Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Corchia peut-il remporter la primaire à droite ?

Nouvelle tête de l'équipe de France, Sébastien Corchia était dans l'anti-chambre depuis plusieurs saisons. Avec le manque de forme de Bacary Sagna et Christophe Jallet, la situation difficile de Mathieu Debuchy, il est désormais seul avec Djibril Sidibé pour tenter de s'imposer en Bleus. En a-t-il les moyens ?

Modififié
« Il n'y a pas beaucoup de monde à droite, Bacary Sagna a déjà trente-trois ans, Christophe Jallet aussi n'est plus tout jeune, donc cela ne me surprend pas de voir Sébastien Corchia dans les 23. C'est une sélection logique. » Ancien taulier au poste de latéral droit des Bleus, Manu Amoros sait de quoi il parle. Entre le joueur du LOSC et lui, plus de vingt ans, mais des titulaires en puissance qui se comptent sur les doigts de la main : Jocelyn Angloma, Lilian Thuram, Willy Sagnol ou encore Mathieu Debuchy et Bacary Sagna. « On a peut-être quelque chose à revoir au niveau de la formation à ce poste » , analyse le champion d'Europe 84. « Il faut penser au gamin en fonction du poste qu'il pourrait tenir en pro le plus tôt possible, or, nos latéraux sont souvent d'anciens attaquants reconvertis sur le tard » , pour pouvoir passer le palier pro. Comme Lucas Digne et Layvin Kurzawa, les deux « contenders » pour le couloir gauche, alors que Corchia a été replacé à treize ans à l'INF Clairefontaine. Un modèle d'anticipation. « À mon époque, j'avais été formé à tous les postes avant de me fixer arrière droit, alors que dans mon petit club amateur, j'étais milieu offensif  » , soutient Amoros.

« Il sait répéter les efforts. » Manu Amoros

Au poste de latéral droit, le garçon de Rosny-sous-Bois a rapidement convaincu le monde pro : titulaire en Ligue 1 depuis 2009-2010 au Mans, international français dans toutes les catégories depuis les U17, il recevait les pré-convocations de Didier Deschamps depuis la saison 2014-2015. « Cela donne envie de donner encore plus aux entraînements. C'est une source de motivation pour aller chercher encore plus » , expliquait-il en octobre 2015. Longtemps dans l'anti-chambre, relégué derrière Sagna, Debuchy, Jallet et même Sidibé, réserviste à l'Euro 2016, Corchia a donc surmonté les dernières réserves à son égard, relatives à son petit gabarit et à ses replacements défensifs. Amoros approuve : « Ce n'est pas une armoire comme Sidibé, mais il sait répéter les efforts nécessaires pour tenir le poste. Le seul point faible, c'est d'être parfois trop prompt à se porter vers l'avant et à découvrir ses arrières. Mais c'est commun à beaucoup d'équipes dans le football moderne, où le latéral doit être un attaquant supplémentaire en phase offensive. » Pas un hasard si, à de nombreuses reprises, René Girard avait fait de Corchia un milieu offensif droit, alors que l'intéressé admet volontiers que ses modèles s'appellent Philip Lahm, Willy Sagnol ou encore Paolo Maldini, pour « l'excellent pied, la qualité de centre » . Un domaine dans lequel il a confirmé contre Nice qu'il n'était pas en reste avec quelques beaux débordements.

Adoubé par Thiago Silva


Mais si Didier Deschamps l'a sélectionné, c'est aussi parce qu'il considère que le Lillois a solidifié sa présence défensive. Suffisamment pour s'installer dans la durée ? Sur le site de la FFF, il a assuré ne pas être là pour profiter de l'ambiance contre le pays de ses parents – sa mère est née à Milan, son père a des origines transalpines, d'où le patronyme –, mais bien faire son trou : « L'objectif, c'est de rester dans le groupe. C'est à moi de faire le nécessaire sur le terrain. » Alors que les retours de Sagna, Jallet, voire Debuchy s'il relance sa carrière loin d'Arsenal, Corchia ne manque pas de partisans prestigieux. La saison passée, Thiago Silva l'avait cité, dans une interview accordée au Parisien, comme le joueur de Ligue 1 le plus intéressant pour étoffer l'effectif du PSG. « Il a clairement les qualités pour apporter à l'équipe de France. Depuis plusieurs saisons il est bon avec Lille, il sait se projeter vite vers l'avant, il a une belle qualité de centre » , assure Manu Amoros, pour qui Corchia « a un profil qui peut être très utile dans l'équipe actuelle » . Le seul regret de l'homme aux 82 sélections, c'est de ne pas avoir vu le Lillois plus tôt, « car en lui donnant sa chance un peu plus tôt, quand on n'avait pas de match à enjeu, on aurait pu lui donner l'opportunité de progresser plus vite. » A priori, derrière Djibril Sidibé dans la hiérarchie, il va désormais devoir prouver qu'il peut franchir le palier international, avant éventuellement de faire comme son ancien compère lillois en signant dans un club de dimension européenne. Il y a six mois, Anthony Réveillère estimait que le Dogue devait évoluer à un niveau supérieur : «  Sans vouloir faire injure à Lille, s'il veut franchir le dernier palier, il doit jouer dans un plus gros club en Ligue 1 ou à l'étranger. Un club avec un projet de jeu plus ambitieux, car les latéraux sont bien mieux mis en valeur dans des équipes offensives. » Quelques prestations bien senties en Bleus devraient lui permettre de faire d'une pierre deux coups.




Par Nicolas Jucha Propos de Manu Amoros recueillis par Nicolas Jucha. Propos de Sébastien Corchia extraits du So Foot Club n°16 (octobre 2015). Et propos d'Anthony Réveillère extraits de Sofoot.com en mars 2016
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 4 heures Tuto Panini Adrenalyn XL : Préparer son équipe 3 il y a 8 heures L'avocat de Mogi Bayat ne comprend pas pourquoi son client est toujours en prison 31
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE
il y a 11 heures Le magnifique coup franc de Rooney avec DC United 11