1. //
  2. //
  3. // Résumé

Créteil gagne enfin, Dijon cale à Brest

Une Ligue 2 qui a eu du mal à démarrer, mais s’est ensuite bien rattrapée lors des secondes mi-temps. Dijon a calé, Créteil remporte son premier match depuis 18 journées, Le Havre s'accroche au podium, Ajaccio grappille quelques points et le Paris FC a fait du Paris FC.

Modififié
49 2

AC Ajaccio 2-0 Niort

Buts : Cavalli (59e), Madri (83e)

Ça commence mal pour Niort, qui doit rapidement user un de ses changements lorsque Lahaye décide de lâcher le terrain pour une gêne à la jambe, en faveur de Kiki. Ajaccio s’affirme sur son terrain et domine sans partage cette rencontre, ne laissant pas l’occasion aux visiteurs de construire. Évidemment, ça finit par rentrer, vu la pression des Corses, et c’est signé Cavalli, du droit, un peu avant l’heure de jeu. 1-0, ce n’est pas suffisant, il en faut au moins un deuxième, histoire de se mettre à l’abri. Niort est totalement dépassé, et le 2-0 de Madri est encore léger comparé à ce qu’Ajaccio aurait pu infliger à son adversaire. Du coup, c’est la chute de deux places pour les visiteurs, qui se retrouvent désormais aux portes de la zone rouge.

Auxerre 1-2 Bourg-en-Bresse Péronnas

Buts : Guirassy (90e) pour Auxerre // N’Simba (82e) et Boussaha (84e) pour Bourg-en-Bresse Péronnas

Sans grande personnalité, cette partie offre la même chose que ses sœurs du soir au niveau de l’intérêt, c’est-à-dire pas grand-chose, voire rien du tout. D’ailleurs, le public d’Auxerre n’hésite pas à siffler son équipe, vu le niveau de jeu médiocre proposé. Et ça ne change pas en deuxième période, on peut dès lors penser que la rencontre est condamnée à n’offrir qu’un triste 0-0. Et non, puisque N'Simba se charge de transformer un penalty à huit minutes du terme. Contre toute attente, Bourg-en-Bresse s'offre même le 0-2 juste après, grâce à Boussaha. Guirassy réagit tout de même dans les derniers instants, mais il est déjà trop tard. Au final, la victoire est totalement méritée pour les visiteurs, vu la passivité d’Auxerre, du coup d’envoi au coup de sifflet final.

Brest 0-0 Dijon



Dès les premières minutes, on comprend que la partie sera sans grandes émotions. Les opportunités sont rares, autant pour Brest que pour Dijon. Le jeu est très fermé, et les passes imprécises se multiplient. Bref, pas de quoi se réjouir. Pourtant, on peut dire que Brest domine le leader dijonnais, mais n’arrive pas à concrétiser. La preuve, il faut attendre la 38e pour voir la première frappe du soir. Heureusement pour les visiteurs, Reynet veille et empêche l’adversaire de prendre un avantage qui n’aurait de toute façon pas été mérité au vu du jeu proposé jusque-là. Brest enchaîne les assauts en deuxième période, fait plier Dijon à de nombreuses reprises, mais le leader ne rompra jamais. Finalement, un Dijon méconnaissable et des Brestois qui auraient pu réaliser un coup de maître. Au lieu de ça, ils restent penauds dans le ventre mou.

Évian Thonon Gaillard 0-0 Sochaux


C’est le moment, c’est l’instant pour Sochaux. 18e, l’équipe a l’opportunité de sortir de la zone rouge et de se donner enfin un peu d’air. Les joueurs le comprennent bien et enchaînent les tentatives, mais sans être suffisamment concrets pour inquiéter Évian. De leur côté, les locaux ne montrent rien et contribuent fortement au manque de rythme de la première période. On redémarre sur les mêmes bases après la pause, et Sochaux manque de nouveau une occasion de prendre l’avantage. Ça pousse, mais rien à faire. Même Évian peut prendre l’avantage à de rares moments. À croire que c’était écrit, ce match devait rester sans but, et Sochaux doit vraiment s’en mordre les doigts. Pour Évian, le hold-up était possible, mais l’équipe est aussi passée à côté.

