Conte, un départ qui en dit long…

C'est donc officiel depuis hier soir, Antonio Conte n'est plus l'entraîneur de la Juventus. Le coach turinois a pris sa décision au terme du deuxième jour de stage à Vinovo. Un véritable choc, et plusieurs messages subliminaux envoyés à tout le monde.

Modififié
0 47
En Italie, on dit « colpo di fulmine a ciel sereno » . Un coup de tonnerre dans un ciel serein. C'est exactement ce qui s'est passé hier, aux alentours de 18h30. Antonio Conte quitte la Juventus. On croit d'abord à un canular, une déclaration mal interprétée et amplifiée, comme souvent, par les médias italiens. Mais non. Car quelques minutes après l'annonce, la Juventus publie un vidéo-message où un Conte aussi tracassé qu'ému annonce bel et bien la «  rupture consensuelle du contrat » . Une justification, une explication ? Même pas. Juste un merci aux tifosi juventini, au club, et ciao, au revoir. À n'y rien comprendre, surtout lorsque l'on sait que Conte avait décidé, au terme de la saison 2013/14, de prolonger l'aventure à Turin d'une année. Mais les quelques semaines d'été et les deux premiers jours de stage à Vinovo ont finalement tout chamboulé et l'ont poussé à changer d'avis. Pourquoi ? Comment ? Et surtout, quelles conséquences sur le triple champion d'Italie et la Serie A en général ?

Alexis et Juan, Alvaro et Patrice


Première raison invoquée pour ce départ : le mercato. Il faut se replacer dans le contexte. Le 18 mai dernier, la Juventus s'impose 3-0 contre Cagliari et ponctue sa saison d'une nouvelle victoire. 102 points, une moyenne record de 2,68 points par match, et une élimination en demi-finale d'Europa League. Conte aligne un troisième Scudetto d'affilée, ce qui n'était jamais arrivé dans l'histoire de la Vieille Dame depuis l'instauration du championnat unique en 1929. Forcément, le coach se pose des questions. Comment renforcer cette équipe ? Comment faire mieux ? Comment trouver de nouvelles motivations ? On évoque déjà un départ, les tifosi tremblent et le supplient de rester. L'entraîneur rencontre donc Andrea Agnelli, et pose ses conditions. Il gratte les noms de certains joueurs qu'il souhaite voir à la reprise des entraînements. Parmi eux, Alexis Sánchez et Juan Cuadrado, que Conte définit comme ses priorités.

Mais à la reprise, lundi 14 juillet, Conte ne voit ni l'ombre du Chilien, ni celle du Colombien. L'un a signé à Arsenal, l'autre semble destiné à la Liga, voire la Premier League. Conte l'avait déjà compris pendant le Mondial, mais en a désormais la confirmation sous les yeux : la Juve n'a plus les moyens de convaincre les top-players de venir. Pendant que le Barça signe Luis Suárez, que l'on annonce James Rodríguez et Toni Kroos au Real Madrid, que les deux Manchester ont déjà déboursé plus de 100 millions d'euros à eux deux, que Paris fait venir David Luiz, la Juve, championne d'Italie, doit se contenter d'Álvaro Morata, remplaçant au Real Madrid, et de Patrice Évra, 33 ans.

Qui plus est, il semblerait également qu'Agnelli ait signifié à Conte que ses deux joueurs de classe mondiale, Arturo Vidal et Paul Pogba, allaient quitter Turin. Ou du moins l'un des deux (Vidal, a priori). La goutte d'eau pour Conte, et, quelque part, un aveu d'impuissance de la part du club turinois, patron en Italie, mais désormais incapable de se hisser au niveau des cadors européens, tant sur le plan financier que sur l'aspect « séducteur » . Cette triste constatation, Conte n'a eu besoin que de deux jours pour la faire, lui aussi. C'est justement de ce dont il avait peur au terme de la saison dernière. Agnelli l'avait rassuré. Mais l'été n'a pas dissipé les doutes. Au contraire, il les a renforcés. Plutôt que de foncer vers une désillusion, Conte a préféré jeter l'éponge. Dur à avaler pour tout le monde.

Mercato, motivations et Nazionale


Cette décision chamboule évidemment pas mal de choses. Déjà, elle semble redistribuer les cartes pour la course au titre en Italie. Car d'avis général, s'il ne faut en rien minimiser l'importance des joueurs bianconeri, c'est bien Conte qui a été l'artisan numéro 1 des succès de la Juve. Avant son arrivée, la Vieille Dame était pratiquement tombée dans l'anonymat, allant jusqu'à ne pas se qualifier pour la Coupe d'Europe. Conte est arrivé avec son balai, son couteau, et a changé les choses. Lors de la saison qui vient de s'écouler, il semble même évident que sans Conte sur son banc, la Juve aurait eu beaucoup plus de mal à se débarrasser de la Roma de Rudi Garcia. Car en plus d'avoir donné une leçon tactique à l'ancien coach lillois lors de la confrontation directe (3-0 à Turin), Conte a été un formidable meneur d'hommes pendant toute la saison, n'hésitant pas à pousser des énormes gueulantes, notamment après le nul 2-2 face au Hellas Vérone. La Juve va donc devoir apprendre à vivre sans son général des armées, et donner les clefs à un Max Allegri loin, très loin d'avoir la même aura.

