Crespo et l'époque dorée du calcio

Modififié
120 26
Instant nostalgie.

Hernán Crespo, aujourd'hui entraîneur des U20 de Parme est sans salaire depuis près d'un an, mais cela ne l'empêche pas de revenir sur la domination européenne des clubs italiens dans les colonnes de la Gazzetta dello Sport : « Je me rappelle encore de l'erreur de Blanc lors de la finale de la Coupe de l'UEFA 1999, une remise de la tête trop molle, je file droit sur le ballon et lobe le gardien. Ensuite les buts de Vanoli et Chiesa, ce n'était pas une victoire, mais un triomphe. Regardez la formation de Parme à l'époque, vous en voyez, des équipes italiennes de ce niveau aujourd'hui ? »

Effectivement non, Hernan. Et pour lui, la désaffection transalpine n'est due qu'à une seule chose : « Il n'y a plus de bons joueurs. En Italie, on oublie désormais de les former, de les faire progresser et de les lancer dans le grand bain. »

Pour mémoire, voici la « tête trop molle » de Laurent Blanc.

Youtube
VP
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

qu'est ce que j'ai kiffé ce joueur...
Pascal Pierre Niveau : Loisir
La tête trop molle de Blanc envers son gardien.

ou comment en déduire que Porato est totalement tombé dans l'oubli.

Et dire que Titi Camara a joué cette finale pendant que Parme alignait en attaque Crespo, Chiesa et Asprilla.
jean mimi hole ass Niveau : DHR
Quand je vois Crespo je prend une belle claque !! Quel joueur...
C'est vrai que quand on entend les laborieuses conférences de presse de Lolo Blanc, le concept de tête molle prend tout son sens.
Dieudoquenelle Niveau : CFA
Il a un petit air d'Eros Ramazzotti le Crespo !!
Ce joueur, cette équipe, ce maillot... Tout quoi.

Un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas beaucoup connaître... :s
Crespo Batigol.

Fin de l'histoire.
Hernan Crespo.

Rien que le nom fait frémir.
Entre 93 et 96, Parme selon moi était l'équipe la plus difficile à éliminer en aller-retour.

Non seulement d'un point de vu statistique puisqu'avant le PSG en 96 ( et encore, le PSG avait eu un mal fou avec 2 pénalty au retour au Parc ), la dernière élimination en coupe d'Europe datait de septembre 92 contre Boavista si je dis pas de conneries, mais aussi de manière globale par le jeu proposé, une tactique de pointe et certains joueurs au tempérament de feu ( Apolloni, Benarrivo, Brolin, Asprilla, Di Chiara, Sensini, Zola,D. Baggio, Stoichkov...) .

Nevio Scala avait fait un travail remarquable je trouve pour un entraineur qui est vite tombé dans l'oubli.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
120 26