Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 3e journée

Cristiano Ronaldo rapide et furieux, Séville dans le rouge

Pour ce troisième opus de la Liga, le rythme imprimé par le Real Madrid et le FC Barcelone fait déjà office de mélodie. Et quand CR7 sort sa flûte à cinq trous, Joaquín assure pour sa première partition. Du côté de Séville en revanche, le chef d'orchestre Emery est à court d'idées.

Modififié

L'équipe du week-end : FC Barcelone

Il faut le dire : voir un grand d'Espagne au sommet de la Liga, ça fait tout de suite plus sérieux. Après deux journées achevées avec un leader original, une seule équipe est parvenue à enchaîner trois succès consécutifs pour ce début de saison 2015/2016 : le FC Barcelone. Déjà vainqueurs du championnat l'an passé, les Culés frappent à nouveau un grand coup afin de montrer que le patron sera bien difficile à aller concurrencer cette saison. Leur dernier fait d'arme ? Une victoire contre l'Atlético Madrid dans le bouillant Vicente-Calderón (1-2). Menés au score en début de seconde période par un but de l'inévitable Fernando Torres - El Niño comptabilise 10 buts en 13 matchs face au Barça -, les Catalans réagissent dans la foulée par un somptueux coup franc de Neymar (55e). Papa pour la seconde fois dans la semaine, Lionel Messi avait été gardé au frais par Luis Enrique pour la dernière demi-heure. Bien lui en a pris : La Pulga se retrouve à la conclusion d'un jeu en triangle entre lui, Luis Suárez et Jordi Alba (76e). Avant de se déplacer à Rome ce mercredi, le champion d'Europe en titre est venu, a vu et a vaincu.

Le Don Quichotte du week-end : Cristiano Ronaldo

Trop véloce, trop précis, trop puissant. Même face à l'immense Mickaël Ciani. En face, le pauvre Espanyol de Barcelone n'avait même pas le temps d'enclencher la seconde que déjà, le Real Madrid filait vers la ligne d'arrivée grâce à son numéro 7. En moins d'une demi-heure, le stade Cornellà El-Prat comprenait que la claque allait être violente : quatre buts encaissés, dont trois buts marqués par Cristiano, suivi d'une passe décisive pour Karim Benzema. Les dégâts collatéraux auront lieu en seconde période, avec deux nouveaux pions de la grande star madrilène pour boucler le set (0-6). Raillé pour son absence de but après deux journées, CR7 est, après ce quintuplé, meilleur buteur de la Liga et tout simplement meilleur buteur du Real en Liga (230 buts). Pour rappel, le Portugais a disputé près de 350 matchs de moins que Raúl en première division espagnole...

Vous avez raté Celta Vigo – Las Palmas et vous n'auriez pas dû

Il ne faut jamais vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Ce matin, ce proverbe doit trotter dans la tête de tout l'effectif du Celta Vigo, victime d'un excès de confiance ce dimanche à Balaídos. Auréolés de l'étiquette de leader avant cette journée, les Galiciens pensent se simplifier la tâche lorsque, dès le quart d'heure de jeu, le gardien de Las Palmas Javi Varas est exclu pour une faute dans sa surface de réparation. Un penalty transformé par Orellana plus tard, Daniel Wass ajoute dans la foulée un second but pour les Celestes. Cependant, le promu canarien possède de la ressource pour rester dans le sillage de son adversaire, et profitant d'une erreur de relance, le renard argentin Sergio Araujo réduit le score (23e). Toujours aussi tranquille après la pause, le Celta reprend deux buts d'écart grâce au sang-froid de Nolito (49e). Mais voilà, à force de rester dans la partie, la persévérance de Las Palmas finit par payer : Araujo encore (61e) puis le défenseur David Simon (74e) permettent à leur équipe de revenir sur son île avec un point dans la besace. Six buts dans un match à rebondissement, les fans de suspense se sont fait plaisir.

