1. //
  2. // Remplacement
  3. // Comportement

Comment (vraiment) gâcher sa sortie

Lionel Messi n'était pas content quand Tata l'a remplacé contre la Real Sociedad. Il n'a salué ni son coach ni ses coéquipiers. Boudeur, il allé s'asseoir tout seul sur un coin du banc. S'il est le meilleur joueur du monde, Messi a en revanche encore beaucoup à apprendre question sorties orageuses. Voici quelques idées dont il pourrait s'inspirer à l'avenir…

Modififié
394 52
Ne pas serrer la main de son coach

Le grand classique. Peut se décliner sous toutes ses formes, du petit mouvement d'humeur au gros coup de gueule. Si Messi avait voulu faire les choses en grand, il se serait inspiré du maître Zidane. Souvenir : Coupe du monde 2006, deuxième match de poule, l'EDF est en train de terminer son match contre la Corée du Sud sur un piteux 1-1. ZZ est averti à la 85e minute, un carton synonyme de suspension pour le dernier match des poules contre le Togo. Si la France ne se qualifie pas pour les huitièmes, Zidane ne reportera plus le maillot bleu. À ce moment, tonton Raymond décide de le remplacer par Trezeguet. Un affront pour Zidane qui, au lieu de baisser la tête au moment de passer devant Domenech, lui adresse un regard noir aussi significatif qu'un « va te faire enculer sale fils de pute » , puis file aux vestiaires. La légende voudrait qu'il ait ensuite fracassé une porte dans un accès de rage.



Jeter son maillot à terre

Janvier 1989, Cantona est au somment de sa (mé)forme. Il patauge à l'OM et vient quelques semaines plus tôt de traiter son sélectionneur Henri Michel de « sac à merde » . Gérard Gili, alors coach de l'équipe phocéenne, ne se méfie pas et demande à son joueur de sortir lors d'un match amical contre le Torpedo Moscou à Sedan. C'en est trop pour King Éric qui jette son maillot aux pieds de son coach et sort sous la bronca du public. Le point de non-retour est atteint, Canto est sanctionné pendant un mois et prêté dans la foulée à Bordeaux. Le joli geste de Cantona a fait des émules. Plus Récemment, Marama Vahirua, Mateja Kežman et Mario Balotelli s'y sont essayés. Avec forcément moins de classe…


Tout simplement sauter à la gorge de son sélectionneur

Lors de la demi-finale de la CAN 2006 contre le Sénégal, Ahmed Hossam Hussein Abdelhamid alias « Mido » ne comprend pas que son sélectionneur, Hassan Chehata, ait le toupet de le remplacer à la 79e minute. Ce qui suit reste dans les annales : l'ancien Marseillais vomit un torrent d'insultes en sortant, s'approche de son banc, puis revient à la charge avec la ferme intention de mettre un coup de boule à son bouseux de coach. Son pote Hossam Hassan a du mal à le retenir tandis que les 75 000 supporters crient « dehors » . Ironie de l'histoire, c'est son remplaçant, Amr Zaik, qui inscrit le but de la victoire quelques instants plus tard. « Je m'en fous, l'Égypte a eu de la chance » , dira-t-il après la rencontre. La finale, le sale gosse ne la passera pas sur le banc, mais en tribunes.

Youtube

« Ah le tempérament égyptien » , une perle de commentateur.

Shooter dans un objet (si possible en proférant un juron très grossier)

Barré par Ibrahimović, Kevin Gameiro doit se contenter de bouts de match par-ci par-là. Assis sur le banc à ronger son frein pendant de longs mois, l'ancien Lorientais accumule peu à peu la frustration jusqu'au jour où tout explose… Pour une fois titulaire contre Troyes, Kev' ne supporte pas qu'Ancelotti le sorte à l'heure de jeu. La mâchoire serrée, il passe devant son coach sans un regard, envoie une grosse mine dans une bouteille d'eau innocente et se laisse tomber sur le banc en pleurnichant comme un gosse : « Y en a marre, c'est toujours la même chose ! Maintenant je m'en bats les couilles. » La poésie du geste et du langage.

