1. // Euro 2012
  2. //
  3. // Bilan

Coule Britannia…

L’élimination de l’équipe d’Angleterre aux tirs au but en quarts de finale face à l’Italie, à l’issue d’un Euro qu’elle termine invaincue, paraît encourageante. Pourtant, elle souligne tout aussi impitoyablement les limites d’Albion. Et si, au terme d'un tournoi réussi, l’Angleterre était en fait plus que jamais rentrée définitivement dans le rang ?

Modififié
0 17
Ça s’est fini comme d’habitude : une élimination aux tirs au but, la sixième du genre depuis 1990, une sorte de tradition. Et les larmes qui vont inévitablement avec. Oui, comme d’habitude, l’Angleterre sort d’une phase finale à l’issue d’une séance fatidique sanctionnant un nouveau furieux combat. Comme d’habitude, vraiment ? Pas tout à fait, à vrai dire. Car, pour la première fois depuis 1996, cette désillusion n’a pas le goût âcre du gâchis. En 1998, l’homérique combat face à l’Argentine avait été occulté par le coup de pied de l’âne de Beckham contre Simeone. En 2004 et 2006, des déroutes face au Portugal marquées par les sorties avant l’heure de Rooney (sur blessure la première fois, pour un rouge la seconde). Comme d’hab’, c’est un florilège d’hommages aux vaincus qui a accueilli les joueurs à leur retour au pays, comme on accueille les troupes rentrées du front selon un savoir-faire très anglo-américain.

«  J'ai regardé le match et je pense que l'Angleterre a montré beaucoup de cœur, beaucoup d'esprit de corps et de détermination. Comme on pouvait s'y attendre, a expliqué David Cameron. Je voudrais féliciter l'équipe, le manager et l'ensemble des personnes qui ont travaillé dur pour qu'ils parviennent à un tel résultat. Il y a eu quelques belles performances individuelles et un vrai esprit d'équipe. Mais malheureusement, et comme par le passé, on sentait que ça allait se terminer par des tirs au but, et au bout, que nous allions être éliminés.  » Au fond, ce genre de flonflons est terriblement cruel, car il est l’apanage des losers, un peu comme quand les Verts descendaient les Champs-Élysées en héros après leur défaite en finale de la Coupe des clubs champions 1976. Oui, l’Angleterre est une perdante qui se repaît depuis longtemps de défaites honorables. Mais il y a pire encore.

Wilshere, Cleverley, les espoirs de demain ?

On l’a dit, pour la première fois depuis seize ans, cette élimination ne laisse guère d’amertume et c’est finalement une très mauvaise nouvelle. Car les précédents cauchemars véhiculaient tous en eux leur part d’espoir, de potentiel inexploité, de malchance, de «  What if… ?  » En gros, par le passé, avec des « si » , Albion raflait bien la moitié des titres internationaux en jeu. Et au fond, vu d’outre-Manche, tous les lauréats n’étaient qu’une grosse bande de veinards qui avaient simplement eu un pot de cocu de ne pas croiser les Anglais au complet et pas guignards. Et en 2012 alors ? Pas un regret. Les Three Lions ont été au bout de leur potentiel, ont été largement servis au rayon chance. Alors quoi ? Alors l’Angleterre, sans même s’en rendre compte, est en train de réaliser petit à petit qu’elle est terriblement limitée. Quels sont les joueurs de classe mondiale dans cette équipe ? Rooney (et encore, surtout quand il évolue à Manchester, en fait) et… that’s it ! Pour le reste, les autres stars sont toutes à l’automne de leur carrière, ici Gerrard, là Terry, en passant par Ashley Cole.

Pour les autres gros talents supposés, ils ne sont encore que naissants : on pense à Joe Hart bien évidemment, sans doute Oxlade-Chamberlain. Pour le reste, l’Angleterre ne figure qu’une bande d’honnêtes soldats, toujours prêts à aller au mastic (et c’est déjà considérable vu de la lucarne cocardière de l’équipe de France), mais à qui il manque une profonde cohérence technique et tactique. De la qualité, tout simplement. Fatalement, dans ce genre de constat, on cherche les absents qui pourraient faire pencher la bascule. Cahill ? Très bon en effet, mais la charnière Lescott-Terry a été un point fort. Lampard ? Plus grand-chose dans le moteur et, sans lui, Gerrard est tellement meilleur. Non, en fait, il faut un peu d’imagination et se souvenir qu’avec Wilshere et Cleverley notamment, entourés de purs talents comme AOC, l’entrejeu anglais des prochaines années pourrait enfin avoir une qualité proche de celui de la fin des années 80 (Hoddle et ses derniers feux, Gascoigne, Barnes, Waddle, Rocastle) dans un style un peu différent, moins génial sans doute, mais tout en maîtrise. À condition d’avoir le courage de les imposer et de définir un projet de jeu bâti en fonction de leurs qualités. À condition aussi que les deux rookies susnommés en finissent avec les blessures. Damned : c’est vrai qu’avec l’Angleterre, même pavé de bonnes intentions, le chemin de la rédemption se fait toujours à l’ombre de quelques malédictions.

