Coutinho, le nombre d’or

Après bientôt quatre années en Angleterre, Philippe Coutinho touche actuellement les hauteurs de son talent hors norme à Liverpool et au cœur d’un Brésil rafraîchi par l’arrivée de Tite. Un pays qui n’est plus Neymar-dépendant et qui danse de nouveau à plusieurs. Avec l’ancien ambianceur de gymnase en chef d’orchestre.

Modififié
3k 8
C’est fou les conséquences que peut avoir un crochet. Le temps s’arrête, on lève la tête et on déguste. La scène est devenue un refrain depuis quelques mois à Anfield. L’après-midi du 6 novembre dernier ne serait donc qu’un ballet comme les autres où les artisans d’hier ont enfilé un costume d’artistes ordinaires à Liverpool. Derrière sa ligne, Jürgen Klopp a les bras croisés et laisse son visage dessiner un sourire satisfait. La partition du jour n’a débuté que depuis trente minutes, et le Watford de Walter Mazzarri est déjà désarticulé par ses propres erreurs. Des erreurs que l’on ne peut faire quand on se déplace à Anfield. Alors, les hommes en rouge s’amusent, déroulent avec une insolence cynique et craquent progressivement le cou des Hornets. Trois minutes plus tôt, un centre parfait a terminé sur la tête de Sadio Mané. Cette fois, le Sénégalais a enclenché le mouvement pour décaler Adam Lallana, puis le ballon arrive naturellement dans les pieds de Firmino qui trouve les yeux fermés un homme que le Kop d’Anfield a décidé d’afficher au-dessus de la mention O Mágico. Voilà le crochet. Le même qu’une dizaine de minutes auparavant. Mais la conséquence est différente. Liverpool mène maintenant 2-0 et s’imposera finalement 6-1. De la violence bruyante et agréable. Quelque chose qui se déroule depuis plusieurs semaines, plusieurs mois et qu’Anfield chante désormais. Les Reds viennent de se poser en haut de la Premier League. Pour la première fois depuis mai 2014. Et Philippe Coutinho n’en est que la représentation humaine. Les bras déployés.

Youtube

Le timide et l’excitant


Mai 2014 est un repère parfait. Car le jour où Liverpool, alors guidé par Brendan Rodgers, est tombé de son perchoir, la bande était à Londres. À Selhurst Park, plus exactement. Mieux, elle menait tranquillement 3-0 après cinquante-cinq minutes de jeu. Puis, à douze minutes de la fin, Raheem Sterling est sorti pour être remplacé par Philippe Coutinho justement. Et les Reds se sont écroulés, se sont sabordés et se sont fait retourner pour finalement quitter Crystal Palace sur un nul décisif dans une course au titre quasiment déjà perdue une semaine plus tôt à domicile contre Chelsea (0-2). L’artiste brésilien n’est pas le seul responsable, chacun l’était ce jour-là. Le temps a depuis fait son travail, Liverpool a changé, Rodgers est parti, Sterling, Gerrard et Suárez aussi. Klopp, lui, est arrivé. Le 8 octobre 2015. Pour le meilleur. Celui d’Anfield, celui de son peuple et celui de Coutinho aussi. Sous Rodgers, le Brésilien était déjà un métronome, un espoir, une sensation, mais aussi un doute pour certains : pourrait-il un jour devenir meneur de jeu ? Pourrait-il un jour dicter le tempo et répondre aux promesses ? Ou, finalement, ne serait-il qu’une lueur passagère ?

Youtube

Il fallait qu’il épure son jeu, souvent, qu’il bosse son efficacité, parfois. Et voilà comment Jürgen Klopp a travaillé avec lui : « Le coach a amené avec lui sa mentalité de vainqueur à Liverpool. Il m’a aussi aidé à m’améliorer en tant que joueur. Il me donne de la confiance et bosser avec lui est un plaisir. » Les actes ? Un délice. Un mélange de rythme frénétique, une tête levée avec constance dans les espaces immenses offerts par les défenses de Premier League et un jeu plus que jamais poussé vers la verticalité permanente demandée par Klopp. Coutinho est devenu la tête pensante du carré bordélique des Reds avec Lallana, Mané et Firmino. Ses statistiques personnelles n’en sont qu’un bref condensé, car le danseur brésilien ne peut se résumer qu’avec des chiffres. Et les mots de Steven Gerrard qui parlait de Coutinho comme d’un cadeau à chérir, quelques mois après l’arrivée de l’ancien porteur de bouclettes en provenance de l’Inter en janvier 2013, ne font que prendre leur sens. Sur une courbe, une inspiration, un coup de patte, un regard affirmé ou rien qu’en s’arrêtant sur le caractère d’un jeune adulte timide qui explose une fois un short posé sur les jambes.