Youtube

Prendre un second carton jaune parce qu'on a mis trois plombes à sortir

Le 6 septembre 1997, le Portugal joue en Allemagne une rencontre décisive en vue de la Coupe du monde 98. En fin de match, la Seleção mène 1-0 grâce à un but de Pedro Barbosa et tient sa qualification. À ce moment-là, Artur Jorge décide de faire sortir Rui Costa, principalement pour gagner du temps. Le joueur de la Fiorentina prend peut-être trop son rôle à cœur et se dirige sans se presser vers le bord du terrain. Un geste d'antijeu aux yeux de l'arbitre Marc Batta — un Français — qui, dans un excès de zèle, se précipite sur le joueur pour lui mettre un carton jaune, un second. Expulsé, Rui Costa sort sans pouvoir être remplacé. La fin de l'histoire est particulièrement triste, puisque le Portugal, en infériorité numérique, se fait rejoindre au score et voit son rêve de participer au mondial s'envoler. Sur le bord du terrain, Rui Costa est en pleurs.

Applaudir son entraîneur

Delio Rossi est un homme sanguin. Un homme qui n'hésite pas à remplacer un de ses joueurs à la 31e minute si son attitude lui déplaît. Un homme qui déteste surtout qu'on se paie sa tête et qui sort de ses gonds pour un rien. Adem Ljajić ne savait sans doute pas tout ça le jour où il a ironiquement applaudi son entraîneur alors que celui-ci venait de le faire sortir. Vu les beignes que le jeune homme a encaissées, il est probablement aujourd'hui plus prudent.

Youtube

Foutre la pétoche à tout le monde parce qu'on est fils de dictateur

Saadi Kadhafi avait envie d'être footballeur et un papa dictateur, il a été footballeur et a joué 11 minutes pour l'Udinese. Capitaine de la sélection libyenne, le frère de Saïf al-Islam dispute en 2003 un match amical contre le Canada, chez lui, à Tripoli. Au moment où son numéro s'affiche sur le tableau du quatrième arbitre, Saadi, loin d'être mécontent, commence à serrer une à une les mains de tous ses adversaires. La scène, surréaliste, dure plusieurs minutes. Tout le monde attend, mais personne, même l'arbitre, n'ose dire quoi que ce soit. Quand on sait que quelques années plus tard, Saadi Kadhafi partait avec ses troupes écraser la rébellion de Benghazi, on comprend mieux pourquoi…

Youtube

Bonus « comment être sûr de se faire sortir »

Tenter un geste technique grotesque face au but

Quand il entend « match amical » , Mario Balotelli s'imagine qu'il peut faire mumuse avec la balle pendant 90 minutes. Contre les Los Angeles Galaxy, Super Mario, seul face aux cages, cale avec nonchalance une roulette totalement foireuse en sortie de but. Le genre de geste de « petit con » qui a le don de mettre Roberto Mancini hors de lui. Ni une ni deux, l'Italien demande à Milner d'enfiler un short et fait sortir son joueur sur le champ (on joue alors la 31e minute). Loin d'avoir honte, Balotelli se permet en plus d'engueuler son coach au passage. Quelques mois plus tard, les deux hommes en viendront aux mains à l'entraînement.

Youtube


Par Pablo Garcia-Fons
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Pascal Pierre Niveau : Loisir
Le plus belle sortie restera celle de Kastendeuch : sans serrer la main de son coach, sans saluer le public, et après avoir été assommé par Bonnissel. Une honte.
Vous pourriez quand même relire vos articles avant de les partager sur les réseaux sociaux.
J'ai l'impression que c'est un phénomène récent d'à peu près une dizaine d'années et qui est sur-alimenté par les médias. Aujourd’hui dès qu'un joueur est remplacé tu as le réalisateur qui se désintéresse complètement du jeu pour filmer le banc en espérant un probable pétage de plomb du joueur. Les joueurs qui savent donc maintenant qu'ils sont tout le temps filmé n'hésitent plus à profiter de cette fenêtre pour se donner en spectacle.
Pourtant je n'ai pas l'impression qu'à l'époque on avait ce type de réalisations. Peut être quelqu'un peut me le confirmer. Mais avant quand un joueur était remplacé, on montrait simplement le remplacement, avec le "give me five" ou la bise pour les plus coquins, mais la réaction du banc, tout le monde s'en branlait.

