Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Real Madrid-Barcelone

Comment réussir son Clásico

Chaque année, il se retrouve sur la table. Chaque année, il est de plus en plus copieux. Chaque année, on doit au moins faire semblant d’adorer ça. Mais comment faire en sorte qu’un plat connu de tous et partagé dans le monde entier puisse se démarquer de ceux précédemment servis ? Enfilez votre tablier et suivez scrupuleusement la recette du parfait Clásico.

Modififié

  • Trouver des produits de qualité

  • En déambulant entre les rayons merengue et blaugrana, il paraît impossible de faire un mauvais choix. Les uns sont doubles champions d’Europe et champions d’Espagne en titre, emmenés par un coach à qui tout sourit ; les autres sont actuellement en tête de la Liga, assoiffés de revanche après un exercice 2016-2017 compliqué. La solution de facilité serait d’opter pour un duo de Ballon d’or, quintuplement primé. Messi-Ronaldo, le mélange entre la graine importée puis cultivée sur place et le morceau de viande le plus soigné du moment. À vérifier tout de même l’état de Ronaldo, puisque l’emballage de celui-ci aurait été en partie abîmé lors du voyage aux Émirats arabes unis le week-end dernier. En cas de rupture de stock, rabattez-vous sans sourciller sur un Karim Benzema, trente ans d’âge, un Isco qui pourrait surprendre vos convives, alors qu’un Paulinho, dernier arrivage au Barça, pourrait apporter pas mal de caractère à l'ensemble.


  • Arroser d’une rivalité séculaire

  • Avant les fêtes, vous ferez à coup sûr des heureux en mettant au menu cette recette de grand-mère. Car pour petits et grands, nombreux souvenirs devraient rejaillir telle une madeleine de Proust. Barça et Real se sont affrontés à 236 reprises – le club de la capitale comptant un léger avantage sur son rival catalan, avec trois victoires de plus. Soit autant d’images qui passeront à la postérité et qui font tout le sel de cette rencontre : les tensions politiques des années 1940, la révélation d’Emilio Butragueño, les manitas de Cruyff en 1974 et 1994, le triplé de « Bam Bam » Zamorano, la tête de cochon jetée aux pieds de Luís Figo, les standing ovations du Bernabéu à Ronaldinho ou Maradona... Alors faites en sorte que ce 237e Clásico reste lui aussi gravé dans toutes les mémoires.


  • Laisser mijoter dans un contexte sportif explosif

  • La réussite du point précédent peut notamment dépendre du contexte spatio-temporel dans lequel se déroule votre Clásico. Et il se trouve que cette fin d’année est tout à fait propice. Grâce à un équilibre retrouvé et avec un Ernesto Valverde à la hauteur de la fonction, le Barça a l’occasion de partir en vacances samedi après-midi avec une confortable avance sur le reste de la meute. À l’inverse, si les Madridistas auront leur couronne de champions du monde sur la tête, tout n’est pas rose pour la Casa Blanca. Bien qu’avec un match en retard, ils pointent à la quatrième place du classement, à onze longueurs du Barça. « La situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui nous oblige plus que jamais à remporter ce Clásico pour pouvoir continuer à croire à la Liga » , avoue lui-même Sergio Ramos. Si ce duel ne sera pas une explication entre le leader et son dauphin, il ne devrait néanmoins pas manquer de saveur. Ce Clásico peut déjà être un tournant de la saison.



  • Farcir allègrement de sponsors asiatiques

  • Le rendez-vous fixé à 13 heures aurait de quoi vous inquiéter, car vous avez plus l’habitude de servir ce genre de met lors d’un dîner, quitte à forcer sur le côté gala de l’événement. Mais plutôt que s’en plaindre, faites en sorte que tout le monde puisse repartir chez lui avec le bouton du jean prêt à sauter. Programmé à cette heure-ci pour avoir une exposition maximale sur le marché asiatique, cette affiche sera regardée par 650 millions de téléspectateurs répartis dans 185 pays différents. Le match de clubs le plus regardé au monde et donc une vitrine idéale pour la Liga dans son match à distance avec la Premier League. Le cabinet Nielsen estimait que le Clásico de décembre 2016 au Camp Nou (1-1) avait engendré 36 millions d'euros d'exposition médiatique pour les différentes marques partenaires des deux clubs. Ou comment se goinfrer sans se soucier du budget.


  • Faire revenir de la nostalgie

  • Oui, cela peut piquer les yeux et faire couler les larmes sur les joues, mais pour donner du goût et de l’émotion, rien de tel que de ficeler correctement un scénario dramatique. Avec des adieux par exemple. Ce samedi, ce pourrait être les dernières pour deux figures emblématiques des Culés. Javier Mascherano pourrait rejoindre dès cet hiver le Hebei Fortune contre un chèque de dix millions d’euros et prendrait donc part à son ultime match avec le FC Barcelone, après sept ans de bons et loyaux services. Plus touchant, quoi que plus hypothétique, ce Real-Barça pourrait être le dernier Clásico disputé par Andrés Iniesta au Bernabéu. Le contrat du milieu catalan étant renouvelé de saison en saison, rien ne dit qu’il sera toujours là la saison prochaine. La question se pose, même si l’intéressé s’en défend auprès du Mundo Deportivo : « J’espère que ce ne sera pas le dernier. Quand je suis quelque part, ma tête et mon esprit ne regardent pas ailleurs. Je sais que je devrai prendre une décision au mercato estival, mais je le ferai quand ce sera le moment. »



  • Assaisonner le tout d’un duel à distance

  • Un incontournable depuis huit ans. Depuis plusieurs saisons, le Clásico est devenu le seul moment où les monstres Cristiano Ronaldo et Lionel Messi peuvent s’expliquer directement sur un terrain de football, plutôt que par stats interposées. Avec 24 buts, l’Argentin est d’ailleurs le meilleur buteur du derby alors que le Portugais n'est encore qu'à une longueur des 18 pions de Di Stéfano. Ce match sera aussi la dernière foulée d’un sprint dans lequel CR7 et Leo sont à égalité. Avant le dernier match de l’année, les deux joueurs ont inscrit chacun 53 buts en matchs officiels sur l’année civile, rejoints mercredi par Edinson Cavani. Et c’est sur cette rencontre que l’on verra si l’un des deux est capable de se détacher à la photo-finish. De quoi mettre l’eau la bouche.



  • Laisser cuire plusieurs semaines dans un four à chaleur indépendante

  • Une chose peut épicer encore un peu plus ce Clásico : c'est le premier à se dérouler depuis le référendum du 1er octobre, où les Catalans s’étaient prononcés pour l’indépendance de leur région. Violences policières, proclamation d’indépendance, pression du pouvoir central et exil de Carles Puigdemont sont depuis passés par là et le feu n’est pas complètement éteint. De quoi jeter encore un peu d'huile dessus avant ce sommet. Comment seront accueillis les joueurs du Barça, symboles de la Catalogne forte et autonome, dans l’antre du club royaliste et représentant de l’Espagne unifiée ? Est-ce que Gerard Piqué le catalaniste et Sergio Ramos l’unioniste joueront encore plus des coudes que d’habitude ? Tout cela fait partie des ingrédients mystères qui feront la différence entre un gastro et un Clásico de bistrot.


    Buen provecho/Bona apetit.

    Par Mathieu Rollinger
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
    Modifié


    Dans cet article


    il y a 5 heures 470€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde 2018
    Partenaires
    Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
    Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier Podcast Football Recall Épisode 31: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses
    À lire ensuite
    Salah César