1. //
  2. // Quarts
  3. // Zambie/Soudan (3-0)

Crocodile Zambie !

L’équipe d’Hervé Renard a facilement eu la peau des Crocodiles soudanais (3-0). Dix-huit ans après, les Chipolopolo retrouvent le dernier carré.

Modififié
0 0
Zambie - Soudan : 3-0

Buts : Sunzu (15eme), C.Katongo (66eme) et Chamanga (86eme) pour la Zambie

La Zambie bipolaire d’Hervé Renard a présenté une face plus avenante que lors de ses deux dernières rencontres cet après-midi. Elle a respecté son tropisme naturel à l’offensive à tout va tout en appliquant les consignes de son coach. Comme d’habitude – mais moins longtemps -, les Chipolopolo se sont quelque peu assoupis au retour des vestiaires. Jamais vraiment inquiétés, ils passeront un tout autres test au prochain tour, contre la Tunisie ou le Ghana.

Bata, un stade quasi-désert, des pubs du monde global de partout et une minute de silence. Pour Port-Saïd. Jour quinze, celui du début de la phase par KO. Le Soudan n’a pas été à pareille fête depuis très longtemps, depuis son titre à domicile de 1970 précisément. Les Chipolopolo, eux, reviennent vers les sommets à intervalles plus ou moins réguliers (vice-champions en 1974 et 94 ; 3èmes en 1982, 90, 96). Depuis leur quart de finale perdu aux tirs aux buts d’il y a deux ans contre les Super Eagles nigérians, on sait que la Zambie renarde tout près des meilleurs. Les Crocodiles du Nil paraissent engoncés par l’enjeu tandis que les oranges voient là une opportunité unique d’accéder aux demi-finales, eux qui pensaient prendre l’Angola. Ils dominent sans se créer d’occasion jusqu’à la quatorzième minute où Mayuka échoue sur Akram. Soixante secondes plus tard, Kalaba expédie un coup-franc depuis le bord de la touche, côté gauche, sur la tête de Sunzu, à pas même un mètre du but. Une ouverture en provenance du Tout-Puissant Mazembé (1-0). Les Chipolopolo surclassent le voisinage sans se presser. Faciles, comme d’habitude. Les Faucons de Jediane, l’autre blaze des Soudanais (on ne prête qu’aux riches), plient mais ne cèdent pas. Ils n’en sont pas loin quand Katongo, sur un nouveau coup-franc de Kalaba, expédie un superbe extérieur qu’Akram détourne, superbe, en corner. Les hommes de Mohamed Abdallah Mazda, qui ont déjà perdu deux joueurs sur blessure (et aussi récolté trois cartons jaunes), font preuve de plus d’entrain sans trop vraiment s’approcher des buts de Mweene. Au repos, ils sont pourtant à portée de fusil des « Boulets de cuivre » zambiens, intouchables et bien organisés (le repli défensif façon Renard) par séquences ; indolents et parfois suffisants à d’autres.

L’équipe du coach français entame la seconde période par sa face ténébreuse. Les Crocodiles du Nil se désinhibent quelque peu. Khalefa, sur un beau mouvement collectif (52è) puis Elthaib (55è) inquiètent Kweeme. Sur la touche, le Renard argenté fulmine à propos du pressing de la paire Katongo-Mayuka. Et comme souvent, au moment où la partie menace de se rééquilibrer, Saifeddine Ali Idriss s’occupe du grand ménage de printemps avec Kalaba –toujours dans les bons coups. Double peine : deuxième jaune, expulsion, pénalty et Katongo, en deux temps, punit les faucons de Jédiane (2-0: 66è). La suite bascule un peu dans l’irrationnel. C’est le (petit) quart d’heure Akram Al-Ahdi, le gardien d’Al-Merreikh: il se troue sur un centre (69è), trébuche dans sa surface (71è), finit dans les filets sur un lob lointain (72è), avant de se sécher volontairement Katongo dans un face à face (78è). Chamanga, qui venait de rentrer, inscrit un troisième but histoire de finir sur une bonne note (86è). Lusaka peut s’en aller danser…


Par Rico Rizzitelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Dortmund seul devant
0 0