Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Tottenham/Inter

Coutinho déjà aiguisé

Si Fernando Couto avait eu un fils, il ne s'appellerait pas Philippe Coutinho. Petit, racé, et subtil, le jeune Brésilien figure la parfaite antithèse de l'ancien boucher laziale. Surtout, il est titulaire à l'Inter Milan, à 18 ans.

Modififié
On l'annonçait comme le nouveau Ronaldinho. Et on en a annoncé à la pelle des Brésiliens futurs meilleurs joueurs du monde à peine un orteil posé sur le sol européen. Mais celui-ci pourrait bien répondre aux attentes placées en lui. Il a d'ailleurs déjà commencé son œuvre. Et plutôt qu'avec celui qui étrenna ses elasticos au PSG, les brillants débuts de Philippe Coutinho obligent à une comparaison avec un autre compatriote. Car il évolue dans ville qui l'avait fait roi, qu'il excelle dans la même zone et qu'il partage cette technique propre, plus efficace que spectaculaire, cette allure discrète. Kaka donc, comme point de référence... si l'on s'en tient aux fils de Pelé. Car pour celui qui ne souffre pas d'une myopie jaune et verte et veut voir plus loin, c'est vers l'Ibérie qu'il faut se tourner.

1m71, le petit prodige gravite bas, se faufile et trouve des espaces dans le chas d'une aiguille. Très proche du style d'Iniesta et bien loin des dévalements de Ricardo Kaka dans les grands espaces. Avec l'illusionniste espagnol, le jeune Brésilien partage ce style profondément terrien où la pelouse, le ballon et les pieds ne semblent ne faire qu'un. Les appuis adhèrent au gazon, le ballon colle au pied et ces rustres de défenseurs n'ont pas même le temps de se baisser. Coutinho, c'est la confirmation que l'avenir du football n'appartient pas aux Golgoths, que Rollerball n'est pas son horizon.

Selon la statistique, Coutinho plafonnait à 1,62m sous la toise quand l'Inter le repéra. Il avait 16 ans et évoluait au Vasco de Gama, où l'Inter le prêta deux ans en attendant qu'il valide sa majorité et puisse légalement endosser le maillot nerazzurro. Pour avoir remporté et flambé aux championnats sud-américains catégories moins de 15 puis moins de 17, le meneur de poche avait aussi attiré les yeux du Real Madrid. Pour 3,8 millions, c'est Moratti qui emporta la mise. Le bon Massimo a défini l'adolescente recrue comme « l'avenir de l'Inter » . N'a-t-il pas dit la même chose au moment de l'arrivée de Recoba ? Sans doute. Sauf qu'à l'inverse du gaucher uruguayen, le droitier brésilien, pas non plus malhabile avec son pied “faible”, n'a pas encore laissé de place au doute sur la véritable épaisseur de son talent.


Le 12 juin, Coutinho souffle ses 18 bougies. Le 19 juin, il débarque à Appiano Gentile. Le 30 août, il entre en jeu lors de la première journée de Serie A. Et dès la deuxième journée de Ligue des Champions (victoire 4-0 face au Werder Brême), il incorpore le onze titulaire, qu'il ne quitte plus. Mais plus encore que la confiance répétée de Benitez, qui le place sur la gauche de l'attaque, légèrement en retrait d'Eto'o, ce sont les contenus de ses prestations qui impressionnent. D'une maturité sidérante dans sa tenue du ballon mais aussi au moment de le lâcher, Coutinho s'est parfaitement fondu dans le collectif interiste. Au Brésil, le Carioca déployait sa panoplie de 10 dans les habits d'un neuf et demi, mais il s'adapte et se permet quelques percées dans l'axe qu'il conclut trop souvent maladroitement. Son seul défaut majeur. Mais Coutinho apprend vite. Assez pour inscrire son premier but en Ligue des Champions mardi soir à White Hart Lane ?

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall il y a 7 heures La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) il y a 16 heures La drôle de liste d'invités de la finale 35
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 20:20 Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 67 Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge Hier à 09:07 Rooney inspire DC United 3
À lire ensuite
Airs de la Luz