Dave Appadoo
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

+1 pour le jeu de mot du titre et +1 encore pour un article qui parle de foot.
Donc faut pas être catastrophé par la France, éliminée en 1/4 avec deux défaites, un nul et une victoire, et faut souligner les limites de l'Angleterre, éliminée en 1/4 avec deux victoires et deux matches nuls ?
Denoueix-touch Niveau : DHR
@supra

C'est pas ce que dit l'article, il dit que l'Angleterre n'a jamais vraiment fait sa révolution tactique depuis 1966 (qui en plus fut une coupe très controversée) et technique et que pour une fois il semblerait que le pays tout entier s'en rend compte, en clair ils sont sur le bon chemin, voir la réalité en face c'est déjà en grand pas.

Le foot anglais international est malade et cette fois il n y plus beaucoup d'anglais pour dire le contraire.

La France avait fait sa révolution et PAM! 98 et 2000, l'Espagne de même, l'Italie se révolutionne tout les générations (traditions du football tactique), l'Allemagne est en plein renouveau.

La France et l'Angleterre doivent revoir leur football.
Hart, Wilshere, Cleverley, Welbeck, Phil Jones, Oxlade-Chamberlain.... y'a quand même des p'tits jeunes qui sortent en Angleterre.
Certes c'est pas le vivier de l'Allemagne mais c'est pas trop mal.
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Note : 1
les anglais sont quand même très mal en point. Leurs cadres ont tous passé la trentaine allègrement, il y a une absence totale de jeu collectif(combien de passes réussies face aux italiens? une trentaine à tout casser...). la jeunesse ne paraît pas flamboyante non plus. Chamberlain ressemble à un Walcott bis, ce qui n'est pas un compliment. Wilshere est peut-être très bon, mais pour l'instant il n'a encore rien prouvé et il a passé plus de temps à l'hôpital que sur des terrains de foot. Welbeck est loin d'être un superman, quand je pense qu'on passe notre temps à fustiger Balotelli et à encenser Welbeck... Pourtant les deux ont le même âge et y en a un qui a déjà tout gagné...

le milieu de terrain de l'après Euro manque de qualités, Barry, Parker, c'est bien gentil, mais on est loin des Gerrard, Pirlo, Sweinsteiger et autre sommité de l'entre-jeu...

Comme le dit l'article j'ai bien l'impression que les anglais rentrent dans le rang petit à petit. Avant ils avaient au moins l'effectif pour faire quelque chose, maintenant ce n'est plus le cas...
Pas de cohérence tactique, les Anglais? C'est un gag?
Quand tu as des joueurs étrangers plein ton championnat, soit ça tire tes jeunes soit ça les étouffe.
@Denoueix tu as raison, et en France c'est le formatage par la formation qu'il faut revoir. En commençant par ne pas vouloir obligatoirement remplacer les grands costauds par les petits techniques parce que c'est hype. Et des grands techniques ? Des petits costauds ? Des lents avec de la vista ? Des qui savent centrer ? Etc...
Lampard plus grand chose dans le moteur ? C'est vrai que cette saison il a été degueu, surtout en Ligue des Champions. C'est d'ailleurs aussi pour ça qu'il a terminé meilleur buteur de Chelsea cette saison. On voit les connaisseurs sur Sofoot ,..
Pub Crawl United Niveau : District
Hodgson a le séant entre deux canapés maintenant. Si son équipe s'était lamentablement plantée en poules, il aurait pu se servir de ça pour amener le changement de génération et lancer les Cleverley, Jones Rodwell, Henderson, Sturridge et cie (qui entre parenthèse feraient bien de trouver du temps de jeu). Maintenant que leur Euro ne s'est pas si mal passé que prévu, il va repartir au front avec ses cadres (Terry a quand même été énorme pendant 4 matchs, Gerrard pendant les poules aussi).
Il n'a quand même eu que 2 matchs de préparation pour installer son 4-4-2 qui allait se baser sur la défensive. A lui, maintenant que la base du système est en place, de faire développer du jeu à son équipe et de la dynamiser.
Avec Hart, Welbeck, AOC, Wilshere, Jones, Walcott, Smalling qui montent, un Rooney qui aura 28 ans dans deux ans, et d'autres encore... ca parait être une bonne base pour apréhender la cdm 2014.
"Le football est un jeu qui se joue à 22 joueurs pendant 120 minutes et à la fin, ce sont les anglais qui perdent" :

