1. //
  2. //
  3. // FC Barcelone-Real Madrid (1-2)

Cristiano Ronaldo gâche l'hommage du Camp Nou

C'était le soir où il fallait assurer. Reste que Barcelone a refusé de jouer, a longtemps buté sur un Real défensif et s'est finalement incliné (1-2) dans un Clásico peu spectaculaire. Zidane remporte logiquement son premier choc face au Barça grâce à un but de Cristiano Ronaldo en fin de match, à dix et avec des tripes. La fin d'une longue invincibilité catalane.

Modififié
4k 106

FC Barcelone 1-2 Real Madrid

Buts : Piqué (56e) pour le Barça ; Benzema (63e) et Ronaldo (85e) pour le Real

Il y a l'art et la manière de se dire au revoir. Johan Cruyff ne jurait que par le jeu. Ce dimanche soir, dans un ultime instant, le Camp Nou lui avait rendu un hommage magnifique, dans ce sens. Ce qu'il avait laissé derrière lui, son Barça, devait livrer une nouvelle partition dans l'une de ses plus belles saisons et asseoir définitivement sa domination annuelle sur son rival madrilène. Mais Barcelone est reparti la tête basse, car il a déjoué. En butant, longtemps, sur un Real regroupé d'abord, avant de craquer en fin de match sur un but de Cristiano Ronaldo (1-2). Le jeu n'aura pas été là, le pragmatisme aura pris le dessus. L'histoire retiendra donc que Barcelone a dit au revoir à Cruyff sur une leçon de réalisme.

Les briques de Casemiro, le rouleau catalan


C’est la cour des grands. Le cœur d’un quartier, le poumon d’une ville, l’histoire du football d’un pays. Un bal pour les artistes où les légendes ont leur place, toujours, dans un coin de la pelouse, sur la couleur d’un carton. Ce Clásico est différent, il restera à jamais celui du jour d’après. L’histoire se souviendra que, le 2 avril 2016, le quartier de Les Corts et son Camp Nou ont dit au revoir à leur repère. Sur un tifo géant magnifique dessinant à travers les tribunes le numéro 14 de Johan Cruyff, la mention « Gràcies Johan » et un Cant del Barça entonné a cappella. L’atmosphère est particulière, la tension est pourtant réelle au-delà de l’émotion, car le Real joue gros. Largué à dix points du Barça, Zidane joue son premier Clásico costumé et sait que son avenir passe par ce rendez-vous. Sur le tableau, on retrouve du classique : la BBC devant, un milieu Casemiro-Kroos-Modrić, et Carvajal préféré à Danilo au poste de latéral droit. Côté Barça, aucune surprise non plus. Comme une répétition grandeur nature à quelques jours d’un quart de finale de Ligue des champions contre l’Atlético.

La physionomie est, elle aussi, sans surprise. Les premières minutes sont à l’avantage des hommes de Luis Enrique qui contrôlent la rencontre, imposent leur rythme, face à un Real frileux. Le choc est physique, les fautes sont nombreuses, alors que Karim Benzema joue très bas, cantonné à sa propre moitié de terrain. Le Barça actionne alors le rouleau, Luis Suárez prend le meilleur sur Ramos, laisse Neymar lui offrir l’ouverture du score, mais l’attaquant uruguayen est trop court. On se tabasse au milieu, Casemiro pose les briques, alors que Rakitić est omniprésent et est même tout proche d’ouvrir le score au quart d’heure de jeu, mais Navas est bien placé. La tactique madrilène tue la rencontre, lui donne un faux rythme, défensif et un peu frustrant avec un milieu blanc incapable de tenir le ballon. Restent les décisions arbitrales pour faire bouger l’histoire et cette faute non sifflée de Ramos sur Messi qui aurait pu avoir de grosses conséquences. Le dernier quart d’heure laisse craquer quelques sourires, Marcelo prend ses responsabilités, joue plus haut, pète l’organisation de son équipe pour déséquilibrer le plan catalan, mais ni Cristiano Ronaldo sur coup franc, ni Benzema de volée n’inquiètent Bravo. Comme une fête sans musique.