Neymar-Coutinho, le mariage de raison


Il restait donc une dernière marche à grimper. Un mur international alors que les rumeurs de départ entourent depuis plusieurs mois Philippe Coutinho, qu’on ne cesse d’annoncer au FC Barcelone – où il se calquerait avec aisance –, malgré un contrat qui court à Liverpool jusqu’en juin 2020. L’histoire du magicien rouge avec le Brésil est une pièce en deux actes : l’un débuté dans des gymnases, avec le futsal, avant de débarquer trop tôt en Europe à la fin des années 2000 ; l’autre s’écrit encore et a permis, au bout des bonnes copies, à Coutinho de retrouver Neymar, avec qui il avait disputé la Coupe du monde des moins de dix-sept ans en 2009. Aujourd’hui, les virtuoses chantent ensemble chez les A, au cœur d’un Brésil retrouvé depuis la prise de fonctions de Tite. La dernière marche royale sur l’Argentine (3-0) la semaine dernière n’a fait que le prouver définitivement, alors que Firmino et Gabriel Jesus ne sont que les alliances parfaites aux noces attendues d’une nation de football retrouvée. Voilà comment Philippe Coutinho nage, brasse avec l’insouciance restante de ses vingt-quatre ans, et a finalement réussi à faire de l’Europe son terrain de jeu. Et ce n’est encore que le début.

Youtube


Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Note : 3
Un jour, je comprendrai comment l'Inter a pu le laisser partir aussi facilement. Et une fois ce miracle accompli, je me pencherai sur le départ de Kovacic.
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
Pour Kovacic, la réponse est le prix.
Je doute qu'il y ait quoi que ce soit à la gestion de l'Inter...
MaximeBrigand Niveau : District
Pour l'Inter, la réponse est Ricky Alvarez.
mixmaster Niveau : DHR
Demande à Roberto Carlos !
4 réponses à ce commentaire.
Quand tu mates un match de Coutinho, tu sais qu'il va se passer au moins un truc qui va te laisser sur le cul et ca fait au moins 2 saisons que ca dure! Plus que Neymar qui est plus un soliste, probablement le meilleur soliste (et je ne veux pas dire qu'il ne sait pas etre altruiste, je vous vois venir), ce mec est l'héritier de Ronaldinho, le spectacle au service de l'efficacité et de l'équipe, il était temps qu'il soit en Selecao! Sinon il devient quoi Bernard?
Neymar Coutinho Firmino Willian Douglas Costa et les 2 Gabriel...
ça fait une ligne d'attaque pas dégueu quand même.

La preuve que la théorie du creux générationnel c'était du pipo de A à Z. Tu mets un vrai entraîneur aux commandes et en un claquement de doigt tu te retrouves avec un rouleau compresseur qui marche sur l'Amérique du Sud.
Ce commentaire a été modifié.
J'ignore qui avait pondu cette théorie foireuse du creux générationnel (comme d'hab 2 compétitions "foirées" et certains sortent des généralités, vive l'analyse instantanée) mais intrinsèquement, le vivier offensif brésilien (et même défensif actuellement) a été, est et restera probablement un des plus impressionnant du monde! Après c'est clair que si tu mets une pipe (vas te jeter à la mer Dunga) pour qu'il fasse de ces individualités une équipe correcte, tu peux pas faire grand chose!
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
2 compétitions foirées ?
Ah. J'en compte 5 perso.
Puis vue la façon dont elles ont été foirées, en tirer des enseignements était le stricte minimum.

