1. //
  2. //
  3. // PSG-Bastia

Corinne Mattei : « Je voulais mettre l’humain au cœur de mon film »

Le 5 mai 1992, Corinne Mattei était seule dans son salon parisien, rue d’Alésia, pour assister à la demi-finale de Coupe de France opposant Bastia et Marseille. Son frère, Christian, 27 ans, était lui à Furiani. Il n’en est jamais revenu. Devenue comédienne et metteur en scène, elle vient de terminer la rédaction du scénario de ce qui sera le premier film sur la catastrophe. À deux heures d’aller se recueillir avec les autres familles de victimes à la stèle commémorative du stade Armand Cesari, elle explique son projet et raconte son 5 mai à elle, 25 ans plus tard.

Modififié
Où en est le projet du film ?
Le scénario est écrit. On sait vers quoi on veut aller. Nous sommes deux à la réalisation et à l’écriture : Marie Murcia et moi. Je suis tellement impliquée dans l’histoire que j’avais besoin de quelqu’un qui soit un peu plus neutre que moi. Je commence à chercher une production. Ce sera un moyen métrage, 40-45 minutes. Ça peut aller au-delà mais, financièrement, ce serait compliqué. Même s’il y a une attente d’un long métrage. Donc on verra. S’il y a possibilité de faire un long, on l’envisagera.

Vous avez toujours voulu faire ce film ou c’est venu soudainement ?
C’est vraiment venu d’un coup. Ça m’était trop personnel pour pouvoir penser en faire un film. Ça m’est venu en faisant la rencontre d’un jeune journaliste. Il venait de Marseille pour recueillir des témoignages en vue de faire un livre sur les vingt ans de la catastrophe. En 2012. Quand j’ai fait sa rencontre, j’ai trouvé ça surréaliste. Mes parents avaient refusé de témoigner. Ils ne s’en sentaient pas capables. J’ai dit que c’était hors de question qu’on ne témoigne pas. Pour moi, c’est très important. Du coup, je l’ai contacté. On s’est vu un jour où il ne faisait pas beau. C’était dans un bar sur le vieux port de Bastia. Être dedans, avec ce temps pluvieux, les bateaux en fond comme décors, j’ai trouvé que c’était une situation incroyable. Ce jeune journaliste de 25 ans, qui n’avait pas connu la catastrophe, n’était pas impliqué et recevait une telle charge émotionnelle, des choses tellement personnelles... Même en famille, on n’en parle pas. J’ai trouvé ça touchant et je me suis dit que ça pourrait faire un film. Donc c’est le départ du film : ce jeune journaliste qui rencontre les familles de victimes et qui, dans un flash-back, va remonter le fil et nous faire revivre la journée du 5 mai. Avant la catastrophe.


C’est du fait de cette pudeur très corse qu’il n’y a encore jamais eu de film sur le 5 mai ? On n’osait pas encore ?
C’est un mélange. Il y a cette pudeur, puis c’est tellement délicat : sous quel angle le traiter ? Il y a eu beaucoup de reportages. Vu mon métier, je me suis dit qu’il fallait que je prenne la parole. Que j’étais bien placée, à tous les niveaux. Il fallait que j’expulse ces 25 ans, qu’on doit subir tous les 5 mai avec nos cérémonies. J’avais besoin de l’exprimer autrement. Aujourd’hui, certaines personnes, comme moi, osent enfin en parler. Je pense que tout n’a pas été dit.

« On ne tire pas de réels portraits des victimes. C’est trop compliqué. Il aurait fallu l’accord des familles. Et j’ai peur que ce soit aussi trop brutal pour les gens. On s’inspire évidemment de certains témoignages, mais on a pris l’angle des personnages fictionnels. »

Ces cérémonies, vous les vivez comment ?
Elles sont nécessaires, parce qu’on se recueille tous ensemble et que les gens extérieurs à la catastrophe nous font du bien. Et en même temps, on aimerait bien pouvoir y échapper. L’an dernier, je suis parti de l’église avec ma bougie et ma rose blanche. Je me suis dit : « Mais c’est pas possible. Il ne me reste que ça de mon frère ? » Je me suis dit qu’il fallait que je les fasse revivre d’une autre façon. Toutes ces personnes qui sont parties.

