1. //
  2. // Finale
  3. // France-Portugal (0-1 ap)

Le Portugal prend son premier Eurão

Le Portugal a mis fin au rêve de l'équipe de France en remportant la finale de l'Euro 2016 (1-0) grâce à un but d'Éder à la 108e minute, en prolongation. À domicile, malgré leur domination dans le jeu et la blessure précoce de Cristiano Ronaldo, les hommes de Didier Deschamps ne sont pas parvenus à faire la différence, et laissent la Selecção remporter le premier titre de son histoire.

Modififié
3k 228

France O-1 Portugal

But : Éder (108e) pour le Portugal

À chaque grande finale, c'est la même chose : l'apocalypse ou le panthéon. C'est ce qui fait que, quel que soit le niveau de jeu et de spectacle affiché, ces matchs prennent tous une dimension biblique ou mythologique. Cette finale de l'Euro 2016 ne fait pas exception à la règle. Avant même le début de la rencontre, les signes ne trompent pas. Le Stade de France est envahi de milliers de papillons de nuit. Dans le ciel, à travers le toit de l'enceinte, des dizaines d'oiseaux tournent en rond en attendant le moment propice pour partir en piqué et s'offrir un festin. La première des dix plaies de Saint-Denis. Mais qui va être frappé par le courroux divin ? Avant une grande finale, il n'y a jamais de signe annonciateur permettant de deviner laquelle des deux équipes va s'enfoncer dans les ténèbres et laquelle va atteindre la lumière.

Les notes du Portugal

Cristiano Ronaldo, roi viking


Le début de rencontre promet en effet les enfers au Portugal. Dès la 8e minute, Cristiano Ronaldo se plaint du genou après une charge virile mais licite de Dimitri Payet. Les soigneurs entrent une première fois sur la pelouse. Puis une seconde fois quelques minutes plus tard. À chaque fois, le triple Ballon d’or revient sur la pelouse, faisant redoubler les sifflets du public français, qui crie au bluff, et les chants d'amour des supporters portugais, qui craignent le pire. Ce sont ces derniers qui ont vu juste. À la 26e minute, CR7 s'assoit pour la troisième fois sur la pelouse et s'effondre en larmes dans les bras de Nani. Le champion sort sur une civière, salué par une standing ovation des 80 000 spectateurs de l'enceinte, tel un roi viking s'éloignant doucement sur son bateau-tombe lors de ses funérailles. Ricardo Quaresma le remplace, une plume dans les cheveux.

La sortie de leur capitaine et leader est d'autant plus gênante pour les Portugais que l'équipe de France compte encore, elle, dans ses rangs un chef de guerre qui mène ses troupes le couteau entre les dents. Ce n'est pas Antoine Griezmann, malgré une prestation presque aussi impeccable que contre l'Allemagne, tout en déviation subtile, contrôles précis et choix judicieux. Non, il s'agit bien de Moussa « Usain Bolt » Sissoko, qui n'en finit plus de faire parler la foudre par ses accélérations qui enfoncent systématiquement les lignes ennemies. Sa reprise de volée à la 6e minute loupe le cadre, sa mine des vingt mètres à la 22e est détournée en corner, et sa frappe excentrée dans la surface après une feinte improbable à la 34e est repoussée par Rui Patrício. Si l'on ajoute à ça la tête lobée de Griezmann que le gardien portugais a claqué de sous sa barre transversale en début de rencontre, on tient l'intégralité des occasions d'une équipe de France sûre de sa force en première période.

Hold-up et tragédie


La Selecção, elle, digère étonnamment bien la sortie de Cristiano Ronaldo, qui aura tout de même traîné sa blessure presque vingt minutes sur le terrain avant d'accepter d'être remplacé. Ils sont rarement dangereux, mais parviennent de mieux en mieux à empêcher leur adversaire de l'être, et s'offrent régulièrement ce genre de contres juste suffisant pour rappeler qu'ils peuvent marquer à tout instant. Pour remettre du bois dans la cheminée, Didier Deschamps sort Dimitri Payet, encore un peu timoré après une prestation similaire contre l'Allemagne, et fait entrer le remuant Kingsley Coman peu avant l'heure de jeu. Et le gamin du Bayern fait exactement ce pourquoi on l'a mis sur la pelouse. Il prend le ballon aux trente mètres, tricote, accélère le jeu, tombe, puis se relève en un éclair et lance Griezmann ou Giroud dans le dos de la défense. Les deux échouent successivement face à Rui Patrício. Il s'excentre sur la gauche et enroule un centre sur la tête de Griezmann qui loupe le cadre des six mètres.

