1. //
  2. // 26ème journée

Conseil de classe

Bordeaux en a ras le cul de la L1. C'est officiel. A quoi bon jouer au Mans quand on peut se contenter de la C1 ? Mais force est de constater que les dix-neuf autres pensionnaires du championnat de France n'ont pas cette chance. L'OL se réapproprie le terme "ambition", Montpellier continue d'étonner, l'ASM n'apprend plus ses leçons et l'OM rend une belle copie. Bulletin scolaire.

0 0
4/20, Edel Apoula, Sammy Traoré, l'entrejambe de Sylvain Armand, Zoumana Camara... "Occupent une chaise".

Zoumana Camara : « Il est évident que pour les supporters, la ville et le club, ce match est important. En tout cas, nous allons tout faire pour l'emporter. C'est sûr que ça ferait plaisir à tout le monde. On sait que celle-là peut nous donner une bonne bouffée d'oxygène » . Ou pas. L'Olympique de Marseille a remis la fessée à l'ordre du jour.

6/20, Nancy. "Même un touriste aurait amené un appareil photo et des tongs".

Difficile de trouver des excuses aux Nancéiens. Leur faute ? Être les premiers à laisser les Grenoblois repartir avec les trois points. Apathiques, empruntés, ailleurs, dissipés... les hommes de Pablo Correa ont plongé dans un profond coma les 14 667 courageux venus les encourager à Marcel-Picot. 58% de possession, 12 corners pour aucun but. Une équipe de bras cassés en somme. Au final, on éprouverait presque de l'empathie envers les Isérois. Samedi, la squad qui ressemblait le plus à une future pensionnaire de Ligue 2 portait un linceul blanc.

7/20, Didier Ollé-Nicolle (Nice). "Des problèmes domestiques empêchent le garçon de s'exprimer".

Battus à Lyon (0-2), les Niçois ne savent plus trop qui flinguer pour sauver leur peau. Didier Ollé-Nicolle, qui a sauté une classe cet été, s'en prend à ses parents -qui ne connaissent rien au football- et semble se diriger vers un redoublement en fin de saison.

8/20, Rennes. "Pousse des cris d'animaux en classe et semble plus intéressé par les matières nobles".

Sur le papier, le Stade Rennais a sacrément de la gueule. Un gardien pas dégueu, une défense qui tient la route, un milieu de terrain en devenir et une attaque susceptible de perforer toutes les défenses de l'hexagone. D'ailleurs, lorsque le champion de France bordelais débarque en Bretagne, il repart la gueule amochée par les bourre-pifs rennais (4-2). Que ce match semble déjà loin. A Montpellier, Rennes a fait sa "spéciale". Perdre bêtement. A l'image de leur finale de Coupe de France perdue contre Guingamp l'an dernier, les Bretons n'ont pas bougé. A la fois en fin de cycle et en reconstruction. L'arrivée de Frédéric Antonetti n'a rien changé. Rennes est un cancre qui s'ignore.

10/20, Gaël Danic (Valenciennes). "D'un âne on ne fait pas un cheval de course".

L'éternel adolescent. Un brin boudeur, voire ronchon. Samedi soir, à l'heure de jeu, lorsque Philippe Montanier, son entraîneur, décide de sortir le milieu gauche, ce dernier laisse éclater son mécontentement. Pas assez actif, peu de percussion. Pas terrible pour un milieu gauche à qui on demande de prendre son couloir. Forcément, Danic fait la gueule lorsque le panneau d'affichage lui renvoie son propre désarroi. Le sortant, c'est lui. Il traîne les pieds, râle, fustige à qui veut l'entendre. C'est con. Surtout que celui qui lui succède sur la pelouse, Johan Audel, offrira la victoire aux Nordistes. Pendant ce temps, Gaël continue de bouder dans sa chambre...

10,5/20, Henri Bedimo (Lens). "Participe beaucoup... à la bonne ambiance de la classe. Se retourne parfois... pour regarder le tableau".

Henri a une bonne tête. Vraiment. Le genre de mec avec qui on partirait en vacances. Seulement Henri est payé pour jouer au ballon. A priori, il a un don. Il est au-dessus de la moyenne. Pourtant lorsqu'il tente un dégagement en ciseau dans sa surface, Bedimo se foire, littéralement. Derrière ? But de Dupuis. Moche. Le défenseur lensois le vit bien, tant mieux pour lui. Lens perd pour la première fois à Toulouse depuis dix piges. 1-0 et merci qui ? Merci Henri !

14/20, Lyon. "S'est bien repris après un premier trimestre difficile".

2009 était synonyme d'annus horribilis pour les Gones. Heureusement, 2010 a pointé le bout de sa trogne et ça change tout. Sans être géniaux, les Lyonnais sont venus à bout d'une petite équipe niçoise. Un but de Lisandro en début de rencontre, un CSC d'Apam en fin de match, au milieu, une gestion à l'ancienne. Lyon revient fort, très fort.

15/20, Marseille, Montpellier. "Ne vous relâchez pas, c'est bien".

Trois buts dans les filets de Rennes, trois balles dans le buffet d'Apoula, les deux clubs sudistes ont fait le métier. Mine de rien, le Sud prend le pouvoir sur la Ligue 1. Ben Arfa devient efficace, Cheryou est enfin en Bleu, Deschamps parle football et si c'était l'année de l'OM ? Montpellier, lui, prépare déjà sa saison prochaine. La Coupe d'Europe... eh oui !

19/20, Bordeaux. "Élève sérieux et appliqué".

Sans jouer, les Girondins sont toujours en tête de la Ligue 1. Les Bordelais ont deux matches en moins mais ont présenté un certificat médical en règle. Aucune absence injustifiée. Saleté de fayot.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
On était à PSG-OM
0 0