Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2018
  2. // Groupe D

La fiche de la Croatie

Étiquetée équipe sexy lors de l'Euro 2016, la Croatie débarque en Russie avec un style à défendre et des démons à dégager au loin.

Modififié

  • La liste des 23

  • Gardiens de but : Danijel Subašić (AS Monaco), Lovre Kalinić (La Gantoise), Dominik Livaković (Dinamo Zagreb).
    Défenseurs : Vedran Ćorluka (Lokomotiv Moscou), Šime Vrsaljko (Atlético), Domagoj Vida (Beşiktaş), Dejan Lovren (Liverpool), Tin Jedvaj (Bayer Leverkusen), Dulje Ćaleta-Car (RB Salzbourg), Ivan Strinić (Sampdoria), Josip Pivarić (Dynamo Kiev).
    Milieux de terrain : Luka Modrić (Real Madrid), Ivan Rakitić (FC Barcelone), Mateo Kovačić (Real Madrid), Milan Badelj (Fiorentina), Marcelo Brozović (Inter), Filip Bradarić (HNK Rijeka).
    Attaquants : Mario Mandžukić (Juventus), Ivan Perišić (Inter), Nikola Kalinić (AC Milan), Andrej Kramarić (Hoffenheim), Marko Pjaca (Schalke 04), Ante Rebić (Eintracht Francfort).


  • Le onze type

  • Subašić – Vrsaljko, Lovren, Vida, Strinić – Badelj, Rakitić – Mandžukić, Modrić, Perišić – Kalinić.


  • L’analyse tactique

  • À chaque fois, les mêmes effets : un football impeccable, l’impression que cette équipe joue le plus souvent à sa main et qu’elle avance à l’amour du maillot. Tout ça fait-il gagner ? Non, et l’Euro 2016 a servi de leçon à tout le monde, la Croatie ayant marché sur le premier tour avec style, et notamment lors d’une victoire de prestige face à l’Espagne (2-1, sans Modrić), avant de casser ses cordes sur le Portugal en huitièmes de finale. Depuis deux ans, peu d’évolution, si ce n’est le départ à la retraite de Darijo Srna et l’éjection d’Ante Čačić, un ancien réparateur de télévision qui avait accepté d’être le visage des criminels de sa Fédération, de son poste de sélectionneur en octobre 2017, remplacé dans la foulée par Zlatko Dalić. Ce choix avait été qualifié par Davor Šuker, le président de la fédé croate, de « thérapie de choc » . Résultat ? La Croatie a finalement réussi à sortir de son groupe de qualification derrière l’Islande avant d’aller chercher son billet lors d’un barrage face à la Grèce (4-1, 0-0). Reste que dans le jeu, pour le moment, la machine peine à se rallumer, mais là aussi, on connaît la musique : ce pays n’avance qu’à la compétition et il faut s’attendre à retrouver une sélection capable, par moments, de jouer une partition digne d’un football de club.



  • La stat à la con : 1

  • Dans l'histoire de la Coupe du monde, un seul joueur a planté pour deux sélections différentes en phase finale. Qui ? Robert Prosinečki, buteur avec la Yougoslavie contre les Émirats arabes unis lors du Mondial 1990 et avec la Croatie à deux reprises en 1998. Une stat parfaite à glisser entre deux bouchées de Paški sir.




  • Ce que Poutine dirait de cette équipe

  • « La Croatie ? Vous parlez de ce bout de territoire qui a filé un passeport à ce cafard de Kasparov ? Soyons sérieux : si on passe outre Mirko Cro Cop, qui lui est un vraiment monsieur du sport croate, ce pays reste avant tout un refuge géant pour des mecs qui pensent qu’il faut aller dans l’eau pour marquer des buts. De la foutaise. »

  • Il aurait pu être russe, mais il est né à Našice

  • Domagoj Vida, peut-être parce qu’il est le seul à pouvoir regarder Terry Butcher dans les yeux.




  • Le joueur frisson : Ante Rebić

  • C’est l’histoire d’un type qui ne célèbre pas ses buts, parce que c’est son boulot. « Je ne montre mes émotions que lorsque je suis en colère » , expliquait-il il y a quelques mois au Frankfurter Rundschau. Pour sa deuxième saison en prêt à l’Eintracht Francfort, celui qui a retrouvé en Allemagne son ancien sélectionneur chez les Espoirs en A, Niko Kovač, a confirmé les promesses : six buts plantés en Bundesliga, une étiquette de héros local scotché en lâchant un doublé en finale de la Pokal face au Bayern le 19 mai dernier (3-1) et un statut d’adjoint parfait à Sébastien Haller. Forcément, un ailier féroce dont il faudra suivre la trace.


  • Le joueur qu’on n’a pas du tout envie de voir : Dejan Lovren

  • Un mec qui fait bien son taf à Liverpool depuis qu’il joue à Virgil van Dijk, mais aussi quelqu’un qui n’hésitera pas à montrer ses fesses au grand public. Protégeons les artistes..




  • Le grand absent : Ante Ćorić

  • Un vieux bonbon du circuit, élu meilleur espoir de son pays à l’âge de dix-huit ans et qui vient, trois ans plus tard, de rejoindre la Roma derrière un chèque de six millions d’euros. C’est tout ? Oui, c’est tout : parce qu’Ante Ćorić, qui a déjà empilé plus de 140 copies avec le Dinamo Zagreb, peine à confirmer les attentes placées en lui et qu’il est difficile de savoir s’il sera capable de réussir le grand saut. Son arrivée en Serie A est un test majeur, alors que la Juventus était aussi sur le coup, et devrait révéler si le gosse est plus qu’un beau produit Football Manager. En attendant, Zlatko Dalić a décidé de le laisser à la maison.




  • S’ils étaient un tube de l’été...

  • Femme libérée, de Cookie Dingler, parce que c’est pas si facile.

    Vidéo


  • Pourquoi elle va... encore n’être qu’une histoire d’un soir

  • 26 juin, à Rostov : après un succès à l’arrache face au Nigeria (2-1) et une victoire au style face à l’Argentine (3-1), la Croatie glisse face à l’Islande (1-1). Cette fois encore, tout semblait pourtant aller pour le mieux : la paire Modrić-Rakitić faisait tomber les mâchoires, Dejan Lovren gardait son slip et Milan Badelj s’imposait déjà comme la grosse confirmation de ce Mondial. Et puis ? Dans les dernières minutes face aux Islandais, un fumi explose sur le bord de la pelouse, Zdravko Mamić saute à la gorge de Luka Modrić et tout le pays reprend ses vieux problèmes dans le pif. L’aventure s’arrête lors d’un huitième de finale rapidement plié face au Pérou (0-3). Un refrain qui se répète.


  • Le programme

  • Croatie - Nigeria
    Samedi 16 juin, 21h, à Kaliningrad
    Argentine - Croatie
    Jeudi 21 juin, 20h, à Nijni Novgorod
    Islande - Croatie
    Mardi 26 juin, 20h, à Rostov



    Par Maxime Brigand
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
    Modifié




    Dans cet article


    il y a 1 heure DERNIER JOUR : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
    Hier à 16:26 Une amende de 2250 euros pour Lampard 10
    Partenaires
    Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    À lire ensuite
    La fiche de l'Islande