Encore une des dérives du foot spectacle. Cette manie du réalisateur de filmer le banc de touche en espérant un clash est probablement un des trucs qui m'agace le plus dans le foot moderne.
Un article validé par Clément Turpin
@ Zblax :
C'est vrai que ça serait pas la peine de relire, s'il n'y avait pas les "réseaux sociaux"
Message posté par ozymandias
J'ai l'impression que c'est un phénomène récent d'à peu près une dizaine d'années et qui est sur-alimenté par les médias. Aujourd’hui dès qu'un joueur est remplacé tu as le réalisateur qui se désintéresse complètement du jeu pour filmer le banc en espérant un probable pétage de plomb du joueur. Les joueurs qui savent donc maintenant qu'ils sont tout le temps filmé n'hésitent plus à profiter de cette fenêtre pour se donner en spectacle.
Pourtant je n'ai pas l'impression qu'à l'époque on avait ce type de réalisations. Peut être quelqu'un peut me le confirmer. Mais avant quand un joueur était remplacé, on montrait simplement le remplacement, avec le "give me five" ou la bise pour les plus coquins, mais la réaction du banc, tout le monde s'en branlait.

Encore une des dérives du foot spectacle. Cette manie du réalisateur de filmer le banc de touche en espérant un clash est probablement un des trucs qui m'agace le plus dans le foot moderne.


Totalement.

Suffit de voir la réaction des médias face au remplacement de Messi et la polémique qu'ils ont lancé pour si peu. Foutus médias...
J'aime beaucoup Llajic comme joueur, mais ça valait la peine de perdre son boulot pour lui envoyer des baffes.
Ce qui me fait quand même rire et dire que les gens sont des girouettes, c'est que la sortie de Zidane en 2006 n'a fait aucun débat et personne n'en parle vu qu'on va en finale de coupe du monde grâce a lui derrière, par contre quand on voit ce que se prenne Nasri, Anelka, Menez...

En gros en France si tu es le meilleur tu peux n'avoir aucun respect et être cité en exemple pour un coach mais si tu as déçu les "attentes" du public ben tu n'es qu'un petit con mal éduqué...
FranckZappaFC Niveau : Loisir
L'histoire du Portugal en 1997 c'est un peu la honte pour l'arbitrage, on a inventé le temps additionnel c'est pas pour rien. Putain d'arbitres français autoritaristes.
messi est un immense footballeur mais un piètre être humain, comme un paquet de ses collègues.
setonaikai Niveau : DHR
Message posté par Pascal Pierre
Le plus belle sortie restera celle de Kastendeuch : sans serrer la main de son coach, sans saluer le public, et après avoir été assommé par Bonnissel. Une honte.


J'ai ri...
Chriswillow Niveau : Loisir
"Y'a aussi la sortie crève cœur, parce qu'un de tes pignoufs de coéquipier se prend un rouge dès la 16e minute et que tu dois faire les frais du remaniement tactique de l'équipe. Un sentiment partagé entre le désarroi, la colère et la fatalité."

Robert Pirès, extrait de sa future bio.
Petit détail assez noble dans la vidéo du remplacement de Mido (assez hilarante il est vrai) : au milieu de son flot d'insultes, il n'oublie pas de *high five* son coéquipier qui s'apprête à rentrer en jeu, pour ensuite continuer de plus belle à embrouiller son coach.
Y avait quand même la place pour une bonne blague avec "Super Mario" et "Galaxy", non? Du moins une petite allusion...

Sinon, Mancini a pris 10 ans avec Balotelli dans son équipe...
ToxikCheese Niveau : Loisir
Euh, quelqu'un pour m’éclairer sur le coup de savate de totti sur Bali Balo ??

ça a été la guerre entre eux tout le match ou bien ?
JaphetN'Doram Niveau : CFA
Ah bon, tu le connais personnellement ?
JaphetN'Doram Niveau : CFA
Message adressé à Matos
Estebanana Niveau : CFA
Balotelli a expliqué qu'il pensait être hors jeu sur l'action.
Rakamlerouge Niveau : National
Ah, il en manque une belle: Klinsmann avec le Bayern, saison 96-97, sorti par le Trapp' à l'heure de jeu... L'instant du divorce définitif entre le joueur et le club.

Quelques moulinets avec les bras ("Basta, basta, j'en ai ma claque") suivi d'un bon gros de latte dans un modèle en carton. Il reste coincé avec le pied. Légendaire!

https://www.youtube.com/watch?v=rVy79kx6SUc (voir à 2'30)
Rakamlerouge Niveau : National
*bon gros coup de latte*
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
394 52