Correa et la vidéo

Modififié
0 0
L'éternel débat sur l'utilisation de la vidéo dans le football a connu un nouvel épisode, samedi, à Bordeaux. S'estimant « niqué » sur le but victorieux girondin, Pablo Correa a encore fait part de son mécontentement.

« J'y suis favorable depuis un bon moment, mais je suis un peu le seul à Nancy, parce que Monsieur Platini, qui a forcément des liens avec Nancy, le souhaite différemment » , a d'abord expliqué le technicien.



« Je trouve que l'on ne fait rien pour aider les arbitres, a-t-il ensuite indiqué, avant de développer. Quand la France s'est qualifiée pour la Coupe du Monde en Afrique du Sud (face à l'Irlande, ndlr), tout le stade savait qu'il y avait main (de Thierry Henry) ; les seuls qui ne le savaient pas, c'étaient les quatre arbitres ! Aujourd'hui, avec la technologie que l'on a, des images sur un portable et un simple coup de fil passé suffisent pour se rendre compte de suite. Si l'on veut vraiment protéger l'arbitrage, il faudra y penser » .



Un truc qui, malgré le politiquement correct, le rend fou. « On ne va pas mettre la loi Correa (sic), c'est sûr, mais on n'aide pas ! On dirait que l'on veut vraiment tout faire pour que l'arbitre soit toujours au centre d'une polémique quand il ne devrait pas y être, » a-t-il conclu. Quant à la réserve technique posée : « Il n'y a aucune chance de la voir aboutir, car ça s'applique à une erreur technique ; et ça, c'est une erreur d'appréciation. Je pense que c'est la même chance que de toucher l'Euro Millions vendredi prochain ! »



Putain de destin.



LB
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Liverpool sur M'Vila
0 0