Concernant leur vivier, oui, c'est pas mal, mais deux choses:
-comme dit plus haut, il est à des années lumières (euphémisme) de ce qu'il était il y a 10 ans encore, donc ça s'appelle par définition bien un creux générationnel
-combien, parmi les joueurs que tu as cités, ont prouvé leur valeur à haut niveau ? La réponse est simple: 1, et je ne te ferai pas l'affront de te rappeler de qui il s'agit. Les autres ont au mieux fait une seule bonne saison régulière dans un championnat majeur. C'est quand même très peu. A titre d'exemple, la France, l'Espagne, l'Allemagne, l'argentine, le Portugal, entre autres, me semblent avoir un meilleur vivier offensif que le Brésil.
D'une part j'ai parlé de valeur intrinsèque des joueurs actuels par rapport à leurs contemporains en disant qu'ils formaient UN, pas LE plus impressionant vivier donc ta liste (c'est un troll le Portugal et la france? J'aurais plutot mis la Belgique) me conforte dans cette pensée vu qu'ils restent malgré tout dans le top 5. D'autre part le problème du Brésil (et de l'Argentine btw) c'est que les joueurs sont constamment comparés à leurs glorieux ainés; si on va dans ce sens, les Ronaldo, Ronaldinho , Rivaldo aussi géniaux qu'ils soient valaient ils un centième des Pelé, Socrates, Garrincha et cie? Parce que à ce moment là les générations espagnoles futures sont d'avance nulles à chier! Bref le creux générationnel brésilien (toutes les nations en connaissent un) me semble beaucoup moins grave que ceux qu'ont connus d'autres nations!
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
Déjà, certes tu as dit l'un des meilleurs viviers, mais je n'en suis pas moins en désaccord.
Oui, je te confirme que j'estime que la France et le Portugal ont un meilleur vivier offensif que le Brésil (et vu l'estime que j'ai pour ces deux équipes, tu peux me croire, je le dis en toute impartialité).

Ensuite, certes il est inutile de raisonner en terme de comparaison d'époques, mais il faut quand même reconnaître qu'on passe d'une période de quasiment 50 ans où le Brésil n'avait que des tops joueurs, y compris sur le plan offensif, à une période où le meilleur joueur de très loin du Brésil est encore un gamin qui n'est arrivé qu'il y a deux ans en Europe.
On est loin du même constat pour l'argentine.

Et franchement, au risque d'être lourd, j'ai pas souvenir d'une équipe nationale ayant connu un déclin aussi fulgurant que celui qu'a connu le Brésil.
Parce que certes, même si on est pas tout à fait d'accord sur la qualité du secteur offensif, ils ont de bons attaquants, le reste de l'équipe est quand même impressionnant, dans le mauvais sens du terme.
Entre des latéraux ridiculement offensifs, une charnière centrale qui se prive de son meilleur joueur pour y mettre un drôle de mec comme David Luiz, et un milieu qui ne ressemble à rien...
Je suis peut être excessivement pessimistes, mais franchement je vois pas le Brésil sortir de sitôt de cette impasse. Parce la nouvelle génération me fait pas particulièrement rêver.
Mec clairement t'abuses! A part un gardien (et un ArD correct), si t'arrives à faire jouer ce 10

Danilo Thiago Silva Marquinhos Marcelo (ou Filipe Luis)

Casemiro Fernandinho

Douglas Costa (ou Willian) Coutinho Neymar

Firmino (ou Pato)

Tu peux faire de très belles choses, plus belles en tout cas que ce qu'ils nous ont montré recemment qui je suis d'accord avec toi était affligeant même si ta critique des joueurs alignés relève plus à mon avis de l'incompétence des entraineurs que de la pauvreté vivier disponible!
Le déclin brésilien n'est analysé (à juste raison) qu'à l'orée de leur immense palmarès le problème c'est qu'ils partent de tellement haut que c'est impossible de maintenir un tel niveau de performance même un ou 2 niveaux en dessous, d'où ma comparaison avec les futurs espagnols (et même déja actuels) qui vont en chier!
Concernant les comparaisons de vivier, la france encore je veux bien (et je suis super sympa) mais le Portugal sans 9 potable en attendant la confirmation d'André Silva ni milieu offensif dans un grand championnat (et Dieu sait que j'adore Bernardo), faut m'expliquer!
"j'ai pas souvenir d'une équipe nationale ayant connu un déclin aussi fulgurant que celui qu'a connu le Brésil."

Un exemple évident et immédiat : la France. On passe d'une finale de coupe du monde en 2006 à une élimination dès les phases de poule en 2008 et 2010 (dans les conditions qu'on connaît), + un 1/4 relativement piteux en 2012.

"le meilleur joueur de très loin du Brésil est encore un gamin qui n'est arrivé qu'il y a deux ans en Europe"

Et ces deux années auront pas été trop dégueulasses il me semble non? Il fait partie des trois ou quatre meilleurs attaquants du monde, et a surtout une capacité hallucinante à porter sa sélection sur ses épaules, même pendant les grandes compétitions (on peut pas en dire de même pour certains, suivez mon regard). 24 ans, 50 buts en 74 sélections.
Il faut pas dénigrer juste pour le plaisir de dénigrer

"le reste de l'équipe est quand même impressionnant, dans le mauvais sens du terme."

