Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Finale
  3. // France-Portugal (0-1 ap)

Le Portugal prend son premier Eurão

Le Portugal a mis fin au rêve de l'équipe de France en remportant la finale de l'Euro 2016 (1-0) grâce à un but d'Éder à la 108e minute, en prolongation. À domicile, malgré leur domination dans le jeu et la blessure précoce de Cristiano Ronaldo, les hommes de Didier Deschamps ne sont pas parvenus à faire la différence, et laissent la Selecção remporter le premier titre de son histoire.

Modififié

France O-1 Portugal

But : Éder (108e) pour le Portugal

À chaque grande finale, c'est la même chose : l'apocalypse ou le panthéon. C'est ce qui fait que, quel que soit le niveau de jeu et de spectacle affiché, ces matchs prennent tous une dimension biblique ou mythologique. Cette finale de l'Euro 2016 ne fait pas exception à la règle. Avant même le début de la rencontre, les signes ne trompent pas. Le Stade de France est envahi de milliers de papillons de nuit. Dans le ciel, à travers le toit de l'enceinte, des dizaines d'oiseaux tournent en rond en attendant le moment propice pour partir en piqué et s'offrir un festin. La première des dix plaies de Saint-Denis. Mais qui va être frappé par le courroux divin ? Avant une grande finale, il n'y a jamais de signe annonciateur permettant de deviner laquelle des deux équipes va s'enfoncer dans les ténèbres et laquelle va atteindre la lumière.

Les notes du Portugal

Cristiano Ronaldo, roi viking


Le début de rencontre promet en effet les enfers au Portugal. Dès la 8e minute, Cristiano Ronaldo se plaint du genou après une charge virile mais licite de Dimitri Payet. Les soigneurs entrent une première fois sur la pelouse. Puis une seconde fois quelques minutes plus tard. À chaque fois, le triple Ballon d’or revient sur la pelouse, faisant redoubler les sifflets du public français, qui crie au bluff, et les chants d'amour des supporters portugais, qui craignent le pire. Ce sont ces derniers qui ont vu juste. À la 26e minute, CR7 s'assoit pour la troisième fois sur la pelouse et s'effondre en larmes dans les bras de Nani. Le champion sort sur une civière, salué par une standing ovation des 80 000 spectateurs de l'enceinte, tel un roi viking s'éloignant doucement sur son bateau-tombe lors de ses funérailles. Ricardo Quaresma le remplace, une plume dans les cheveux.

La sortie de leur capitaine et leader est d'autant plus gênante pour les Portugais que l'équipe de France compte encore, elle, dans ses rangs un chef de guerre qui mène ses troupes le couteau entre les dents. Ce n'est pas Antoine Griezmann, malgré une prestation presque aussi impeccable que contre l'Allemagne, tout en déviation subtile, contrôles précis et choix judicieux. Non, il s'agit bien de Moussa « Usain Bolt » Sissoko, qui n'en finit plus de faire parler la foudre par ses accélérations qui enfoncent systématiquement les lignes ennemies. Sa reprise de volée à la 6e minute loupe le cadre, sa mine des vingt mètres à la 22e est détournée en corner, et sa frappe excentrée dans la surface après une feinte improbable à la 34e est repoussée par Rui Patrício. Si l'on ajoute à ça la tête lobée de Griezmann que le gardien portugais a claqué de sous sa barre transversale en début de rencontre, on tient l'intégralité des occasions d'une équipe de France sûre de sa force en première période.

Hold-up et tragédie


La Selecção, elle, digère étonnamment bien la sortie de Cristiano Ronaldo, qui aura tout de même traîné sa blessure presque vingt minutes sur le terrain avant d'accepter d'être remplacé. Ils sont rarement dangereux, mais parviennent de mieux en mieux à empêcher leur adversaire de l'être, et s'offrent régulièrement ce genre de contres juste suffisant pour rappeler qu'ils peuvent marquer à tout instant. Pour remettre du bois dans la cheminée, Didier Deschamps sort Dimitri Payet, encore un peu timoré après une prestation similaire contre l'Allemagne, et fait entrer le remuant Kingsley Coman peu avant l'heure de jeu. Et le gamin du Bayern fait exactement ce pourquoi on l'a mis sur la pelouse. Il prend le ballon aux trente mètres, tricote, accélère le jeu, tombe, puis se relève en un éclair et lance Griezmann ou Giroud dans le dos de la défense. Les deux échouent successivement face à Rui Patrício. Il s'excentre sur la gauche et enroule un centre sur la tête de Griezmann qui loupe le cadre des six mètres.

La série d'occasions ratées sent évidemment le hold-up portugais. Fernando Santos, leur sélectionneur, a prévenu la veille : il serait ravi de rentrer au pays avec une « victoire imméritée » . Heureusement, Hugo Lloris est là. Alors qu'il n'a presque pas été sollicité du match, il claque un centre-tir de Nani hors de ses cages, puis bloque carrément le retourné de Quaresma qui suit. Giroud est sorti, remplacé par André-Pierre Gignac, qui est à deux doigts de rejouer le coup du but en or aux Portugais. Dans les arrêts de jeu, il contrôle dans la surface, fait tomber Pepe et frappe à bout portant. Sur le poteau. Prolongation. Les premières de ce tournoi pour l'équipe de France. La mythologie a besoin de tragédie. Elle en aura.

Éder...


La fatigue aidant, on arrive en retard, et les cartons jaunes se multiplient, pour Raphael Guerreiro, pour Matuidi, pour William Carvalho. Les coups de pied arrêtés deviennent de plus en plus importants. Sur corner, Éder place une tête piquée qui oblige une nouvelle fois Lloris à sauver la mise. Mark Clattenburg, l'arbitre anglais, fatigue aussi. Il donne un carton jaune à Koscielny pour une main d'Éder et offre au Portugal un coup franc que Raphael met sur la barre. Une minute plus tard, Éder, laissé seul dans l'axe, venge des années de victoire française contre son équipe d'un missile à ras de terre hors de portée d'Hugo Lloris. Les dés sont jetés. Au Portugal le panthéon, aux Bleus l'apocalypse. Peu importe la domination. Peu importe la belle histoire. Peu importe ce qui paraît bien ou mal. Le football n'en a que faire. Dans la mythologie grecque, les Champs-Élysées sont le paradis. C'est là-bas que se retrouveront les Portugais ce dimanche soir.



Par Thomas Pitrel, au Stade de France
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier Podcast Football Recall Épisode 31: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses
À lire ensuite
Les notes de la France