1. // L1 – Nancy/OM (1-3)

Contrat rempli pour l'OM

A la ramasse en début de saison, l'OM passera la trêve dans le haut du tableau. Dans un match pas folichon, les Olympiens ont en effet réussi à se défaire facilement de Nancy (3-1).

Modififié
0 3
Nancy – OM : 1-3
Buts : Lemaître (37e) pour Nancy. Valbuena (18e), Mbia (41e) et Lucho (90+1e) pour l’OM

Qu’il est loin, l’été. Désormais, Loic Rémy joue avec des collants et surtout, l’Olympique de Marseille engrange les points. La formation qui était lanterne rouge de première division au soir d’une défaite à Lyon (0-2) au mois de septembre surgit ce mardi à la cinquième place du classement, avec plus de points (31) que l’an passé à la même date. Dans un club plutôt à l’aise ces dernières saisons lors des deuxièmes parties d’exercice, on saura apprécier l’information.

Pourtant, sur la moquette du Boulevard Jean Jaurès, le début de match est un brin frileux, voire légèrement dominé par Nancy. Les hommes de Fernandez esquissent quelques combinaisons intéressantes pendant un gros quart d’heure alors que les coéquipiers de Diawara accusent un sérieux manque de précision. Puis vient la 18e minute et ce une-deux entre Valbuena et Remy. Monsieur 167 centimètres met une dose à tout l’Est de la France avant de se payer Assembe de près. Malheureusement pour les puristes, cette fois, ce n’est pas une lucarne, mais un plat du pied première base. A 0-1, on se dit que l’OM va contrôler, et profiter du manque d’ambition des locaux. Sauf que cet OM-là n’est pas fait pour les cours de gestion et se déconcentre vite. A la 37e minute, pour être précis. Suite à une perte d’André Ayew, plus proche du niveau de son frère que de celui de son père ce soir, Karaboué décale Jean Calvé. L’homme qui avait maté le PSG verrouille un centre à destination du crâne de Reynald Lemaître – pourtant hors-jeu d’un bon mètre au départ du ballon – qui laisse Mandanda complètement flagada. Reynald Lemaitre, un mec qu’on ne prend pas assez la peine de connaître, lui qui sait apprécier « le coca fraise » et « les gens humbles » , mais abhorre « l’hypocrisie  » et « le pain d’épice  » , selon son site officiel. La folie s’empare de Marcel Picot… pendant quatre minutes. Amalfitano envoie la gonfle dans la surface nancéienne. Message bien reçu par Stéphane MBia qui s’offre une horizontale interminable pour enfoncer ce pauvre ballon dans le petit filet. Et hop, 1-2 à la pause.

Au retour des vestiaires, l’ASNL tente de mettre la pression. Rapidement, sur corner, André Luis de la tête oblige Mandanda à dégainer son poing opposé. Et puis, plus grand chose jusqu’à ce que Mbia, à la retombée d’un autre corner, envoie une chouquette sous la barre. La joie est de courte durée : le Camerounais a contrôlé du bras. Le numéro 17 se consolera en se disant qu’il a sans doute joué la meilleure partition de l’OM en cannibalisant le milieu de terrain avec Charly Kaboré, dans un match somme toute avare en spectacle… L’arbitre aurait pu remettre un peu d’harissa dans tout ça en sifflant un pénalty pour un tacle plutôt limite de Morel sur Moukandjo. Décision à Lannoy peut-être, reste que l’OM valide un quart d’heure plus tard la fameuse huitième victoire si chère à Vincent Labrune à la faveur d'un dernier but de Lucho, tout juste rentré en jeu. Une pensée tout de même pour Niculae, le Roumain ne démérite pas dans ses appels et son engagement, fait au mieux sur ses rares ballons exploitables mais se tape sans doute le pire job de l’élite : avant-centre de l’AS Nancy Lorraine. Et ça, même en période de fêtes, ça n’a rien d’un cadeau.


Par Pierre Maturana
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Scotch_OMsoccer Niveau : Loisir
oups...Valbuena...

bisou
C'est pourtant bon le pain d'épices...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 3