Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Real Madrid-Wolfsburg (3-0)

Cristiano Ronaldo qualifie le Real

On le disait perdu, le Real Madrid de Zizou sera finalement demi-finaliste de la Ligue des champions. Tout ça grâce à un CR7 exceptionnel, auteur d'un hat trick, alors même que son équipe jouait au ralenti.

Modififié

Real Madrid 3-0 Wolfsburg

Buts : Cristiano Ronaldo (15e, 17e et 77e) pour le Real

Ce joueur est tout simplement phénoménal. On disait le Real perdu, les millions de coachs en herbe sur Twitter vous l'avaient tous dit : « Wolfsburg va éliminer le Real, c'est sûr. » Mais personne ne peut se permettre d'être si définitif avec le Real Madrid. Tout simplement parce que cette équipe possède dans ses rangs un dieu. Un dieu qui a décidé de descendre du paradis, ce soir, pour venir offrir une qualification inespérée aux Madrilènes. Un dieu qui a d'abord profité de l'enfer de Dante pour ouvrir le score, avant de s'élever plus haut que tout le monde pour placer une tête croisée imparable. Un dieu qui a ensuite fait parler la poudre sur coup franc. Un phénomène que plus aucun adjectif ne peut définir convenablement. Alors on se contente de chiffres à peine croyables : dix matchs joués en Ligues des champions pour 16 buts. Ce soir plus que jamais, le Real peut remercier Cristiano Ronaldo, qui a porté tout seul sa médiocre équipe – au sens premier du terme – en demi-finale de la plus prestigieuse des compétitions européennes. Et dire qu'il a choisi de jouer à notre époque...

CR7, tout simplement


La musique de la Ligue des champions résonne au Santiago Bernabéu et Zidane et ses joueurs sont confrontés à un test presque insurmontable. Mais rien n'est impossible, et les Merengues n'ont besoin que de quelques secondes pour se ruer à l'attaque des buts d'un Wolfsburg venu pour défendre. Si Sergio Ramos trouve la barre de la tête après cinq minutes de jeu, c'est surtout l'attentat de Modrić sur Luiz Gustavo qu'on retient de ce début de rencontre. Le mur allemand est solide – une question d'expérience, sans doute – et les hommes de la Maison-Blanche tournent en rond pour trouver une faille, aussi petite soit-elle. Or, cette faille n'existe pas. C'est alors que CR7 descend de son trône divin pour venir planter un doublé en une minute (16e) et permettre à son Real Madrid de revenir au niveau de ses adversaires.

Quinze buts en dix matchs joués, 78 en 73 matchs de C1 (!), des statistiques qui donnent tout simplement le tournis. Mais passé cette minute divine, CR7 s'en retourne sur l'Olympe et laisse les Allemands reprendre le contrôle du ballon. Une domination stérile, quoique parfois dangereuse, notamment sur cet énorme pétard d'Henrique (32e) que Keylor Navas dévie des poings. Avant que ce même Henrique ne foire son contrôle sur un centre en retrait qui aurait dû finir au fond des filets. À l'heure de rentrer aux vestiaires, Espagnols et Allemands se quittent avec une mi-temps pour tout faire basculer. Mais Wolfsburg n'a pas de CR7 dans ses rangs.

Goal Line technology


Avec les 22 mêmes acteurs, la rencontre reprend sur des bases similaires. Les Loups dominent, mais ne parviennent pas vraiment à se montrer dangereux. Les Madrilènes, eux, sont un peu brouillons dans la moitié de terrain adverse. Les minutes passent et se ressemblent, et tout le monde attend un nouveau coup de génie, d'un côté comme de l'autre. Le milieu madrilène est complètement asphyxié, et la performance du duo Kroos/Modrić laisse vraiment à désirer. L'heure de jeu passée, les Merengues se font plus sucrés et montent leur bloc offensif, poussant presque un défenseur adverse à inscrire un but contre son camp (60e).


C'est difficile à admettre, mais on finit tout de même par s'ennuyer sec devant cette rencontre. Jusqu'à cette tête de Ramos qui tape le poteau et roule sur la ligne de Benaglio. Une action qui aurait donné du boulot à la goal line technology, si seulement elle avait été installée en Ligue des champions. Du boulot, les équipes médicales allemandes en ont en voyant Bruno Henrique à moitié dans les vapes après un énorme choc. Des images effrayantes et un coup dur pour le milieu qui cède sa place à Caligiuri (73e). Des images heureusement vite chassées par le troisième but de Cristiano Ronaldo sur coup franc (77e). Un triplé pour une qualification, c'est aussi simple que ça. Zizou peut souffler. Et faire un gros bisou à son CR7.

  • Résultats et classement de la Ligue des champions
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue des champions

    Par Gabriel Cnudde
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
    il y a 4 heures La réaction de Jimmy Durmaz aux attaques racistes 25 Podcast Football Recall Épisode 34 : La Russie accusée de dopage, l'Angleterre déroule et la révolution chez les Bleus Podcast Football Recall Épisode 33: Le feu d'artifice belge, les Bleus s'ennuient et les scandales anglais