Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2018
  2. // Groupe G

La fiche de la Colombie

Une ligne d’attaque qui fait baver, quelques jeunes pousses prometteuses derrière, un maillot jaune flashy toujours aussi classe et un coach expérimenté pour ficeler le tout : la Colombie ne manque pas de matos pour faire (encore) tourner les têtes lors du Mondial russe.

Modififié

  • La liste des 23

  • Gardiens : José Fernando Cuadrado (Once Caldas), David Ospina (Arsenal/ANG), Camilo Vargas (Deportivo Cali)
    Défenseurs : Yerry Mina (Barcelone/ESP), Santiago Arias (PSV/HOL), Davinson Sánchez (Tottenham/ANG), Farid Diaz (Olimpia/PRG), Johan Mojica (Gérone/ESP), Oscar Murillo (Pachuca/MEX), Cristián Zapata (AC Milan/ITA)
    Milieux de terrain : James Rodríguez (Bayern/ALL), Juan Fernando Quintero (River/ARG), Abel Aguilar (Cali), Wilmar Barrios (Boca/ARG), Juan Cuadrado (Juventus/ITA), Jefferson Lerma (Levante/ESP), Carlos Sánchez (Espanyol/ESP) Mateus Uribe (America/MEX)
    Attaquants : Falcao (Monaco/FRA), Carlos Bacca (Villarreal/ESP), Luis Muriel (Séville/ESP), Miguel Borja (Palmeiras/BRE), José Izquierdo (Brighton/ANG)


  • Le onze type

  • Ospina – Diaz, Sánchez, Mina, Arias – Aguilar, Carlos Sánchez-Muriel, James Rodríguez, Cuadrado – Falcao


  • L'analyse tactique

  • La fiche du Sénégal

    Marié, bien coiffé, costard cintré et accessoirement sélectionneur de la Colombie depuis 2012, José Pékerman est un bonhomme stable. Pas de folie avec lui : les Cafeteros devraient évoluer dans un 4-2-3-1 modulable en 4-4-2. Une formation qui leur avait permis d'atteindre les quarts de finale du Mondial 2014. Bien rodée tactiquement, la Colombie aligne aussi un onze type plutôt stable depuis plusieurs années, ce qui lui permet de dérouler un jeu collectif flatteur pour les mirettes quand ses individualités parviennent à combiner. L'efficacité, néanmoins, n'est pas toujours au rendez-vous : la Tricolor n'a fini que sixième meilleure attaque des qualifications de la zone Amérique du Sud, avec seulement 21 pions inscrits en 18 matchs. Qu'importe, les arguments offensifs de la Selección risquent quand même de faire leur petit effet : avec James Rodríguez en meneur de jeu ou Cuadrado sur l'aile droite, la Colombie risque de casser un bon paquet de reins en Russie. Sans oublier El Tigre Radamel Falcao, qui, après avoir loupé la Coupe du monde 2014, va vouloir croquer à pleines dents dans le Mondial russe.




  • La stat à la con : 18

  • Comme le nombre de jours fériés annuels en Colombie. L'Inde est le seul pays au monde qui compte autant de journées chômées. Bonne nouvelle pour les Colombiens : si les Cafeteros réalisent un bon Mondial, ils pourraient bien gratter quelques congés supplémentaires. Il y a quatre ans, alors que la Tricolor s'apprêtait à défier le Brésil en quarts de finale de la Coupe du monde 2014, le président Juan Manuel Santos avait décrété un demi-jour férié pour « tous les fonctionnaires du gouvernement » afin qu'ils puissent regarder le match. Avoir le sens des priorités, c'est important.


  • Ce que Poutine dirait à cette équipe

  • « Soyons sérieux : votre gouvernement a dû se résoudre à faire la paix avec les FARC... Et maintenant, nous devrions avoir peur de votre équipe nationale ? Laissez-moi vous dire une chose : la Russie, elle, ne négocie pas avec les terroristes, elle les détruit. »


  • Il aurait pu être russe, mais il est né à Santa Marta

  • Derrière ses cheveux gominés et son sourire de latin lover, Radamel Falcao reste quand même l'une des plus jolies danseuses russes du marché. Le Monaco de Dmitry Rybolovlev avait fait péter son compte en banque pour le recruter en 2013, moyennant soixante millions d'euros. Un joli joujou qu'un autre milliardaire russe, Roman Abramovich, s'était lui aussi payé via un prêt d'une demi-saison à Chelsea lors de l'exercice 2015-2016. Bilan du caprice : 228 minutes de jeu en six mois pour le Colombien, rémunéré 170 000 euros par semaine. Pas grave : le président de l'ASM, Vadim Vasilyev, misera à nouveau sur El Tigre en Principauté, y croyant dur comme fer après son retour d’Angleterre : « C'est un grand buteur et nous allons relancer sa carrière. » Comme quoi, un homme de l'Est en cache toujours un autre. Sacrées poupées russes.