La série d'occasions ratées sent évidemment le hold-up portugais. Fernando Santos, leur sélectionneur, a prévenu la veille : il serait ravi de rentrer au pays avec une « victoire imméritée » . Heureusement, Hugo Lloris est là. Alors qu'il n'a presque pas été sollicité du match, il claque un centre-tir de Nani hors de ses cages, puis bloque carrément le retourné de Quaresma qui suit. Giroud est sorti, remplacé par André-Pierre Gignac, qui est à deux doigts de rejouer le coup du but en or aux Portugais. Dans les arrêts de jeu, il contrôle dans la surface, fait tomber Pepe et frappe à bout portant. Sur le poteau. Prolongation. Les premières de ce tournoi pour l'équipe de France. La mythologie a besoin de tragédie. Elle en aura.

Éder...


La fatigue aidant, on arrive en retard, et les cartons jaunes se multiplient, pour Raphael Guerreiro, pour Matuidi, pour William Carvalho. Les coups de pied arrêtés deviennent de plus en plus importants. Sur corner, Éder place une tête piquée qui oblige une nouvelle fois Lloris à sauver la mise. Mark Clattenburg, l'arbitre anglais, fatigue aussi. Il donne un carton jaune à Koscielny pour une main d'Éder et offre au Portugal un coup franc que Raphael met sur la barre. Une minute plus tard, Éder, laissé seul dans l'axe, venge des années de victoire française contre son équipe d'un missile à ras de terre hors de portée d'Hugo Lloris. Les dés sont jetés. Au Portugal le panthéon, aux Bleus l'apocalypse. Peu importe la domination. Peu importe la belle histoire. Peu importe ce qui paraît bien ou mal. Le football n'en a que faire. Dans la mythologie grecque, les Champs-Élysées sont le paradis. C'est là-bas que se retrouveront les Portugais ce dimanche soir.



Par Thomas Pitrel, au Stade de France
Modifié

Dans cet article

Toon Eastman Niveau : National
Note : 1
Le Portugal gagne l'euro après un gros match de merde (des deux équipes), en jouant à la grecque et sur un but d'Eder...

Qu'est ce qui vient de se passer la ? Les dieux du foot sont complètement parti en couille.

Enfin il fallait bien que ca tombe de leur coté un jour ou l'autre.
Note : 3
Champion d'Europe avec un but d'Eder... SURREALISTE
Noël Mammaire Niveau : Loisir
Note : -2
Objectivement, un des vainqueurs les plus dégueulasses de l'histoire de l'Euro.
Aucun projet de jeu, de l'esbroufe, etc.

Le foot, le sport en général, n'en sortent pas grandis...
Note : 3
L'Équipe, dans son style inimitable, titre : "les Portugais ont construit un mur".

Réactions :

Marine le Pen : "cette équipe négro-africaine ne représente pas la France".

Cohn-Bendit : "Fallait pas éliminer L'Allemagne".

Laurent Blanc : "Faudra rétablir le quota de joueurs de couleur, Il y en a trop en EDF".

Serge Aurier : " Didier Deschamps est une fiotte".

Rizzoli (le bouffon italien en vacances payées par l'UEFA à Porquerolles pour services rendus) : "si on m'avait désigné pour cette finale, j'aurais donné un nouveau coup de pouce à la France : j'aime arbitrer les pays organisateurs".

KDB (en vacances à Miami) : "le résultat de cette finale, je m'en bats les couilles !".

Zlatan Ibrahimovic. : "le niveau du football en France, c'est de la merde".


En Afrique, les réactions sont unanimes :

L'Éclair (Sénégal) : "la Françafrique est une supercherie".

Le Réveil (Algérie) : "Sans arabes, la France ne gagne pas". Benzema et Ben Arfa like this !

Le Cafard Libéré (Congo Brazzaville) : "le coq n'a pas digéré la morue".

L'Indépendant (Côte d'Ivoire) : "les babtous gaulois sont trop fragiles".
JestroGoal008 Niveau : District
Note : 1
Commentaires sponsorisés par le sel de Guérande
V. Mistelroum Niveau : District
Note : 7
Comme avait dit Just Fontaine : "C'est tellement con ce jeu des fois..."

Le Portugal a fait le match qu'il fallait, bien aidé par un énorme gardien.
La France n'a pas à rougir, elle a tenté pas mal de trucs et fait le jeu... mais cet Euro a montré que dominer n'est pas gagner.

Ce qui est con, c'est que sans le jaune bidon sur Kos juste avant le but, il peut se permettre de faire faute pour arrêter Eder...
BruceLeeZarazu Niveau : District
Les supporters qui nous racontent que le Portugal est dégueulasse et que sa victoire est volée, j'espère que vous n'êtes pas les mêmes qui trouvez l'Atletico génial quand même, si?
flemmardo Niveau : CFA2
Note : 6
Victoire méritée. Bravo aux portugais. Dommage pour la France, dommage pour Patrice Evra, dommage pour Sagna qui a fait un grand match, et que dire de Sissoko...
Quoi qu'il en soit bravo à cette équipe de France pour redevenir une équipe sérieuse au niveau mondial car il y a 6 ans elle a été annihilé par une bande d'incompétents notoires (FFF et Domenech).