Laval 0-3 Valenciennes

Buts : Da Costa (27e), Nguette (74e), Diarra (85e)

On va faire simple : une tentative et un but en première mi-temps, voilà. Les premières périodes de la majorité des matchs de cette soirée de Ligue 2 sont lentes et sans intensité, mais ce Laval-Valenciennes met K.O. les autres rencontres sur ce point. Heureusement pour le public, Da Costa plante un but inespéré, profitant d’une confusion dans la défense pour partir battre Cappone en un contre un. Mais tout ceci n’est que pour la première mi-temps, car la deuxième est un peu plus vivante. L’intensité du match n’est pas vraiment plus élevée, mais les équipes commencent enfin à se montrer moins timides. Et à l’image des 45 premières minutes, c’est Valenciennes qui profite des opportunités, par deux fois. D’abord Nguette, qui prend l’initiative sur penalty, puis Diarra qui décide de plier le match à cinq minutes du terme. Grâce à ce succès, Valenciennes fait un bon de trois places et n’est plus qu’à un point de son adversaire du soir.

Le Havre 2-0 Tours

Buts : Mendes (13e), Mousset (15e)

Des longs ballons, des longs ballons et encore des longs ballons. Voilà pour le début de match. Les deux équipes ratent énormément de passes, ça n’avance pas et ça ne tente rien. Pourtant, au premier essai du match, ça rentre, grâce à Mendes qui reprend un centre en deux temps, au niveau des 5,5 mètres. Et Le Havre enchaîne direct, cette fois avec Mousset, qui s’en va seul lâcher une frappe croisée à l’entrée de la surface. Le Havre gère tranquillement et peut même faire 3-0 à la pause. C’est la même histoire par la suite, Tours n’a pas eu voix au chapitre, et Le Havre réalise une très belle opération.

Nîmes 1-3 Creteil

Buts : Marin (81e) pour Nîmes // Mollet (48e), Andriatsima (66e), Dabo (76e) pour Créteil

Le match avec le plus de rythme ce vendredi soir. C’est plaisant, les attaques se succèdent des deux côtés, et on guette le but, même s'il a fallu que tout le monde se déride en première mi-temps. Nîmes tient tout de même le match en main, mais c’est Créteil qui débloque la marque juste après la pause. Pied droit, pied gauche, et Mollet, laissé bien trop seul à l’entrée de la surface, offre enfin ce but qu’on attendait bien plus tôt. Les locaux ne lâchent cependant rien, parviennent à toucher la barre et se voient même refuser deux buts, à juste titre. Par la suite, c’est la débandade pour Nîmes qui se voit infliger un troisième but. Au final, Marin réduit le score, histoire de sauver l’honneur. Si le résultat est mérité, le score l’est beaucoup moins, au vu du jeu proposé par les Nîmois. Pour Créteil, c’est une première victoire après 18 journées de diète. Ça remonte, dans le temps, mais pas dans le classement.

Paris FC 1-2 Metz

Buts : Mehdi Jean Tahrat (60e) // N'Gbakoto (64e) et Milan (74e)

C’est fastidieux pour Paris dans une partie pourtant rapidement animée des deux côtés. Metz prend le contrôle du jeu, dans l’ensemble, mais c’est sans compter sur les contres parisiens à intervalles réguliers. Mine de rien, c’est tout de même la lanterne rouge qui se montre la plus dangereuse, grâce à quelques occasions isolées, mais importantes. Et le Paris FC finit par mener, grâce à Mehdi Jean Tahrat, d'une frappe surpuissante directement dans la lucarne. À croire qu’il fallait ça à Metz pour se réveiller. Peu de temps après l’ouverture du score, N'Gbakoto répond à son homologue parisien en propulsant le ballon aussi dans la lucarne, mais sur coup franc. Comme souvent, Paris se fait encore avoir alors qu’il avait inscrit le premier but. Et c’est cruel, car Metz se fait encore plaisir sur coup franc à la même hauteur que le premier, via Milan cette fois-ci. Les Parisiens méritaient vraiment mieux ce vendredi soir. Quant à Metz, cette victoire permet au club de se rapprocher du podium en attendant le Red Star.

  • Résultats et classement de Ligue 2

    Par Giuliano Depasquale
  • Modifié

    Dans cet article

    ça va être chaud bouillant cette fin de saison au stade Océane parmi les vapeurs de Ch'ti Blonde.
    Après deux défaites de rang le Red Star a enfin la pression avant le match de lundi contre Clermont. Ce match permettra de savoir si on reste candidat à la montée.

    A part ça, je suis content pr Créteil qui peut encore jouer en espérant sauver sa tête. La fin de saison va être palpitante et disputée autant pr le maintien que pour la montée.

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    Article suivant
    D’Ornano a la frite
    49 2