Une charnière Marquinhos - Thiago Silva n'a pas grand chose à envier aux meilleurs défenses du monde. Et derrière t'as des mecs comme Miranda qui tiennent la baraque aussi
Des latéraux ridiculement offensifs... Remember Roberto Carlos? Daniel Alves, même si il approche de la fin, aura été un grand latéral. Les latéraux offensifs ça fait partie de l'ADN du Brésil. Et Filipe Luis? Là t'as un super latéral, et défensif à souhait non?

"Un milieu qui ne ressemble à rien"

C'est le point sur lequel je me rapproche le plus de ta position. Ils ont pas un banc très fourni, mais un pivot Casemiro Fernandinho c'est quand même pas dégueu. Suffit d'écouter Pep parler de "petit Fernand", ou de voir comment Casemiro a équilibré le milieu du real.

"Je suis peut être excessivement pessimiste"

Voilà, là on est vraiment d'accord :)
Un troll la France? Tu te fous de notre gueule ouvertement ou tu fais partie de ces gens qui considèrent que rien de bon ne peut venir de l'hexagone. Mais c'est pas grave l'avenir te donnera tellement tort. La france c'est demi-finale minimum pour les 3-4 prochaines compètes internationales. Tu te rend pas compte de l'armada que ce pays a et que tous les autres lui envient.
Ce commentaire a été modifié.
@gogolito83

T'es sûr que t'as lu les commentaires avant de poser ta bouse? Non parce que si tu les as lus c'est un peu inquiétant

https://www.youtube.com/watch?v=0uaQMxBjd5E
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
Ah parce que les types que tu cites sont ne serait ce que comparables avec leurs glorieux aînés, les Ronaldinho, Ronaldo, Kaka, Adriano (du temps où c'était encore un joueur de foot), Rivaldo... ?
Hormis Neymar, la réponse est de toute évidence non.

Creux générationnel, oui, c'est un fait.
Maintenant, comme tu le dis, il y a quand même des joueurs pour faire une équipe un minimum correct.
Mais une équipe qui marcherait sur l'Amérique du Sud, soit c'était une hyperbole volontaire, soit c'est un craquage total de ta part.
Je suis pas d'accord mais je trouve que le débat est intéressant.

Je pense que tu juges un peu vite des mecs comme Coutinho, Firmino, ou les 2 Gabriel. Ils sont encore jeunes, ils ont un potentiel certain. Laissons leur le temps de l'exprimer. Il n'est pas dit que d'ici 3 ou 4 ans ils n'auront pas explosé et égalé des Kaka ou des Adriano (lui fait franchement tâche dans ta liste d'ailleurs).

Tu me cites des mecs qui étaient au top du foot mondial il y a 10 ans (voir encore plus pour Ronaldo et Rivaldo). Effectivement il y a eu un assèchement dans les années qui ont suivi. Je considère que le creux générationnel c'était surtout de 2006 à 2014. Oui ça fait une belle traversée du désert.

Par contre je pense qu'avec l'avènement de Neymar et toute cette flopée de joueurs talentueux qui l'accompagnent on sort de cette phase. En fait ce que je veux dire c'est que pour déterminer si oui ou non on est dans un creux générationnel il faut comparer par exemple avec l'équipe du Brésil à la cdm 2010 plutôt qu'avec la génération Ronaldo Rivaldo etc. En 2010 la ligne d'attaque du Brésil c'est Julio Baptista Nilmar Robinho Luis Fabiano et Grafite. A mon humble avis le réservoir du Brésil aujourd'hui c'est quand même 2 ou 3 crans au dessus! C'est dans ce sens là que le Brésil n'est plus dans un creux générationnel.

Par contre cette "théorie du creux générationnel" était encore allégrement ressortie pour expliquer les mauvais résultats du Brésil lors des dernières Copa America, 2015 et 2016. Alors que pour moi Tite est en train de montrer qu'il s'agissait surtout d'un défaut d'entraîneur plutôt que d'un défaut de talent.

Et pour finir quand je dis que le Brésil marche sur l'Amérique du Sud je fais référence aux éliminatoires. Et c'est un fait, pas un craquage (peut-être une légère hyperbole, et encore). Ils sont premiers avec 8 victoires 3 nuls et une seule défaite, 4 points d'avance sur le 2ème et 7 sur la dernière place directement qualificative. Le Brésil est de retour au premier plan, c'est indéniable.

