1. // Copa Libertadores

Cruzeiro en pole

La nouveau club de Brandão a confirmé son statut de meilleure équipe de la phase de poules en étrillant les Estudiantes de la Plata. Sans Neymar, Santos se relance en s'imposant au Cerro Porteño.

Modififié
0 2
La Copa Libertadores a beau être comparée à la Ligue des Champions, elle suit un mode d'organisation bien à elle. Les matchs s'étalent sur trois jours selon les intérêts des télés locales et chaque groupe avance à son rythme. Cette semaine, seize équipes disputaient le dernier match de la phase de poules, mais le groupe 5, celui du Santos, en était encore à l'avant-dernière journée. Avant les huit dernières rencontres qui se joueront la semaine prochaine, on connaît déjà officiellement la moitié des équipes qualifiées pour les huitièmes : Junior Barranquilla, Grêmio Porto Alegre, Universidad Catolica, Velez Sarsfield, Cruzeiro, Estudiantes, LDU Quito et Peñarol.

Cruzeiro au-dessus du lot



Brandão n'est peut-être pas si mal tombé en atterrissant au Cruzeiro. L'équipe où il est prêté par l'OM est sans doute la plus brillante du continent à l'heure actuelle. Avec 16 points, les bleus de Belo Horizonte sont sûrs de terminer avec le meilleur bilan de la phase de poules, ce qui leur donne l'avantage de jouer les huitièmes contre le pire deuxième et de disputer tous les matchs retour à la domicile jusqu'à la fin de la compétition. Dans un groupe 7 plutôt relevé, ils ont mis branlée sur branlée à leurs adversaires, ne concédant le match nul qu'une seule fois, à l'extérieur. Et pas n'importe où : en Colombie contre le Deportivo Tolima, qui avait humilié les Corinthians au tour préliminaire, précipitant la retraite de Ronaldo.

Mercredi, ils n'ont fait qu'une bouchée des Argentins d'Estudiantes, en leur infligeant un cinglant 3-0 à La Plata, alors qu'ils les avaient déjà étrillés 5-0 au match aller. Une façon comme une autre de prendre leur revanche sur la finale de 2009, perdue 2-1 à domicile après avoir obtenu le match nul 0-0 en Argentine. Ce dernier match de poule était certes moins important dans la mesure où les deux équipes étaient déjà qualifiées, mais il a tout de même permis à Cruzeiro de marquer encore un peu plus les esprits. Sur une pelouse martyrisée par trois concerts de U2, les locaux, coachés par l'éphémère Marseillais Berizzo, avaient décidé de laisser au repos Veron, toujours aussi indispensable malgré ses 36 ans. Les Brésiliens se sont eux-aussi passés de leur meilleur joueur, l'Argentin Montillo, resté au chevet de son fils d'un an, opéré du cœur le jour-même.

Ses coéquipiers lui ont rendu un bel hommage en déployant une grande banderole à leur entrée sur le terrain. Mais c'est surtout en les voyant maltraiter la défense adverse qu'il a dû se faire plaisir. Dès la dixième minute, Thiago Ribeiro ouvre le score à l'issue d'une contre-attaque supersonique. Juste avant, la pause, Wallyson s'est joué de deux défenseurs avant de dribbler le gardien Orion. A dix minutes de la fin, ce dernier se retrouve une nouvelle fois sur le cul, après un raid solitaire du vétéran Gilberto, seul joueur évoluant au Brésil convoqué par Dunga en Afrique du Sud. Brandão pourrait faire ses grands débuts avec le Cruzeiro lors des huitièmes finales, mais encore faut-il qu'il se fasse une place au sein d'un effectif qui ne manque pas de joueurs de qualité.

Santos se relance

Privé de Neymar, suspendu suite au carton rouge qu'il a pris contre Colo-Colo pour avoir mis un masque à sa propre effigie pour célébrer un but, Santos, troisième du groupe 5, était obligé de l'emporter hier soir à Montevideo contre le Cerro Porteño. Pour ne rien arranger, les Brésiliens doivent aussi se passer de deux de leurs meilleurs éléments offensifs, Elano et Zé Eduardo, eux aussi expulsés lors de cette rencontre. Mais l'ancien club de Pelé dispose actuellement d'un immense réservoir de talents. Parmi eux, Danilo, latéral droit de 19 ans qui ouvre le score dès la 11e minute, d'un missile en pleine lunette. Mais surtout, ils peuvent compter sur Paulo Henrique Ganso. Annoncé dans les deux clubs milanais puis aux Corinthians, il a mis tout le monde d'accord en éclaboussant le match de sa classe, avec son toucher de balle zidanesque agrémenté de coups du sombrero plein de culot. Et surtout, il n'oublie pas d'être efficace : son caviar aux petits oignons pour Maikon Leite permet à son équipe de mener 2-0 juste après la pause. Assommés, les Paraguayens lancent à leur tour leur petit prodige, Iturbe, 17 ans, surnommé le « nouveau Messi » , mais leur réaction sera tardive. Le but de Pedro Benitez dans les arrêts de jeu n'y changera rien. Santos s'est refait la cerise au Paraguay. Il suffira d'une victoire à domicile mercredi prochain contre les Colmobiens de Tachira pour que la bande à Neymar se qualifie pour les huitièmes de finale.

Deux clubs Argentins à la trappe

Dans le groupe 8, les Argentins de l'Indepediente et de Godoy Cruz ont été surclassées par des Equatoriens de la LDU Quito et des Uruguayens du Peñarol. Les supporters de ces derniers se sont illustrés en déployant mardi dernier le plus grand tifo du monde, de 15.000 m2, pour fêter les 120 ans du club. Cela ne les a pas empêchés de s'incliner 1-0 contre l'Indepediente. Une défaite pas si dramatique que ça, vu qu'ils étaient déjà qualifiés pour les huitièmes, même si elle leur fait perdre la tête du groupe au profit de la LDU. Vainqueurs de l'édition 2008, les Equatoriens ont assuré leur qualification en l'emportant 2-0 chez eux contre Godoy Cruz, à 2850 mètres d'altitude. Dans le groupe 4, le Velez Sarsfield sauve l'honneur de l'Argentine en s'imposant 3-0 à Caracas. Ils se qualifient en compagnie des Chiliens de l'Universidad Catolica, qui se l'ont emporté 2-1 contre leurs compatriotes de l'Union Española. Vivement la semaine prochaine, avec notamment un Argentinos Juniors-Fluminense qui s'annonce chaud comme la braise.



Louis Génot, à Rio de Janeiro

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

On en entand peu parler vu qu il est a l ombre de Neymar et Ganso, mais il est pas mal non plus dans son couloir droit le petit Danilo. Un lateral typiquement bresilien, rapide, technique et tres offensif.

Sinon comme le dit plusieurs fois l article,Cerro Porteño est un club paraguayen, donc le match n avait pas lieu a Montevideo (capital de l Uruguay) comme c est ecrit, mais a Asunción.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
POR-TU-GAL
0 2