1. //
  2. // Liverpool-Dortmund
  3. // Billet d'humeur

Contes de la folie ordinaire

Ce n'était qu'un quart de finale de Ligue Europa, mais, aussi, un peu plus que ça. Pendant cent-quatre-vingt minutes, Liverpool et Dortmund sont sortis de l'espace-temps pour jouer dans une cour privatisée. L'histoire doit s'en souvenir et le football aussi.

Modififié
6k 58
Rien ne peut arrêter la symphonie. Absolument rien ne peut arrêter un homme de chanter. When you walk through a strom, hold you head up high, and don’t be afraid of the dark. La raison n’a aucune limite. On vit pour ces moments-là. Le tableau est différent des autres. La normalité est un concept abstrait. Dans un entretien donné en octobre 2001 au magazine Télérama, David Cronenberg avait philosophé qu’elle n’était « qu’une expérience plus extrême que ce que les gens veulent communément admettre  » . Un soir d’avril 2016, on a touché à ces extrêmes. At the end of the storm, there’s a golden sky, and the sweet silver song of the lark. Entre un apprenti et celui qu’il considère, parfois, comme son maître. Pendant plus d’une heure et demie, Thomas Tuchel et Jürgen Klopp ont accepté de jouer avec le temps et ses limites.


Anfield offre cette particularité de ne séparer les bancs des deux entraîneurs que de quelques mètres à peine. Leur attitude, elle, est diamétralement opposée. L’un joue avec son chewing-gum, alors que l’autre gratte frénétiquement sa fine barbe. L’un s’habille en sombre, alors que l’autre affiche le blanc de l’unité, de l’équilibre parfait. L’un finira la rencontre au sol alors que l’autre la terminera dans les airs, bouffé par la passion. C’est peut-être aussi ça, la bascule de l’expérience. Walk on through the wind, walk on through the rain, through your dreams be tossed and blown… Le football est une histoire de détails. En tant qu’amoureux du scénario sportif, on vit pour ce genre de rencontres, pour le renversement de la normalité justement. Histoire que l’irrationnel nous embrasse et nous brasse dans tous les sens. Walk on, walk on, with hope in your heart, and you’ll never walk alone… You’ll never walk alone. Walk on, walk on, with hope in your heart, and you’ll never walk alone… You’ll never walk alone...


L'Europe est « la mère du football »


Il faut déguster l’instant. Seul le parfum de l’Europe peut le rendre si particulier. De cette Europe, Jürgen Klopp disait il y a quelques mois qu’elle était « la mère du football » . Cette double confrontation entre son Liverpool et son ex de Dortmund n’est qu’un quart de finale de Ligue Europa, mais, dans le fond, c’est un peu plus que ça. Premièrement, tout le monde sait que ce duel n’a pas sa place dans cette catégorie et la semaine écoulée n’a fait que le prouver. C’est fou ce que cent-quatre-vingt minutes peuvent renfermer. Car en l’espace de deux soirées, on aura tout vu : Sakho jouer avec l'histoire, encore ; Lovren poser le point final d’un suspens intense ; Dortmund montrer qu’il n’avait rien perdu de ce que Klopp lui avait laissé et qu’il était, certainement, devenu encore un peu plus fort avec Thomas Tuchel ; Jürgen Klopp dessiner les contours définitifs de ce qu’il pourrait apporter à un club qui n’a plus remporté le moindre trophée majeur depuis 2005 ; et deux poumons inconditionnels, dopés à l’amour de ce qu’ils représentent, s’afficher définitivement et fièrement au visage de l’Europe du football comme les plus fervents amoureux d’un simple club sportif. Car au-delà du terrain, le souvenir du You’ll Never Walk Alone livré ce jeudi 14 avril 2016 laissera une trace.