Voilà désolé pour le pavé, j'espère avoir mieux explicité ma pensée
10 réponses à ce commentaire.
Robbie_Slater Niveau : District
Si le barça le veut, il va falloir faire chauffer la planche à billet ! Le tarif devra se rapprocher d'un ronaldo, d'un suarez ou d'un bale ... Il sait tout faire et en plus, il commence à être constant, lui qui était exceptionnel un match sur trois.Quel plaisir à regarder ce petit couteau !
zinczinc78 Niveau : CFA
Note : -4
J'espère vraiment qu'un gros club comme le Barça va faire péter le chéquier histoire de voir ce dont ce joueur est capable quand il est entouré de footballers !
Mais idiot que dire de chelski alors vu Qu'on vous a dérouillés chez vous comme l'an dernier!Dégage idiot de zinc zinc
2 réponses à ce commentaire.
jayjay972 Niveau : DHR
Pour suivre régulièrement le Bresil je crois que vous vous enflammez sur couthino. Ca me fait penser à rabiot. Dans le spectacle qu'est devenu le foot le style importe plus que l'efficacité. Couthino est un bon joueur son style le rend excellent auprès des suiveurs. Le vrai grand joueur qui se dégage après neymar c'est Jésus. Quand ce mec arrivera en Europe je peux te garantir que goerges ne mettra plus la France le Portugal et l'Allemagne devant le Bresil en termes de potentiel offensif.
D'ailleurs on voit une opposition de style naître entre l'Amérique du Sud Avec des gros attaquants capables de faire des différences individuelles mais peu de fond de jeu du à la qualité moyenne des milieux et l'Europe Avec un bon fond de jeu grâce aux milieux qui te permette d'avoir la possession mais des attaquants moyens qui ne te permettent pas de convertir la possession en orgie de buts.
gaucherforever Niveau : Loisir
Ce gars doit continuer à écrire son histoire à Liverpool.
La destinée de tous les cracks n est pas de finir
au Barca ou au Real entourés de cracks.
Liverpool est un grand nom.À lui de les remettre tout en haut.
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
Ofwgkta

Je suis d'accord avec toi, ça va mieux pour le Brésil, c'est incontestable, mais tout ce que je cherche à dire c'est que, et tu sembles être d'accord sur ce point, c'est une génération qui n'est pas à la hauteur des précédentes.
Ensuite, on peut toujours dire que leur passé est si glorieux qu'il est impossible de se maintenir à ce niveau, soit, mais toujours est il que depuis plus de 80 ans le Brésil a pourtant réussi à le faire, jusqu'à la génération actuelle. Donc, même si on peut relativiser autant qu'on veut, il me semble incontestable que cette génération est faible comparée aux précédentes, même si elle n'a pas non plus un niveau horrible.
Quoiqu'il en soit, avant de me prononcer sur la qualité de ce Brésil, j'attendrais qu'ils aient fait une belle compétition internationale, car ton équipe type est constituée de mecs qui ont encore tout à prouver, à deux-trois exceptions près.
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
Arsanal
L'exemple de la France est à mon avis hors de propos.
C'est comme si je te disais que sur les deux dernières saisons, le grand joueur à avoir le plus décliné est Robben, et que tu me disais "attends, regarde les performances de Valbuena à Lyon, c'est encore pire".
La France n'est pas du tout à la hauteur historique du Brésil.

Ceci outre le fait que la France a foiré deux tournois internationaux sur sa période de déclin puis a su se relever, là où le Brésil enchaine les contre-performances en tournois internationaux depuis 2010.

Ensuite, concernant Neymar, d'une, faudra m'expliquer où je dénigre ce qu'il est. J'adore Neymar, mais le fait que ce mec qui, je le répète, est le patron absolu du Brésil alors que ça fait à peine deux ans qu'il est en Europe (si bonnes furent ces deux années), est révélateur de la pauvreté de leur vivier.

Concernant la charnière centrale du Brésil, pardon mais je suis pas d'accord. Marquinhos est un jeune qui est impressionnant mais qui est pas encore parmi les meilleurs centraux du monde, et Silva, d'une, n'est (dis moi si je me plante) plus sélectionné, et de deux n'a jamais été transcendant avec le Brésil. Bref, je pense pas que la charnière centrale du Brésil soit parmi les meilleures au monde, tout du moins ils ne l'ont pas encore prouvé en tournoi inter.

