1. //
  2. //
  3. // 8es de finale
  4. // Croix/Concarneau

Croix - Concarneau : voyage au bout de la coupe

Deux clubs de CFA pour une place : à 19h30, l'US Concarneau se rend à Croix pour décrocher un ticket en quart de finale de la Coupe de France. Une rencontre entre amateurs, mais un chemin vers la gloire.

Modififié
2k 2
7h de route séparent Vincent Richetin de Croix, petite commune du Nord de la France. Parti de Bretagne, il s'y rend en simple spectateur, la faute à un coup de coude assené à un adversaire qui « a bien simulé » la semaine passée. Qu'importe. Car privé de terrain, le milieu suspendu de l'US Concarneau ne louperait pour rien au monde ce déplacement. En jeu, une place pour les quarts de finale de la Coupe de France, soit un exploit de plus à célébrer. D'autant que l'adversaire n'est pas un ogre affamé de brebis. Également pensionnaire de CFA, l'Iris Club de Croix est une proie abordable, qui peut toutefois nourrir les mêmes ambitions et espérer poursuivre son chemin. Et si l'opposition pourrait se résumer à une simple rencontre amateur disputée sous l'égide de la Coupe de France, elle n'en revêt que très peu de traits. Même Vincent Richetin, dont l'autoradio a grésillé tout au long du périple, ne saurait le démentir.

Avion et CFC


Ses coéquipiers, eux, n'ont pas subi la loi du péage. Pour ce match à enjeu, les 18 joueurs du groupe concarnois profitent en effet d'un traitement de faveur : un voyage en avion. Peu coutumiers du fait lors de leurs déplacements en CFA, les hommes de Nicolas Cloarec n'arrivent pourtant pas en odeur de sainteté à Croix. Car la ville attend son exploit. Tombée l'an passé face au LOSC un tour plus tôt, l'Iris savoure ce retour dans les hautes sphères de la Coupe de France : « On a ouvert le livre l'année dernière avec un seizième de finale. Cette année, on fait mieux, donc l'histoire, on est en train de l'écrire, et on va faire en sorte qu'elle soit la plus longue possible  » , narre Jean Antunes, coach des Nordistes. Surtout, le stade Henri Seigneur s'impatiente. En deux ans et 15 matchs dans la compétition, c'est la première fois qu'il accueille une rencontre. De quoi écouler 1600 billets plus rapidement qu'on ne brasse la bière. Mais Antunes ne souhaite pas céder à l'enivrement collectif : « Je n'ai pas voulu changer les habitudes des uns et des autres et mettre de la pression là ou il n'y en a pas. » Côté concarnois, le son de cloche est différent. Malgré sa future absence, Vincent Richetin a pris part à la préparation de la rencontre. Une mise en bouche d'un autre goût : «  Il y avait des vidéos sur l'équipe adverse, une feuille sur chacun des joueurs, des choses qu'on n'a pas l'habitude d'avoir en fait. On a vu qu'il y avait des bons joueurs à toutes les lignes. Après, on n'avait pas une grande qualité sur les images, ce n'était pas le Canal Football Club non plus (rires) !  » Malgré les pixels, Richetin et les siens ont pu observer l'aisance technique des Croisiens, ainsi que leur habilité à se projeter vers l'avant. Des qualités qu'ils tenteront de contrarier en terre ennemie.

Attaques cassées


D'autant qu'Antunes le confesse : son équipe affiche quelques manques cette saison. Malgré le quartette d'attaquants dont il dispose (De Araujo, Robail, Bekhechi, Oumedjeber), l'Iris Club de Croix se fait cette saison moins prolifique que lors des exercices passés : « C'est le niveau qui est autre. Et je pense que nos attaquants se sont mis trop de pression par rapport à ça. Parce que les situations, on les a, mais on n'a pas su les concrétiser, avoir le bon geste au bon moment.  » À Concarneau, on reste toutefois prudent, notamment concernant le cas de Julien de Araujo, grand artisan de la montée en CFA l'an passé : « Il a fini meilleur buteur du championnat. Il faut avoir un œil dessus. Il y en a aussi un qui risque d'être sur le banc en début de match et de nous faire mal en fin de match.  » Dans le secteur offensif, l'US affiche également ses doutes. Car c'est avec deux éléments indispensables, mais incertains que l'équipe fait le déplacement : « Gourmelon et Koré reviennent de blessure, on ne connaît pas leur état de forme. Ils n'ont pas joué le week-end dernier et le coach prendra la décision avec eux dans la journée.  » Ajoutées à la suspension de Richetin, ces deux possibles défections pourraient compter, même si ce dernier assure : « Le coach a prévu des schémas de rechange  » .

Fête et retour


Le dispositif encore en balance, Concarneau découvrira en outre un terrain tout de synthétique dressé. Une particularité qui n'effraie pas Richetin : « Je touche de la peau de singe, on a joué 3 fois sur synthé cette année, on a gagné 3 fois. Donc j'espère que ça va encore le faire.  » Qu'importe le revêtement, Concarneau se dresse avec ses armes : un pressing haut et des attaques tranchantes une fois le cuir récupéré. Une tactique qui a jusqu'alors fait ses preuves en Coupe de France et que les Bretons tenteront de mettre en œuvre sur la pelouse croisienne. Pas une mince affaire face à une équipe dont la « solidarité » est louée par Antunes. Mais prudent, le coach de l'Iris ne souhaite s'adonner à aucun triomphalisme prématuré : « On va pas sabrer le champagne avant d'avoir gagné. D'autant que c'est une grosse écurie, costaude sur toutes les lignes. Je pense qu'elle est réellement très complète, et des échos que j'ai eus, c'est vrai » débouche celui qui se rêverait à affronter le PSG au prochain tour. En cas de victoire, Richetin souhaite lui tirer l'une des équipes « encore abordable » de la compétition. Pour continuer l'aventure, et prendre part à la fête lors d'un quart de finale où sa suspension sera purgée. Ses coéquipiers eux aussi attendent avant de buller. Ce soir, un avion les emportera de nouveau vers la Bretagne. Pour que les héros ou vaincus de Concarneau du chemin de Croix ne soient pas obligés de poser un jour de RTT en plus pour le voyage.

Par Raphael Gaftarnik
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Il y aura certainement plus d'émotions que dans un match de ligue 1 qui se termine par un 0-0 (pour pas citer d'équipe).
Et dire que je jouais au Stade Henri Seigneur étant gamin... Très content que So Foot parle un peu de nous ! En espérant que le match soit au niveau de l'événement.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
2k 2