En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8e journée
  3. // Inter Milan/Juventus

Cuadrado a déjà changé la Juve

Arrivé sur la pointe des pieds à Turin cet été, l'ailier colombien s'est déjà installé dans le onze type de la Juventus, contraignant même son entraîneur à changer de schéma de jeu. Maintenant, il va falloir penser à le racheter à Chelsea pour compléter ce joli coup.

Modififié
« Enfant du soleil. Tu parcours la Terre le ciel. Cherche ton chemin. C'est ta vie, c'est ton destin. » Le sosie de Tao est effectivement toujours à la recherche du club qui pourrait permettre de lui faire passer un dernier palier afin d'intégrer le haut du panier de sa génération. Il pensait l'avoir trouvé en allant à Chelsea, mais cette destination puait le mauvais choix de carrière à plein nez. Résultat, six mois de perdu à se demander ce qu'il était venu foutre à Londres sous les ordres d'un Mourinho qui semble ne jamais vraiment en avoir voulu. Quand son retour en Italie a été acté, on pouvait donc se douter que les choses allaient mieux se passer, mais pas forcément aussi bien.

Cuadrado, mais pour quoi faire ?


Une opportunité de mercato cueillie au vol par la direction afin de calmer la mauvaise humeur d'un peuple qui avait toujours du mal à digérer les nombreux départs estivaux. Voilà à peu près comment avait été perçue l'arrivée de Juan Cuadrado à la Juve le 25 août dernier. Et pas de quoi non plus faire frétiller les supporters de la Juventus. En outre, il s'agissait d'une recrue dont Max Allegri ne savait pas trop quoi faire tactiquement parlant. Voici donc un genre de joker à jeter au cours d'une rencontre mal engagée comme ce fut le cas pour les débuts du Colombien sur le terrain de la Roma quelques jours après son arrivée. Dans le 4-3-1-2 fétiche du technicien bianconero, Cuadrado est superflu, à moins de le réinventer en un improbable trequartista, milieu relayeur, ou au pire, attaquant de soutien, poste qu'il a parfois occupé à la Fiorentina. Des idées tentantes, puisque la polyvalence est une des qualités de ce joueur, mais le plus simple est encore de le faire jouer à son meilleur poste.

Ben pour en faire un titulaire !


Devant la série de résultats décevants, l'entraîneur toscan a été contraint de se remettre en question et oublier un tant soit peu ses credo tactiques, les nombreux joueurs sur le flan depuis le début de saison l'ayant définitivement obligé à chercher de nouvelles solutions. Ainsi, le 3-5-2 made in Conte est revenu au goût du jour, un système jamais abandonné et dans lequel Cuadrado se trouve plutôt à l'aise au poste de latéral droit, surtout en l'absence de Lichtsteiner et Cáceres. Mais la vraie nouveauté tactique de cette Juve 2015/16 est le 4-3-3 tracté par un trident offensif qui voit le natif de Necocli sur l'aile droite, accompagné généralement de Morata à gauche et en théorie de Mandžukić dans l'axe quand il reviendra de blessure. C'est dans cette position que l'on a revu le Cuadrado florentin, celui capable d'éliminer son vis-à-vis avec une facilité déconcertante et créer le surnombre. D'ailleurs, avec un dribble réussi toutes les 18 minutes, il est le meilleur dans ce registre en ce début de saison de Serie A, un championnat où il est parfaitement à l'aise en attendant de le voir s'attaquer aux défenses européennes. Buts et passes dé' doivent encore arriver, mais les envolées, elles, sont déjà de retour.

Turin, cité d'or


Ces prestations convaincantes ont presque pris au dépourvu les dirigeants turinois qui ne s'attendaient pas à ce que Cuadrado retrouve aussi rapidement son football. Des performances qui nécessitent confirmation ces prochains mois, mais qui sont déjà suffisantes pour discuter concrètement de l'avenir de ce joueur de 27 ans et avec encore ses meilleures années devant lui. La Juve a l'occasion de s'offrir définitivement les services d'un des meilleurs joueurs à son poste et de faire ainsi oublier plus rapidement les départs importants de cet été. Problème, elle s'est contentée d'un prêt payant d'1,5 million d'euros sans fixer d'option d'achat. Il va donc falloir négocier tout ceci avec les collègues londoniens qui vont vouloir amortir l'investissement raté de 33 millions d'euros (plus le prêt gratuit de Mohamed Salah à la Fiorentina). La trêve internationale aurait été l'occasion de se rencontrer pour en discuter. Avec une vingtaine de millions, la Juventus pourrait même décrocher le jackpot, une jolie ristourne pour un joueur qu'elle a convoité sans succès il y a deux étés, un échec qui avait d'ailleurs plus ou moins provoqué le départ fracassant d'Antonio Conte. En fait, il suffisait juste de patienter un an pour que Tao accomplisse sa destinée : « Enfant du soleil. Ton destin est sans pareil. L'aventure t'appelle. N'attends pas et cours vers elle. »

Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:28 Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 22
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
lundi 22 janvier Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) lundi 22 janvier Quand Ronaldo planquait de la bière 51 lundi 22 janvier Dupraz quitte le TFC 128 lundi 22 janvier Robinho en route vers Sivasspor 60 lundi 22 janvier Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18