Copa d'espoir pour la Vinotinto

Outsider du groupe B, qu'elle partage avec l'ogre brésilien, le Paraguay et l'Équateur, l'équipe du Venezuela se présente en Argentine sur la pointe des pieds, mais avec la fraîcheur de ces équipes qui n'ont rien à perdre.

0 6
La sélection Vinotinto (vin rouge) s'est envolée mardi pour l'Argentine. Quelques minutes avant de décoller de Caracas, la sélection vénézuélienne a reçu des mains du ministre des Sports le drapeau de la République bolivarienne, aussi fringante que son leader charismatique, Hugo Chavez, pas prêt à s'arrêter de faire des siennes. La Fifa et la Conmebol (Confédération d'Amérique du Sud) viennent en effet d'adresser une lettre à la Fédération vénézuélienne de football afin de rappeler à cette dernière que toute ingérence du gouvernement, qui vient de lancer un projet de loi autour du sport actuellement débattu à l'Assemblée nationale, pourrait entraîner des sanctions allant jusqu'à l'exclusion des compétitions chapeautées par les deux entités (Copa Libertadores, éliminatoires de la Coupe du monde et... Copa America notamment). C'est dans ce climat un tantinet délétère que les joueurs du Venezuela, qui savent combien la nation caribéenne compte sur eux pour faire honneur au drapeau tricolore, disputeront leur première rencontre face au Brésil ce week-end.

Le carton jaune de la Conmebol et de la Fifa

Pays dingue de baseball, le Venezuela, qui a atteint le second tour de la Copa America pour la première fois lors de l'édition précédente (qu'elle organisait), n'est plus cette équipe qui se prenait des valises à chaque confrontation avec les grands du continent, comme l'a justement souligné Thiago Silva. « Avant, on les battait quatre ou cinq à zéro, mais c'est révolu » , notait cette semaine en conférence de presse le Milanais, qui a demandé à ses coéquipiers « du respect pour l'adversaire » qu'ils affronteront dimanche à La Plata. Le défenseur craint que le onze vénézuélien, défait (3-0) sans surprise le 7 juin dernier par l'Espagne en amical, ne campe « dans sa moitié de terrain » . La Vinotinto a des arguments à faire valoir. Outre le capitaine Juan Arango, milieu de terrain du Borussia Mönchengladbach passé par le Mexique et le Real Majorque, elle possède dans ses rangs la jeune perle Salomón Rondón, auteur de quatorze buts cette saison en Liga avec Malaga, une performance qui a éveillé l'intérêt de l'Atletico Madrid et de Séville. L'attaquant de 21 ans né à Caracas, révélation du dernier Mondial des moins de 20 ans, allie vitesse, puissance et efficacité. Le “Gladiateur” a débuté en sélection il y a déjà trois ans, sous les ordres de César Farias, le même jour que ce dernier, en février 2008 contre Haïti.

“Légionnaires”, “locaux” et promesse

Le plus jeune technicien de cette Copa America (38 ans) est satisfait de la préparation effectuée et de la qualité de son effectif. « Ce groupe est véritablement d'un excellent niveau. L'ensemble des trente présélectionnés s'est donné à 100% et on se retrouve avec un groupe de premier ordre pour ce tournoi comme pour la préparation au Mondial (Ndlr : 2014), au-delà des vingt-trois joueurs présents » , s'est félicité le sélectionneur. Devant, il associera Rondón à Nicolas ‘Miku' Fedor (Getafe), tous deux épaulés par l'expérimenté Juan Arango, sur l'aile gauche, et César Gonzalez, milieu de Gimnasia La Plata, à droite. Le Venezuela pourra également compter sur ses “légionnaires”, comme on les surnomme au pays : ses latéraux Roberto Rosales (Twente) et Gabriel Cichero (Newell's Old Boys), mais également le milieu récupérateur Tomás Rincón. Le reste de la sélection se compose en majorité de “locaux”. Elle se prépare en toute quiétude au centre d'entraînement d'Estudiantes de La Plata, en rêvant d'un exploit contre les Auriverde, dimanche, et plus sérieusement de résultats contre l'Équateur et le Paraguay, pour se hisser de nouveau au deuxième tour, comme l'air de suggérer : “Vous reprendrez bien un peu de Vinotinto ?”




Les vingt-trois

Gardiens : Renny Vega, Dani Hernández, Leo Morales.


Défenseurs : Gabriel Cichero, Grendy Perozo, José Granados, Oswaldo Vizcarrondo, José Manuel Rey, Roberto Rosales, Alexander González.


Milieux : Giácomo Di Giorgi, Franklin Lucena, Tomás Rincón, Juan Arango, Yohandry Orozco, Luis Manuel Seijas, César González, Jesús "Chiqui" Meza.


Attaquants : Nicolás "Miku" Fedor, Salomón Rondón, Daniel Arismendi, Giancarlo Maldonado, Alejandro Moreno.



Premier tour

Venezuela-Brésil : 3 juillet à 21h


Venezuela-Équateur : 9 juillet à 23h30


Venezuela-Paraguay : 14 juillet à 0h15


Florent Torchut

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
el vinotinto es mi color, seguirte siempre es mi pasión, porque te llevo en corazón, vamos muchachos queremos gol (bis) ... oooooo mi vinotiiintoooo, mi vinotiiintoooo, vamo a ganaaaaar (bis)

Chavez déjà à l'hosto reste plus qu'un beau parcours pour redonner le sourire à un peuple qui a bcp souffert et ne veut plus souffrir
AAAAAAAAAAA ADONDE ADONDE ¿ADONDE ESTAN?
¡...LOS MALDITOS HIJOS DE PUTAS QUE NOS IVAN A GANAR...!
ALBI .... ALBI
ALBITRO CABRON ------ ALBITRO CABRON
TIENES LAS BOLAS DE LLAVERO
Y MAMA GUEVO EN EL AVION.
Merci pour cet article très complet en tout cas
J'me disais bien que 4 commentaires pour un article parlant de la sélection du Venezuela étaient étranges...
Eh Fran... CHUT !!!

merci, merci, ç'était gratuit

sinon, attention à Alejandro "l'américain" Moreno
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 6