Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde des clubs
  2. // 1/2 finales
  3. // Cruz Azul/Real Madrid

Cruz Azul : la lutte finale

En demi-finale du Mondial des clubs, le Real Madrid affronte ce mardi les Mexicains de Cruz Azul. Découverte d'un club prospère qui a vu passer Mauro Camoranesi et César Delgado, mais qui est aussi un objet de moquerie national.

Le Mexique était prêt. Prêt à se payer à nouveau la tête de Cruz Azul, cette équipe qui enchaîne les saisons comme les désillusions. Mais, cette fois, le club de Mexico a fini par sauver ce qui lui reste de dignité en arrachant la prolongation face aux Western Sydney Wanderers, avant d'éliminer sous le déluge de Rabat les redoutables Australiens (3-1, a.p). En compagnie des Chivas, Pumas et de l'América, Cruz Azul est l'un des quatre grands historiques du football mexicain. Huit titres de champion au palmarès, la plupart remportés lors de l'âge d'or de la Maquina celeste - la machine céleste - mais aussi une belle collection de finales perdues. La série noire a débuté en 1999, avec une défaite lors de l'ultime étape du Torneo Invierno 1999 face à Pachuca. Depuis, les Cementeros ont perdu six autres finales, dont cinq entre 2008 et 2010 : trois finales de championnat du Mexique (Clausura 2008, Apertura 2008, Apertura 2009), et deux finales de Ligue des champions de la CONCACAF (2009 et 2010), la compétition qui donne accès au Mondial des clubs. Les voir échouer au moment de conclure est devenu l'un des running gags préférés des Mexicains.

Pognon, ciment et fausse joie


De Tijuana à Cancún, on se moque de Cruz Azul avec d'autant plus de jubilation que le club appartient à la caste des puissants. Financé avec générosité par la multinationale cimentière Cruz Azul, qui lui a donné son nom, le club lésine rarement à la dépense. D'excellents Sud-Américains ont ainsi œuvré sous le maillot à la croix bleue, tels l'ex-OL César Delgado ou le champion du monde 2006 Mauro Camoranesi. Plus récemment, c'est Achille Emana et l'international colombien Teófilo Gutiérrez qui y ont effectué une halte. Aujourd'hui, le club de Mexico peut compter sur les services des Argentins Mariano Pavone (ex-River), Mauro Formica et Christian « El Chaco » Giménez (ex-Boca), mais aussi sur ceux de l'international équatorien João Rojas, et d'une flopée d'internationaux mexicains, dont l'ancêtre Gerardo Torrado, vainqueur de la Coupe des confédérations 1999, ou Jesús Corona, le grand rival national de Memo Ochoa. L'ex-Colchonero Luis Amaranto Perea appartenait également au prospère effectif azulino, avant que le club ne le lâche la semaine dernière.

Vidéo
Exemple de lose sauce Cruz Azul

Si Cruz Azul est présent au Mondial des clubs, c'est évidemment que les Cimentiers ont fini par lever un trophée. Entraînés par Luis Fernando Tena, l'homme qui a guidé le Mexique vers son premier titre olympique, à Londres, en 2012, Pavone et consorts ont remporté la Ligue des champions de la CONCACAF le 23 avril dernier face à leurs voisins de Toluca. Les Cementeros en avaient toutefois déjà fini avec leur série noire l'année précédente en remportant la Coupe du Mexique, juste avant de perdre une nouvelle finale du championnat mexicain, après avoir été rejoints dans les arrêts de jeu par un but du… gardien de l'América. Malgré ce nouveau cauchemar, Cruz Azul semblait avoir entamé un cycle vertueux. C'était sans compter sur les ressources insoupçonnables de l'équipe pour décevoir ses supporters. Son Torneo Apertura 2014, terminé à une treizième place (sur dix-huit), a été indigne des moyens engagés et n'incite pas à l'optimisme avant son rendez-vous de prestige face au Real Madrid.

Vidéo
Golazo de Marco Fabián


Éternel espoir du football mexicain, Marco Fabián symbolise l'inconstance de Cruz Azul en 2014. Brillant lors de son premier semestre chez les Cementeros, le produit du centre de formation des Chivas, qui avait fini par faire davantage la une à Guadalajara pour ses parties fines que pour ses performances sur le terrain, s'est montré fantomatique depuis son retour du Mondial. Capable de séduire plus d'un club européen dans ses beaux jours, le neuf et demi a même été nommé au prix Puskás 2014 pour un bijou de but inscrit sur le buzzer face à Puebla. Face au Real, Cruz Azul aura besoin d'un grand Fabián. Par le passé, l'attaquant de 25 ans a déjà brillé face à un grand d'Espagne. C'était à l'été 2011, face au FC Barcelone, en amical. Un match remporté par les Chivas (4-1), lors duquel il avait inscrit un doublé phénoménal : un cachou sous la barre, et un ciseau. À l'été 2011, Fabián a aussi affronté le Real Madrid, avec les Chivas. Une défaite 3-0. Lundi, sur Twitter, l'international mexicain s'est rappelé de cette rencontre face aux Merengues et en a tiré une curieuse conclusion : « Je les ai affrontés une fois, et ils ne sont pas invincibles. Il faudra être intelligent. Oui, on peut. » Ne pas à nouveau faire rire le Mexique ?

Vidéo


Par Thomas Goubin, au Mexique
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


il y a 31 minutes Shiva N'Zigou confesse des pratiques d'inceste et des relations homosexuelles 25 Hier à 17:17 Euro Millions : 99 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi
Hier à 18:09 Gervinho vers Parme 17 Hier à 17:00 Une ville anglaise ne veut plus des supporters 4 Hier à 16:30 Le fils de Ronaldinho cache son identité lors d'un essai 29 Hier à 13:30 Un match de Liga prochainement joué aux States 65 mercredi 15 août Quand les écrans de Bristol Rovers diffusent le téléphone rose 13 mercredi 15 août Mathias Pogba recalé par un club de D3 allemande 28 mercredi 15 août La finale de la Copa Libertadores en un seul match à partir de 2019 9 mercredi 15 août Iniesta plante déjà son deuxième but au Japon 18 mercredi 15 août Il chambre les fans adverses, mais son but est hors jeu 18