En revanche, les noms seront tous modifiés. Pourquoi ?
On ne tire pas de réels portraits des victimes. C’est trop compliqué. Il aurait fallu l’accord des familles. Et j’ai peur que ce soit aussi trop brutal pour les gens. On s’inspire évidemment de certains témoignages, mais on a pris l’angle des personnages fictionnels.


Pouvez-vous me raconter votre 5 mai 1992 ?
J’étais à Paris. J’étudiais encore à mon école de théâtre, le studio 34. Avant le match, j’ai eu ma mère au téléphone. Mon frère passait dans la rue avec un drapeau. Les voitures étaient décorées. Ses amis et lui, tout peinturlurés. À ce moment-là, tout était bien. Je déteste le foot, depuis toujours. (Elle rit) J’ai encore une raison de plus de le détester aujourd’hui. Mais ce soir-là, exceptionnellement, j’étais devant ma télé pour regarder le match. Parce que je savais que mon frère y allait et que c’était important pour la Corse. C’était ma façon de soutenir mon île. J’ai donc vécu ça en direct. Mais à aucun moment, je n’ai pensé que mon frère était concerné. Je le savais là, donc je pensais qu’il pouvait être blessé. Mais je n’ai jamais pensé au pire. Jamais. Toute la soirée, du moment de l’effondrement de la tribune en direct, j’ai essayé de joindre mes parents. À l’époque, on n’avait pas les portables. Toutes les lignes étaient saturées. J’ai essayé toute la nuit. Je ne pouvais pas joindre la Corse. Je ne peux même pas décrire cette soirée. C’était un cauchemar. Parce qu’on voit sans arrêt les images à la télé en étant coupé de tout.

Quand avez-vous réussi à les joindre ?
Le lendemain. Je ne sais plus exactement quand. Le matin. Je n’arrivais pas à les joindre parce qu’ils ne voulaient pas me parler. Ils ne savaient pas quoi me dire. J’avais les voisins. Ils me disaient que mes parents n’étaient pas là parce qu’ils étaient à l’hôpital près de mon frère, qui était dans le coma. Dans des moments pareils, on gobe n’importe quoi. Je ne me suis même pas dit que c’était étrange que les voisins soient chez moi et mes parents à l’hôpital. On ne réalise rien. Ils m’ont dit de rentrer en urgence, que c’était très grave. Mais ils ne m’ont pas dit que mon frère était décédé. Il y en a qui sont décédés quelques jours après. Mon frère, lui, a fait partie des premières victimes. Le soir même. Je l’ai su seulement quand je suis arrivée à l’aéroport, à Poretta, et que mon père est venu me chercher.

« C’est un film qui se veut rythmé et très joyeux. Comme l’était la journée. Toute la journée c’était ça : se préparer à faire cette fête. »

Que retrouve-t-on de votre expérience personnelle dans le film ?
Ce n’est absolument pas un film dramatique. Je veux un film qui retranscrit la vie de tous les jours. Ce jour-là, c’était la joie qui prévalait, pas du tout la tristesse. Parce qu’on ne savait pas ce qui allait se passer. Je me suis donc inspirée de moments de vie dans les bars. Mon père avait un bar à Toga à l’époque. Je connaissais bien ces ambiances-là. À l’époque, on installait les postes de télévision dans les bars et tout le monde y attendait le match. J’ai retranscris ces scènes-là, qui prêtent souvent à sourire, à rire. Elles sont importantes dans le film : pour montrer la joie et la légèreté jusqu’à l’arrivée du drame.


Ça rappelle un peu Bloody Sunday de Paul Greengrass, qui montrait l’effervescence à Derry avant la fusillade.
C’est ça. C’est un film qui se veut rythmé et très joyeux. Comme l’était la journée. Mon frère ne faisait que dire : «  On va faire la fête. » Toute la journée c’était ça : se préparer à faire cette fête.

