n'avez pas l'impression d'être passé un peu à côté ?

Franchement non. Je compte trois sélections en Equipe de France, mais ce sont trois capes qui valent beaucoup plus pour moi. A l'époque, la concurrence était impossible à mon poste. Il y avait des Vieira, des Deschamps, des Petit, des Lamouchi, des Boghossian, c'était injouable. Pendant la Coupe du monde 1998, j'ai 21 ans, mais les joueurs qui évoluent en Equipe de France sont déjà tous des titulaires indiscutables dans les plus grands clubs européens. Je suis déjà fier d'avoir eu ces trois sélections, quelques années plus tard, cela veut dire que l'on m'a considéré au même niveau que ces monstres. C'est flatteur.

Vous pourrez tout de même vous vanter de deux chose: avoir pris votre retraite la même année que Ronaldo, et avoir joué en Equipe de France avec Zidane.

(Il rit) Oui, ce n'est pas faux. Par contre, Zidane, je l'ai surtout côtoyé en tant qu'adversaire. Quand j'étais en Italie, à l'Inter, à Vicenza ou à Parme, lui jouait à la Juve. D'ailleurs, je voudrais lui rendre un petit hommage en disant que c'est l'adversaire le plus fort contre qui j'ai joué. Il était impressionnant, vraiment.

Si vous regardez derrière vous, vous voyez quoi ?

Je ne vois que des belles choses. J'ai eu une magnifique carrière. Un peu chaotique, avec quelques blessures de trop, mais belle tout de même. J'ai eu la chance de jouer dans des grands clubs, d'évoluer aux côtés de grands joueurs, et de gagner des titres. Cela ne peut que me rendre fier.

Propos recueillis par Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

"en France, la Lazio a une mauvaise réputation, ça m'énerve. Moi, j'ai joué cinq ans là-bas, je n'ai jamais eu aucun problème avec les tifosi"

tiens, mange-ça Totti10
Ousmane, laziale vero !

merci EM pour cette interview
Belle interview d'un type qui semble avoir la tête sur les épaules et qui, surtout, n'a pas la grosse tête. Sympa !
"Roberto Baggio, c'est la classe", il a tellement raison. Ce joueur était tout simplement une merveille avec une vision du jeu de Zidane, une technique de Del Piero à qui il a tout appris, et à la vista d'un Totti.

Vivement qu'on le voit sur le banc de touche car il peut apprendre beaucoup à ses joueurs (actuellement il est DTN de la Fédé italienne).
Ils sont Angarwaen et totti 10, hein ils sont où?
On retiendra surtout de sa carrière qu'il s'est fait démonter par Joey Barton.
D'où vient cette idée que la Lazio a une mauvaise réputation en France?
de la stigmatisation médiatique subie au début des années 2000 (mm si à l'époque l'attitude des ultras était, disons, douteuse)
La Lazio a une mauvaise réputation en Italie aussi.
@ drbenway : absolument faux. Preuve de ton ignorance et que les préjugés mentionnés par Dabo se sont également infiltrés dans ta petite tête.

A part quelques "ennemis" héréditaires (Roma, Napoli et dans une très moindre mesure MilanAC (cause jumelage avec l'Inter)), les Laziali sont considérés comme la plus belle Curva d'Italie, n'en déplaise à certains, et parmis les plus sportives.

Et contrairement aux idées reçues (je ne dis pas ça en tant que Laziale), ce sont bien les romanisti qui ont la plus mauvaises réputation, du fait de leur arrogance récurrente bien qu'ils ne gagnent jamais rien, du fait des faveurs arbitrales dignes de la Juve de l'ère Moggi, et de leur facheuse tendance à agresser lâchement hôtes et visiteurs à coup de couteau dans le dos.

Avant de me contredire, je vous prierai de bien vouloir vous renseigner correctement (sites italiens si possible, en tt cas ailleurs que sur L'équipe ou foot365 j'entends). Merci
@pampan : merci pour la finesse de tes observations.

Venant de quelqu'un qui considère que l'attitude des ultras était "douteuse" on ne peut attendre que des commentaires, disons, crédibles.
le jour où tu arrêteras de jouer sur les mots et que tu répondras sur le fond, on pourra peut être entamer une conversation.

pour ta culture, c'était une litote. Si ça te dépasse, remplace "douteuse" par "impardonnable" dans mon précédent post et repars de zéro
@ Pampan : calciomio par exemple ;)
sinon un autre petit lien :
http://www.liberation.fr/sports/0109357 … u-fascisme
PS : désolé pour le ton un peu agressif, mais ça devient pénible de lire toujours les mêmes remarques infondées sur le club que je supporte
pampan : ce n'est pas en utilisant des mots comme litote que tu sortiras ta prose du caniveau où elle s'est installée.

Je n'ai pas à répondre sur le fond : il n'y en a pas.
Tu es supporter de la lazio, tu es émotif, tu défends ton truc comme tu peux, soit.
J'ai simplement dit que les supporters de la lazio ont une mauvaise réputation en Italie également et je le maintiens, c'est tout. Pas uniquement chez les Romanisti, les Napolitains ou que sais-je. Pas uniquement pour des raisons de jumelages ou de réseaux. Faut donc pas être susceptible à ce point pour une simple question de "réputation".

