Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2012
  2. // Groupe B
  3. // Portugal/Pays Bas

Cristiano Ronaldo a-t-il déjà foiré son Euro 2012 ?

Avec le Real Madrid, il plante un pion par match en moyenne, délivre des passe décisives à gogo et régale les supporters merengues. En sélection, il est encore et toujours à la ramasse, comme en atteste son début d’Euro. Lui, c’est CR7. Et il n’a plus, au minimum, qu’un match pour rattraper le coup.

Modififié
Le miracle n’a toujours pas eu lieu au Portugal. C’est avec un mince espoir teinté de pessimisme que les supporters de la Selecção attendent leur messie. Ou plutôt leur Ronaldo. Car, à voir les matchs qu’a disputés l’insatiable attaquant du Real Madrid en Ukraine, on pourrait croire à une imposture. C’est à se demander où est passé le cyborg merengue, lui qui est porté disparu des troupes de Paulo Bento depuis la fin de l’année 2011 et un certain barrage contre la Bosnie. Et même s’il réapparaît par magie ou par orgueil contre les Pays-Bas, CR7 n’a-t-il pas déjà grillé tous ses jokers lors des premières journées du groupe B, dit « de la mort » ?

- Oui, il a vraiment merdé comme un gros loser

La faille qu’il y a entre ses prestations en club et le niveau de jeu qu’il affiche en équipe nationale est énorme, tout comme la pluie de critiques qui s’abat sur lui depuis le début de la compétition. Si les supporters volatiles sont rarement pris au sérieux, ils s’avèrent être un excellent indicateur de qualité/nullité d’un joueur ou d’une équipe. Et là, la flèche pointe sur « nullard » , parce que certains parlent déjà d’un quatrième Ballon d’Or pour Lionel Messi. Parce que la majorité du peuple portugais est tombé amoureux de l’Argentin, qui a pris son pied en dépucelant une bande de jeunes Brésiliens en match amical, pendant que CR7 perdait la plupart de ses duels contre Hummels, Boateng et Neuer dans l’Est européen. Le facteur Messi est ici essentiel, car ne pas très bien jouer contre l’une des meilleures formations présentes à l’Euro n’est pas un crime en soi.

Si « la Pulga » était passée à côté de son match contre le Brésil, Ronaldo aurait pu dormir sur ses deux oreilles jusqu’à la deuxième journée et l’opposition face au Danemark. Grâce à cela, peut-être aurait-il évité de foirer deux occasions franches contre les Scandinaves, tellement banales qu’il les aurait transformées les yeux bandés s’il portait la tunique merengue. Des balles de but si évidentes qu’Hélder Postiga n’aurait eu aucun mal à mettre au fond des filets. Au passage, le buteur titulaire de la Selecção, lui, a marqué contre le Danemark malgré une exhibition dégueulasse face à la Mannschaft. Conclusion : Cristiano Ronaldo a non seulement prouvé qu’il pouvait être moins bon que Postiga, mais aussi qu’il avait moins de ressources mentales que le meilleur buteur de Saragosse. En plus de ça, Varela lui a piqué le costume de héros. La grosse lose en somme.

- Non, il a été bon, et il sera encore meilleur


Bonne nouvelle pour l’intéressé, les supporters qui le descendent en flammes aujourd’hui seront très certainement derrière lui s’il réalise des prouesses contre les Pays-Bas ce soir. C’est l’avantage du baromètre du footix : son aiguille peut facilement passer de « bof » à « génial, il a planté un triplé, c’est le meilleur joueur de tous les temps » . Et puis, à mieux regarder les deux parties disputées par l’ailier guesh, il y a pas mal de bonnes choses à retenir. Contre l’Allemagne, CR7 a démontré qu’en plus de posséder la plus grande vitesse de pointe de la planète football, il change de coiffure plus vite que n’importe qui. Il faut imaginer la scène dans les vestiaires portugais à la pause : Paulo Bento donne ses consignes pour la deuxième mi-temps pendant que Cristiano se tripote le poil. La grande classe. En dehors de son jeu de tête, il a tout de même fait taire ses détracteurs quant à sa supposée incapacité à se fondre dans un collectif et à oublier sa propre personne. Que ce soit face à l’Allemagne ou au Danemark, Ronaldo n’a pas tenté une seule fois de frapper du milieu de terrain comme un con ou de partir dribbler toute une défense sans solliciter l’appui de ses coéquipiers.

L’Europe découvre, depuis l’ouverture de la compétition, une version assagie, mûre et moins arrogante du Ballon d’Or 2008, signe que le lavage de cerveau que lui a imposé José Mourinho fonctionne à merveille. Cristiano apparaît plus altruiste que jamais. Peut-être même un peu trop. À plusieurs reprises, il aurait pu tenter de loin ; à chaque fois, il a préféré faire une passe. Certes, il a perdu de sa superbe dans le dernier geste, mais il ne faut pas négliger les progrès tactiques réalisés par le bonhomme, notamment dans le positionnement et l’engagement défensif, ni le redoutable tandem qu’il forme avec son pote Coentrão. CR7 est devenu un joueur complet. Il ne lui manque plus qu’à inscrire un ou deux pions face aux Pays-Bas pour que le monde s’en aperçoive. Et comme la rencontre s’annonce ouverte, ça devrait finir par entrer...

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Podcast Football Recall Épisode 46 : Français ou Belges, le match des râleurs, les adieux des Bleus et la battle Angleterre-Belgique
Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 18:07 Le Mondial 2022 aura bien lieu en hiver 72 Hier à 12:10 Infantino : « La meilleure Coupe du monde de tous les temps » 104