Les portugais ont été très forts. Fernando Santos est définitivement un grand entraineur. Ironiquement, je pense que la sortie de Cristiano les a galvanisé. Pepe magistral, Eder du tonnerre...bref, j'ai oublié sûrement du monde mais je vais vite passer à autre chose de ma soirée. C'est que du foot après tout...

Note d'espoir, l'EDF est jeune et reviendra sûrement avec plus de confiance, de certitudes et d'expérience.

Bonne soirée !... ou essayez...
Pas faute d'avoir tenté la meme strategie sur le meme joueur (sans etre sanctionné bien sur) 18 ans plus tard, pour se faire taper par...Eder! Bravo a l'Atlet...au Portugal enfin dans l'Histoire!
Note : 3
Ahah, victoire immérité ? C'est plus mérité que la victoire de la France contre l'Allemagne et de très loin. Finalement la France se fait punir par une équipe qui lui ressemble, elle ne produit rien, elle n'a aucune idée et ne doit sa position de finaliste que par un concours de circonstance monstrueusement favorable. Les portugais, privés de leur joueur majeur, ont très bien joué le coup.
Internazionale Niveau : Loisir
Note : 2
C est bizarre personne ne parle de grinta quand c'est le portugal par contre c'est l'atletico de la grinta chez paulette de la grinta dans mon omelette de la grinta sur mes chaussures il y a que ça
Note : 4
Putain ce silence dans mon immeuble, j'vais pouvoir faire une nuit complète!
Qule m
Midnight_City Niveau : DHR
Note : 3
Même si la France avait gagné, cet Euro 2016 restera dans sa globalité la pire compétition que j'ai vu depuis le Mondiale 90 en terme de qualité de jeu et de matches dont on pourrait se souvenir à l'issue du tournoi
Bravo aux portugais, depuis le temps qu'il tournait autour il fallait bien qu'un jour la pièce retombe du bon côté
Dommage que ce soit avec la "pire" équipe entre celles de 1984, 2000, 2004, 2006 et celle-ci
Il ne reste plus qu'à souhaiter à nos Bleus de tirer les enseignements de cette défaite, et à se préparer pour réaliser une belle CdM 2018
Le coeur c'est une chose mais il y a encore trop de faillites techniques et mentales auxquelles il va falloir remédier

Note : -3
Je veux que ce torchon qu'est devenu Sofoot analyse froidement cet Euro : la France a bénéficié d'un tirage truqué jusqu'en demi, d'un arbitrage ultra favorable contre l'Allemagne, et le jour où il fallait gagner un match (un seul !), elle s'est chiée dessus.

Conclusion : cette équipe était nulle depuis le début.
Note : 3
Une équipe moche gagne un Euro moche.
Frenchies Niveau : CFA
Note : 2
tout à l'heure je vois

https://twitter.com/HugoLgrnd/status/752097878424911874


ahah tellement epic FAILLLLLLLLLLLLLL

T.T
Note : 5
Par pitié commencez pas à nous dire que ce Portugal a du mérite sur cette compet, regardez un peu la gueule de leur tableau, ça fini 3ème de poule et ça rencontre aucune grosse équipe avant la finale. C'est bien que ce pays gagne enfin un trophée, au vu de leur histoire c'est largement mérité mais sur cette compet ils ne méritent même pas de sortir de leur poule en bois, soyons honnêtes 2 secondes.
Noël Mammaire Niveau : Loisir
Je crois que tu le confonds avec celui de ta mère, mon pote.
Note : 4
Message posté par Emkey
Sur un but d'Eder, j'ai envie de me suicider.


On ne cesse de dire que la L1 c'est le meilleur championnat du monde, on en à la preuve ce soir! Pas un hasard si un joueur de L1 débloque le match ce soir
pierre ménès 2.0 Niveau : Ligue 1
Note : 2
Message posté par Kicker_
Le tournant du match est clairement l'erreur d'arbitrage (et l'horrible manque de fair play des portugais sur ce coup) qui offre un coup franc et surtout un jaune à Koscielny qui quelques secondes plus tard n'ose plus défendre correctement sur Eder...


Je dirais que le tournant du match, c'est surtout ce poteau de Gignac.

A partir de là, je me suis dit: "Ca y est, les dieux ont jetés leur dés".

Mais l'événement que tu cites et aussi un évènement clé c'est vrai.

Tu vois le Kos qui est à 2 doigts de faire faute et qui se ravise au dernier moment parce qu'il sait que c'est la rouge qui l'attend...