Arrête de traîner sur les blogs biancocelesti et de faire appel à google trad, ça ne te réussit pas.
pour tout t'avouer c'est bien pour retrouver litote que j'ai fait du google, mes années collèges n'ont pas été les meilleures de ma scolarité. Après google trad ... comprends pas. Mais merci pour tes conseils, je vais m'attacher à justifier mon salaire pour le reste de la journée.

Et puisque tu développes, les supp laziali n'ont pas mauvaise réputation en Italie, c'est tout ...
ces préjugés sur les tifosi laziali sont aussi présents en italie, mais dans une moindre mesure tout de même. certainement que dans les années 1990-2000 di canio et le soutient à arkan et autres choses n'ont pas arrangé tout ça...
j'ai habité à gênes et je suis allé a marassi pour un genoa-lazio (score: 1-2), eh bien les genoani ont passé une bonne partie du match à traiter les tifosi de la lazio de "fascisti di merda" ou de trucs dans le genre. après bon moi j'étais placé dans une tribune avec des ultras génois et on sait bien qu'ils sont politisés très largement à gauche et que ces attaques gratuites sont donc courantes.

mais en france quand le fouteux moyen veut parler de racisme dans le foot et bien il va te parler de paris ou de la lazio, en somme, de ce qui a été largement médiatisé. cela ressort donc sans aucun discernement. parce que bon pour taper sur la lazio chez nous il y a du monde, mes ces abrutis ne sont sans doute pas aller voir comment sa peut se passer parfois du côté de la curva nord de l'inter, de celle de milan, de la juve et de la roma. et sa sans parler du hellas verona qui doit être hors catégorie dans ce domaine. mais attention à ne pas généraliser. tous les ultras de ces clubs ne sont pas comme la minorité qui se fait remarquer. alors évitions les amalgames faciles.

je ne suis pas supporter de la lazio mais j'ai eu de l'admiration pour l'équipe des salas, vieri, veron, mancini, simeone, nedved, mihajlovic... celle de la coupe des coupes et du scudetto. mais même au collège quand je sortais mon maillot de la lazio on me traitais gentiment de raciste. le must ayant été ma prof d'histoire de 5ème qui devant toute la classe m'a gratuitement dit que je portais un maillot d'un club de fascistes m'assimilant presque à un bon mussolinien.
de la connerie sans limite...

@ pampan : je comprends ce que tu as à subir quand tu dis que tu es supporter de la lazio. en france la lazio est stigmatisée. moi je suis interiste (pas depuis 2006 ou 2010, hein, mais depuis toujours), alors des réflexions connes dans ce genre j'y ai aussi un peu eu droit (en plus de la réputation de club de losers). et moi aussi tout ça ça m'insupporte !
les préjuges contre la lazio en France sont comme tous les préjugés : ils incarnent la bêtise, l'ignorance et le racisme.
L'"antiracisme" raciste, une spécialité assez française d'ailleurs.
En France il est de bon ton déjà de faire passer les italiens comme de sales racistes en puissance, ce n'est rien de moins que du racisme mais cela rassure le bon français qui se sent meilleur et pas...raciste, un comble!

Une généralisation stupide, évidemment, oui il y a des ultras fachos mais combien au regard de tout le public ?

cela fait des années que des noirs jouent à la lazio sans problème, mais bon il y aura toujours cette ignorance crasse donc j'ai entendu à lequipetv des journalistes crétins (Menard, Roustan) déconseillé à Cissé de venir à la lazio à cause du racisme.
Je veux bien être d'accord avec vous les mecs mais pourquoi quand Thuram quitte Parme et qu'il a une offre de la Lazio, quand le journaliste lui demande pourquoi Rome il répond juste par "mais est-ce que vous êtes sérieux? est-ce que je dois vraiment répondre à cette question?" sur un ton assez révolté? Je me dis que bon c'est vrai c'est Thuram mais il a vécu en Italie, et voilà quoi, c'était un peu la fin de la période des supp' bizarres et il y avait pas encore eu l'épisode Di Canio il me semble. D'ailleurs pourquoi ces enfoirés ont idôlatré et hurlé comme des fous quand Di Canio a fait ce geste?
avant de répondre, je prends des pincettes, je ne défends en rien les attitudes racistes, qq soit l'équipe, mais :

1)Thuram, comme tu le dis, c'est Thuram, et pour moi, l'idéologie Malcolm X, c'est du racisme aussi. Après, il est vrai que c'était la période où les Irriducibili étaient les plus virulents et faisaient bcp parler d'eux
2)PDC a fait ce geste après avoir gagné un derby dans lequel il avait marqué, la Roma jouant le titre, la Lazio le maintient, super chaud quoi. Je doute que ce soit son geste en particulier qui ait déclenché l'euphorie générale (sauf peut être pour la première rangée de spectateurs qui ont pu effectivement le distinguer)

Tout ça pour dire que cette période obscure est aujourd'hui révolue dans la Curva Nord, je parle en connaissance de cause, et en espérant vivement que ça ne se reproduise pas
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Que faire de Lucho ?
0 21