Plus qu'une simple démission, le départ de Conte est également la confirmation que le football italien est toujours plus vacillant. Le 15 juillet, la Fédé n'a plus de président, la Nazionale n'a plus de sélectionneur, et le champion d'Italie n'a plus de coach. Un symbole, comme pour signifier que ce Calcio, en cet été de débâcle brésilienne, a perdu ses repères. La Juve, comme la Nazionale, va devoir repartir de zéro, même si les bases ne sont évidemment pas les mêmes, sachant que la Juve vient de tout gagner pendant trois ans. Ce qui est sûr, en tout cas, c'est que ce départ va avoir des conséquences. Sur le mercato, d'abord. Il est probable que pour envoyer un signal positif à Allegri, Agnelli va lui faire un petit plaisir sur le marché des transferts. Sur la concurrence, ensuite. Des équipes comme la Roma, le Napoli voire la Fiorentina se retrouvent propulsées au rang de potentielles favorites au Scudetto, puisque la Juve redevient, d'un coup, plus humaine. Sur la Nazionale, enfin. Hier soir, une fois le choc encaissé, tout le monde a pensé à la même chose : le banc de l'équipe d'Italie est vide, et le meilleur entraîneur italien n'a plus de travail. Presque trop évident pour être vrai ?

Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Du temps de Gianni Agnelli ça ne ce serait jamais passé de la sorte... les tops joueurs, il les avaient et qu'on ne me dise pas que c'est uniquement du au fait que la Série A est moins attractive qu'avant...
C'est un peu limite de lacher l'équipe à la reprise de l'entrainement non ? Même s'il semble que, oui, Agnelli lui l'a mis profonde niveau promesse de transfert.

Bon après il suffit de demander a Ranieri de faire à peine 250km et c'est reparti pour une 4ème année consécutive.
Allegri c'est un cauchemar par contre...
C'est vrai que Conte à la tête de la Nazionale, ça sera moins glamour, mais terriblement plus costaud
C'est triste mais Eric a tout résumé...Une gestion du mercato très moyenne, face à un coach qui a redressé la barre du club de manière spectaculaire...J'attends de voir qui va le remplacer mais je suis franchement déçu du départ de Conte.
Ghost surfer Niveau : Loisir
Toni Kross ? On en parle ?
jesse pinkman Niveau : Loisir
journée de deuil pour moi... Allegri non putain pas lui
autant Conte a la tete de la squaddra c est un tres bon choix, mais quelle perte pour la juve et quel remplacement degueulasse qui va freiner la progression de la juve dans laquelle etait depuis 3ans...
Chriswillow Niveau : Loisir
Qu'est ce que ça fait mal d'entendre que la Juve n'a pas de quoi attirer des tops players. Pire elle n'a pas de quoi garder ses meilleurs éléments.

Tellement révélateur de ce qu'est devenu le foot depuis ces dernières années.
Felipão Coutinho Niveau : District
Je me pose toujours cette question: Que deviendra la serie A dans quelques années? retrouvera-t-il son lustre de l'epoque Maldini ou Sacchi?
Note : 1
Le championnat européen le plus pourri du Top 5. Essayez de regarder un Cagliari / Hellas ou un Sassuolo / Sampdoria un dimanche à 15h. Au mieux les urgences, au pire , le suicide
Message posté par Goofy

Bon après il suffit de demander a Ranieri de faire à peine 250km et c'est reparti pour une 4ème année consécutive.


Pour le bien de la Juve, je préfère encore Allegri.
Note : 5
Message posté par Felipão Coutinho
Je me pose toujours cette question: Que deviendra la serie A dans quelques années? retrouvera-t-il son lustre de l'epoque Maldini ou Sacchi?


Ce sont des cycles... L'Italie était numéro 1 au début des années 2000, l'Angleterre a pris le relais, puis l'Espagne, et là ça tend à revenir en Allemagne...
2yemklubapanam Niveau : Ballon d'or
on le dit en partance pour lens, où une promesse d'enveloppe de recrutement conséquente lui aurait été garantie.
enfin j'ai lu ça dans ici paris...
P'tit Filet Niveau : CFA

"Presque trop évident pour être vrai ?"

Presque trop vrai pour être évident...
Je trouve pas la serie A reste meilleure que la L1 : mis à part Paris et Monaco, le reste c'est le néant !! En tt cas bon courage avec Allegri :)
Palpo rat Niveau : DHR
Agnelli qui déclarait il y a pas 3 mois "Conte c'est le Fergusson de la Juve"
Ghost surfer Niveau : Loisir


Soit j'ai un gros besoin de changer de lunettes, soit ça a été corrigé depuis. Les 2 sont plausibles
jesse pinkman Niveau : Loisir
Message posté par toof11


Ce sont des cycles... L'Italie était numéro 1 au début des années 2000, l'Angleterre a pris le relais, puis l'Espagne, et là ça tend à revenir en Allemagne...


je pense aussi que ca marche par cycle, ca passera par des stades plus modernes (ce qu ils auraient eu si ils avaient eu l Euro 2016), par la fin de la crise en Italie, par peut etre des investisseurs etrangers, et aussi par une nouvelle generation talenteuse comme celle de fin 90-debut des années 2000 avec des totti del piero, vieri, inzaghi, pirlo, zambrotta, buffon, maldini, cannavaro, nesta, etc...

mais c est pas pour demain en tous cas malheureusement...
jesse pinkman Niveau : Loisir
et puis comme dirait Andrea Bocceli : Conte partiro...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
L'été moisi du RC Lens
0 47