Concernant les latéraux, déjà, certes, Carlos était très offensif, mais il n'était pas non plus à poil défensivement, et le système compensait largement ses véléités notamment avec le 3-5-2. Et Alves, même s'il est en effet un grand latéral, a, d'une part, jamais été grandiose avec le Brésil, et d'autre part, entamé son déclin. A part ça, je suis totalement d'accord sur Luis qui est un latéral exceptionnel, mais c'est plutôt Marcelo le titulaire me semble-t-il. Marcelo qui, pour le coup, correspond bien à la description que j'ai faite des latéraux brésiliens.

Concernant le milieu, encore une fois, c'est pas horrible, mais très franchement tu imagines le milieu que tu cites face à l'Allemagne, l'Espagne ou même la France ? Je pense que ça tournerait à la boucherie.
Pardon mais Casemiro-Fernandinho ça me semble très léger. Pas horrible mais très léger. Ou en tout cas trop léger pour assurer à eux deux l'équilibre de l'équipe, sachant que le 10 aligné (en l'espèce Coutinho) n'est pas vraiment un travailleur.
Par contre, je crois pas mal en Allan, qui, pour le coup, s'il se décide à se sortir les doigts et retrouver son niveau de l'an dernier, peut leur faire beaucoup de bien grâce à ses qualités.

Sinon, je veux bien admettre qu'il est possible que je sois excessivement pessimiste, si de ton coté tu acceptes qu'il se peut qu'à l'inverse tu sois excessivement optimiste.
Parce que jusqu'ici, les faits (5 tournois internationaux foirés) me donnent raison, et je pense très franchement pas que quelques bons matchs en éliminatoire de la CDM suffisent à effacer les doutes qui découlent de ces déboires.
Je ne vois pas pourquoi l'exemple de la France est hors de propos. Si on ne peut comparer le Brésil qu'aux équipes nationales qui sont à sa hauteur ça réduit sensiblement le champs des comparaisons possibles. La France est passée en quelques années d'une génération exceptionnelle à un trou noir total, peu importe le nombre d'étoiles sur le maillot. En fait tu te places dans une perspective de long terme, c'est très respectable, mais à la base ce n'était pas mon propos quand je parlais de creux générationnel.

"là où le Brésil enchaine les contre-performances en tournois internationaux depuis 2010."

Encore une fois je ne suis pas d'accord. D'abord tu occultes volontairement la coupe des confédérations 2013. Ok ce n'est "que" la coupe des confédérations, mais je ne suis personnellement pas persuadé que le niveau soit fondamentalement plus faible que la copa america. Ils y ont battu l'Italie (vice-champion d'Europe) l'Uruguay et l'Espagne (champion d'Europe et du monde), ce n'est pas rien. Ensuite tu considères qu'ils ont fait une contre-performance à la CDM 2014. Ce n'est pas mon cas. Le match contre l'Allemagne est un traumatisme, certes, largement dû à l'énorme pression populaire et aux absences de leurs deux meilleurs joueurs qu'ils n'ont pas su gérer. Mais ils finissent 4ème meilleure nation du monde, devant toute une flopée de grands pays de foot. La branlée contre les teutons vient noircir aux yeux des gens un tableau qui est objectivement plutôt positif. Des 1/2 de coupe du monde on en joue pas tous les 4 matins.

Effectivement tu ne dénigres pas Neymar. Mais ton commentaire à son sujet semblait avoir pour but de le rabaisser un peu, et même si je n'apprécie pas trop ce joueur je suis au contraire plutôt admiratif.

Bref je vais pas rebondir sur tout ce que tu as dit, je trouve leur 11 très compétitif, pas toi, c'est ton droit. Mais en gros j'estime qu'ils sont capables d'aligner une équipe de très belle facture, en tout cas largement supérieur à ce qu'ils proposaient depuis 2006, et la capacité de Tite à obtenir rapidement de très bons résultats est à mon sens la preuve qu'ils avaient plus un problème d'entraîneur que de talent (et encore une fois je ne compare pas avec l'époque des Ronaldo Rivaldo etc, ni avec l'époque des Pelé Garrincha. Je parle dans une perspective qui est plus court-termiste que ça, car compte tenu de la brièveté d'une carrière de footballeur ça me paraît plus pertinent pour comparer les générations et analyser cette théorie du creux générationnel).

Et je suis tout à fait enclin à envisager le fait que je sois aveuglé par un optimisme excessif :) Personne ne détient la vérité absolue. Mais cette équipe sera très dangereuse à la coupe du monde en Russie, j'en fais le pari

PS : Je confirme que tu te trompes, Silva a été rappelé par Tite en équipe national (mais c'est tout récent).
1 réponse à ce commentaire.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3k 8