Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2018
  2. // Groupe F

La fiche de la Suède

Vingt-deux Golgoths taillés dans le chêne qui n’ont pas manqué de toucher du bois en barrages pour réussir à s’inviter dans le monde polaire accompagné par un gamin à la tignasse brillante. Non, ça n’a rien à voir avec un quelconque opus du monde de Narnia, c'est simplement la liste des 23 Suédois. Garantie sans Zlatan Ibrahimović.

Modififié

  • La liste des 23

  • Gardiens : Robin Olsen (FC Copenhague), Kristoffer Nordfeldt (Swansea), Karl-Johan Johnsson (Guingamp)
    Défenseurs : Andreas Granqvist (Helsingborgs), Victor Lindelöf, (Manchester United), Mikael Lustig (Celtic), Ludwig Augustinsson (Werder Bremen), Pontus Jansson (Leeds), Emil Krafth (Bologne), Filip Helander (Bologne), Martin Olsson (Swansea)
    Milieux de terrain : Sebastian Larsson (Hull), Gustav Svensson (Seattle Sounders FC), Albin Ekdal (Hambourg), Emil Forsberg (Leipzig), Viktor Claesson (Krasnodar), Jimmy Durmaz (Toulouse), Marcus Rohdén (Crotone), Oscar Hiljemark (Genoa)
    Attaquants : Marcus Berg (Al Ain), John Guidetti (Alavés), Isaac Kiese-Thelin (Waslan Beeveren), Ola Toivonen (Toulouse)
    Sélectionneur : Janne Andersson.


  • Le onze type

  • Olsen – Lustig, Lindelöf, Granqvist, Augustinsson – Claesson, Ekdal, Larsson, Forsberg – Berg (cap.), Toivonen


  • L’analyse tactique :

  • On l’a vu face à l’Italie en barrages, ou même plus récemment en amical face au Danemark, la Suède n’est pas vraiment l’apôtre du beau jeu, du tiki-taka ou de n’importe quel style offensif cher à Zdeněk Zeman. Basés sur une défense compacte emmenée par la rugueuse paire Lindelöf-Granqvist, les hommes de Janne Andersson s’appliquent d’abord à ne pas laisser d’espaces à leurs adversaires, pour ensuite réussir à appuyer là où ça fait mal. Reste néanmoins que cette formation nordique a quelques atouts à faire valoir, notamment devant. Pour alimenter ses deux tours de contrôle que sont Berg et Toivonen, Andersson ne mise donc pas que sur de longs ballons en espérant que la défense adverse se troue. Outre l’axe toulousain Toivonen-Durmaz qui ravira les habitués du Stadium, les ballons chauds proviendront en grande partie d’Emil Forsberg qui est le véritable maître à jouer de cette équipe. Des muscles, de la taille, des cheveux blonds et un cerveau, voilà de quoi est composé le drakkar jaune et bleu qui compte bien répandre un peu de terreur sur les côtes russes. Même sans « celui qui était sûr d’y être » .



  • La stat à la con : 0,5

  • On veut bien concéder à nos amis suédois que leur championnat n’est pas à son zénith. Mais de là à ce qu’aucun joueur de l’équipe nationale ne soit issu de celui-ci, ce n’est pas vraiment une super pub pour l’Allsvenskan. Allemagne, Angleterre, France, Italie, États-Unis, Danemark et même Émirats arabes unis, et pas un seul qui vient du terroir. Non, ça fait vraiment tache. Car oui, un seul joueur de l'effectif joue en Suède, Andreas Granqvist, mais en deuxième division en revanche. Tout à l'envers.


  • Ce que pense Poutine de cette équipe

  • « Je vous avais pourtant demandé de ne faire entrer aucun Ukrainien sur mon sol. Virez-moi cette vermine !  » Maudits maillots jaunes.


  • Il aurait pu être russe, mais il est né à... Påarp

  • Peuplée de 853 848 âmes, la ville de Krasnodar a pendant cinq ans compté une personne de plus en ses murs en la personne d'Andreas Granqvist. Il aurait d'ailleurs pu jouer encore plus longtemps à Krasnodar s'il n'avait pas pris la décision de rejoindre Helsingborgs en janvier dernier. Difficile de savoir si Granqvist aimait Krasnodar pour sa qualité de vie, pour le challenge sportif qui consistait à marcher sur Nice en Ligue Europa ou pour les gros billets verts qu'il glissait sous son sommier à la fin du mois. Sûrement un peu des trois.


