Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options

La fiche de l'Iran

Comment survivre avec l'Espagne et le Portugal ? Cet été en Russie, l'équipe d'Iran fait plus qu'une Coupe du monde, elle se fait une saison de Koh Lanta. Avec une préparation chaotique pour se mettre en confiance, histoire de pimenter le challenge.

Modififié

  • La liste des 23

  • Gardiens : Alireza Beiranvand (Persepolis), Rashid Mazaheri (Zob Ahan), Amir Abedzadeh (Maritimo)
    Défenseurs : Majid Hosseini (Esteghlal), Milad Mohammadi (Akhmat Grozny), Mohammad Khanzadeh (Padideh), Morteza Pouraliganji (Alsaad), Pejman Montazeri (Esteghlal), Ramin Rezaeian (Ostende), Roozbeh Cheshmi (Esteghlal)
    Milieux de terrain : Ehsan Haji Safi (Olympiakos), Karim Ansarifard (Olympiakos), Masoud Shojaei (AEK Athènes), Mehdi Torabi (Saipa), Omid Ebrahimi (Esteghlal), Saeid Ezatolahi (Amkar Perm)
    Attaquants : Alireza Jahanbakhsh (AZ Alkmaar), Ashkan Dejaghar (Nottingham Forest), Mehdi Taremi (Al-Gharafa), Reza Ghoochannejhad (Heerenveen), Saman Ghoddos (Ostersunds), Sardar Azmoun (Rubin Kazan), Vahid Amiri (Persepolis)


  • Le onze type

  • Beiranvand – Mohammadi, Montazeri, Pouraliganji, Rezaeian – Haji Safi, Shojaei, Dejagah – Taremi, Azmoun, Jahanbakhsh


  • L’analyse tactique

  • Anciennement adepte du jeu direct en contre, l'Iran de Carlos Queiroz s'est frayé un chemin jusqu'au Mondial russe avec un jeu quelque peu plus offensif et dominateur. Il faut dire que le technicien dispose d'une belle génération offensive, emmenée par Alireza Jahanbakhsh, brillant en Eredivisie avec Alkmaar. Si problèmes et inquiétudes il y a, ils se situent plutôt dans les lignes arrière du 4-3-3 envisagé. Sur les dernières sorties, la Team Melli a surtout souffert de la porosité défensive due à certaines erreurs individuelles, comme celle de son gardien Alireza Beiranvand. De quoi inquiéter alors que le sélectionneur portugais a beaucoup expérimenté pendant la préparation et que de son aveu, il y a une grande uniformité de préparation physique entre les joueurs basés en Europe et ceux qui évoluent au pays.


  • La stat à la con : 40
  • Ou la durée de préparation, en jours, que Carlos Queiroz juge nécessaire pour ses éléments évoluant dans le championnat iranien. Des joueurs jugés hors de forme selon celui qui quittera ses fonctions après le Mondial.


  • Ce que Poutine dirait de cette équipe
  • « Vous tristes plus avoir Renault françaises et donuts américains. Vladimir consoler vous avec belles Lada et bons vatrushkas. »


  • Il aurait pu être russe, mais il est né a Shiraz

  • Masoud Shojaei aurait pu ne pas voir la Russie. La faute à une suspension en équipe nationale, finalement annulée, pour avoir osé jouer un match de Ligue Europa avec le Panionios face au Maccabi Tel Aviv. Or en Iran, jouer contre un représentant d'Israël est un outrage à la Nation selon les autorités. Mais grâce au soutien populaire, Shoajei et son coéquipier Haji Safi ont finalement été réintégrés. Et le milieu de terrain désormais à l'AEK Athènes s'est défendu d'une réplique d'un lyrisme à faire fondre le petit cœur de Vladimir Poutine : « Je suis un enfant de la guerre, et je viens d'une ville du sacrifice et de la résistance » , en référence au conflit irano-irakien des années 1980.


  • Le joueur frisson : Saman Ghoddos

  • Si Ostersunds a été la révélation de la Ligue Europa, elle le doit un peu à Saman Ghoddos. Ou beaucoup, si l'on se place du point de vue iranien. Au pays, le milieu offensif d'origine suédoise est devenu un chouchou des supporters, si bien qu'en dépit de sa faible expérience internationale, beaucoup l'espèrent titulaire. Doué d'une belle technique et adroit devant le but, il pourrait s'imposer en cours de compétition.



  • Le joueur qu’on a pas du tout envie de voir : Alireza Beiranvand

  • Originaire d'une famille nomade, Alireza Beiranvand a une histoire et une gueule atypiques. Il a dû quitter sa famille à l'âge de 12 ans pour tenter sa chance à Téhéran, où il voulait devenir footballeur quand son père pensait qu'il ne s'agissait en rien d'un métier. Après avoir dû dormir dans la rue, le gardien de l'Iran a donc réussi à percer. Mais l'époque n'a pas de cœur, et sa belle histoire personnelle ne compense pas ses récentes bourdes dans les cages de la Team Melli, si bien qu'au pays, il n'est plus aussi indiscutable, bien que Queiroz, jusque-là, lui accorde sa confiance.




  • Le grand absent : Jalal Hosseini

  • Très populaire en Iran, le défenseur central fait partie des choix forts de Carlos Queiroz. La défense du Portugais est bancale depuis plusieurs matchs, alors qu'avec sa centaine de sélections, le joueur de Persepolis pouvait faire office d'alternative expérimentée. Si l'arrière-garde iranienne craque de manière trop criante, la presse perse pourrait rebalancer à la figure de Queiroz son choix de laisser le vétéran (36 ans) à la maison.


  • S’ils étaient un tube de l’été
  • Alors on danse de Stromae, car c'est ce que la Team Melli risque de faire contre l'Espagne. 90 minutes de souffrance face à une équipe qui pourrait se régaler dans une défense qui va multiplier les pas de danse aléatoires pour compenser les trous béants créés par une défense trop faible.

    Vidéo


  • Pourquoi ils vont se faire claquer en poules

  • Le 15 juin, l'Iran ouvre sa compétition contre le Maroc. Un adversaire à sa mesure, et contre lequel les Iraniens ont tout intérêt à gagner. Car la suite du programme s'avère dantesque face à une équipe d'Espagne de retour au sommet et une sélection du Portugal championne d'Europe en titre, et soucieuse de faire honneur à ce titre. La préparation chaotique comme les incertitudes sur l'après-Queiroz n'inspirent pas grand-chose de positif aux supporters de la Team Melli.


  • Le calendrier
  • Vendredi 15 juin : Maroc-Iran
    Mercredi 20 juin : Espagne-Iran
    Lundi 25 juin : Iran-Portugal

    Par Nicolas Jucha
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
    Modifié




    Dans cet article


    Hier à 14:23 Kondogbia : « J'ai toujours voulu jouer pour la Centrafrique » 164
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom
    Hier à 11:48 Bolt s'insurge contre un contrôle antidopage 25
    À lire ensuite
    La fiche du Maroc