Copa vide, Copa pleine

Si les commentateurs du continent ont dû ravaler pas mal de leurs cris de « gooool » , il y a tout de même quelques riches enseignements à tirer du premier tour de cette Copa América.

0 1
Tops :

La Colombie : après une décennie d'errance, les Cafeteros sont de retour au premier plan, même si leur entraîneur, « Bolillo » Gomez, préfère relativiser en parlant d'un « groupe en formation » . Néanmoins, la Colombie a déjà tout ce dont un sélectionneur peut rêver : des joueurs à la fois puissants, véloces et techniques, un fond de jeu qui commence à prendre de la couleur et un goleador en la personne de Falcao. De bon augure pour la course à la Coupe du monde 2014.

Sergio Agüero : sans ses buts, l'Argentine n'aurait pas franchi le premier tour de « sa » Copa América. Sa splendide reprise de volée contre la Bolivie a sauvé les siens de l'humiliation d'une défaite qui aurait vraiment fait désordre. Et son doublé contre le Costa Rica a offert une bouffée d'oxygène à la Seleccion de Batista. Merci qui ?

Alvaro Pereira : comme Agüero, l'arrière gauche des Charruas a endossé le costume de sauveur en ouvrant le score face au Chili (1-1), puis en donnant la victoire à l'Uruguay contre un faible Mexique (1-0). De la percussion sur son côté et une efficacité décisive : que demander de plus au latéral de Porto ?

Paolo Guerrero : il est le joueur qui a le plus frappé dans cette Copa América. Ses douze tirs ont terminé par deux fois dans les filets adverses. En l'absence de Farfan et surtout de Pizarro, l'avant-centre d'Hambourg se charge de conduire la destinée du Pérou, que l'on n'attendait pas forcément au second tour.

Venezuela : la Vinotinto était elle aussi promise à un rôle de second plan, derrière le Brésil et le Paraguay, à hauteur de l'Equateur. Elle a fait nul contre les deux premiers (0-0 et 3-3) et a dominé sans problème ce dernier. Comme en 2007 chez elle, elle a atteint la seconde phase, et surtout annoncé qu'il faudra compter sur elle en éliminatoires du Mondial.


Flops :


Le spectacle et les buts : les deux grands absents de ce tournoi, malgré une dernière journée du premier tour à douze buts en deux matches (Brésil-Equateur : 4-2 et Venezuela-Paraguay : 3-3). Avec 2,05 buts inscrits en moyenne par rencontre, l'édition 2011 de la Copa América reste toutefois la moins prolifique de l'Histoire...

Sergio Batista : « Checho » a montré ses limites tactiques, insistant lors du deuxième match contre la Colombie avec sa ligne de trois récupérateurs/relanceurs et en laissant Messi patauger en pointe. Après avoir écarté Tévez pour des raisons soi disant tactiques, il a réintégré le « joueur du peuple » dans la dernière ligne droite de la Copa América, en se contredisant. Comme Maradona avant lui, il navigue à vue et si la formation mise en place contre le Costa Rica a montré un réel progrès, on doute de ses capacités à renverser la situation dans les instances décisives.

Humberto Suazo : le meilleur buteur des derniers éliminatoires de la zone Amsud (neuf buts) est complètement à côté de la plaque. Des frappes mal senties, des appels et un placement à contretemps, des ballons mal exploités : on se dit que le Chili ferait mieux de jouer à dix...

L'Equateur : après deux coupes du monde consécutives, en 2002 et 2006, la Tricolor a disparu des radars de l'élite mondiale. Surclassé par le Venezuela (1-0), sa réaction d'orgueil contre le Brésil (2-2), grâce à deux réalisations de Felipe Caicedo, n'aura pas suffit. L'Equateur quitte la compétition avec plus de doutes que lorsqu'elle est arrivée. Pour l'instant, on les voit mal assister au rendez-vous brésilien dans trois ans...

Diego Forlan : le Ballon d'or du dernier Mondial n'est que l'ombre du joueur qui illumina les pelouses d'Afrique du Sud il y a un an. Même s'il a joué les deux premières rencontres dans une position plus reculée avec l'incursion d'Edinson Cavani en attaque aux côtés de Luis Suarez, il a beaucoup vendangé. Notamment à 1-1 contre le Pérou en ouverture, puis à deux reprises mardi contre le Mexique(1-0), trouvant le poteau en première période, avant d'expédier au-dessus de la barre une balle de but aux six mètres.

Par Florent Torchut

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
La Coupe de l'America vient tout juste de débuter. Exit les trimarans et les skippers, ce sont bien les footballeurs qui débarquent pour en découdre en Argentine. Au menu forcément épicé : du football total, des dribbles chaloupés, mais aussi quelques viandards aux crampons aiguisés. En 2011, l'Argentine et le Brésil ne sont plus les seuls maîtres à bord. Le Chili, la Colombie et l'Uruguay veulent aussi leur part du bateau :

http://bit.ly/otBvkv
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Le PSG encore défait
0 1