1. // Copa América 2015
  2. // Gr. A
  3. // Fiche de présentation
  4. //

Copa América : la fiche de l'Équateur

Dans le groupe du Chili, du Mexique, et de la Bolivie, l'Équateur ambitionne d'au moins passer le premier tour. Il devra toutefois faire sans sa star, Antonio Valencia, forfait.

Modififié
5 8

Portrait-robot

30% mappemonde
20% Valencia
30% Les Cités d'or
15% Andrés Gómez
5% Galapagos

L'équipe type :

Alexander DomínguezJuan Carlos ParedesGabriel AchilierFrickson ErazoWalter Ayoví – Osbaldo Lastra – Christian NoboaRenato Ibarra ou Fidel MartínezJefferson MonteroMiller BolañosEnner Valencia

Trois questions à…

Gustavo Quinteros, sélectionneur de l'Équateur (extraits de sa conférence de presse à Santiago)


Quelles sont les ambitions de l'Équateur ?
Depuis que j'ai pris en main la sélection, nous n'avons joué que quatre matchs amicaux, il est donc difficile de jauger le plafond de cette équipe. Nous voulons, en tout cas, gagner en jouant bien. Nous n'entrerons jamais sur le terrain pour nous recroqueviller dans notre moitié de terrain. Nous défendons en pressant loin de nos buts. Même face au Chili, nous nous battrons pour avoir la maîtrise du ballon.

Jouer le Chili de Sampaoli à Santiago d'entrée de jeu ne vous effraie donc pas ?
Le Chili a de grandes individualités, comme Alexis Sánchez, mais c'est bien son collectif qui constitue le grand danger, grâce au travail de Sampaoli, un grand entraîneur. Reste que le Chili a aussi quelques faiblesses. Par exemple, quand la Roja perd le ballon au milieu de terrain, elle laisse de l'espace sur ses côtés, à nous d'en profiter. Comme le temps de préparation nous était compté, je me suis surtout focalisé sur mon équipe, plutôt que sur nos adversaires. L'idée est de commencer à acquérir des automatismes, et de progresser match après match.

L'absence d'Antonio Valencia ne va-t-elle pas trop vous pénaliser ?
J'ai des solutions, après il faut que les entrants sachent saisir leur chance. On a aussi dû déplorer le forfait de Felipe Caicedo, mais on s'adapte, on ne veut pas trouver de prétextes. Après, on aurait quand même aimé pouvoir s'entraîner sur le terrain principal de Colo-Colo, et pas sur un terrain annexe. On s'est même retouvés à s'entraîner en même temps que se disputait un tournoi de jeunes, et les enfants entraient sur notre terrain pour venir chercher leur ballon ...

Le mec à suivre : Fidel Martínez

Un surnom qui place son homme : le Neymar équatorien. Pour le renard sur la tête qu'il trimbalait quand il a commencé à flamber - il avait alors 20 ans et était la grande attraction du Deportivo Quito. Pour son style de jeu aussi, d'ailier gauche détonnant avec la Chapelle Sixtine dans les bottes. Mais cinq ans après s'être révélé, Martinez stagne au Mexique (Xolos Tijuana, Leones Negros, et aujourd'hui Pumas), pendant que son cousin brésilien flambe au Barça. Fidel n'a pas concrétisé les espoirs placés en lui, mais le forfait d'Antonio Valencia devrait l'aider à disposer de plus d'une occasion d'exhiber son dernier caprice capillaire sur les pelouses chiliennes. Et pourquoi pas croiser Neymar en quarts de finale, pour parler coloration ...

Pourquoi ils vont nous offrir « le plus grand des spectacles »

Après un Mondial où la Tri s'est montrée trop frileuse, revoici un Équateur conquérant, prêt à prendre les choses en main. « Ça a été un changement radical » , nous indique Mayra Bayas, journaliste pour Ecuagol, chargée de suivre la sélection équatorienne au Chili. « Double champion d'Équateur avec Emelec, le sélectionneur argentin, Gustavo Quinteros, veut une équipe agressive, rapide, qui presse haut, précise Bayas, les gens sont redevenus optimistes, on pense que cette sélection peut nous donner une grande satisfaction. » Voilà qui promet un beau match d'ouverture (jeudi) face au détonant Chili de Sampaoli. En attendant la suite...

