En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Arsenal-Liverpool (3-4)

Coutinho balaye Arsenal d’entrée

Mené logiquement après une demi-heure de jeu, Liverpool a finalement retourné la rencontre pour s’imposer dans le délire de l’Emirates (4-3). La saison peut commencer.

Modififié

Arsenal 3-4 Liverpool

Buts : Buts : Walcott (30e), Chamberlain (63e) et Chambers (75e) pour Arsenal // Coutinho (45e+1 et 56e), Lallana (48e) et Mané (62e) pour Liverpool

Vingt minutes suffisent parfois pour faire un coup. Liverpool n’aura pas joué beaucoup plus dimanche pour retourner l’Emirates Stadium de l’intérieur. Et voilà : Coutinho s’est amusé, Firmino a dansé, Mané aussi, puis Klopp s’est envolé le poing serré. Comme un homme soulagé au terme d’une représentation incomplète de ses homme, mais, pour le moment, l’important est ailleurs. Car les Reds ont lancé leur saison en pleine lumière et vont pouvoir maintenant bosser. Pendant qu’Arsenal va déjà devoir panser ses plaies.

Et Coutinho fout le bordel


C’est la première sortie, la première parade. Reste que personne n’est prêt, comme si ce premier choc arrivait trop tôt, beaucoup trop tôt. Ni Arsène Wenger ni Jürgen Klopp ne s’en sont cachés, mais il faut faire avec. Et surtout faire sans. C’est le mal, déjà, d’Arsenal : cette infirmerie trop pleine où on peut croiser Gabriel, Per Mertesacker et où on peut voir Laurent Koscielny revenir doucement à la compétition. Une situation qui pousse Wenger à bricoler comme en préparation et à aligner une doublette Chambers-Holding pour commencer la saison, alors que l’Emirates Stadium a encore en tête le souvenir vif de l’entrée ratée un an plus tôt contre West Ham. Côté Liverpool, les questions sont les mêmes après une pré-saison à se balancer entre des succès de prestige et des sorties qui dérapent. Reste que l’objectif de Klopp est de reposer Liverpool sur son « putain de perchoir » et que ça commence d’entrée avec Klavan, Mané et Wijnaldum. Comme pour ne pas masquer les intentions.

Sauf qu’un jour de rentrée, c’est toujours la même histoire. On veut être beau, clinquant et faire tomber la mâchoire des copains. Et on peut presque tout se permettre, même un lob de trente mètres. Oui, Ramsey est en confiance et a passé un été sur un nuage avec sa sélection, donc il ne veut pas que cela s’arrête aussi facilement. Le Gallois est partout, bien accompagné par un Alexis en jambes et un Coquelin à la faucheuse. Arsenal domine, contrôle le jeu, mais peine à lancer le scénario face à une défense de Liverpool qui se cherche encore, à l’image de Moreno, dépassé à la relance et dans son duel avec Walcott. Au point de le descendre à la demi-heure de jeu. Sauf que l’international anglais croque son penalty, avant de se racheter deux minutes plus tard en ouvrant le score d’une frappe croisée parfaite (1-0, 30e), après un appel tout aussi parfait de Ramsey. L’histoire vient de commencer, Wenger sourit et voilà. Voilà que Liverpool se réveille, que Wijnaldum est trop mou devant Čech et que Coutinho canarde le gardien des Gunners d’un coup franc magnifique (1-1, 45e+1).

Le tableau de Mané


Au point de retourner le ventre de l’Emirates, de faire tomber la veste à Arsène et de provoquer des premiers cris. Car dès le retour des vestiaires, Firmino décale Wijnaldum pour le voir s’amuser dans la défense d’Arsenal et servir Lallana sur un plateau (1-2, 48e). Liverpool s’est mis à l’endroit, la rencontre a tourné. Et huit minutes plus tard, Klopp déraille alors que Coutinho s’offre un doublé (1-3, 56e). L’entraîneur allemand vient de comprendre que son Liverpool peut enfin briser le cou de son chat noir. Alors, les artistes entrent en piste : Mané, d’abord, sur un slalom magnifique qui se termine dans la lucarne de Čech (1-4, 62e). Chamberlain, ensuite, pour redonner espoir à l’Emirates (2-4, 63e), alors que Wenger lance Xhaka et Cazorla. La Premier League vient vraiment de commencer son cirque avec ses défenses à l’envers. Donc Chambers s’élève et cabosse le tableau en réduisant une nouvelle fois le score (3-4, 75e). Le destin a choisi son camp, Firmino fait même glisser un dernier frisson sur Čech, et Liverpool tient enfin sa première victoire contre Arsenal depuis février 2014. Sur les notes d’un You’ll never walk alone historique.


  • Résultats et classement de Premier League
    Retrouvez toute l'actualité de la Premier League

    Par Maxime Brigand
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 32
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 165