Sportivement, on a touché à un sommet technique. D’un côté, Tuchel a perdu son pari du tout offensif aux points face à son prédécesseur. On retiendra qu’il a enregistré sa première défaite de l’année 2016 contre Jürgen Klopp, mais il faut, là aussi, retenir la marge de progression d’un groupe qu’il n’a pris en main que depuis onze mois. Sous Tuchel, Kagawa est redevenu un artiste, Aubameyang est devenu un tueur et Mkhitaryan s’est transformé. Alors que le jeune Julian Weigl, vingt-ans, a montré qu’il était probablement un peu plus qu’un espoir. De l’autre, on retiendra la passion que Klopp sait transmettre à ses groupes. C’est une constante avec lui et il n’y a qu’à le voir évoluer derrière sa ligne pour s’en rendre compte. On ne sait pas, et c’est peut-être mieux, ce qu’il s’est dit dans le vestiaire d’Anfield, alors que Liverpool était mené 2-0 à la mi-temps d’un match retour de soiffards. Origi a simplement confié ceci : « Je veux une deuxième mi-temps dont vos petits-enfants se souviendront. » Ensuite, les Reds n’étaient plus les mêmes. Le visage du buteur Sakho n’en est qu’une représentation. On touche à l’insolence du sport, ce n'est peut-être pas plus.

Du rendez-vous à l'agonie


Alors il faut simplement apprécier le spectacle, après une semaine européenne consternante par moments. Ce n’était, encore une fois, qu’un quart de finale de Ligue Europa, mais c’était aussi, certainement, le plus bel affrontement de la saison en cours, si ce n’est plus. Cette petite sœur, hier cachée derrière la grande, se rebelle depuis plusieurs années et, cette fois, elle est devenue mature. On a envie de l’emmener en soirée, parfois même de lui faire rencontrer les grands de ce monde. Il n’y a peut-être pas un écart aussi immense entre l’intensité d’un quart de finale de Ligue Europa et celle d’un quart de Ligue des champions - On ne sait pas où ira ce Liverpool -, mais on sait que, demain, il continuera de sourire.

Ce Dortmund, lui, peut renverser des montagnes aussi. Mais, pour le moment, profitons de ce que le football moderne peut encore nous offrir. Il n’est, cette fois, pas question de chéquiers, de droits télés ou de gros propriétaires. Seulement de la douce symphonie d’un rendez-vous devenu sommet, d’un jeudi soir devenu agonie et qui s’est terminé sur une glissade historique. Anfield est une belle salle pour faire la fête. Ou du moins pour comprendre qu’une salle qui ne chante pas ne peut vivre. Les lumières s’éteignent, Tuchel s’est relevé, Klopp est retombé. Mais la mélodie, elle, peut continuer. On ne demande que ça. Le foot aussi. Par Maxime Brigand
Modifié

Dans cet article

Putain j'ai pris mon pied hier soir !!! :)
Funky_samurai Niveau : CFA2
Note : 1
Même si certains ne vont pas etre d'accord, la C3 devient plus intéressante que la C1 car il n'y a jamais les même confrontations chaque année.
Cela change de ne jamais voir les même en demi.
Ce match c'était des frissons du début à la fin, que l'on soit supporter des reds, de dortmund, qu'on aime le football ou pas. Je n'ai pas autant vibré depuis le 4-2 contre Arsenal en C1 en 2008. De la folie pure tout simplement.

Le YNWA: http://www.liverpoolfc.com/video/fixtur … 4-20-05-00#25925

La fin du match: http://www.liverpoolfc.com/video/fixtur … 4-20-05-00#25941
HerbyCohen Niveau : CFA2
Note : 1
Message posté par Funky_samurai
Même si certains ne vont pas etre d'accord, la C3 devient plus intéressante que la C1 car il n'y a jamais les même confrontations chaque année.
Cela change de ne jamais voir les même en demi.


Autant sur le fond je suis d'accord pour dire que la C3 est plus joueuses, que l'on voit des matchs un peu plus fou en élimination directe, autant Donetsk et Séville squatte assez régulièrement les demis si je ne me trompe pas. Mais c'est sûr que c'est plus ouvert.

ce match... Fou. Je suis bien deg' tout de même, parce le BvB à fait preuve de suffisance selon moi. Ce match il n'aurait jamais dû le perdre. Techniquement, tactiquement, ils étaient supérieurs. Bon du coup ils ne peuvent s'en prendre qu'a eux.
Note : 1
Vous enflammez pas trop sur l'Europa League, parce qu'ok ce match était fantastique, mais dans les autres quarts t'as un vieux Shaktar-Braga et Villareal-Sparta Prague donc NON c'est pas du tout du tout le même niveau que la CL
Je suis parti en soirée à 2-0 en pensant que c'était plié vu la maitrise de Dortmund. Arrivé là-bas un coup d'oeil au score 3-1 j'étais là aussi convaincu qu'il n'y aurait pas de miracle, en espérant surtout qu'il n'y en ait pas pour ne pas regretter de l'avoir raté.
1h après le titre de l'Equipe annonçant la victoire de Liverpool m'a presque assommé tellement je redoutais qu'un scénario fou se produire.
Je me suis juré de ne plus faire passer le foot derrière la vie sociale quand de si beaux clubs s'affrontent.

