En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Villarreal-Real Sociedad

Copains comme Sansone et Soriano

Le sous marin jaune continue d'impressionner en Espagne, comme le démontre ce grand match disputé dimanche face au Barça. Grâce à deux joueurs aux mêmes origines, une histoire de vie similaire et les mêmes goûts culinaires...

Modififié
À la quatrième minute de la deuxième mi-temps de Villarreal-Barcelone, Roberto Soriano récupère un ballon en défense avant d’entamer une action parfaitement finalisée par son coéquipier et ami Nicola Sansone, qui réussit à battre Ter Stegen d'une magistrale frappe croisée. Finalement, Leo Messi trouve le but de l'égalisation définitive, mais cette action démontre véritablement la grande connexion entre Soriano et Sansone, devenue en quelques mois essentielle au jeu de Villarreal. Arrivés en été comme deux paris, les Italiens sont désormais titulaires irremplaçables dans le onze entraîné par Victor Escribá, les deux joueurs les plus utilisés (25) de toute l’équipe jusqu'à maintenant. Cette connexion a des racines très profondes qui viennent du sud de l’Italie pour grandir finalement en Allemagne, leur lieu de naissance.

Campanie, Lander de l’Allemagne


« Quand j’ai su que Roberto était déjà à Villarreal, je l’ai appelé pour savoir comment était l'ambiance. Et il m’a convaincu vite fait. On se connaissait du Bayern et on a aussi partagé quelques moments ensemble en équipe d’Italie, donc je lui ai fait confiance avant de signer » , se souvient Sansone, qui avait pris du temps avant de formaliser son transfert en Espagne. Nés en Allemagne au sein de deux familles d’immigrants venus de la Campanie, les petits Roberto et Nicola vivent dans un contexte bilingue depuis toujours : ils parlent un dialecte napolitain à la maison et l’allemand à l’école. Ils se rencontrent en 2009 au Bayern, où ils partagent le vestiaire de l’équipe U19 et, pour ne pas se faire comprendre par les autres, ils utilisent ce langage aussi informel que familial. C’est le début d’une belle amitié qui se déroule sur et en dehors du rectangle vert, jusqu'au transfert de Soriano à la Sampdoria l’année suivante. Sept ans après cette séparation, l’offre de Villarreal permet donc aux deux potes de se rejoindre et de former un tandem très efficace et rentable, stimulé par le football offensif de l’équipe espagnole. « Ici, en Espagne, le jeu est plus offensif et ça m’aide à exprimer mon meilleur foot, car je suis un attaquant qui cherche toujours la profondeur, les espaces, le but. En plus, au Villarreal, je joue au poste d’attaquant central, ce qui me permet de marquer plus de buts, même si j’essaie toujours de faire bien jouer l’équipe dans toutes les phases de jeu » , décrypte Sansone, qui en est maintenant à huit buts en Liga, record personnel en carrière pour un joueur qui avait, jusqu'ici, toujours évolué sur les côtés.

Pizzas et café pour de hautes performances


« On habite dans le même quartier à Valence et on va souvent dîner dans une pizzeria à côté de la maison avec ma copine et la femme de Nicola » , précise Soriano, qui affirme avec un sourire que « la première chose qu’on a faite quand je suis arrivé, c'était de trouver une pizzeria dans le coin. La vraie pizza napolitaine (au four de bois, ndlr) est un aliment essentiel pour nous. On ne pouvait pas faire sans ! » La connexion entre les deux révélations du sous-marin jaune a donc la saveur de la pizza, mais aussi celle du café, un nectar dont Sansone est dépendant, comme tous les gens du Sud et qu’il se fait apporter par ses potes italiens, puisque « ici le café n’est pas top... » Nicola et Roberto ont d’ailleurs rapidement créé un petit coin de Campanie en Espagne, et leur bonheur se reflète dans leurs excellentes performances sur le terrain, où ils parlent également la même langue. « Avec l’espagnol, je me débrouille déjà pas mal, mais pour l’instant, Nicola le maîtrise mieux que moi » , avoue Soriano pendant qu’une télé locale pose des questions à Sansone après un match. En italien en revanche, il ferait bien de rappeler à Giampiero Ventura que la Squadra peut aussi compter sur eux, surtout pour le match décisif de septembre contre la Roja en Espagne. Car les espions sont souvent les meilleurs alliés d'un général, même s'ils parlent un dialecte ou une langue étrangère...




Par Antonio Moschella
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:35 243€ à gagner avec la Juve & Naples 3 Hier à 23:25 Ligue 1 - 26e journée : Résultats et Classement Hier à 23:23 Suivez SoFoot.com sur Facebook jeudi 15 février 151 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 2
Hier à 21:45 Nîmes, Le Havre et Nancy pleurent, Brest rigole enfin 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
jeudi 15 février Football Recall, épisode 6 :Real-PSG et le Barça écossais 2 jeudi 15 février L'étrange penalty de Cristiano Ronaldo 59
À lire ensuite
La Coleen a des yeux