La polémique de la machine à cafe con leche

Vermaelen est-il touché par le mauvais karma ? Au terme d'un match fort en intensité, le Barça a encore perdu son défenseur central pour une durée estimée entre 3 et 4 semaines. L'originaire de la région d'Anvers, touché cette fois-ci au mollet gauche, ne manquera pas pour le prochain match du Barça, puisque Gerard Piqué sera qualifié lors de la rencontre contre l'AS Rome. Mais sur le long terme, cette absence relancera à coup sûr les doutes sur la capacité du gaucher à tenir la cadence. Parce que s'il faut attendre à chaque fois un mois pour le voir jouer trois matchs, ça va faire cher au moment de compter le temps de travail effectif…

Le golazo du week-end : Steven N'Zonzi

Au bon souvenir de la Premier League.


L'analyse définitive

Décidément, il est bien difficile d'enchaîner après la meilleure saison de son histoire. Avec une Ligue Europa et un record de points en championnat, le FC Séville semble promis à jouer les outsiders dans le haut du tableau. Oui mais pour ça, il faut gagner des matchs. Et en trois rencontres de Liga, les Palanganas ont simplement connu une défaite et deux matchs nuls. Au final, le bilan sévillan affiche un visage pâle malgré sa peau rouge : une dix-huitième place synonyme de relégation en fin de saison, et toujours aucun but claqué par les gâchettes Fernando Llorente, Kevin Gameiro ou Ciro Immobile. Bien sûr, on imagine bien l'escouade d'Unai Emery revenir rapidement dans la course, mais il serait peut-être tant de tirer la sonnette d'alarme. Révolte dès ce mardi avec la réception du Borussia Mönchengladbach - dernier de BuLi - en C1 ?

Les déclas du week-end

« J'explique toujours la même chose aux nouveaux joueurs : quand nous sommes arrivés, Koke n'était pas titulaire. Quand Diego Costa est arrivé après tous ses prêts, il n'était pas titulaire. Quand Oblak est arrivé, il n'était pas titulaire. Quand Griezmann est arrivé, il n'était pas titulaire. » En clair, Diego Simeone explique à Luciano Vietto ou Jackson Martínez d'attendre un peu. Ou de forcer leur destin.

« On doit être capable de tuer la rencontre, et éviter à notre adversaire de croire qu'il peut revenir dans le match. » Insatisfait de la victoire des siens contre Grenade (1-3), Tomas Pina affiche l'ambition de Villarreal cette saison.

« Raúl García a laissé un club comme l'Atlético pour venir dans un autre grand club, c'est l'un des nôtres. Il lui faut simplement s'acclimater et connaître ses nouveaux camarades, mais aujourd'hui, nous avons vu ce dont il est capable. Nous espérons qu'il s'améliore encore plus. » Quand Ernesto Valverde parle après la victoire de Bilbao contre Getafe (3-1), il souligne la performance de sa nouvelle recrue, buteur pour l'occasion. Sans oublier d'éviter un quelconque relâchement.

Et sinon, qué pasa ?

C'était la première de Joaquín avec le Betis Séville. Pour son retour au Benito-Villamarin, l'enfant du pays s'est offert une première passe décisive, pour une courte victoire contre la Real Sociedad (1-0). Ou comment garder les supporters dans sa poche.


C'était aussi la première d'Aymen Abdennour avec le FC Valence. Une première copie propre, et une victoire à l'arrache en déplacement au Sporting Gijón (1-0).

Le Mundo Deportivo rend hommage à Messi pour la naissance de Mateo, son deuxième enfant. Et aussi un peu à Lorna.

Le chiffre inutile : 0

- Comme la note du match entre Málaga et Eibar (0-0). Merci les gars.

⇒ Résultats et classement de Liga

Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:17 Euro Millions : 99 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti
Hier à 18:09 Gervinho vers Parme 16 Hier à 17:00 Une ville anglaise ne veut plus des supporters 3 Hier à 16:30 Le fils de Ronaldinho cache son identité lors d'un essai 26
Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
Hier à 13:30 Un match de Liga prochainement joué aux States 63 mercredi 15 août Quand les écrans de Bristol Rovers diffusent le téléphone rose 13 mercredi 15 août Mathias Pogba recalé par un club de D3 allemande 28 mercredi 15 août La finale de la Copa Libertadores en un seul match à partir de 2019 9 mercredi 15 août Iniesta plante déjà son deuxième but au Japon 18 mercredi 15 août Il chambre les fans adverses, mais son but est hors jeu 18 mercredi 15 août À l'Ajax, on maîtrise l'art de la roulette 5