Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Fluminense

Conca, le Brésil à ses pieds

Le meilleur joueur du championnat brésilien est argentin. Acteur incontournable du titre de Fluminense, ce timide maladif flambe tellement que certaines voix s'élèvent déjà pour demander sa naturalisation.

Vainqueur du Ballon d'Or du magazine Placar et du prix de “craque do Brasileirão” de la fédé brésilienne, Conca n'est pourtant pas du genre à la ramener. « Je ne sais pas si je mérite ces récompenses. Neymar, lui, c'est un vrai crack, on ne sait pas jusqu'où il peut aller, il va peut-être marquer l'Histoire. Je suis très fier d'avoir été désigné meilleur joueur d'une compétition dans laquelle il évolue » , a-t-il ainsi déclaré à Radio Globo. De deux choses l'une, soit ce mec est vraiment hyper fan du petit prodige de Santos, soit il est ultra modeste. Ses statistiques sur la saison feraient plutôt pencher pour la deuxième option...

Auteur de neuf buts et dix-huit passes décisives en championnat national, du haut de son 1,67m, le natif de General Pacheco a porté à bout de bras une équipe de Fluminense qui compte pourtant dans ses rangs des stars bling-bling comme Fred ou Deco. Il a marqué plus de pions que les deux réunis, mais surtout, il a joué l'intégralité des trente-huit matchs du dernier exercice alors que ces derniers ont passé plus de temps à l'infirmerie que sur le pré. Le tout en gagnant trois fois moins qu'eux ! Une injustice à laquelle les dirigeants ont remédié une fois la saison terminée en renouvelant son contrat pour cinq ans, faisant passer son salaire de 250.000 à 700.000 R$ par mois (soit environ 310.000 euros). A 27 ans, il se voit d'ailleurs bien terminer sa carrière à Rio. « Si ça ne tenait qu'à moi, j'aurais renouvelé pour vingt ans » , plaisantait-il récemment dans les colonnes du magazine Contigo, en posant aux côtés de sa copine brésilienne Paula, avec laquelle il dit vouloir au moins cinq enfants. Autant dire qu'il est bien intégré à la vie carioca.

Recalé à River Plate

Mais c'était loin d'être gagné. Formé au Club Atletico Tigre, en banlieue de Buenos Aires, il joue son premier match pro en deuxième division à 15 ans à peine, avant d'être transféré immédiatement à River Plate. Chez les Millonarios, il n'aura pourtant jamais vraiment sa chance et devra s'exiler au Chili, à l'Universidad Catolica. Quand il débarque pour la première fois à Rio en 2007 au club de Vasco, les Brésiliens sont plutôt sceptiques. Il dispute quelques matchs sous les ordres de Renato Gaucho, l'idole absolue de Fluminense, qu'il retrouvera l'année suivante sous les couleurs du club tricolor, pour une épopée qui le mènera jusqu'en finale de la Copa Libertadores, perdue contre les Équatoriens de la LDU Quito.

Jamais brillant avec Vasco, il garde tout de même un bon souvenir de cette première expérience à “Lulaland”, qui lui a permis d'évoluer aux côtés de Romario. « Le meilleur joueur avec lequel j'ai joué » confie-t-il. Mais c'est avec le Flu que Conca livre enfin la pleine mesure de son talent, distillant aussi bien des passes millimétrées que des pralines de l'entrée de la surface, sans oublier ses coup-francs caressés avec amour... Avec D'Alessando, qui évolue avec l'Internacional Porto Alegre, et Montillo, fraîchement arrivé à Cruzeiro, il montre que l'Argentine continue de former de grands numéro 10, au point de fournir au championnat brésilien les trois meilleurs joueurs à ce poste, du moins en l'absence de Paulo Henrique Ganso, l'autre prodige de Santos qui s'est fait les croisés en août dernier.

Du coup, comme il n'a jamais eu sa chance chez les Albiceleste, d'aucuns réclament déjà sa naturalisation pour qu'il puisse évoluer sous l'étendard auriverde. Mais pour l'instant, ni Mano Menezes, l'entraîneur de la Seleção, ni l'intéressé, qui rêve toujours de jouer pour son pays, n'ont l'air de vouloir abonder dans ce sens. C'est tout bénef' pour Fluminense, qui rêve de briller à nouveau en Copa Libertadores l'année prochaine.




Louis Génot, à Rio de Janeiro

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68 Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge dimanche 15 juillet Rooney inspire DC United 3
À lire ensuite
Que ramener du Brésil ?