En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. // Billet d'humeur
  2. // Sondage

Contre le foot d'opinion !

Vous ouvrez le supplément d'un magazine un matin, et vous découvrez d'un coup que la France entière semble détester votre club adoré ou qu'au contraire le pays brûlerait d'amour pour les Bleu et Blanc. Pendant que les autres se partageraient des miettes insignifiantes de popularité. Et si ce type de sondage nous en apprenait plus sur ceux qui les commandent que sur l'échantillon qui y répond ?

Modififié
Parmi toutes les formes de contamination politique que le petit monde du ballon rond aime tant condamner, il est rare d'entendre qui que ce soit s'indigner (une pensée pour Stéphane Hessel RIP), ou simplement s'émouvoir, devant la montée en puissance d'un foot d'opinion. L'adage est pourtant bien connu et souvent entonné par le Premier ministre, on ne gouverne pas avec des sondages, tout comme au passage, on n’anime pas un débat public avec un panel de dix individus supposés représenter la société française dans son ensemble et sa diversité.

Comment rentabiliser le nouveau statut du PSG ?

Alors comment imaginer condenser l'amour des fans en prétendant mesurer le taux de sympathie de la population envers les pensionnaires de L1 et de L2. Évidemment, l'IFOP désire ici gagner un peu (beaucoup ?) d'argent sans gros efforts (et changer un peu au passage les idées de ses sondeurs qui turbinent d'ordinaire sur les chances de Borloo à Paris) quand L'Équipe Mag (ou le CFC avec ses notes des téléspectateurs) ne sait plus comment rentabiliser le nouveau statut du PSG. Mais sommes-nous bêtes et incultes à ce point pour avaler une telle soupe démago - et rance ? Les campagnes électorales nous l'apprennent depuis belle lurette, ce type d'enquête projette au mieux une photographie grossissante d'écarts souvent insignifiants dans les résultats bruts (sans parler de l'orientation des questions qui servent souvent à tronquer, déformer ou camoufler les tendances lourdes).


La logique des partis contestataires


Quelle pertinence existe-t-il à établir et balancer un classement 1, 2 et 3 entre le PSG, Lyon et Marseille (8,3%, 8,5% et 9,5%) sur 2007 personnes questionnées (1%, c'est 20 réponses !), si ce n'est pour découvrir que les trois premiers de ce "cœur" se trouvent être aussi les plus grosses métropoles en terme d'habitants et qu'ils suscitent donc en retour, presque mathématiquement, le maximum d'intérêt (amour/haine) et que les autres doivent ainsi se contenter des restes à coups de trois virgules quelque chose %. Hormis évidemment ceux bénéficiant de bonus patrimoniaux comme l'ASSE (gratifiée d'une belle saison en outre). Dans ce cadre, interrogé, je citerais volontiers Reims pour faire plaisir à mon père et honneur au stade Auguste Delaune. Que doivent penser en retour les fidèles du TFC et les éternels "moutons noirs" corses, qui ont bien raison de s'en foutre par ailleurs ?

L'attachement au club fonctionne sur la passion, et la dynamique de soutien s'appuie aussi sur la capacité à se trouver des ennemis, ce qui de fait se rapproche davantage des partis protestataires (dont les scores sont systématiquement minorés dans les enquêtes d'opinion, l'occasion) que des partis de gouvernement. Et voilà peut-être le seul et véritable enseignement. Notre football attend le retour de clubs capables de cristalliser une union nationale en cas de beau parcours européen, de redonner sa vigueur patriotique à un foot largement déraciné dorénavant. Ce que n'a jamais réussi à réaliser l'OL au temps de sa glorieuse mais stérile domination sur l'Hexagone.

Le PSG se fout d’être détesté

Et on sent alors poindre alors le véritable reproche destiné à l'encontre du PSG : les Qataris ok, les stars fantastiques, super, mais il faut redorer en retour le blason de notre L1 en la guidant vers ces rêves de grandeur version Premier League. Or nul doute que les propriétaires du club s'en moquent assez largement d'être prophètes en ce pays. Pour eux, il s'agit de trouver le moyen d'apprendre à prononcer PSG (et de reconnaître son horrible nouveau logo) en mode polyglotte et de vendre des maillots Beckham en Asie. Même Bertrand Delanoë l'a compris. Il n'est ici que peu question de l'amour des supporters ou de l'attachement d'une ville pour ses couleurs ou même le degré de rayonnement de notre championnat à travers le globe. Les sondages segmentent en parts de marché ce qu'ils étudient, d'où leurs échecs réjouissants sur le terrain politique et aussi finalement dans le foot, qui ne se résument toujours pas à additionner des pourcentages de consommateurs potentiels.

L'explosion affective d'une L1 multipolaire (après avoir tant vanté le Big Four anglais, comment se plaindre de son émergence chez nous), après le règne des Verts et l'OM « club le plus aimé de France » , laisse encore en conséquence beaucoup de marge de progression avant que tous les gosses de France et de Navarre tannent leur papa pour porter la tenue zlatanisée de Paris. Le foot n'est pas heureusement pas autant que cela en voie de dysneylandisation, contrairement à ce qu'affirme Christian Bromberger aujourd'hui dans L'Humanité. Dans ce sport, mieux vaut être détesté par 33% des sondés et aimé par 3% que l'inverse. Même quand il s'agit d'accumuler des profits. Ensuite, comment le faire comprendre à des dirigeants qui se réjouissent de l'ambiance actuelle au Parc de Princes ?

par Nicolas Kssis- Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 11 heures OFFRE SANS DÉPÔT : 10€ gratuits jusqu'à mercredi pour parier chez Winamax !!! 4
il y a 11 heures BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur le Classico 1
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 18:30 Les retrouvailles entre Patrice Évra et les fans de Liverpool 30 Hier à 14:50 Le but le plus absurde de l'année en deuxième division allemande 21 Hier à 13:52 Les lumières s'éteignent en Argentine 16