1. // France – CFA2 Groupe B – 21e journée
  2. // Sedan/Poissy

Coucou Sedan, comment ça va ?

Relégué de Ligue 2 en CFA2 l’été dernier pour cause de liquidation judiciaire, le CSSA tente de relever la tête et continue vaille que vaille à défendre avec fierté le football ardennais. Autour d'une nouvelle présidence, un staff issu du tissu local, un groupe de jeunes joueurs et de revanchards a été monté à la hâte. La montée en CFA à la fin de saison n'est pas loin. Le Sanglier des Ardennes n’est pas mort !

Modififié
490 7
On avait quitté le CS Sedan Ardennes dans une méchante panade. C’était il y a près d’un an, au printemps 2013, avec une première relégation sportive en National. L’issue inévitable d’une dernière saison de Ligue 2 toute pourrie, terminée à la 19e place avec 6 victoires seulement au compteur, récoltées par un effectif amoindri, déprimé et à bout de souffle. Un an auparavant, le CSSA avait terminé l’exercice à la 4e place, manquant de peu le retour en élite tant espéré. Comme Le Mans en son temps, comme Metz en son temps, ce raté dans le money time – qui n’était pas le premier en plus – a été dur à encaisser, d’autant que le club avait déjà été mis en vente depuis pas mal de temps par le président Pascal Urano, en place depuis 1994. La petite annonce n’a pas séduit, et pour cause, l’affaire n’en était pas vraiment une. La chose devait paraître ainsi aux repreneurs potentiels : vend club en fin de cycle et endetté d’environ 6 millions, effectif à revoir, objectifs et avenir incertains. Qui plus est dans une région pas en grosse forme comme les Ardennes, les acheteurs ne se sont pas bousculés et les dettes ont continué à croître, sans qu’Urano ne remette la main au larfeuil. Résultat des courses : la relégation sportive en National actée, la liquidation judiciaire a été prononcée, la DNCG a sorti le carton rouge et il a fallu repartir au niveau amateur.

10 jours pour former une équipe

Mi-août dernier, c’est confirmé : l’équipe première de Sedan est versée dans le groupe B de CFA2, avec les réserves de Valenciennes, de Reims et des clubs du calibre de Wasquehal, Épernay, Évry ou Poissy. Pour une formation qui évoluait en Ligue 1 jusqu’en 2007, ça pique un peu… Mais déjà, à l’époque, Gaël, le président du groupe de supporters des Young Boys, sentait que l’affaire pouvait enfin se remettre à tourner rond. « Le club a finalement été repris par les frères Marc et Gilles Dubois, qui sont du coin (expatriés dans le Sud de la France, ils ont fait fortune dans le business des maisons de retraite et des spas, NDLR). Gilles a d’ailleurs joué au CSSA dans les années 70-80. Puis est arrivé au poste de directeur sportif Jean-Claude Médot, lui aussi un ancien de la maison. Idem avec l’entraîneur Farid Fouzari. Tout ça donne l’impression de repartir sur des bases saines. » S’agissant de l’effectif, une fois la rétrogradation en CFA2 officialisée, il a fallu construire à la hâte – 10 jours max – un groupe compétitif, avec les quelques jeunes du club restés sur le carreau et des revanchards qui n’avaient pas encore trouvé de club à ce moment tardif du mercato. C’est à ce moment qu’est notamment arrivé le défenseur Clevid Dikamona, formé au Havre et qui évoluait à Fréjus la saison précédente. « Quand on m’a proposé Sedan, je n’ai pas hésité longtemps, même si je n’avais jamais évolué si bas, explique-t-il. Moi comme les autres recrues, on a bien conscience du challenge qui nous a été proposé. Imaginez, on forme ce groupe amené à faire repartir ce club historique et si important dans le département. Si on y arrive, les gens sauront s’en souvenir. C’est excitant comme aventure. »