Coefficient de résistance au FBI : 80%

Tenant d'une gauche sud-américaine profondément anti-américaine, le président Rafael Correa est évidemment hostile à toute ingérence yankee. On parle quand même d'un type qui héberge Julien Assange dans son ambassade, à Londres, depuis trois ans. De quoi disposer de bons gros dossiers à lâcher si le FBI avait la mauvaise idée de s'intéresser de trop près aux dessous de table équatoriens...

Charade :

Mon premier est le diminutif d'un jeu de balle où la France excelle.
Mon second est un rappeur californien avec de l'attitude.
Mon troisième doit trouver sa place dans toute trousse digne de ce nom.
Mon quatrième se dit d'une personne se trouvant dans une situation confortable.
Mon tout est un tennisman.

La réponse ici :

La pub qui va bien

Jefferson Montero a toujours ses ailes de poulets sous le bras.

Youtube

Le potentiel Piscola

Meilleur buteur de la Copa Libertadores, l'attaquant des Tigres (MEX) Joffre Guerrón est un type qui occupe ses après-midi de désœuvrement en allant jouer de la salsa dans les rues de Monterrey, et qui peut accepter une canette de bière donnée par un supporter, alors qu'il se trouve au volant d'un bolide rutilant. Malheureusement, ce bon vivant de Guerrón ne sera pas de la Copa América. Peut-être aurait-il dû éviter de déclarer à l'automne dernier que le président de la Fédération, Luis Chiriboga, l'avait menacé de ne plus jamais apparaître dans les convocations de la Tri s'il ne signait pas avec son agent de fils ...

Youtube

Youtube


Par Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Epictète Niveau : CFA
Putain dommage pour Caicedo. Je kiffe ce joueur. Je l'avais vu jouer contre la France à Grenoble (le doublé de Gomis !)Il avait 20 berges, il m'avait impressionné. Costaud, technique... Sa carrière a un peu patiné mais elle est pas dégueu.
Antonio Valencia forfait c bien dommage pour cette equipe
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
A propos d'Equateur, quelqu'un a suivi la saison d'Enner Valencia à West Ham ? J'ai d'ailleurs l'impression que c'est un peu lui le nouvel homme fort de la Tri, son homonyme mancunien Antonio commençant un peu à prendre de l'âge...
d equateur Niveau : DHR
salut j habite en Equateur, je suis donc la selection. Antonio Valencia n est pas une grosse perte, il fait de la merde en selection. trop de "Valencia dependance", les autres lui passent le ballon et attendent, jeu tres previsible.

En revanche, j aime bien Jefferson Montero, de Swansea, et Noboa qui joue avec Valbuena a Moscou. 2 tres bon milieux (Montero plus offensif, tres bon en un contre un).

le gros pb c est la defense, c est souvent n importe quoi, au moins 2 ou 3 gros cadeaux aux attaquants par match, defense centrale tres lourde et pataude.

nouveau coatch, nouveaux joueurs, ici les gens ont peur de prendre une valise contre le Chili et de sortir par la petite porte des les phases de poule.
d equateur Niveau : DHR
et pourquoi mon com a disparu les gars ? la loose, pas envie de le reecrire ...
You'll never walk without gerrard Niveau : CFA2
Merci d equateur ça fait toujours plaisir de savoir comment ça se passe la bas et ces infos sur l'equipe
D'accord pour enner valencia qui a véritablement explose cette saison en PL
Perso mon coup de coeur joue en Russie c'est Noboa que je trouve énorme surtout sur le plan défensif même s'il est propre à la relance et capable de percer les milieux adverses (quelquefois)
You'll never walk without gerrard Niveau : CFA2
Maintenant place au spectacle! Yeah!!!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
5 8