Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // MU/Arsenal (2-0)

Coups de poignard mancuniens

Arsenal s'est allégé une fois de plus son calendrier, sorti par un Manchester qui aura planté deux coups de poignards signés Fabio et Rooney. La fin de saison s'annonce moralement délicate pour les Gunners.

Modififié
Au coup d'envoi, Sir Alex Ferguson aligne un onze très défensif avec Gibson, O'Shea, les jumeaux Fabio et Rafael au milieu de terrain, Rooney et Hernandez devant se débrouiller seuls aux avants-postes. Wenger, de son côté, couche quasiment son équipe-type, amputée de Fabregas, absent et Clichy, sur le banc. Gibbs occupe donc le flanc gauche de la défense Gunner, et Denilson accompagne Diaby dans l'axe.

Le début de rencontre est plutôt à l'avantage des Londoniens. Sagna et Gibbs se montrent disponibles sur les côtés et facilitent un jeu tout en largeur pour Arsenal. Mais aucun centre ne trouve preneur. C'est d'ailleurs sur une combinaison dans l'axe Arshavin/Nasri que Van der Sar connaîtra sa première suée (3'). Manchester peine à maîtriser le cuir et se contente d'échauffer Hernandez et Rooney, en les lançant dans des courses “casse-croûte” improbables et vouées à l'échec. Il faudra attendre la quinzième minute pour voir MU enfin développer un mouvement digne de ce nom. Gibson s'amuse entre Diaby, Wilshere et Denilson, avant de transmettre à Fabio. Le centre du Brésilien arrive sur la tête de son jumeau qui ne cadre pas. Mis à part ça, on s'ennuie sec. Old Trafford se réveillera peu avant la demi-heure de jeu. Après une frappe contrée de Diaby, Van der Sar relance rapidement à la main pour Fabio, qui accélère et lance son frangin. Rooney est trouvé en appui et adresse une passe-caviar dans le dos de la défense pour Hernandez. Le Mexicain place une tête puissante qu'Almunia ne peut que repousser... dans les pieds de Fabio en renard (27è). 1-0 pour MU, têtes basses pour les Gunners. United n'excitera pas plus la fin de première période pour autant, laissant la possession à ses adversaires et deux occasions dangereuses : une frappe croisée de Van Persie, détournée d'un doigt par Van der Sar (33è) et une frappe encore croisée de Nasri, bloquée par le géant hollandais (45è).

Sir Alex Ferguson sent peut-être à la pause que son équipe n'a pas beaucoup de marge sur ses adversaires et apporte quelques retouches. Passage d'un 442 à un 433 en deuxième période donc avec Rooney sur le flanc gauche, Valencia (de retour après une fracture de la cheville en septembre dernier) à droite et Chicharito en avant-centre. Arsenal débute pourtant fort à la reprise. Wilshere perfore à la Wilshere, en vitesse, la tête levée, Koscielny apporte du surnombre et manque même de tromper Van der Sar sur une frappe du gauche (48è) mais Arsenal va une nouvelle fois flancher sur la première incursion mancunienne. Rafael met au supplice la vitesse de Gibbs et centre pour Hernandez. La gonfle revient sur la tête de Rooney, qui, dans un angle fermé, trompe Almunia de la tête (49è). Deuxième coup de poignard. Manchester sait mieux que n'importe quelle autre équipe comment tuer définitivement son adversaire dès que l'occasion se présente. Arsenal ne s'en remettra évidemment jamais et Van der Sar dégoûtera toute tentative (reprise de volée de Nasri à la 57è, frappe de Chamakh à la 67è, tête smashée de Marouane à la 76è, missile de Rosicky à la 78è) londonienne. Almunia évitera la fessée sur un arrêt réflexe à la 80è suite à une frappe d'Hernandez et sur une dernière frappe de Rooney au bout des sept minutes d'arrêts de jeu.

Les Gunners il y a deux semaines avaient encore quatre compétitions à jouer, et donc quatre potentiels titres à glaner, une obsession depuis six ans maintenant. Aujourd'hui, Arsenal n'a plus que la Premier League pour éviter d'être fanny en 2011. Manchester emmagasine de son côté un peu plus de confiance, au cas où et attend l'OM en toute tranquillité.


Par Ronan Boscher

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 5 heures La drôle de liste d'invités de la finale 17
Hier à 20:20 Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 56 Hier à 19:43 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT)
Partenaires
Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge Hier à 09:07 Rooney inspire DC United 3 Podcast Football Recall Épisode 46 : Français ou Belges, le match des râleurs, les adieux des Bleus et la battle Angleterre-Belgique
À lire ensuite
Le derby de l'amabilité