Le sourire de Cristiano


Il suffit alors d’un espace, d’une inattention. Car le Barça repart sur le même rythme, Suárez continue de peser sur Ramos, Bale et Ronaldo jouent le plus souvent en position défensive. Modrić alerte Navas, mais le jeu est de l’autre côté, Neymar prend de l’épaisseur et sur une nouvelle attaque construite par la MSN, Messi oblige Navas à l’envolée. La soirée s’ambiance, paradoxalement, c’est aussi sur les phases arrêtées que Barcelone marche sur le Real. Et peu avant l’heure de jeu, Piqué laisse Pepe sur place pour faire craquer le Camp Nou (56e, 1-0). On se dit que la troupe catalane vient de lancer sa partition, mais Marcelo augmente de nouveau son activité offensive pour décaler le bloc barcelonais, et sur l’action suivante, Benzema remet son groupe sur pied d’un beau ciseau (63e, 1-1). Loin d’être en vue, l’attaquant français se rend utile dans le décalage, l’appui et dans la finition, enfin, avec un huitième but personnel au cours d’un Clásico. Les hommes de Zidane, frénétique derrière sa ligne, reprennent le goût de l'espoir, et Bale couche Bravo sur l'action suivante.

Luis Enrique veut assurer la fin de soirée et tente. Rakitić, chargé de couvrir les décrochages incessants de Messi, est sorti pour Arda Turan, pour un nouveau souffle ou, au contraire, gérer tranquillement une fin de rencontre à quelques jours d'un rendez-vous européen. On ne pensait pas ça autorisé pour un Clásico. Résultat, Barcelone recule, Busquets n'est plus en place, Kroos se montre enfin, et à dix minutes de la fin, Bale ira même glisser près du poteau de corner. Le Gallois pense alors avoir donné la victoire aux siens, mais le but est refusé pour une faute peu évidente sur Jordi Alba. Le Real pousse, et Ronaldo tape même la barre dans la foulée. Le Barça semble avoir lâché malgré les quelques frissons offerts par le trio offensif, Suárez en tête. Ramos est expulsé, mais sur le ballon suivant, sur un superbe service de Bale, Ronaldo efface Alves de la poitrine et fait tomber Bravo (85e, 1-2). Définitivement. La tension grimpe, Pepe décoche un coude sur Suárez, histoire d'assurer le tableau. Comme une leçon de pragmatisme sur le jeu avec une victoire aux tripes en fin de match du Real qui revient à sept points du Barça ce soir.

  • Résultats et classement de la Liga

    Par Maxime Brigand
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Dans cet article

    Jean-Kévin Niveau : DHR
    HAHAHA Zizou ce génie !
    Le match contre l'Atletico va être marrant
    Une barre, un but, une grosse agressivité en défense . Tellement simple le Gominé
    Gwada BOYZz an kounia mmw Niveau : District
    Halla Madrid !! Un test pour Zizou disait t'il (les merdias) on peut dire qu'il est validé
    Ravière Pastauré Niveau : National
    J'avais encore un petit doute mais ça y'est, c'est officiel: Ramos a un QI négatif.
    Du coup le journal du hard a été décalé à demain 11 heures sur TF1.
    Invité spécial : Dieu
    Message posté par Jean-Kévin
    HAHAHA Zizou ce génie !
    Le match contre l'Atletico va être marrant


    je te le dis pas
    Donnie_Brasco Niveau : CFA2
    Zizou a enfin pose ses burnes, Bon pressing, tout le monde etait implique! Meme Cristiano etait en DC pour preter main forte, c'est dire. L'equipe n'a pas tremble meme apres le 0-1. Victoire logique. mention speciale a Navas et Casemiro ( enfin un vrai 6 au Real).
    Sinon Ramos est définitivement abone au Rouge, le mec prend son rouge habituel, quoi.
    Petit Barca, petit messi
    Hala Madrid!
    Naturezza Niveau : DHR
    Un petit Barça avec une baisse physique très inquiétante à partir de la 65/70ème minute. L'équipe était dès lors coupée en deux sur chaque contre du Real et on sentait que ça pouvait flancher.

    Zidane qui vient avec une intention très claire de contrer et ça lui réussi ce soir.
    Il faut avouer par contre que cette absence de pressing du Real qui a regardé le Barça construire pendant tous leur temps fort (jusqu'à la seconde période donc) pourrait leur couter très cher contre une équipe plus réaliste ou en meilleure forme.
    Ca y est Zidane a enfin mérité le sacro saint label d'entraineur des commentateurs sofoot ou il faut aussi qu'il gagne la C1 pour sa premiere moitie de saison sur un banc?
    Sinon pas besoin de De Gea ou Courtois ni d'un 6, Navas et Casemiro feront l'affaire mais je pense que Perez s'en tape!

    P.s 1: Ramos y croit vraiment a son totem d'immunité en fait!
    P.s 2: Bellerin peut prendre son billet retour pour Barcelone!
    Ravière Pastauré Niveau : National
    Sinon quel coaching de merde de Luis Enrique.

    La sortie de Rakitic a complètement déséquilibrée l'équipe.

