Cruijff, les Basques et les « Catalans pas courageux »

Modififié
3 11
Johan Cruijff a une grande bouche. Et elle n'est pas à la retraite.

Lors du programme Viajando con Chester diffusé sur la Cuatro, le Hollandais volant est revenu sur sa période d'entraîneur à la tête du Barça. « J'étais le chef du vestiaire. Et dans le vestiaire, tout se sait, a expliqué le paternel de Jordi. Avec Pep Guardiola, j'ai dit qu'il devait gagner plus, il avait un contrat de quatre ans. Ils n'ont pas voulu. Je leur ai dit "ok". Stoichkov venait de l'Europe de l'Est. Les gens de là-bas étaient pauvres, il ne maîtrisait pas le thème de l'argent. Je lui ai dit ce qu'il devait demander et que s'il avait un problème, il n'avait qu'à dire que je lui avais dit. »

Quant à sa politique de recrutement durant sa période sur le banc du Barça (1988-96), Cruijff a tranché dans le lard : « J'avais trois joueurs basques et j'en ai signé quatre de plus parce qu'ils étaient courageux, et, à cette époque, les joueurs catalans ne l'étaient pas. Aujourd'hui, c'est différent. »

Une réaction de la Licra se fait attendre.

Par RD, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Claude le Gentil Niveau : CFA
Note : -1
Qui osera une blague sur l'ETA et le courage des basques ?

Premier gros paragraphe incompréhensible sans aspirine
"J'étais le chef du vestiaire. Et dans le vestiaire, tout se sait, a expliqué le paternel de Jordi. Avec Pep Guardiola, j'ai dit qu'il devait gagner plus, il avait un contrat de quatre ans. Ils n'ont pas voulu. Je leur ai dit "ok". Stoichkov venait de l'Europe de l'Est. Les gens de là-bas étaient pauvres, il ne maîtrisait pas le thème de l'argent. Je lui ai dit ce qu'il devait demander et que s'il avait un problème, il n'avait qu'à dire que je lui avais dit. "

Pardon ?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
3 11