En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options

Cristiano vu du pays d'Hugo

40 pions. Cristiano Ronaldo a créé l'évènement cette saison en parvenant à dépasser la marque historique d'Hugo Sanchez (38 buts). Au pays du pentapichichi, si l'on reconnaît la valeur du record du Portugais l'on insiste tout autant sur les mérites indémodables du Mexicain.

Modififié
Hugo Sanchez a quatorze ans quand Diego Mercado craque sur ses talents de buteur. C'est en 1972 : « Je dirigeais son grand frère en sélection, se remémore l'entraîneur retraité alors en charge de la sélection olympique, et il m'a convaincu de donner une chance à Hugo qui a été le seul joueur à être retenu dès son premier entraînement » Diego Mercado est considéré par Hugo Sanchez comme son deuxième père. Les deux hommes continuent de se voir fréquemment à Guadalajara, dans le salon de M.Mercado où ils échangent sur le football et autres choses. « Je connais bien Hugo et je sais qu'il était heureux qu'un joueur comme Cristiano Ronaldo, un joueur du Real, batte son record » assure t-il.

Pas question pour Diego Mercado de minorer l'exploit du Portugais pour préserver l'égo du trésor aztèque. « Il s'agit d'une performance de niveau mondial, d'un témoignage incontestable des qualités de buteur hors-norme de Ronaldo. » Au jeu des comparaisons, la marque dépassée du Mexicain aurait toutefois toujours un petit je ne sais quoi de supérieur pour le découvreur d'Hugol : « Je crois que le groupe fonctionnait mieux à l'époque d'Hugo, mais lui il donnait le championnat à son équipe » . 1986, 87, 88, 89, 90, autant de titres de pichichi que de Liga pour Sanchez et le Real, un goût de sacre encore inconnu pour l'enfant de Madère. « Surtout, l'intégration au Real a été difficile pour Hugo, poursuit Mercado. Le vestiaire n'en voulait pas. Il n'est pas arrivé avec une réputation de joueur majeur, comme Cristiano Ronaldo, mais à force de marquer il a gagné la confiance de tous, et l'admiration de toute l'Espagne » .

Défiance

Le lendemain de la page tournée par le play-boy lusitanien, le quotidien Record, l'Equipe mexicain, fait sa une sur Cristiano Ronaldo afin de célébrer une soirée et un record « inoubliable » , sans aucune amertume nationaliste. Admiré pour avoir porté haut les couleurs du Mexique en Europe, Hugo Sanchez n'est pas vraiment chéri par son peuple, la faute à une personnalité mégalomane, entre autres. « Son mauvais passage à la tête de la sélection explique aussi cette défiance, décrypte Alejandro Gomez, le rédacteur en chef de Record, et il a aussi traîné une histoire de corruption quand nous avons révélé qu'il faisait payer ses joueurs des Pumas pour les aligner » .

Gomez insiste toutefois sur l'essence de goleador d'Hugo Sanchez. « Loin des buts, Hugol affichait des carences énormes, il ne pouvait absolument pas peser sur le jeu comme Ronaldo, mais il n'est pas loin d'être le meilleur finisseur de l'histoire. » Des internautes mexicains rappellent ainsi que chacune des 38 réalisations inscrites par le buteur aztèque en 1989-1990 le fut sans même un contrôle de balle. Des buts à bout portant, quelques coups-francs, et un bon petit chapelet de têtes acrobatiques. Bien loin du goût pour les arabesques de CR7.





Chorale ou vaisseau ?

Si leur efficacité et leur égo surdimensionné rapprochent clairement Hugo et Cristiano, difficile en revanche de dresser un parallèle entre les deux goleadors en matière de style et de contexte. « Il est toujours délicat de comparer des époques différentes, mais l'équipe de Mourinho est clairement armée à coups de dizaine de millions d'euros pour être compétitive en Ligue des champions, estime Alejandro Gomez. Et sa marge vis à vis des autres équipes espagnoles, Barça excepté, est tout autre que dans les années 80 » . Autrement dit : plus facile d'inscrire 40 buts dans le vaisseau post-galactique, qu'au sein de la chorale merengue siglée Quinta del Buitre.

Recruté pour 94 millions d'euros, Cristiano Ronaldo dicte par sa présence l'organisation de son équipe, un ensemble tout entier à son service et prier de lui passer tous ses caprices. Là aussi bien loin du statut peu enviable du Mexicain à son arrivée dans la Maison Blanche . Mercado: « Hugo a vraiment peiné pour s'imposer, je lui ai même conseillé de revenir au Mexique, où il pouvait jouer dans n'importe quelle équipe. Mais Hugo n'a pas voulu et m'a dit qu'il voulait leur démontrer qu'il serait le meilleur buteur d'Europe » . Pendant plus de deux décennies, il fut même, en compagnie de Zarra - le goleador merengue de l'après-guerre - le meilleur buteur de l'histoire de la Liga. Et ça, Ronaldo ne pourra l'effacer.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
il y a 3 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 4 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4 Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12