  • Le joueur frisson : Emil Forsberg

  • S’il ne sort pas d’une grosse saison avec le RB Leipzig en partie à cause de blessures, Emil Forsberg n’en reste pas moins l’atout de charme de la sélection suédoise. Outre sa mèche blonde extrêmement bien plaquée, le natif de Sundsvall est surtout le véritable meneur de jeu des ‎Blågult. Depuis son couloir gauche, le droitier doté d’une bonne technique sublime tout ce qu'il touche et il n'y a aucune raison que ça change dans les jours à venir.




  • Le joueur qu’on n'a pas du tout envie de voir : John Guidetti

  • Son enfance au Kenya à taper ses premiers ballons dans les bidonvilles, son chambrage débile avec Layvin Kurzawa, son passage à City, ses aventures espagnoles... C'est simple, il n'y en a que pour sa gueule. À tel point qu'une chanson totalement nulle a même été faite en son honneur il y a quelques années, pas forcément la meilleure idée pour le faire redescendre sur terre. On ne nous a pas privés du Z pour se taper ton melon, John.

    Vidéo


  • Le grand absent : Aviici

  • Oubliez la non-sélection du vétéran exilé aux States, l’absence de Tim Bergling est bien plus préjudiciable à la sélection suédoise. Son décès en avril dernier a profondément choqué tout le pays, et les joueurs suédois n’échappent pas à la règle. Si certains joueurs suédois ont des larmes plein les yeux au moment de l’hymne, ce ne sera donc pas seulement pour l'amour du maillot. Et puis, quelle chanson, Wake me up, quand même !


  • S’ils étaient un tube de l’été : The Hives - Come On

  • Nul doute que comme leurs compatriotes du groupe The Hives, les Suédois crieront soixante fois « Come On » en une minute avant chaque rencontre. Mais pas une fois de plus.

    Vidéo


  • Pourquoi ils vont suivre la fin de la compétition depuis dans la fan zone de Moscou

  • En deuxième position avant de recevoir le Mexique lors du dernier match du groupe F, la Suède est confiante. En conférence de presse, l’incorrigible John Guidetti s’autorise même une petite vanne en direction des Mexicains : « S’ils pensent qu’ils vont nous faire l’amour, qu’ils se rappellent d’abord que nous ne sommes pas comme certaines filles de chez eux. » Un tacle qui fout en rogne Chicharito et les siens, bien déterminés à renvoyer chez eux leurs adversaires du jour. Alors qu’un 0-0 sans histoire se profile, l’ancien joker mexicain de Manchester United surgit et marque un but de la main. Malgré la VAR, le but est accordé et c’est bien le Mexique qui accompagne l’Allemagne en huitièmes. Dépités et dans l’attente d’une réponse de la FIFA à la suite de leur réserve d’après-match, les Suédois espèrent avoir gain de cause et décident de rester en Russie, au cas où. Les joueurs se rendent même à la fan zone de Moscou regarder les premiers matchs en compagnie de leur armée jaune et bleu. Mais la veille de leur potentiel huitième, la nouvelle tombe : c’est bel et bien le Mexique qui jouera. Le moral en berne, les joueurs d’Andersson décident alors de rentrer à la maison. Problème : le volcan islandais Eyjafjöll est entré en éruption au début de la compétition, rendant impossible les vols en direction de la Suède. Elle est pas mal finalement, cette fan zone.


  • Calendrier :

  • Suède - Corée du Sud
    Lundi 18 juin, 14 heures, à Nijni Novgorod
    Allemagne-Suède
    Samedi 23 juin, 20 heures, à Sotchi
    Mexique-Suède
    Mercredi 27 juin, 16 heures, à Iekaterinbourg

    Par Andrea Chazy
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
    Modifié

    VIDEOS



    Dans cet article


    Hier à 16:29 La VAR débarque en Premier League la saison prochaine 14

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
    Hier à 11:52 Diego Maradona : « Mourinho est le meilleur coach du monde » 75
    À lire ensuite
    La fiche du Mexique