En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options

Courbis, roi du clash

Modififié
Michel Seydoux, président de Lille et amateur de bulles, avait d'abord comparé Claude Puel à du cidre et Rudi Garcia à du champagne.

Jean-Michel Aulas, plus terre à terre, avait cru bon d'affirmer que l'auteur de ces quolibets ne connaissait rien au football. Et paf ! Rolland Courbis, qui devait surement s'ennuyer, a volé au secours du LOSC en soufflant une idée de réponse à son président : «  Être Président de club, c'est surtout faire une bonne communication dans l'intérêt de son club. Si Aulas attaque un club indirectement par un billard à trois bandes, ce club attaqué, s'il a envie, il lui répond ! Lille par exemple peut répondre : " Arrête de nous emmerder, parce que sinon les prix des transferts vont doubler. Tu imagines, Jean-Michel Aulas, si on arrive à être champion alors qu'on t'a vendu nos meilleurs joueurs sur les dernières années, que notre budget, on l'a fait en grande partie grâce à Lyon et qu'on vous a même donné l'entraineur au cas où les joueurs ne s'adaptent pas !" C'est une idée de réponse à Michel Seydoux... » .

Touche pas à mon pote !


HD
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 3 heures Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport)
il y a 5 heures Quand Ronaldo planquait de la bière 42 il y a 6 heures Dupraz quitte le TFC 122 il y a 7 heures Robinho en route vers Sivasspor 54 il y a 10 heures Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 4 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 8 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7
À lire ensuite
Un caprice à 150 000 euros