  • Le joueur frisson : Davinson Sánchez

  • Si la majorité des gros noms de la sélection évoluent devant, il sera le gros calibre de la défense de la Tricolor. Plus gros transfert de l'histoire de Tottenham, Sánchez a enquillé 29 titularisations en Premier League avec les Londoniens cette saison, réalisant un excellent exercice 2017-2018. À 21 ans, le défenseur est parfois victime de fautes de concentration, mais peut, dans un bon jour, méchamment piétiner les attaquants adverses. Pierre-Emerick Aubameyang peut en témoigner, lui qui avait été martyrisé par le Colombien le 13 septembre dernier alors que les Spurs avaient maté Dortmund 3-1 en C1. Excellent dans les duels, puissant, rapide, le natif de Caloto dégage une énergie communicative lorsqu'il foule les prés. De quoi lui valoir d'être régulièrement surnommé The Beast en perfide Albion. Sauvage.


  • Le joueur qu'on n'a pas du tout envie de voir : Wilmar Barrios

  • Le milieu de Boca Juniors est empêtré dans une affaire qui pue. Deux femmes l'accusent de les avoir séquestrées et agressées physiquement et verbalement dans un appartement de Buenos Aires en janvier dernier, alors que Barrios était en compagnie de son coéquipier Edwin Cardona. Barrios, lui, nie en bloc, mais préférera sans doute faire profil bas en Russie en attendant que la justice démêle le vrai du faux.


  • Le grand absent : Duván Zapata

  • Avec son mètre 86 et ses épaules carrées comme un super héros, il était censé amener de la densité physique à une sélection dont les attaquants de pointe peinent à dépasser le mètre 80. Finalement, José Pékerman a préféré sélectionner uniquement des gabarits légers et agiles pour porter les offensives de la Tricolor. Chienne de vie.



  • S'ils étaient un tube de l’été

  • Outsider, des Ramones. Parce que, comme il y a quatre ans, on se dit qu'ils ont les moyens de créer la surprise. Et puis, soutenir la Colombie, c'est quand même un poil plus punk que de lécher les bottes de Messi ou de se pignoler sur le Brésil. Fuck the system, man.

    Vidéo


  • Pourquoi ils vont... éliminer l'Angleterre aux tirs au but

  • Une simple histoire de bon sens. Comme en 2014, les Cafeteros vont faire de la phase de groupes leur chose en additionnant les jolis pions et les actions Youtube. Première de son groupe avec sept points, la Tri retrouve l'Angleterre, seconde de sa poule derrière la Belgique, en huitièmes de finale. S'ensuit un match tendu à souhait, où Jamie Vardy répond à l'ouverture de score de Juan Cuadrado. Puis vient l'inévitable séance de tirs au but. Un exercice où les Three Lions sentent la lose à des kilomètres. Quand Kane et Sterling butent sur Ospina, Falcao conclut l'affaire en battant Butland sur sa droite. Et fête ça en sifflant un café bien serré dans les vestiaires avec José Pékerman. Une certaine idée du bonheur.


  • Le programme

  • Colombie-Japon
    Mardi 19 juin, 14 heures, au stade de Mordovie
    Pologne-Colombie
    Dimanche 24 juin, 20 heures, à Kazan
    Sénégal-Colombie
    Jeudi 28 juin, 16 heures, à Samara



    Par Adrien Candau
    Groupe H Pts J. G. N. P. Diff.
    1 Sénégal 3 1 1 0 0 1
    1 Japon 3 1 1 0 0 1
    3 Colombie 0 1 0 0 1 -1
    3 Pologne 0 1 0 0 1 -1

    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
    Modifié




    Dans cet article


    Groupe H Pts J. G. N. P. Diff.
    1 Sénégal 3 1 1 0 0 1
    1 Japon 3 1 1 0 0 1
    3 Colombie 0 1 0 0 1 -1
    3 Pologne 0 1 0 0 1 -1

    jeudi 21 juin 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
    Partenaires
    Podcast Football Recall Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
    Podcast Football Recall Épisode 9: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses jeudi 21 juin Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? 1 jeudi 21 juin Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 8 jeudi 21 juin Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? jeudi 21 juin Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 10 jeudi 21 juin Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 9 jeudi 21 juin La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou
    À lire ensuite
    La fiche de la Pologne