http://www.vistadium.com/2012/06/26/ang … rs-au-but/
Petit remake de 94 et 2008 pour la prochaine cdm?
Kevin Quigagne 2 Niveau : DHR
C'est vrai que les médias anglais, dans un premier temps, ont été bienveillants avec Hodgson et ses troupes après l'élimination (« C'est une équipe inédite »... « On avait trop de blessés »... « Les Italiens étaient trop forts »... « Hodgson vient d'arriver » etc.).

Mais depuis deux jours, le ton a changé dans les médias, les analyses sans concession s'accumulent (outre les polémiques que ces mêmes médias aiment tant créer et entretenir).

C'est pas haro sur Hodgson et ses protégés mais ça critique un peu quand même (lune de miel donc terminée pour Hodgson). Je parcourais The Independent, le Guardian et le Daily Telegraph aujourd'hui et les reproches principaux sont :

- le manque de « football » de nos joueurs. Par exemple, l'enchaînement le plus utilisé en 1/4 de finale a été Hart sur... Carroll (15 passes réussies). Faut vraiment faire un effort dans la formation et en finir une bonne fois pour toute avec le kick and rush.

(on compte beaucoup ici en Angleterre sur le St George's Park - National Football Centre - pour faire évoluer certaines choses, mais c'est du long terme)

- le 4-4-2 n'a pas marché et faudrait peut-être évoluer un peu à ce niveau-là. Il aurait fallu un milieu de terrain plus fluide (qu'un 4-2-3-1 à la Man City aurait permis de voir, maybe). Hodgson aurait peut-être dû s'en apercevoir

- nos joueurs sont pas aussi formidables que ça... Ils sont anormalement fatigués par rapport aux autres (because pas de trève PL). On manque de densité pour remplacer les absents

- arrêtons de dire qu'on est pas « malchanceux » aux pénos. A 7 séances de t.a.b ratées sur 8, y'a un sérieux problème. Les séances de t.a.b, ça se prépare et c'est aussi une question de sang-froid, technique, etc.

(bon et quelques trucs personnels contre Rooney et ses problèmes chroniques d'indiscipline - du style « il a le potentiel pour briller dans ce genre de tournoi mais est encore trop stupide. Pourquoi savater Dzudovic en octobre dernier contre le Monténégro, se prendre un rouge et une suspension ?)

Ces journaux soulignent aussi quelques motifs d'espoir (bonne organisation défensive et quelques jeunes très prometeurs - Wilshere, Walker, etc.).

Mais certaines stats laissent songeur. Ronaldo a par exemple eu plus de tentatives sur le but adverse que toute l'équipe d'Angleterre réunie ! (31 contre 29 je crois). Et à 39 % de possession de moyenne sur le tournoi pour les Anglais, c'est le pire % depuis l'Euro 1980.
"Alors l’Angleterre, sans même s’en rendre compte, est en train de réaliser petit à petit qu’elle est terriblement limitée."

Et on peut appliquer le même propos à la France post-première retraite de Zidane.
L'Angleterre a toujours eu des joueurs de qualité, sans jamais réussir à en faire une équipe fiable. Paradoxalement, cet Euro est une surprise pour eux et peut être le début d'un vrai cycle.
OuinOuinOuin Niveau : Ligue 1
Je pense que leur problème se trouve surtout au milieu. Derrière on a pu voir que c'était solide, devant y'a quand même des joueurs pas dégueu, par contre au milieu, dans le coeur du jeu, ça manque d'explosivité, de créativité, d'allant offensif. Gerrard, Parker, Milner, Young ça reste quand même assez limité pour construire le jeu et lancer des offensives. Oui y'a Gerrard mais à son âge il ne peut plus tout faire tout seul.
toof11 +1


De plus, on sent que la ligne éditoriale de Sofoot deviens plus claire. On minimise la défaite francaise (contre courant cool) et on enfonce les autres.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Salut, Sylvain Wiltord !
0 17