Déplacements de supporters payés par les joueurs

Galvanisée par ce projet, l’équipe a pris ses marques en un temps record et s’est vite mise à enchaîner les victoires et à prendre la tête de son championnat. « On pouvait avoir la crainte d’arriver dans un club miné par les soucis précédents, mais c’est tout le contraire qui s’est produit. Dirigeants, joueurs et supporters, tout le monde a décidé de repartir sur une nouvelle dynamique et de regarder de l’avant. Le passé, il est comme il est, on ne peut plus rien y faire dorénavant » , dit encore Dikamona. Le genre de discours qui, forcément, ravit les fans. Les plus irréductibles d’entre eux ont décidé de voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. Gaël : « Ok on ne voit pas de grosses affiches, ok les stades où on se déplace sont… champêtres. Mais d’un autre côté, on retrouve dans ce milieu amateur des valeurs qu’on avait oubliées et qui nous avaient manqué. Les joueurs qui viennent taper dans nos mains à l’issue du match, qui chantent avec nous, la bière en vente en tribune ! Les dirigeants avaient annoncé la couleur à leur arrivée en disant : rien ne se fera sans vous, les supporters. On retrouve de l’humain, de l’affectif dans la gestion du club et ça fait un bien fou. » Illustration de cet état d’esprit, par deux fois cette saison les joueurs et le staff ont pris en charge le déplacement des supporters pour des rencontres à l’extérieur. « Ce genre de geste, ça nous touche beaucoup, poursuit le président des Young Boys. Grâce à ça, on s’était déplacé à près de 400 supporters. » À domicile aussi, l’engouement populaire est spectaculaire pour le cinquième échelon national du football français, avec une moyenne de 2 000 à 2 500 spectateurs par match dans le grand et beau stade Louis-Dugauguez, qui peut en accueillir dix fois plus.

Mionnet : « On attend beaucoup de cette équipe »

En tribune se retrouvent souvent d’anciennes gloires des Vert et Rouge, dont Cédric Mionnet, aujourd’hui responsable des sports au conseil général des Ardennes. Lui aussi préfère positiver. « La mentalité du groupe me paraît bonne. On sent que l’entraîneur Farid Fouzari a su inculquer les valeurs du club à ses joueurs. Maintenant, la saison est encore longue et il faut retrouver une série de victoires pour assurer la montée. » Après l’euphorie des débuts – 6 victoires pour commencer et aucune défaite avant le 11 janvier –, la bande à Clevid Dikamona est un peu plus dans le dur en cette deuxième moitié de saison. Mionnet évoque une explication : « C’est la pression, on attend beaucoup de cette équipe, trop peut-être. C’est dur à assumer, surtout pour les plus jeunes. » L’ancien stoppeur du Havre avance une autre raison à ces petits coups de moins bien : « Tu sens que chacun de nos adversaires joue le match de la saison contre nous. C’est comme un match de Coupe de France, ils sont remontés à bloc et certains n’hésitent pas à jouer à 11 derrière pour accrocher un résultat ! Mais bon, on est encore dans les temps de passage, ça va. » Actuel 2e, Sedan compte 4 points de retard sur le solide leader Croix. Pour assurer la montée, il faut décrocher cette première place, sachant aussi que quatre tickets pour la CFA sont alloués aux quatre meilleurs deuxièmes, tous groupes de CFA2 confondus. Gaël se veut aussi confiant et serein que possible. « Cette équipe a déjà réussi sa première mission, dans le sens où elle prouve que Sedan n’est pas mort. Il y a un esprit de reconquête et des valeurs qui nous parlent. Enfin, on repart de l’avant. On redémarre de bas, certes, mais ça avance ! » En s’inspirant d’autres clubs qui ont connu pareilles mésaventures et sont en phase de reconquête, comme Strasbourg ou Grenoble.

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Le CS Sedan Ardennes...

Vous vous souvenez quand Nicolas Sachy intervenait dans Telefoot?

http://www.wat.tv/video/insolites-nicol … iqed_.html
Le club ou j'ai fais mes gammes jusqu'à mes 20 ans... puis j'ai finit comme le club au oubliettes lol nostalgique
Régis je t'adore mais on ne dit pas plutôt LE CFA?
2yemklubapanam Niveau : Ballon d'or
Istanbul puis sedan, y a pas a dire delanoe aime l'exotisme!
ce club a toujours eu un public hors norme, deja dans les années 80 ou 90, en d3, ils battaient tous les records d'affluence. peut être l'absence de grand club dans le coin(reims aux oubliettes, troyes sans ferveur et metz ou VA trop loin), mais aussi une tradition de football et de coeur.
bravo aux gens qui le relancent et à ceux qui les laissent travailler.
M'en fou à FM, je les ai fait remonté en L1 !

Merci pour l'article :)
Super article merci allez Sedan vive les Ardennes ;-)
Ça c'est du Sofoot comme on l'aime
Je me rappelle de ce "derby" de L1 entre Troyes et Sedan où j'avais été ado avec des potes, une ambiance de folie pour des équipes qui se prenaient pas la tête, et un buffet avec les 2 équipes après match où tout le monde se tapait dans le dos, vraiment un de mes meilleurs souvenirs en stade.
Allez les gars, c'est un beau challenge!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
490 7