Comme d'autres je prends bien plus de plaisir à regarder la C3 que la C1 maintenant, il y a encore des vestiges du foot un peu à l'ancienne où des équipes mortes de faim pouvaient bouffer une autre plus talentueuse. On a eu un bel exemple hier
paul.la.poulpe Niveau : Ligue 1
Note : 2
Putain les gars vous êtes vraiment des poissons rouges avec vos "la C3 c'est mieux que la C1", "match de l'année" etc.

C'était un match génial c'est clair, mais de mon point de vue, pas mieux que Juve-Bayern et Bayern-Juve. Là les deux matchs étaient superbes, y'avait une belle opposition de style avec des périodes très différentes (ultra-domination du bayern, puis écroulement à l'aller, Juve parfaite au retour puis que se recroqueville, égalisation puis destruction en prolong').

Autant d'émotions mais selon moi plus intéressant d'un point de vue football. Hier c'était énorme niveau intensité, très bon niveau technique, moyenasse niveau tactique (même si faut féciliter Klopp pour le redressement de Liverpool)
paul.la.poulpe Niveau : Ligue 1
Message posté par Attaque-Defonce
7 vainqueurs différents en C1 sur les dix dernières années, oui, mais c'est surtout depuis cinq ans que la C1 s'est véritablement fermée, tandis que le niveau de l'EL est un peu plus élevé chaque année et qu'il y a régulièrement des affiches folles. Surtout c'est une vraie Coupe d'Europe avec des équipes plus exotiques qui se hissent parfois jusqu'en finale (comme le Dniepro l'an dernier).

Moi la C1 ne m'intéresse plus, vraiment. De mon point de vue, seuls les 16 champions des 16 premiers pays de l'Indice UEFA devraient pouvoir la jouer. Les vainqueurs des coupes des 16 premiers pays affronteraient dans un tour préliminaires les 16 champions des 16 pays suivants. Il n'y aurait alors que des équipes titrées. L'Europa League quant à elle se jouerait avec les deuxièmes et troisièmes. C'est quand même pas compliqué putain ?


Ben si on faisait ta formule, on se retrouverait avec deux mix C1-C3. Au lieu d'avoir 7-8 équipes qui dominent la C1 et une C3 ouverte, tu aurais 3-4 équipes qui dominent chacune des deux compet'.

C'est quand même pas compliqué putain ?
paul.la.poulpe Niveau : Ligue 1
Note : 1
Message posté par Attaque-Defonce


Après si manger tous les soirs le même plat c'est ton truc, c'est ton mode de vie, je suis pas là pour te juger...


Et ce n'est pas une question de goût, c'est juste une question de lucidité. Y'a plein de gens comme toi qui proposent des solutions miracles pour rendre le foot plus intéressant. Mais quand tu fais autre chose que regarder par le petit bout de la lorgnette, tu vois que c'est inapplicable ou inintéressant
C'est surtout que l'EL est devenu le dernier endroit où on peut se taper des matchs dans de grosses ambiances un peu à l'ancienne qui foutent des frissons alors qu'en CL avec les ambiances morbides de l'Etihad, du Parc, Bernabeu, Nou Camp c'est un peu la déprime. (à part Calderon)

Après évidemment que techniquement c'est incomparable et que l'EL offre un paquet de purges mais rien que pour ces quelques moments ponctuels c'est une sacré bouffée d'air frais.
MightyMagyars06 Niveau : District
Note : 1
Message posté par Phil...
@ Magyar,

Mais je suis d'accord que c'est plus ouvert en Europa, je l'ai dit.
Je dis simplement qu'il faut être un peu nuancé dans son propos parce que "la CL c'est tout fermé" vs "l'Europa c'est tout ouvert", c'est faux. C'est une grosse exagération.

