En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Rennes/Angers

Courbis et son amour secret pour Gourcuff

Il a fait comme si l'arrivée de Gourcuff n'était pas un immense plaisir, comme s’il avait d’autres chats à fouetter, mais ça fait un moment qu’il l’attend ce moment, le Rolland.

Modififié
Yoann Gourcuff, c’est un peu comme la météo. On a beau détester en parler, le reléguer au dernier sujet de discussion avant le malaise, ne finalement pas trop savoir qu’en dire, c’est un thème qui revient toujours hanter nos discussions de comptoir, à intervalles irréguliers. Et Rolland Courbis est bien placé pour le savoir. Le plus loquace des coachs de Ligue 1, commentateur et chroniqueur à ses heures perdues, a eu le temps d’aborder, d’épuiser même, la matière. D’ailleurs aujourd’hui, en conférence de presse, il joue la carte de l’humour : « Je ne vois pas de qui vous voulez parler. » Humour peut-être, mais surtout la meilleure manière de camoufler son contentement excessif. Ça fait au moins six ans qu’il en parle. Et aujourd’hui, il l’a enfin sous ses ordres.

Fascination


Été 2010, les vuvuzelas bourdonnent jour et nuit dans nos oreilles, Rolland Courbis s'est séparé une première fois de Montpellier et a passé quelques semaines en prison. Jusque-là, rien d’anormal. Si ce n’est que l’on retrouve le fumeur de gitanes sur nos écrans un soir sur deux durant le Mondial sud-africain. Et c’est d’ailleurs l’une des premières fois qu’il évoque Yoann, qu’il explique comment lui le ferait jouer s’il était sélectionneur, qu’il le défend, et ce, à la surprise générale et face à un Éric Zemmour dubitatif : « Pour moi, ce n’est pas un attaquant, Gourcuff. Pour moi, c’est un numéro 8, relayeur, qui devient 10 quand nous avons le ballon. Donc il accepte de jouer à un poste qui n’est pas le sien. » Un cri du cœur.

Vidéo

Depuis ce jour, que ce soit sur RMC ou bien n’importe où, c’est un sujet de prédilection pour Rolland. Une sorte de fascination. Une source d’inspiration pour ses vannes. Novembre 2010 : « Gourcuff, c'est un magicien, il arrive même à se faire disparaître du terrain. » Toutes les raisons sont bonnes pour en parler. Surtout pour en dire du bien quand il est dans le dur à Lyon. Septembre 2011 : « C’est un garçon qui a perdu ses jambes, sa confiance en lui. Maintenant, en étant bien dans ses jambes, il ne peut qu’être bien dans sa tête. Ça n'est pas seulement un petit plus pour Lyon, ça sera probablement une énorme plus-value. » Et puis, il est aussi un des seuls à lui glisser des mots doux en période de rémission. Novembre 2011 : « Il doit redevenir ce joueur talentueux. » Avec plus ou moins d’enthousiasme. Juin 2013 : « Si Gourcuff ne saisit pas sa chance, ce sera fini. » Avant de finalement l’affronter, en tant qu’entraîneur de Montpellier, et de s’en prendre deux dans les dents fin 2014.

Séduction


Ce coup de poignard marque un tournant dans l’esprit de la « Grande Gueule » . Fini les tentatives pour l'amadouer. Place à de la drague en bonne et due forme. Rolland Courbis aime les artistes dans son genre et ferait tout pour l’attirer à Montpellier. Il multiplie les appels du pied, parfois relou, dans la presse. Il rend visite à Yoann et sa chérie Karine, pas jalouse, à Saint-Raphaël cet été. Il l’appelle, lui laisse des messages, lui pose même un ultimatum - « le mercato se termine le 31 août, il a encore trois semaines pour se déplacer vers nous, la balle est dans son camp » - qui résonne comme un all-in sentimental. Et puis, l’histoire se répète, encore une fois. Rolland se sépare de Montpellier. Rolland veut se reposer. Et puis finalement, Rolland ressurgit de nulle part pour tenter sa chance, sur un coup de tête, du côté du… « C’est quoi déjà le nom du stade » … Roazhon Park. Et autant dire que ce n’est pas pour l’armoire à trophées du Stade rennais.


Non, c’est surtout que Rolland a enfin trouvé la parade pour se rapprocher de sa proie, discret, serein, sans éveiller les soupçons plus qu’ils ne le sont déjà. Dans L'Équipe, il plaide par exemple le hasard : « C’est un concours de circonstances et une coïncidence qui me fait marrer. » Personne n'est dupe, et pourtant, jamais, au grand jamais, il ne laisse transparaître son bouillonnement interne : « Il est dans le groupe, il va assez bien, je réfléchis encore 24 heures sur des choses qui me paraissent encore plus importantes que la situation de Yoann. » S’il ne l’a pas fait jouer depuis son arrivée, c’est parce qu’au fond de lui, il aimerait l’avoir en pleine forme à ses côtés. Pouvoir le faire jouer plus de deux matchs consécutifs, chose qu’il n’a pas réalisée depuis plus d’un an. Il aimerait aussi pouvoir l’associer à Quintero, histoire de le faire jouer à son vrai poste, en relayeur. Et pourquoi pas lui servir de tremplin pour un retour en Bleu. La boucle serait enfin bouclée et il n'aurait plus jamais à en parler.

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 09:28 Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 22
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
lundi 22 janvier Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) lundi 22 janvier Quand Ronaldo planquait de la bière 51 lundi 22 janvier Dupraz quitte le TFC 128 lundi 22 janvier Robinho en route vers Sivasspor 60 lundi 22 janvier Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18