On a parfois l’impression que certains médias ou instances françaises se sentent un peu détachés de la catastrophe. Parce que c’est arrivé en Corse. On connaît la puissance du cinéma. L’idée, c’est aussi de faire prendre conscience à tout le monde du drame ?
Oui, parce que ça s’est passé en Corse et pas sur le continent. C’est pour ça qu’on a voulu faire reconnaître ce drame comme national et pas comme un drame insulaire. Ça a touché des journalistes marseillais, pas que des Corses. Donc c’est aussi le but. Montrer que ça ne s’arrête pas à la catastrophe. On a assez montré tout ce qu’il y a eu après : le constructeur, les spéculations. Moi, je traite de l’humain. Je voulais montrer l’humain, le mettre au cœur du film, toutes ces personnes différentes qui vont vivre la même chose. Mon frère n’était pas du tout un fanatique. Il n’allait pas au stade régulièrement. Il y est allé parce que c’était un événement particulier. Ce n’était pas forcément des gens qui ne vivaient que par le foot. Ça pouvait être des gens qui n’y étaient jamais allé de leur vie. C’était vraiment la fête. On était tellement fiers du club, que tout le monde y allait. Si j’avais été là, j’y aurais été. J’espère que c’est un film qui fera parler.



Propos recueillis par Thomas Andrei
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Note : 1
Quite à en choquer certain, j'ai jamais compris pourquoi ce drame devrait obligatoirement être considéré comme un "drame corse" et non français. Si la meme chose était arrivée en bretagne, est ce que les bretons revendiqueraient d'être meurtris dans leur chaire et que limite le reste du territoire est indifférent a cette douleur? Cette rage aussi de ne pas vouloir qu'il y ait du foot en france un 5 mai, et y voir a chaque fois un mépris si tel est le cas m'échappe aussi. Faudrait il aussi suspendre tout concert en france les 13 novembre de chaque année du coup pour marquer le respect aux âmes des innocents tués? Et puis dans ce drame, je trouve qu'on ne mentionne pas assez voir jamais les coupables et responsables qui par l'appât du gain ou voulu ajouter des tribunes de fortunes avec les conséquences qu'on connait. Bizarrement le foot français semble plus porter la responsabilité que les coupables eux meme d'un point de vu corse.

Apres je me rebondissais pas forcement sur l'article et on peut tous compatir à la douleur de cette dame. Je déplore plus le fait que cette catastrophe à pris une immense dimension communautaire et victimaire, limite corse contre continentaux.
GhjuvanFilippu Niveau : CFA2
Ben justement, le collectif du 5 mai ne veut pas de match ce jour la CAR JUSTEMENT CE N'EST PAS CONSIDERE comme un drame juste corse mais c'est le drame du football français dans son ensemble.
Ou peut être parce qu'une bonne partie du "collectif" considère que le reste de la France n'empathie pas assez à ce drame, ce qui m'aurait échapper mais pour lequel je n'ai pas de certitudes. Et puis justement jouer à cette date avec un moment de silence et des applaudissements auraient une plus belle dimension
ElNinoFerrer Niveau : CFA2
Je pense que quand tu ne te sens pas soutenu, tu t'opposes à ceux qui ne te soutiennent pas. C'est un cercle vicieux.
3 réponses à ce commentaire.
sequane77 Niveau : CFA2
D' autant que ces responsables directs, ils sont corses pour le coup, et sans doute des notables de Bastia, même.
Mais je suis bien d'accord, tout ça est vicieux sur les bords car comment savoir si c'est le "particularisme" de l' ile qui rend possible le montage d' une tribune à l' arrache dans le cadre d' un tel évènement ou au contraire un certain laxisme de l' administration Française vis à vis de citoyens de seconde zone, ici, les Corses spectateurs de cette tribune ?
Hier à 09:24 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1
Hier à 13:48 Nantes, la mascotte et le plagiat 25
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 11:48 Brian Fernández arrive à Metz 4
jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 13 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport)