1. // Euro 2012
  2. // Barrages

Croatie et Irlande presque qualifiées

Soirée barrages mais soirée sans suspense. Si la Croatie et l’Irlande à l’extérieur ont déroulé et assuré leur présence à l’Euro en "Polognukraine" l’été prochain, la République Tchèque a elle fait le métier à domicile et la moitié du chemin. Dans des matchs tous à sens unique.

Modififié
0 1
Turquie-Croatie : 0-3
Buts : Olic (2ème), Mandžukic (32ème), Corluka (51ème) pour la Croatie

Pour évacuer le traumatisme du quart rocambolesque de l’euro Mittel-Europa 2008, les Croates n’ont pas fait dans le détail. Guus Hiddink ne connaitra probablement pas un 3ème Euro avec une 3ème équipe différente et le peuple turc pourra continuer de maudire ces satanés barrages. Eliminée par la Lettonie dans la course à l’Euro 2004, par la Suisse dans la course à la coupe du monde 2006, la Turquie regardera le prochain exercice chez elle. Sauf miracle. A domicile et dans un stade bouillant, les Turques ont très vite plié. Trois buts encaissés en 50 minutes, trois buts venus des côtés labellisés: Olic, Mandžukic et Corluka dont deux sur des passes déc’ de Darijo Srna. Hiddink espérait pourtant garder sa cage inviolée pour préserver ses chances avant le retour. La virginité du but de Volkan Demirel a duré… une minute. Le chaudron de la Turk Telekom Arena s’est vidé avant la fin du match. Tout le monde avait compris.

République Tchèque – Monténégro : 2-0
Buts : Pilar (63ème), Sivok (90ème) pour la Tchéquie

Pour écrire leur dernière histoire commune, la génération dorée mais âgée du foot tchèque (Rosicky, Plasil, Cech) a assuré l’essentiel à domicile dans l’ambiance confidentielle de la Generali Arena du Sparta Prague (20 852 places). Contre un pays et une équipe jeune emmenée par la paire offensive la plus élégante des barrages Vucinic –Jovetic et qui visait une première qualification dans une grande compétition, les briscards tchèques, globalement supérieurs, ont fait le métier. Et Tomáš Rosicky a rappelé à ceux qui en doutaient qu’il était encore un joueur de foot. Tour à tour capitaine, leader de jeu, distributeur inspiré et décisif, le Gunner à l’origine des deux buts a régalé et porté la cause nationale sur ses épaules. Une passe pour Pilar Viktoria Plzen auteur d’une frappe superbe de 20 mètres et un coup franc pour la ganache de Sivok, le défenseur de Besiktas. Pour l’inauguration de la protection 3.0 de Petr Cech qui a ajouté un masque à son casque de rugby, le but tchèque est resté inviolé. L’Euro approche.

Estonie - Irlande: 0-4
Buts : K. Andrews (13ème et 6èème), Keane (71 et 88ème) pour l'Irlande

Comme les Turcs, les Irlandais, eux aussi, souhaitaient chasser leurs vieux démons. Avec une seule qualification pour cinq présences en barrages, et la mimine de Titi comme traumatisme récent évident, l’équipe aurait pu tomber dans la facilité, douter, et se compliquer la tâche dans le barrage a priori le plus évident. Giovanni Trapattoni peut être soulagé. Ses joueurs se sont évités le scénario traquenard. La surprise estonienne est restée une surprise, les Irlandais ont joué à leur niveau et participeront au prochain Euro. Le premier depuis 23 ans. Libérée par l'ouverture du score au quart d’heure de jeu, et en supériorité numérique à la demie-heure, la Irish team a pu assurer l’essentiel. Andrews et Walters ont chacun scoré de la tête, et Keane est allé de son doublé pour sa 113ème sélection, sur péno et sur un cadeau du gardien adverse. Doublé toujours, Stepanov et le capitaine Piiroja ont eux cumulé les jaunes et laissé leurs coéquipiers terminer le match à neuf. Ils manqueront donc le retour. Qui sera joué pour l’honneur.

Par Antoine Mestres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Miles Morales Niveau : DHR
Le mythe Hiddink s'est definitivement écroulé.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Le Portugal pas rassuré
0 1