    Après le Barca avait un peu certainement la tête au match de Mardi.
    el peruano loco Niveau : Ligue 2
    Une défaite estampillée Virus FIFA, avec une MSN à la rue en terme d'inspiration et de justesse technique. Que dire du match fantomatique de Messi ??
    Ce match servira de référence pour les deux côtés. Les Culés devront faire attention à ne pas se voir trop beau car l'Atletico même diminué dans son axe central sera redoutable. Pour le Real c'est un succès peut être fondateur pour une équipe à la rue cette saison...
    Arbitrage polémique surtout sur l'action Ramos-Messi qui peut changer la face du match. Mais c'est pas ça qui explique la baisse de régime physique des joueurs..
    Fin de saison passionnante en perspective.
    Ravière Pastauré Niveau : National
    Message posté par Ravière Pastauré
    Sinon quel coaching de merde de Luis Enrique.

    La sortie de Rakitic a complètement déséquilibrée l'équipe.

    Après le Barca avait un peu certainement la tête au match de Mardi.


    Ma dernière phrase est moche.

    *le Barca avait certainement la tête au match de mardi
    Note : 1
    Je suis content ce soir. Content de voir que le désir de tellement de commentateurs ici (pas tous, mais beaucoup trop) de voir Zizou s'écraser pitoyablement lors de son premier grand vol ne pas se réaliser.

    Mine de rien, dans un match assez pauvre, le Real s'en est sorti avec beaucoup de métier et c'est franchement ironique de voir que le Real de Zidane s'en sort intelligemment, puisque Zizou n'est absolument pas fait pour être entraineur apparement.

    Ce soir, on a vu aussi un grand joueur portugais du nom de Cristiano Ronaldo. Je pense que Ronaldo et Messi ont eu le défaut d'être tellement bon qu'ils ont totalement altéré le paradigme du "grand joueur". Sachez qu'un grand joueur a le droit d'avoir de mauvaise moments, des passes difficiles, mais que lorsqu'on a besoin de lui, il est là.
    Ronaldo a vertement été critiqué ici aussi, mais quand le niveau monte, quand les grands doivent parler, force est de constater qu'il est rarement loin de la discussion.

    Et que dire de Benzema ? J'ai, comme beaucoup sûrement, douté de lui avec sa frappe innommable en première période. Mais, il fait la meilleure saison de sa carrière, accordons-lui les louanges à ce niveau là.

    Enfin, je félicite Bale, un joueur que j'ai totalement critiqué pendant très longtemps. Il a gagné en élégance, et Dieu sait que c'est important pour mes yeux et moi, en même temps que de la masse physique : ce n'est pas un mince exploit.

    Bref, je n'aime pas le Real. Mais j'aime les grands joueurs.
    GalateaTêtenjoy Niveau : CFA
    Première mi-temps catastrophique du Real, excepté Pepe et Marcelo qui a réussi à créer un peu en brouillant le schéma du Real. Mais deuxième mi-temps très plaisante avec un Real beaucoup plus entreprenant et un Barça amorphe, qui s'est créé très peu d'occasions. Les aller retours avec l'Amérique du Sud n'a pas du faire du bien à la MSN et les deux latéraux ont été franchement médiocres (surtout Jordi Alba). Luis Enrique fait en plus de ça un mauvais coaching.

    Le Real a fait le match qu'il pouvait faire. Solide, solidaire, un peu trop agressif en première mi temps (coucou Ramos), et puis assez agréable en seconde. La victoire parait méritée en nombre d'occasions (une barre de Ronaldo, un but injustement refusé pour Bale).

    Ça met le Barça dans une position moins idéale pour mardi. Et Bravo à Zidane pour son coaching (Jesé pour Benzema) et ses adaptations en cours de match (la liberté de Marcelo, un contre-attaquant de très grande classe, les permutations entre Ronaldo et Benzema, un Kroos de plus en plus offensif).
    Pas térrible un classico sans enjeu, sinon Karim te quiero encore plus.
    Benzema et Cristiano n'ont réussi que leur but, mais ça a suffi contre un Barça ralenti et suffisant avec un Neymar assez médiocre, un Suarez moyen, et un Messi partant de trop loin pour être vraiment décisif et dégarnissant le côté droit. Busquets au-dessus du lot, comme d'hab. Le Real était organisé, accrocheur, et aurait pu marquer plus tôt, car le but de Bale me semble valable. L'élève Real à l'école du maître Atletico !


    N'empeche, je viens d'entendre ZZ en conf de presse, bah le "bieng" tu l'entends même quand il parle espagnol.
    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    4k 106