Exagération d'une réalité, mais exagération quand même.
Je sais bien que de nos jours seul le noir ou blanc existe, que toute tentative de nuance est vue comme une faiblesse, une absence d'avis. C'est absolument débile.

La dernière fois qu'on a eu une ENORME surprise en C1, c'téait ya deux ans.
Si City va en finale cette année, ce sera aussi une ENORME surprise (club qui n'avait pas passé les huitièmes depuis 20 ans!!!). Donc ça existe aussi encore en C1 les surprises.

Je demande juste un peu de nuance.


Je suis d’accord avec toi sur les nuances, trop souvent absentes des débats.

Le problème c’est que tu parles de nuances et tu dis « ENORME surprise » en parlant de l’Atletico et City…

Il fut un temps pas si lointain ou Leverkusen, Monaco et Valence arrivaient en finale de C1. Un temps ou Leeds, Villarreal et le PSV jouaient des demis…

Aujourd’hui la preuve que la C1 est devenue ultra fermée est que l’on en vient à considérer comme ENORME surprise que le deuxième club Allemand, le 3e Espagnol ou le 2e anglais arrivent en finale.

Parce que oui l’Atletico ne sort pas de nulle part au moment de leur finale de C1. Ils restent sur deux victoires en C3, possède un super effectif et sont en course pour être champion (ils le seront d’ailleurs cette année la). Et on voit bien que ce n’était pas un feu de paille, puisque 2 ans après ils sont encore là, que ce soit en C1 ou en Liga.
Pareil pour City, qui certes n’a pas réussi ces dernières années en C1, mais on peut leur trouver des circonstances atténuantes (des poules de la mort, 2 fois le Barca en huitièmes ces 2 dernières années). A côté de ça, c’est le 5 e budget d’Europe, un effectif bâti à coup de millions et deux titres de PL sur les 4 dernières années.

Ce que j’aurai appelé ENORME surprise, c’est qu’un Wolfsburg cette année aille jusqu’en finale. Pareil pour Monaco l’an dernier, Malaga ya 3 ans ou l’APOEL y’a 4ans.

Malheureusement, dans la C1 actuelle, pour eux, le simple fait d’être arrivé en quart de finale était considéré comme une ENORME surprise.
paul.la.poulpe Niveau : Ligue 1
Message posté par josip-illicite
D'accord avec toi, Paul.
Je vais peut être me faire taper dessus, mais si on peut pas nier que le match d'hier soir était incroyable, on peut aussi rappeler que, d'une part, les défenses ont été mauvaises (Sakho coute mine de rien deux buts, et la défense du BVB fait n'importe quoi sur 3 des 4 buts de Pool), et que niveau jeu ça a pas non plus été magnifique. Enormément d'intensité, énormément de suspens, mais d'un point de vue purement footballistique, je sais pas si ça a été si génial que ça.

Je préfère très largement un Juve-Bayern où ça a été une opposition tactique énorme, avec des équipes qui n'ont rien concédé et qui ont du se sortir les tripes pour planter, voire même l'Atletico-Barca où là aussi, on a vu de l'intensité, de l'excellence tactique et une débauche d'énergie hallucinante.

Certes, la LDC est peut être moins romantique que l'EL, du fait de la redondance des affiches, mais niveau jeu ça reste le top.

Peut être que j'ai une vision trop "pragmatique", trop peu "naturelle", mais pour moi un vrai bon match de foot dans son contenu c'est un match où les équipes se concèdent rien, défendent bien, et où elles doivent réaliser de vrais exploits pour marquer un but.

Mais je comprends qu'on soit pas d'accord avec moi, ceci dit.


Je suis bien d'accord. Après comme dit justement Richter, c'est deux compèt' bien différentes. Chacun a le droit d'apprécier celle qu'il veut, ou les deux, en fonction de ce qu'il préfère dans le foot.

On peut avoir des goûts différents. Ca serait juste bien que plus de gens soient capables de les exprimer de manière plus nuancées (surtout le lendemain du match, une fois qu'on est un peu retombés).

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
6k 58